Vaccins nouvelles 2017

UNE ETUDE IMPORTANTE /
Vaccinated Vs. Unvaccinated Pilot Study: Early Vaccination Sees Exponential Increase in Chronic Disorders
May 9, 2017 by Edward Morgan

his groundbreaking study was immediately retracted for political reasons. Read our update here.

The move towards mandatory vaccination is no longer a conspiracy theory. California Senate Bill 277 snapped families into a reality where informed consent and health freedom do not apply.

Presently, the American people are facing 173 vaccine-related bills in 40 states. The language of many of the new bills aims to increase tracking, target non-vaccinating families, force vaccine schedules, and further persecute families who choose not to accept vaccines; the private products of for-profit, legally protected pharmaceutical companies. The corporate media and medical industries have thrown their full influence behind Big Pharma’s transparent ‘safe and effective’ messaging. At the same time, both industries are simultaneously censoring discussions around the fraud, dangers, mounting injuries, and criminal behavior inherent within the vaccine industry and those pushing for mandatory vaccination. A central point of contention, and human rights violation, is the fact that historically, no true study has been conducted between vaccinated versus unvaccinated populations. However, such a study has now come to fruition.

The Study

Having worked on the study for 15 years, from its original conception to completion, Dr. Anthony Mawson and his coauthors have now had their work published in the Journal of Translational Science.The study, titled, ‘Pilot comparative study on the health of vaccinated and unvaccinated 6- to 12- year-old U.S. children’. [1] Since long-term health outcomes of the current vaccination schedule haven’t been studied, Dr. Mawson and his coauthors set out to compare vaccinated and unvaccinated children across a broad range of health outcomes. The study was designed as a cross-sectional survey of homeschooling mothers on their vaccinated and unvaccinated biological children ages 6 to 12. It included mothers of 666 children ranging from fully vaccinated, partially vaccinated and unvaccinated. The mothers were asked to indicate on a list of more than 40 acute and chronic illnesses all those for which her child or children had received a diagnosis by a physician among other questions.

The Results

The vaccinated children were significantly more likely than the unvaccinated to have been diagnosed with the following: allergic rhinitis, other allergies, eczema/atopic dermatitis, a learning disability, autism spectrum disorder, any neurodevelopmental disorder (NDD) (i.e., learning disability, ADHD or ASD) and chronic illness.

The following is a breakdown of the specific results for vaccinated children:

Autism Spectrum Disorder (ASD) was 4.7-fold higher in vaccinated children
ADHD risk was 4.7-fold higher
Learning disability risk was 3.7-fold higher
Vaccinated children in the study were 3.7 times more likely to have been diagnosed with some kind of (NDD).
Preterm birth and vaccination was associated with 6.6-fold increased odds of NDD
Vaccinated children were also significantly more likely to be diagnosed with an immune-related disorder. The risk of allergic rhinitis (commonly known as hay fever) was over 30 times higher in vaccinated children, while the risk of other allergies was increased 3.9 fold and the eczema risk was increased 2.4 fold.

The Conclusion

Given the current global climate as described in this article’s introduction, the study highlighted three extremely noteworthy conclusions as follows:

“…the strength and consistency of the findings, the apparent “dose-response” relationship between vaccination status and several forms of chronic illness, and the significant association between vaccination and NDDs all support the possibility that some aspect of the current vaccination program could be contributing to risks of childhood morbidity.”
“Vaccination also remained significantly associated with neurodevelopmental disorders after controlling for other factors…”
“…preterm birth coupled with vaccination was associated with an apparent synergistic increase in the odds of neurodevelopmental disorder above that of vaccination alone.”
While all three conclusions should be, and are, resonating deeply within the masses of health professionals and parents, the study’s third conclusion is especially timely and relevant beyond its stated assertion. Over the last year, numerous medical whistleblowers and scientific research papers have warned and demonstrated that routine vaccine injury to preterm infants in hospital neonatal intensive care units (NICU) is occurring. Whistleblower nurses Michelle Rowton James and Joanne [last name unavailable] publicly spotlighted how inhuman and commonplace NICU vaccine injury have rooted in the culture of establishment medicine. While three major studies [2],[3],[4] have corroborated the nurse’s whistleblowing admissions. Meanwhile, in April 2017 The Institute for Pure and Applied Knowledge (IPAK) released a statement asking for all Americans to join them in their call for a ban on vaccination of infants in the NICU. Speaking on the call to action Dr. James Lyons-Weiler, PhD, CEO, and Director of IPAK, stated:

“We’ve asked the biomedical community to produce studies that show ill effect of vaccines on neonates, and they have not produced them.”
There is currently a clash happening between religious-like vaccine dogma and increasingly aware segments of the public, research, and medical communities. In the balance hangs the opportunity for a truly open discussion on vaccines and a rare chance to reform a pharmaceutically-dominated medical community that has lost its way. Giving the current trend, the consequences of not seizing the opportunity for open dialogue appears to lead down a road of mandatory medicine and censorship of exponentially mounting human injury and mortality. Put simply, the battle now rages between openness and transparency versus the protection, through omission and overt censorship, of Big Pharma’s business model and need for ever-expanding bottom lines at all costs.

REFERENCES:

[1] Anthony R Mawson, Brian D Ray, Azad R Bhuiyan, Binu Jacob (2017) Pilot comparative study on the health of vaccinated and unvaccinated 6- to 12- year old U.S children, Journal of Translational Science, DOI: 10.15761/JTS.1000186
[2] Sen S, Cloete Y, Hassan K, Buss P (2001) Adverse events following vaccination in premature infants, Acta Paediatrica, Aug;90(8):916-20.
[3] J Bonhoeffer, C‐A Siegrist, and P T Heath (2006), Immunisation of premature infants, Archives of Disease in Childhood, Nov; 91(11): 929–935. DOI: 10.1136/adc.2005.086306
[4] Stephen D. DeMeo, Sudha R. Raman, Christoph P. Hornik, Catherine C. Wilson, Reese Clark, and P. Brian Smith, (2015), Adverse Events After Routine Immunization of Extremely Low Birth Weight Infants, JAMA Pediatrics, 2015 Aug 1; 169(8): 740–745. DOI: 10.1001/jamapediatrics.2015.0418
AUTISME ET VACCINATION : EN FINIR AVEC LA CENSURE, LES ÉTUDES FALSIFIÉES ET L’HUMILIATION DES FAMILLES !
L’ARTICLE :

Projeté en dernière minute à l Elysée Biarritz, en présence du réalisateur Andrew Wakefield
1. Pour en finir avec la censure
« J’ai honte, I have great shame » avoue William Thompson, l’expert de la principale étude sur l’autisme et la vaccination. L’étude de référence qui réfute tout lien possible avec le vaccin ROR, révélait en réalité un risque ‘astronomique’. « Vaxxed, du mensonge à la catastrophe » expose un des plus grands scandales de notre époque.
Avant tout, je tiens à avertir le lecteur de l’intérêt que j’ai à la rédaction de cet article. J’ai été personnellement confrontée à l’autisme dit ‘régressif’ avec l’un de mes enfants. Sans affirmer, comme l’a malheureusement fait la presse américaine, que les « vaccins causent l’autisme », je n’ai plus aucun doute sur le fait qu’il soient souvent un élément déclencheur ou aggravant d’une condition ou fragilité sous-jacente. Dans le puzzle de l’autisme, le vaccin est la pièce maîtresse qui se cache sous le tapis.
Il y a dix ans déjà, j’ai eu la chance extraordinaire de pouvoir faire appel à un médecin compétent aux USA. Avec son aide, mon enfant a pu retrouver une vie normale, après qu’il ait perdu la plupart de ses capacités : verbales, comportementales, cognitives et communicationnelles.
C’est pourquoi, je m’emploie depuis plusieurs années, à faire connaître les problèmes de santé associés à l’autisme, ainsi que les nouvelles pistes de traitement.1 Mais rien n’a bougé. Des centaines d’articles scientifiques, près de 20 ans de pratique ‘biomédicale’ et des milliers – en 2007 j’étais déjà sur des forums américains comptant 15 000 parents – de témoignages n’ont rien changé.
Aujourd’hui, le lien intestin-cerveau est scientifiquement bien établi, mais l’évoquer en consultation pour un enfant autiste, revient encore trop souvent à se faire tourner en bourrique, voire mettre à la porte avec violence et mépris. Il y a quelques heures à peine, une maman m’a dit qu’elle est sortie en larmes du cabinet de la pédiatre. Elle lui avait parlé des progrès réalisés avec le régime mis en place pour son fils, et s’était faite insulter : « Pour qui vous prenez-vous ? Vous n’êtes pas médecin ! Votre enfant est autiste et il le restera jusqu’à sa mort ! »
Une autre maman, Christine Buscailhon vient même de sortir un livre ‘Petit Leo et les quarante docteurs’ dans lequel elle décrit ce parcours d’incompétence médicale et de mépris auquel sont confrontées les familles qui s’interrogent sur les aspects biologiques de l’autisme.
Pourquoi ? Parler des troubles gastro-intestinaux dans le cadre de l’autisme, c’est risquer d’évoquer le spectre du lien entre autisme et vaccination. Et ça…c’est inconcevable, inacceptable, un péché capital envers la religion scientifique. C’est tellement énorme et le mensonge est si bien construit, que si on ne l’a pas vécu, on ne peut pas y croire.
Il n’y a donc que nous mêmes pour défendre nos enfants. En ce qui me concerne, cela fait des années, que j’entends presque chaque semaine, des parents me raconter que la santé et le développement de leur enfant se sont dégradés après des vaccins. De même, je suis témoin de nombreux progrès liés à une meilleure prise en charge de la santé, notamment intestinale.
Tout cela reste pourtant ‘mythe, fraude et pseudo-science’ et le seul résultat est qu’on se fait harceler et humilier. On a beau filmer cette réalité, témoigner, citer des experts, des études. Tout est rejeté avec le plus grand mépris par LA SCIENCE de l’’Evidence Based Medicine’, la jonglerie statistique financée et fabriquée par l’industrie pharmaceutique.
Je ne saurai trouver les mots pour vous faire comprendre à quel point cela me dégoûte. En finir avec ce massacre, ne plus entendre ces témoignages, mettre fin à ce tissu de mensonge et de déni, est devenu une obsession. Alors voici une réponse aux journalistes, aux médecins et aux scientifiques qui se gargarisent en venant ‘débunker les anti-vaccins’, et dénoncer l’infâme docteur Wakefield, dans la plus grande ignorance d’une réalité souvent indicible.
On ment depuis des années : le lien entre l’autisme et la vaccination existe et les études sont falsifiées.
« Vaxxed » 2, est un documentaire qui vient fracasser tout l’édifice des mensonges déployés par l’industrie. Le sujet est, on ne peut plus choquant : « J’ai honte » « I have great shame ». William Thompson, l’expert du CDC, l’organisme scientifique le plus respecté de la planète, en charge de la plus importante étude sur l’autisme et la vaccination, confesse avoir menti et manipulé les données, sur ordre de sa hiérarchie. Tout y est : les noms, les preuves, les documents, les enregistrements. Si un seul mensonge apparaissait dans ce film, cela aurait mobilisé une armée d’avocats.
Ce film est une bombe. Une fois vu, on ne peut pas l’effacer de sa mémoire, un peu comme dans Matrix, si on a osé prendre la pilule rouge…« Vaxxed » est accablant pour tous les acteurs associés aux politiques vaccinales: la hiérarchie du CDC, les membres du congrès américain, les journalistes, les juristes, les journaux scientifiques. Personne n’y échappe, pas même Bill Gates. Ces révélations sont tellement choquantes, qu’après l’avoir vu, ne pas mettre la sûreté des vaccins en question revient à de l’inconscience.

Robert Kennedy et Robert de Niro s’engagent contre la censure pratiquée par ceux qui devraient la dénoncer
Vaxxed, le documentaire censuré par la presse
Comment et pourquoi, les journalistes sont-ils les premiers à pratiquer la censure ? Vaxxed est probablement le premier film a avoir été massivement condamné par la presse avant même d’avoir été projeté. Qu’un acteur aussi connu que Robert de Niro, dont le fils autiste a subi des dommages vaccinaux, ne puisse programmer un film à son propre festival, ni amener la presse à le regarder, en dit long sur cette omerta des medias.
Récemment, il a encore participé avec Robert Kennedy à une conférence de presse3 pour soutenir la proposition du président Donald Trump – lui aussi touché par cette question – visant à créer une commission d’étude sur la sûreté des vaccins. De Niro n’est pourtant pas un partisan de Trump, puisqu’il avait déclaré lors de sa campagne « qu’il lui mettrait bien son poing dans la gueule », une citation que les médias avaient promptement relayée.
Réseau d’influence et stratégie de diffamation
A chaque tentative de projection, c’est un scénario identique qui se met en place. La pointe de l’iceberg est composée de quelques internautes anglophones qui ‘traquent et dénoncent’ tout initiative ‘anti-vaccin’ et lancent immédiatement une campagne visant à annuler l’événement. En quelques heures des centaines de messages de harcèlement déferlent via les réseaux sociaux à l’encontre des responsables du lieu de la projection. Twitter, facebook, e-mails, insultes téléphoniques, assorties de menaces de vandalisme et de troubles à l’ordre public font plier les exploitants de salle.
En parallèle, une campagne de diffamation sur la personne d’Andy Wakefield, le réalisateur, est relayée par les médias complices afin de détourner l’attention sur sa personne plutôt que sur le sujet du film. Buzzfeed, le Times, le Daily Mirror, la presse anglophone alliée à l’industrie relance la machine anti-Wakefield, ‘ce criminel qui a été radié de l’Ordre pour fraude dans une étude finalement rétractée’.
La horde des ‘fins limiers’ qui dénoncent LE charlatan du siècle semble avoir arrêté le temps en 2010. Aucun ne mentionne qu’en mars 2012, un appel, mené cette fois devant une véritable cour de justice par son collègue radié pour les mêmes motifs, a cassé la décision de l’Ordre des médecins4 et entièrement blanchi les accusations de fraude.
Mais qui se soucie de rapporter ces faits ? Pas les journalistes en tous cas. C’est tout un réseau d’influence qui se mobilise en l’espace de quelques heures : sociétés médicales, organes de presse, responsables politiques…un déferlement de propos violents, méprisants et hargneux.
Le mois dernier, la députée européenne écolo Michèle Rivasi5, avait programmé le film pour ouvrir un débat sur la sûreté des vaccins dans l’enceinte du parlement européen, poursuivant son action ‘mains propres sur la santé’. Les attaques et provocations ont fusé de partout « on va annuler tous vos évènements, vous le lirez dans la presse demain », se vantait même l’incontournable activiste irlandaise, fer de lance de l’impitoyable traque des ‘anti-vaccins’.
Et en effet, peu ont résisté de prime abord à un tel arsenal. Cette cabale a même valu une lettre de la ministre de la santé italienne Lorenzin au Président du Parlement Européen Tajani, lui demandant d’interdire la projection du film : « ouvrir la question de la sécurité des vaccins est une initiative ‘particulièrement dangereuse », déclarait-elle en appelant à ‘une action ferme’ et en ajoutant qu’elle aborderait personnellement cette question avec le Président de la Commission Européenne dans les jours à venir (3 semaines plus tard, l’Italie étend d’ailleurs le calendrier des obligations vaccinales). Il faut dire qu’une projection de Vaxxed était prévue au parlement italien et que celle-ci a été annulée sur ordre de son président quelques heures avant l’événement. Non, même les politiques n’ont pas à voir ce film, ni à en débattre.
Tout, absolument tout est fait pour détourner l’attention vers ‘l’infâme docteur déchu’ (qui compte quand même 140 publications scientifiques) et éviter d’exposer la fraude du CDC et les responsabilités politiques. Quand les journalistes de la BBC se présentent à Bruxelles, ils refusent d’entrer dans la salle de projection. Ce sont ‘les ordres que nous avons reçus’, répondent-ils. La seule chose qui les intéresse, c’est de s’en prendre encore et encore à Andy Wakefield « Ne vous sentez-vous pas responsable, s’il y a encore des cas de rougeole ? ». Ou même la grippe !
Les dommages vaccinaux, la fraude du CDC, les problèmes de santé associés à l’autisme, ils refusent d’en entendre parler.
Chez nous, Le Monde et le Journal International du Médecin ont aussi repris la litanie de la ‘pseudo science’, et tirent à boulets rouges sur Rivasi en précisant bien ‘qu’ils n’ont pas vu le film’. Critiquer sans voir, c’est tellement facile, n’est-ce pas ? Du grand journalisme ! et une petite odeur d’amitiés pharmaceutiques ?

A Bruxelles, Paris et Londres, les projections et les débats ont lieu, envers et contre tout
credit Arnaud Banier
Bruxelles, le 9 février. Le film Vaxxed est projeté à la journée sur la sûreté des vaccins dans une salle de quartier. La journée est introduite par Michèle Rivasi pour son action ‘Mains propres sur la santé’. Avec le prof. Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, Andrew Wakefield et le prof. Stefano Montanari, spécialiste des nanoparticules.
A Bruxelles, la projection et le débat prévus au parlement sont déplacés dans une autre salle, aménagée pour l’occasion. Les scientifiques de courage et de renom sont au rendez-vous de Michèle Rivasi: le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, qui fait des recherches sur l’autisme et les infections chroniques depuis plusieurs années, le professeur Montanari et Dr. Gatti, venus d’Italie pour exposer le problème de la présence de nanoparticules dans les vaccins, ainsi que d’autres experts de Belgique, d’Allemagne et de Croatie venus contribuer au débat. Fait emblématique, le professeur Exley, spécialiste mondial de l’aluminium, y compris dans les vaccins, est retenu en en Grande-Bretagne. L’accès à ses bureaux lui et défendu, pendant qu’il doit se défendre envers sa hiérarchie sous la pression de l’industrie. (Bonne nouvelle il a fini par récupérer ses fonctions ! l’espoir est permis).
A Paris, c’est le cabinet d’Anne Hidalgo qui fait savoir à la mairie du 2ème qu’il est hors de question de projeter ce documentaire et de donner la parole à son réalisateur. En dernière minute, le film sortira quand même dans un cinéma des Champs Elysées, dont l’adresse ne sera communiquée que 3 heures plus tôt, tandis que Michèle Rivasi poursuit avec Philippe Even et Michel Georget le débat sur la sûreté des vaccins programmé à l’autre la salle.
A Londres, le Curzon a rapidement cédé au feu des menaces et les organisateurs ont également reporté la projection vers une autre salle tenue secrète. Là, plus que partout ailleurs, montrer Vaxxed relève de l’exploit et aucun media n’a le courage d’aborder le sujet du film.
De manière décevante, le Huffington Post supprime dans ses éditions anglaises et américaines les articles des journalistes ayant assisté à la projection : les revues de VAxxed de Sally Beck et Jerome Burne, tous deux contributeurs réguliers dans le domaine de la santé, ont été retirées dès leur parution. Idem pour Lance Simmens ou David Kirby du NY Times, ici encore la censure s’applique.
Fidèle à ses partenaires, le Sunday Times qualifie Wakefield et ceux qui assistent à la projection de ‘preachers of hate’, ‘prédicateurs haineux’, « négationnistes » et « néonazis ». Encore une humiliation de plus pour les parents à qui rien n’est épargné. Cela reste dans la ligne éditoriale de Brian Deer- le journaliste qui semble avoir consacré sa carrière à la destruction de celle de Wakefield, au profit de l’industrie.
En France, avec le faux débat sur les vaccins, l’affaire DTP et le rapport Fisher, tant la classe politique que l’Ordre des médecins, s’illustrent par leur manque de transparence et de démocratie. Les propositions d’étendre les obligations pour dompter un public méfiant semblent plus refléter les intérêts de l’industrie, que l’opinion et la santé des français. Les travaux d’Authier et Gherardi sur les adjuvants aluminiques sont déjà suffisants pour sonner l’alarme. L’autre documentaire choc « Aluminium, vaccins et les deux lapins » nous montre lui aussi à quel point la sûreté des vaccins semble plus relever d’un pari et d’affirmations péremptoires que de recherches bien établies.
En Belgique, c’est Bill Gates qui fait une visite éclair deux jours après la projection de Bruxelles dans le cadre de sa croisade vaccinale. Après avoir injecté 12 millions d’euro dans le développement de nouvelles unités de production de vaccins à Charleroi, et rendu visite à GSK, au couple royal et au premier ministre, pour rappeler les bienfaisances vaccinales de sa fondation, il fallait s’attendre à ce que la Belgique et l’Europe s émeuvent subitement de chaque cas de rougeole et se prennent d’angoisse à l’annonce de futures épidémies qui pourraient menacer l’avenir de l’humanité.

Pas de vaccin, pas de jeu, pas d’argent. L’Australie contraint les familles
L’exemple de l’Australie est effrayant. Les organisateurs des projections et débats ont été menacés de mort et les projections prennent l’allure d’opérations de guérilla. Le gouvernement appelle les professionnels du secteur médical à la dénonciation des ‘familles anti-vaccins’ à qui il supprime les aides familiales.
« No jab, no pay ». En 2017, ce choix coûtera près de 15 000 dollars à certaines familles.
Aux USA, rien que le montant des dépenses en spots télévisés par l’industrie pharmaceutiques parle de lui-même : CBS engrange 511 millions de dollars, 296 pour ABC, 250 pour NBC, 130 pour Fox et proportionnellement tout autant pour les autres opérateurs. Pour rappel, Obama s’est empressé de lancer le GHSA, au sortir des élections. Il s’agit de l’Agenda de la Sécurité Sanitaire Globale dont l’objectif principal est d’imposer la vaccination sur la totalité de la planète, avec la priorité au vaccin…ROR ! On se demande pourtant pourquoi il faut décréter une urgence planétaire concernant une maladie dont la mortalité reste extrêmement faible ?
Pas de doute, l’industrie pharmaceutique est en pleine expansion, ou plutôt offensive. En Californie, le calendrier actuel comporte 70 vaccins, de la grossesse à la vieillesse et au moins 120 autres vaccins seraient en préparation. « Le ciel est bleu, la terre est ronde et les vaccins sont sûrs » clamait Clinton lors de sa campagne. L’élection de Clinton aurait poussé cette obligation à l’ensemble du territoire. Principal lobby politique, dont les commissions auraient dépassé celles versées par l’armement et le pétrole, l’industrie pharmaceutique verrait ses affaires se chiffrer à près de 80 ou 100 milliards de dollars à l’horizon 2025.
2. Pour en finir avec ‘les conflits d’intérêts’, et les mensonges à propos d’Andy Wakefield et de ‘l’étude du Lancet’
Afin de maintenir le couvercle sur cette marmite explosive qu’est le lien entre autisme et vaccination, la censure est assortie d’une campagne de diffamation et de désinformation solidement construite et répétée en boucle comme une propagande de république bananière. Toute l’attention est portée sur la personne d’ Andrew Wakefield et l’étude soi-disant manipulée du Lancet, pour qu’on ne parle ni du vaccin ROR, ni des aveux de William Thompson sur la fraude du CDC.
Résumons la situation, avant d’en exposer les enjeux. Dans toute cette affaire, que l’on essaye d’amalgamer pour la rejeter en bloc, on parle de trois études différentes : une expertise pour un recours en justice démarrée vers 1996, l’étude du Lancet de 1998 et l’étude du CDC de 2004.
L’expertise pour l’action en compensation de dommages des victimes contre GSK
En 1995, des parents consultent le dr. Andrew Wakefield et l’équipe du Royal Free Hospital pour de terribles troubles gastro-intestinaux, dont souffrent leurs enfants autistes. Plusieurs d’entre eux rapportent avoir observé une régression de l’enfant, sur le plan de la santé physique, du comportement et des facultés cognitives, suite au vaccin ROR.
L’information circule rapidement et de nombreux parents affluent au service du Royal Free. Il y avait plusieurs cas gravissimes et c’est tout naturellement que certaines familles se rencontrent et s’associent alors pour introduire une plainte contre GSK (alors SmithKline Beecham), le fabriquant du vaccin ROR concerné.
Dans le cadre de cette action, des experts scientifiques étaient donc engagés et rétribués de part et d’autre. Il était logique pour les parents de s’adresser à l’équipe du Royal Free, puisque c’est là que le cas de leur enfant était investigué et pris en charge. Wakefield avait accepté d’agir en tant qu’expert scientifique, via un programme de l’état permettant aux plaignants en justice de financer les analyses nécessaires à la procédure. Un des éléments déterminants pour cette expertise était la recherche de la persistance de la souche vaccinale de la rougeole dans les échantillons prélevés chez les enfants autistes. De telles preuves auraient permis aux victimes d’obtenir des compensations pour les dommages subis. Mais, elles auraient aussi remis en cause le principe des vaccins combinés et la confiance dans les politiques vaccinales et l’industrie pharmaceutique. Clairement l’enjeu était de taille.
L’étude du Lancet : Face à ces nombreux témoignages, aux observations cliniques des troubles intestinaux, et à la question concernant la sûreté de ce vaccin en particulier, l’équipe du professeur John Walker Smith à laquelle appartient Wakefield, prépare alors un article pour présenter le phénomène et interpeler la communauté scientifique : il s’agit de la fameuse ‘étude du Lancet’ publiée en 1998 et rétractée douze ans plus tard, à la demande du journaliste Brian Deer. (8)
Cette publication n’affirmait pas de lien causal entre l’autisme et la vaccination, comme le prétendent pourtant la plupart de ceux qui s’enorgueillissent de ‘démonter’ les questions qu’ils ont érigées en ‘conclusions’ pour ce faire. Il s’agissait en réalité d’une présentation de cohorte, assortie de questions et d’hypothèses d’investigation. Ce n’était pas non plus un pamphlet ‘anti-vaccin’ : les conclusions appelaient à de plus amples recherches et proposaient de privilégier les vaccins isolés, disponibles à l’époque, plutôt que combinés, une mesure de précaution en attendant de plus amples investigations.
A sa publication, le papier du Lancet ne suscite pas de rejet de la part de la communauté scientifique. Il fait pourtant l’objet d’une conférence de presse et sert effectivement de point de départ à de premières interrogations légitimes.
En réalité, c’est à partir du moment où le lien entre autisme et vaccination connaît une plus grande médiatisation et où la date du procès approche que les choses s’enveniment. L’accélération médiatique vient subitement par l’intermédiaire des Tommey, un jeune couple qui témoigne dans une émission télévisée, espérant rencontrer d’autres parents dans une situation similaire. L’émission fait un record d’audience ! Un nombre effarant de familles se retrouvent dans l’histoire de Billy : vaccin, détérioration de la santé, troubles intestinaux, troubles du comportement, perte des acquis. La famille décide alors de rassembler ces témoignages dans un magazine, ‘The Autism File’. Sorti en 1999, il fera 45 000 abonnés en deux mois à peine !
Les conflits d’intérêts : le réseau GSK
C’est à ce moment, que de nombreuses familles ont rejoint l’action qui se préparait contre GSK, constituant un groupe de près d’un millier de personnes.
De son côté, s’étant porté garant de l’industrie pour les dommages vaccinaux, l’état redoutait de devoir payer le prix d’un tel désastre. C’est donc ensemble que politiques et industrie sortent les grands moyens :
Après dix ans consacrés à la constitution du dossier, à l’expertise et aux actes préliminaires, et quelques mois avant la date du procès, le juge Nigel Davis nommé en charge de l’affaire estime subitement que le financement est ‘inapproprié’, et ordonne le retrait des subventions pour instruire l’affaire. Cette mesure met alors ‘de facto’ fin au procès qui n’a donc jamais eu lieu et interrompt les recherches sur le lien entre le vaccin ROR et l’autisme, alors qu’elles étaient en passe d’aboutir à de premiers résultats.

« Silenced Witnesses » Le témoignage des parents réduits au silence.
Curieusement, le juge Nigel Davis est le frère de Crispin Davis, propriétaire du Lancet et d’Elsevier, et ce dernier vient d’entrer dans le comité de direction de GSK (SKB à l’époque). GSK complète encore sa stratégie de défense par la présence de James Murdoch, fils de Rupert Murdoch, propriétaire du News International/Sunday Times, afin de mieux protéger ses intérêts.
C’est à ce moment là que Brian Deer, ‘journaliste d’investigation scientifique’, monte une cabale invraisemblable pour détruire la carrière de Wakefield dans la presse de Murdoch. Deer le fait passer pour un charlatan animé par l’appât du gain, abusant les parents et de leurs enfants pour gagner de l’argent, projetant par exemple secrètement de fabriquer ses propres vaccins ou un produit concurrent…
En réalité, il s’agissait d’un brevet pour l’utilisation de la secrétine, qui n’appartenait pas à Wakefield mais à l’Institut de médecine associé au Royal Free. Cette substance ne pouvait être utilisée qu’à des fins thérapeutiques pour soigner la rougeole et non pour la prévenir. Il était impensable qu’elle ait pu ‘faire concurrence à un vaccin’. Deer en avait reçu de longues explications, mais ce genre d’inepties se répète encore en ce moment. Cet exemple illustre simplement à quel point Deer opérait une distorsion des faits afin de discréditer Wakefield.
C’est donc lui, et non des médecins ou scientifiques, qui porte plainte et dénonce ‘la fraude publiée dans le Lancet’ devant l’Ordre des médecins. L’affaire est instruite par le Dr. Kumar qui préside la commission d’enquête de l’Ordre, et affirme d’emblée que « de toutes façons, les dommages vaccinaux n’existent pas ». Faut-il s’étonner qu’une importante partie du patrimoine du dr. Kumar était alors constituée d’actions GSK ?
Deer achève l’offensive dans le British Medical Journal où il sera ardemment soutenu par la rédactrice en chef, Fiona Godlee. Merck et GSK, les deux fabricants du ROR sont d’importants contributeurs au journal, à tel point que Godlee admettra lors d’une audition en 2011 qu’on pourrait qualifier le BMJ de ‘bras armé de l’industrie’.
Dans cette ‘amicale pharma-média’, on retrouve aussi Miriam Stoppard, l’épouse du PDG de GSK, qui commentait l’affaire pour le Daily Mirror.
En dehors de l’équipe du Royal Free, tous les acteurs étaient donc acquis à la cause de l’industrie. In fine, Wakefield et Walker Smith perdent leur licence, l’étude est retirée du Lancet et les médias hurlent au scandale. L’ignoble, l’infâme docteur Wakefield devient le bouc émissaire universel de la vaccination.

La ‘matrice vaccinale’ contre Wakefield

En 2012, la justice donne raison à Wakefield et ses collègues: pas de fraude dans le Lancet !
Pour en revenir à la ‘manipulation des données’ invoquée par Brian Deer et le BMJ, et les accusations de ‘conduite non éthique’(4) dans l’étude du Lancet.
Le juge Mitting a réexaminé l’ensemble des débats à l’Ordre et a statué sur le fond de l’affaire du Lancet. Il a constaté que « les décisions de l’Ordre reposaient sur des raisonnements inadéquats et superficiels », et que « certaines conclusions étaient tout simplement fausses ». Il a également restitué sa licence médicale au professeur Walker Smith, en déplorant les dommages subis, et en espérant que de tels agissements ne se produiraient plus jamais. Ces conclusions valent également pour Wakefield puisqu’il s’agit de la même étude, mais ce dernier n’a pu financer de procédure en appel.
Il est impossible de reprendre ici les détails des arguments invoqués dans les divers articles et ouvrage sur plusieurs années, mais les lecteurs se délectant de la prose de de Deer et Godlee sont invités à décortiquer aussi les articles ‘How Brian Deer and the BMJ fixed the record over Wakefield’, rédigés par Martin Hewitt dans ‘Age of Autism’, et à écouter la vidéo ‘Andy répond aux accusations’ en guise d’introduction.
Actuellement, une demande de soumission à un comité parlementaire d’éthique scientifique est en cours au sujet de cette affaire et au vu des développements récents en faveur de Wakefield.
Néanmoins, la pauvreté du travail journalistique sur cette question se perpétue.
On pourrait l’illustrer en prenant exemple sur ce commentaire (sans doute copié de la presse anglaise ou de Deer) extrait de la diatribe de Yann Kindo contre Rivasi, blogueur hébergé par Médiapart, et repris dans le Journal International du Médecin:
« Cette publication [l’article de Wakefield dans le Lancet, ndrl) est l’archétype d’une commande d’un lobby à un scientifique qui oublie soigneusement d’indiquer son conflit d’intérêts et qui manipule les données pour prouver ce qu’on lui avait demandé de prouver (Wakefield avait touché plus de 400 000 livres d’un avocat qui voulait poursuivre un laboratoire pharmaceutique en justice) ».6
Le ‘lobby’ dont on parle ici, ce sont les familles des victimes : voilà comment faire passer les parents d’enfants malades et handicapés à vie, pour des abuseurs ou des intéressés. (Sortons nos mouchoirs pour l’industrie pharmaceutique qui risque une telle injustice) !
Ce n’est pas un, mais treize auteurs qui ont participé à cette recherche et signé cet article et c’est John Walker-Smith qui la dirigeait.
La publication du Lancet n’aurait pu faire office de preuve dans l’expertise, puisque cette publication ne portait pas sur la recherche du virus de la rougeole et qu’elle n’affirme pas de lien causal entre autisme et vaccin ROR.
Wakefield n’a pas ‘soigneusement oublié d’indiquer ce fait’, c’est-à-dire sa participation en tant qu’expert dans le procès. Elle avait été signifiée par écrit par l’avocat des familles à l’éditeur du Lancet, plusieurs mois avant la publication de l’article, précisément dans un objectif de transparence. Si le Lancet l’avait estimé problématique, on le lui aurait notifié et il n’aurait pas figuré parmi les signataires de l’étude. Mais dix ans plus tard, au moment du procès, l’éditeur (entré dans le comité de direction de GSK) ne trouva pas opportun de s’en rappeler.
Enfin, pour ceux qui pensent que Wakefield était avant tout motivé par ‘l’appât du gain’ : en soi qu’un travail de recherche pour une expertise scientifique de plusieurs années requérant des analyses de laboratoire etc. soit rémunéré semble normal, les experts de l’industrie l’étant également. Le seul fait d’accepter de défendre des patients contre la plus puissante industrie mondiale, représente en soi un tel risque (confirmé) en terme de carrière scientifique que ce seul motif est peu crédible.
Dans ce cas précis, les montants concernés furent finalement versés à un fonds pour la recherche.
A côté de cela, on peut penser aux conflits d’intérêts de Paul Offit, ‘expert indépendant’ favori du CDC et la fondation Gates. Offit prône la vaccination au point d’affirmer qu’on pourrait recevoir 10 000 vaccins à la fois, tout en osant prétendre que les dividendes qu’il touche sur chaque dose de RotaTeq dont il a fait déposer le brevet, ne sont pas susceptibles d’influencer sa neutralité scientifique. Membre du comité de Autism Science Foundation, il fait aussi partie des commissions de recommandation pour le calendrier vaccinal.
Les vraies fraudes : entraves à l’expertise, manipulations pour l’étude du CDC
Entraves dans l’expertise
C’est plutôt dans le cadre de l’expertise, que de véritables actes malveillants eurent lieu pour faire avorter l’action contre le fabricant du ROR. Qu’on se donne la peine de lire dans le livre ‘Autiste depuis le vaccin’, le récit particulièrement poignant que nous livre la maman du jeune Josh. Le cas de cet enfant était si grave qu’il avait fallu lui retirer l’entièreté du colon. Cet organe devait être expédié après l’opération pour analyse, car il présentait un intérêt particulier pour la recherche et aurait pu fournir un élément de preuve crucial pour le procès. Mais lorsque le taxi apporta le conteneur frigorifique avec l’échantillon au Dr. Wakefield, celui-ci avait disparu…
Un autre témoin, la maman de Jodie, affirme que les documents de sa fille avaient été manipulés, de manière à ne pas mentionner l’injection qui aurait déclenché les dommages chez son enfant, vaccin qu’on avait d’ailleurs administré contre sa volonté.
Une chose est sûre : durant toute cette histoire, les familles n’ont jamais eu droit à la parole. Ni avant, ni après, ni dans la presse, ni auprès des politiques, malgré les efforts continus de certains parents durant plusieurs décennies. C’est pourquoi le livre ‘Silenced witnesses, témoins réduits au silence’ paru en français sous le titre ‘Autiste depuis le vaccin’, a vu le jour.
Conclusions inversées dans l’étude de référence du CDC
L’étude à grande échelle’ du CDC était considérée comme ‘décisive’ et faisait directement suite aux interrogations soulevées par Wakefield, notamment devant le congrès américain. En effet, les recommandations proposées dans le Lancet paraissaient d’autant plus raisonnables que le triple vaccin en question (souche Urabe), avait été retiré plusieurs fois du marché, après avoir provoqué des cas de méningite : au Canada sous le nom de Trivirix, réintroduit en Grande-Bretagne et chez nous sous le nom de Pluserix avant d’être retiré à nouveau, et ensuite au Brésil où il causa une véritable épidémie. Cette épidémie avait particulièrement touché les plus jeunes enfants, âgés de moins de trois ans. C’est cette constatation qui fut à la base de la fameuse étude à grande échelle réalisée par Thompson et le CDC pour investiguer le lien possible entre autisme et vaccination, du moins sur le plan statistique.
La question posée étant : y a-t-il comme pour la méningite, une corrélation entre l’incidence de l’autisme et l’âge d’administration du vaccin ROR ? Si c’est le cas, le vaccin est à mettre en cause et il faut se pencher sur ses effets. Sans émettre d’hypothèse sur l’origine d’un lien causal, cette étude du CDC devait en quelque sorte déterminer si oui ou non, il fallait poursuivre les recherches sur l’autisme et la vaccination.
Or c’est ici que la véritable fraude est à dénoncer : devant des résultats qui confirment effectivement un risque élevé, Thompson et sont équipe sont contraints de ‘remanier’ les données et redessiner le plan d’analyse pour influencer les résultats. On trouvera bien entendu sur Hoaxbuster et chez les autres trompettistes de la vérité scientifique de nouvelles ‘démystifications’ de ces chiffres, étayées par de nouvelles interprétations statistiques.
Tout ceci n’enlève rien à ce qui reste inadmissible : qu’une étude commanditée par le congrès américain pour évaluer les risques potentiels de troubles gravissimes posés par un vaccin obligatoire, fasse l’objet de pressions, pour en inverser le résultat. Qu’envers l’avis de son principal concepteur, on en vienne jusqu’à la destruction de certains documents, pour ensuite venir claironner que cette étude ‘met définitivement fin au débat en démontre qu’il n’y a pas de risque’, alors que c’est l’inverse, est irresponsable et criminel. Et surtout, c’est la preuve qu’on ne peut pas se fier aux organismes de contrôle de la santé, dont s’inspirent ensuite l’OMS et nos propres politiques.
Durant dix ans, cette étude fut LA référence pour renvoyer toute question sur la sûreté des vaccins aux oubliettes. Il y a quelques mois à peine, lors d’une journée sur ‘les coulisses de la vaccination’ organisée par la Haute Autorité de la Santé, un éminent professeur vaccinologue, qui enseigne l’éthique sociale, c’est-à dire la vaccination comme acte ‘citoyen et solidaire’, a justement invoqué cette étude comme la preuve ultime que le vaccin ROR n’est pas à mettre en cause.

Conclusion : la science donne raison à Wakefield et ses collègues.
Aujourd’hui, lire et recopier les chroniques de Deer à propos de l’étude du Lancet n’a aucun intérêt, si ce n’est que de marquer une allégeance à l’industrie. Entretemps, il existe près d’une trentaine d’études soutenant les observations de Wakefield et ses collègues.8 Si l’hypothèse que des troubles gastro-intestinaux aient un impact sur le fonctionnement cérébral semblait peut-être farfelue il y a 20 ans, de très nombreuses recherches, n’ayant rien à voir avec l’autisme, ont solidement établi le lien intestin-cerveau, y compris en France.
Aux USA, Tim Buie, professeur en gastroentérologie à la Harvard Medical School, la faculté médicale la plus réputée, estime qu’un bilan intestinal devrait être pratiqué de manière systématique chez les enfants avec autisme. En France, la fondation fondamental vient d’organiser un symposium ‘intestin- cerveau’ et on parle désormais de ‘psychiatrie nutritionelle’.10 Tout récemment, l’université de Yale a publié une recherche indiquant un lien possible entre troubles mentaux et vaccinations.11

La tournée Vaxxed donne naissance à un mouvement ‘grassroots’.

3. Pour en finir avec l’humiliation des familles
Enfin, ce qu’aucune étude statistique ne pourra ‘démonter’, ni étouffer… A l’occasion des séances de projection-débats lors de la tournée du film, ce sont près de 10 000 personnes qui sont venues témoigner. L’équipe de Vaxxed a filmé des centaines de familles racontant leur histoire. Les vidéos sur Vaxxed TV. 12 sur Vaxxed periscope, Vaxxed Homecoming Tour nous livrent des récits poignants d’accidents vaccinaux, souvent très détaillés, parfois même documents à l’appui. Pour beaucoup de parents ou de victimes, c’est la première fois que leur histoire peut être racontée, écoutée, comprise.
Peu à peu, l’ampleur de cette tragédie vaccinale se révèle. Elle va bien au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. Face à une montée en force des obligations vaccinales, le phénomène est en passe de devenir un enjeu social majeur.
Aujourd’hui les familles se rassemblent et se battent pour l’avenir de leurs enfants, le droit au libre choix, le droit à la transparence, leur droit à disposer de leur propre corps.
La course est engagée sur la planète entre un programme de vaccination massive et obligatoire à l’échelle mondiale et un mouvement de résistance initié par des familles et de simples citoyens, dont le film Vaxxed et son équipe deviennent l’instrument et le symbole.
La remise question de la sûreté des vaccins est inévitable, tout comme la reconnaissance des troubles intestinaux associés à l’autisme. Le déni des risques et dommages vaccinaux et les mesures d’obligation déployées de force par les politiques et l’industrie sont inexorablement vouées à l’échec et couvriront leurs auteurs de honte et de ridicule. Il est temps d’en prendre conscience et de se diriger vers une refonte complète de nos politiques de santé.

Le train est en marche, et ce dernier fait m’interpelle : alors que Fiona Godlee, principale éditrice du BMJ, poursuit sa croisade anti-Wakefield, comme si le temps s’était arrêté en sa faveur en 2010, et qu’aucun jugement n’avait eu lieu, Peter Doshi, co-éditeur de la même revue, nous livre un article bien plus nuancé, dont voici la conclusion14 : « « Contrairement à la suggestion que les vaccins sont sans risque, la littérature écrite à ce sujet nous informe des différents effets secondaires possibles ou confirmés », achevant par « Il est temps d’être à l’écoute des patients avec le sérieux et le respect qu’ils méritent, plutôt que de les diaboliser ».
En effet, il est ‘moins une’.
Senta Depuydt

1. voir congressortirdelautisme.com
2. com
3. worlmecuryproject.com
4. Décision du 7 mars 2012 « For the reasons given above, both on general issues and the Lancet paper and in relation to individual children, the panel’s overall conclusion that Professor Walker-Smith was guilty of serious professional misconduct was flawed, in two respects: inadequate and superficial reasoning and, in a number of instances, a wrong conclusion
http://www.bailii.org/cgi-bin/markup.cgi?doc=/ew/cases/EWHC/Admin/2012/503.html&query=Walker-Smith+and+GMC&method=boolean
5. suretevaccins.com
6. https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/290117/michele-rivasi-en-croisade-contre-la-science-et-la-sante-publique
7. http://www.jim.fr/medecin/e-docs/michele_rivasi_la_reine_de_lalterscience__163860/document_jim_plus.phtml?reagir=1#article-reactions
8. http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2897%2911096-0/fulltext#article_upsell
9. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2010/04/10/wakefield-interview.aspx

What the News Isn’t Saying About Vaccine-Autism Studies


AUTISME ET VACCINATION : EN FINIR AVEC LA CENSURE, LES ÉTUDES FALSIFIÉES ET L’HUMILIATION DES FAMILLES !
L’ARTICLE :

Projeté en dernière minute à l Elysée Biarritz, en présence du réalisateur Andrew Wakefield
1. Pour en finir avec la censure
« J’ai honte, I have great shame » avoue William Thompson, l’expert de la principale étude sur l’autisme et la vaccination. L’étude de référence qui réfute tout lien possible avec le vaccin ROR, révélait en réalité un risque ‘astronomique’. « Vaxxed, du mensonge à la catastrophe » expose un des plus grands scandales de notre époque.
Avant tout, je tiens à avertir le lecteur de l’intérêt que j’ai à la rédaction de cet article. J’ai été personnellement confrontée à l’autisme dit ‘régressif’ avec l’un de mes enfants. Sans affirmer, comme l’a malheureusement fait la presse américaine, que les « vaccins causent l’autisme », je n’ai plus aucun doute sur le fait qu’il soient souvent un élément déclencheur ou aggravant d’une condition ou fragilité sous-jacente. Dans le puzzle de l’autisme, le vaccin est la pièce maîtresse qui se cache sous le tapis.
Il y a dix ans déjà, j’ai eu la chance extraordinaire de pouvoir faire appel à un médecin compétent aux USA. Avec son aide, mon enfant a pu retrouver une vie normale, après qu’il ait perdu la plupart de ses capacités : verbales, comportementales, cognitives et communicationnelles.
C’est pourquoi, je m’emploie depuis plusieurs années, à faire connaître les problèmes de santé associés à l’autisme, ainsi que les nouvelles pistes de traitement.1 Mais rien n’a bougé. Des centaines d’articles scientifiques, près de 20 ans de pratique ‘biomédicale’ et des milliers – en 2007 j’étais déjà sur des forums américains comptant 15 000 parents – de témoignages n’ont rien changé.
Aujourd’hui, le lien intestin-cerveau est scientifiquement bien établi, mais l’évoquer en consultation pour un enfant autiste, revient encore trop souvent à se faire tourner en bourrique, voire mettre à la porte avec violence et mépris. Il y a quelques heures à peine, une maman m’a dit qu’elle est sortie en larmes du cabinet de la pédiatre. Elle lui avait parlé des progrès réalisés avec le régime mis en place pour son fils, et s’était faite insulter : « Pour qui vous prenez-vous ? Vous n’êtes pas médecin ! Votre enfant est autiste et il le restera jusqu’à sa mort ! »
Une autre maman, Christine Buscailhon vient même de sortir un livre ‘Petit Leo et les quarante docteurs’ dans lequel elle décrit ce parcours d’incompétence médicale et de mépris auquel sont confrontées les familles qui s’interrogent sur les aspects biologiques de l’autisme.
Pourquoi ? Parler des troubles gastro-intestinaux dans le cadre de l’autisme, c’est risquer d’évoquer le spectre du lien entre autisme et vaccination. Et ça…c’est inconcevable, inacceptable, un péché capital envers la religion scientifique. C’est tellement énorme et le mensonge est si bien construit, que si on ne l’a pas vécu, on ne peut pas y croire.
Il n’y a donc que nous mêmes pour défendre nos enfants. En ce qui me concerne, cela fait des années, que j’entends presque chaque semaine, des parents me raconter que la santé et le développement de leur enfant se sont dégradés après des vaccins. De même, je suis témoin de nombreux progrès liés à une meilleure prise en charge de la santé, notamment intestinale.
Tout cela reste pourtant ‘mythe, fraude et pseudo-science’ et le seul résultat est qu’on se fait harceler et humilier. On a beau filmer cette réalité, témoigner, citer des experts, des études. Tout est rejeté avec le plus grand mépris par LA SCIENCE de l’’Evidence Based Medicine’, la jonglerie statistique financée et fabriquée par l’industrie pharmaceutique.
Je ne saurai trouver les mots pour vous faire comprendre à quel point cela me dégoûte. En finir avec ce massacre, ne plus entendre ces témoignages, mettre fin à ce tissu de mensonge et de déni, est devenu une obsession. Alors voici une réponse aux journalistes, aux médecins et aux scientifiques qui se gargarisent en venant ‘débunker les anti-vaccins’, et dénoncer l’infâme docteur Wakefield, dans la plus grande ignorance d’une réalité souvent indicible.
On ment depuis des années : le lien entre l’autisme et la vaccination existe et les études sont falsifiées.
« Vaxxed » 2, est un documentaire qui vient fracasser tout l’édifice des mensonges déployés par l’industrie. Le sujet est, on ne peut plus choquant : « J’ai honte » « I have great shame ». William Thompson, l’expert du CDC, l’organisme scientifique le plus respecté de la planète, en charge de la plus importante étude sur l’autisme et la vaccination, confesse avoir menti et manipulé les données, sur ordre de sa hiérarchie. Tout y est : les noms, les preuves, les documents, les enregistrements. Si un seul mensonge apparaissait dans ce film, cela aurait mobilisé une armée d’avocats.
Ce film est une bombe. Une fois vu, on ne peut pas l’effacer de sa mémoire, un peu comme dans Matrix, si on a osé prendre la pilule rouge…« Vaxxed » est accablant pour tous les acteurs associés aux politiques vaccinales: la hiérarchie du CDC, les membres du congrès américain, les journalistes, les juristes, les journaux scientifiques. Personne n’y échappe, pas même Bill Gates. Ces révélations sont tellement choquantes, qu’après l’avoir vu, ne pas mettre la sûreté des vaccins en question revient à de l’inconscience.

Robert Kennedy et Robert de Niro s’engagent contre la censure pratiquée par ceux qui devraient la dénoncer
Vaxxed, le documentaire censuré par la presse
Comment et pourquoi, les journalistes sont-ils les premiers à pratiquer la censure ? Vaxxed est probablement le premier film a avoir été massivement condamné par la presse avant même d’avoir été projeté. Qu’un acteur aussi connu que Robert de Niro, dont le fils autiste a subi des dommages vaccinaux, ne puisse programmer un film à son propre festival, ni amener la presse à le regarder, en dit long sur cette omerta des medias.
Récemment, il a encore participé avec Robert Kennedy à une conférence de presse3 pour soutenir la proposition du président Donald Trump – lui aussi touché par cette question – visant à créer une commission d’étude sur la sûreté des vaccins. De Niro n’est pourtant pas un partisan de Trump, puisqu’il avait déclaré lors de sa campagne « qu’il lui mettrait bien son poing dans la gueule », une citation que les médias avaient promptement relayée.
Réseau d’influence et stratégie de diffamation
A chaque tentative de projection, c’est un scénario identique qui se met en place. La pointe de l’iceberg est composée de quelques internautes anglophones qui ‘traquent et dénoncent’ tout initiative ‘anti-vaccin’ et lancent immédiatement une campagne visant à annuler l’événement. En quelques heures des centaines de messages de harcèlement déferlent via les réseaux sociaux à l’encontre des responsables du lieu de la projection. Twitter, facebook, e-mails, insultes téléphoniques, assorties de menaces de vandalisme et de troubles à l’ordre public font plier les exploitants de salle.
En parallèle, une campagne de diffamation sur la personne d’Andy Wakefield, le réalisateur, est relayée par les médias complices afin de détourner l’attention sur sa personne plutôt que sur le sujet du film. Buzzfeed, le Times, le Daily Mirror, la presse anglophone alliée à l’industrie relance la machine anti-Wakefield, ‘ce criminel qui a été radié de l’Ordre pour fraude dans une étude finalement rétractée’.
La horde des ‘fins limiers’ qui dénoncent LE charlatan du siècle semble avoir arrêté le temps en 2010. Aucun ne mentionne qu’en mars 2012, un appel, mené cette fois devant une véritable cour de justice par son collègue radié pour les mêmes motifs, a cassé la décision de l’Ordre des médecins4 et entièrement blanchi les accusations de fraude.
Mais qui se soucie de rapporter ces faits ? Pas les journalistes en tous cas. C’est tout un réseau d’influence qui se mobilise en l’espace de quelques heures : sociétés médicales, organes de presse, responsables politiques…un déferlement de propos violents, méprisants et hargneux.
Le mois dernier, la députée européenne écolo Michèle Rivasi5, avait programmé le film pour ouvrir un débat sur la sûreté des vaccins dans l’enceinte du parlement européen, poursuivant son action ‘mains propres sur la santé’. Les attaques et provocations ont fusé de partout « on va annuler tous vos évènements, vous le lirez dans la presse demain », se vantait même l’incontournable activiste irlandaise, fer de lance de l’impitoyable traque des ‘anti-vaccins’.
Et en effet, peu ont résisté de prime abord à un tel arsenal. Cette cabale a même valu une lettre de la ministre de la santé italienne Lorenzin au Président du Parlement Européen Tajani, lui demandant d’interdire la projection du film : « ouvrir la question de la sécurité des vaccins est une initiative ‘particulièrement dangereuse », déclarait-elle en appelant à ‘une action ferme’ et en ajoutant qu’elle aborderait personnellement cette question avec le Président de la Commission Européenne dans les jours à venir (3 semaines plus tard, l’Italie étend d’ailleurs le calendrier des obligations vaccinales). Il faut dire qu’une projection de Vaxxed était prévue au parlement italien et que celle-ci a été annulée sur ordre de son président quelques heures avant l’événement. Non, même les politiques n’ont pas à voir ce film, ni à en débattre.
Tout, absolument tout est fait pour détourner l’attention vers ‘l’infâme docteur déchu’ (qui compte quand même 140 publications scientifiques) et éviter d’exposer la fraude du CDC et les responsabilités politiques. Quand les journalistes de la BBC se présentent à Bruxelles, ils refusent d’entrer dans la salle de projection. Ce sont ‘les ordres que nous avons reçus’, répondent-ils. La seule chose qui les intéresse, c’est de s’en prendre encore et encore à Andy Wakefield « Ne vous sentez-vous pas responsable, s’il y a encore des cas de rougeole ? ». Ou même la grippe !
Les dommages vaccinaux, la fraude du CDC, les problèmes de santé associés à l’autisme, ils refusent d’en entendre parler.
Chez nous, Le Monde et le Journal International du Médecin ont aussi repris la litanie de la ‘pseudo science’, et tirent à boulets rouges sur Rivasi en précisant bien ‘qu’ils n’ont pas vu le film’. Critiquer sans voir, c’est tellement facile, n’est-ce pas ? Du grand journalisme ! et une petite odeur d’amitiés pharmaceutiques ?

A Bruxelles, Paris et Londres, les projections et les débats ont lieu, envers et contre tout
credit Arnaud Banier
Bruxelles, le 9 février. Le film Vaxxed est projeté à la journée sur la sûreté des vaccins dans une salle de quartier. La journée est introduite par Michèle Rivasi pour son action ‘Mains propres sur la santé’. Avec le prof. Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, Andrew Wakefield et le prof. Stefano Montanari, spécialiste des nanoparticules.
A Bruxelles, la projection et le débat prévus au parlement sont déplacés dans une autre salle, aménagée pour l’occasion. Les scientifiques de courage et de renom sont au rendez-vous de Michèle Rivasi: le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, qui fait des recherches sur l’autisme et les infections chroniques depuis plusieurs années, le professeur Montanari et Dr. Gatti, venus d’Italie pour exposer le problème de la présence de nanoparticules dans les vaccins, ainsi que d’autres experts de Belgique, d’Allemagne et de Croatie venus contribuer au débat. Fait emblématique, le professeur Exley, spécialiste mondial de l’aluminium, y compris dans les vaccins, est retenu en en Grande-Bretagne. L’accès à ses bureaux lui et défendu, pendant qu’il doit se défendre envers sa hiérarchie sous la pression de l’industrie. (Bonne nouvelle il a fini par récupérer ses fonctions ! l’espoir est permis).
A Paris, c’est le cabinet d’Anne Hidalgo qui fait savoir à la mairie du 2ème qu’il est hors de question de projeter ce documentaire et de donner la parole à son réalisateur. En dernière minute, le film sortira quand même dans un cinéma des Champs Elysées, dont l’adresse ne sera communiquée que 3 heures plus tôt, tandis que Michèle Rivasi poursuit avec Philippe Even et Michel Georget le débat sur la sûreté des vaccins programmé à l’autre la salle.
A Londres, le Curzon a rapidement cédé au feu des menaces et les organisateurs ont également reporté la projection vers une autre salle tenue secrète. Là, plus que partout ailleurs, montrer Vaxxed relève de l’exploit et aucun media n’a le courage d’aborder le sujet du film.
De manière décevante, le Huffington Post supprime dans ses éditions anglaises et américaines les articles des journalistes ayant assisté à la projection : les revues de VAxxed de Sally Beck et Jerome Burne, tous deux contributeurs réguliers dans le domaine de la santé, ont été retirées dès leur parution. Idem pour Lance Simmens ou David Kirby du NY Times, ici encore la censure s’applique.
Fidèle à ses partenaires, le Sunday Times qualifie Wakefield et ceux qui assistent à la projection de ‘preachers of hate’, ‘prédicateurs haineux’, « négationnistes » et « néonazis ». Encore une humiliation de plus pour les parents à qui rien n’est épargné. Cela reste dans la ligne éditoriale de Brian Deer- le journaliste qui semble avoir consacré sa carrière à la destruction de celle de Wakefield, au profit de l’industrie.
En France, avec le faux débat sur les vaccins, l’affaire DTP et le rapport Fisher, tant la classe politique que l’Ordre des médecins, s’illustrent par leur manque de transparence et de démocratie. Les propositions d’étendre les obligations pour dompter un public méfiant semblent plus refléter les intérêts de l’industrie, que l’opinion et la santé des français. Les travaux d’Authier et Gherardi sur les adjuvants aluminiques sont déjà suffisants pour sonner l’alarme. L’autre documentaire choc « Aluminium, vaccins et les deux lapins » nous montre lui aussi à quel point la sûreté des vaccins semble plus relever d’un pari et d’affirmations péremptoires que de recherches bien établies.
En Belgique, c’est Bill Gates qui fait une visite éclair deux jours après la projection de Bruxelles dans le cadre de sa croisade vaccinale. Après avoir injecté 12 millions d’euro dans le développement de nouvelles unités de production de vaccins à Charleroi, et rendu visite à GSK, au couple royal et au premier ministre, pour rappeler les bienfaisances vaccinales de sa fondation, il fallait s’attendre à ce que la Belgique et l’Europe s émeuvent subitement de chaque cas de rougeole et se prennent d’angoisse à l’annonce de futures épidémies qui pourraient menacer l’avenir de l’humanité.

Pas de vaccin, pas de jeu, pas d’argent. L’Australie contraint les familles
L’exemple de l’Australie est effrayant. Les organisateurs des projections et débats ont été menacés de mort et les projections prennent l’allure d’opérations de guérilla. Le gouvernement appelle les professionnels du secteur médical à la dénonciation des ‘familles anti-vaccins’ à qui il supprime les aides familiales.
« No jab, no pay ». En 2017, ce choix coûtera près de 15 000 dollars à certaines familles.
Aux USA, rien que le montant des dépenses en spots télévisés par l’industrie pharmaceutiques parle de lui-même : CBS engrange 511 millions de dollars, 296 pour ABC, 250 pour NBC, 130 pour Fox et proportionnellement tout autant pour les autres opérateurs. Pour rappel, Obama s’est empressé de lancer le GHSA, au sortir des élections. Il s’agit de l’Agenda de la Sécurité Sanitaire Globale dont l’objectif principal est d’imposer la vaccination sur la totalité de la planète, avec la priorité au vaccin…ROR ! On se demande pourtant pourquoi il faut décréter une urgence planétaire concernant une maladie dont la mortalité reste extrêmement faible ?
Pas de doute, l’industrie pharmaceutique est en pleine expansion, ou plutôt offensive. En Californie, le calendrier actuel comporte 70 vaccins, de la grossesse à la vieillesse et au moins 120 autres vaccins seraient en préparation. « Le ciel est bleu, la terre est ronde et les vaccins sont sûrs » clamait Clinton lors de sa campagne. L’élection de Clinton aurait poussé cette obligation à l’ensemble du territoire. Principal lobby politique, dont les commissions auraient dépassé celles versées par l’armement et le pétrole, l’industrie pharmaceutique verrait ses affaires se chiffrer à près de 80 ou 100 milliards de dollars à l’horizon 2025.
2. Pour en finir avec ‘les conflits d’intérêts’, et les mensonges à propos d’Andy Wakefield et de ‘l’étude du Lancet’
Afin de maintenir le couvercle sur cette marmite explosive qu’est le lien entre autisme et vaccination, la censure est assortie d’une campagne de diffamation et de désinformation solidement construite et répétée en boucle comme une propagande de république bananière. Toute l’attention est portée sur la personne d’ Andrew Wakefield et l’étude soi-disant manipulée du Lancet, pour qu’on ne parle ni du vaccin ROR, ni des aveux de William Thompson sur la fraude du CDC.
Résumons la situation, avant d’en exposer les enjeux. Dans toute cette affaire, que l’on essaye d’amalgamer pour la rejeter en bloc, on parle de trois études différentes : une expertise pour un recours en justice démarrée vers 1996, l’étude du Lancet de 1998 et l’étude du CDC de 2004.
L’expertise pour l’action en compensation de dommages des victimes contre GSK
En 1995, des parents consultent le dr. Andrew Wakefield et l’équipe du Royal Free Hospital pour de terribles troubles gastro-intestinaux, dont souffrent leurs enfants autistes. Plusieurs d’entre eux rapportent avoir observé une régression de l’enfant, sur le plan de la santé physique, du comportement et des facultés cognitives, suite au vaccin ROR.
L’information circule rapidement et de nombreux parents affluent au service du Royal Free. Il y avait plusieurs cas gravissimes et c’est tout naturellement que certaines familles se rencontrent et s’associent alors pour introduire une plainte contre GSK (alors SmithKline Beecham), le fabriquant du vaccin ROR concerné.
Dans le cadre de cette action, des experts scientifiques étaient donc engagés et rétribués de part et d’autre. Il était logique pour les parents de s’adresser à l’équipe du Royal Free, puisque c’est là que le cas de leur enfant était investigué et pris en charge. Wakefield avait accepté d’agir en tant qu’expert scientifique, via un programme de l’état permettant aux plaignants en justice de financer les analyses nécessaires à la procédure. Un des éléments déterminants pour cette expertise était la recherche de la persistance de la souche vaccinale de la rougeole dans les échantillons prélevés chez les enfants autistes. De telles preuves auraient permis aux victimes d’obtenir des compensations pour les dommages subis. Mais, elles auraient aussi remis en cause le principe des vaccins combinés et la confiance dans les politiques vaccinales et l’industrie pharmaceutique. Clairement l’enjeu était de taille.
L’étude du Lancet : Face à ces nombreux témoignages, aux observations cliniques des troubles intestinaux, et à la question concernant la sûreté de ce vaccin en particulier, l’équipe du professeur John Walker Smith à laquelle appartient Wakefield, prépare alors un article pour présenter le phénomène et interpeler la communauté scientifique : il s’agit de la fameuse ‘étude du Lancet’ publiée en 1998 et rétractée douze ans plus tard, à la demande du journaliste Brian Deer. (8)
Cette publication n’affirmait pas de lien causal entre l’autisme et la vaccination, comme le prétendent pourtant la plupart de ceux qui s’enorgueillissent de ‘démonter’ les questions qu’ils ont érigées en ‘conclusions’ pour ce faire. Il s’agissait en réalité d’une présentation de cohorte, assortie de questions et d’hypothèses d’investigation. Ce n’était pas non plus un pamphlet ‘anti-vaccin’ : les conclusions appelaient à de plus amples recherches et proposaient de privilégier les vaccins isolés, disponibles à l’époque, plutôt que combinés, une mesure de précaution en attendant de plus amples investigations.
A sa publication, le papier du Lancet ne suscite pas de rejet de la part de la communauté scientifique. Il fait pourtant l’objet d’une conférence de presse et sert effectivement de point de départ à de premières interrogations légitimes.
En réalité, c’est à partir du moment où le lien entre autisme et vaccination connaît une plus grande médiatisation et où la date du procès approche que les choses s’enveniment. L’accélération médiatique vient subitement par l’intermédiaire des Tommey, un jeune couple qui témoigne dans une émission télévisée, espérant rencontrer d’autres parents dans une situation similaire. L’émission fait un record d’audience ! Un nombre effarant de familles se retrouvent dans l’histoire de Billy : vaccin, détérioration de la santé, troubles intestinaux, troubles du comportement, perte des acquis. La famille décide alors de rassembler ces témoignages dans un magazine, ‘The Autism File’. Sorti en 1999, il fera 45 000 abonnés en deux mois à peine !
Les conflits d’intérêts : le réseau GSK
C’est à ce moment, que de nombreuses familles ont rejoint l’action qui se préparait contre GSK, constituant un groupe de près d’un millier de personnes.
De son côté, s’étant porté garant de l’industrie pour les dommages vaccinaux, l’état redoutait de devoir payer le prix d’un tel désastre. C’est donc ensemble que politiques et industrie sortent les grands moyens :
Après dix ans consacrés à la constitution du dossier, à l’expertise et aux actes préliminaires, et quelques mois avant la date du procès, le juge Nigel Davis nommé en charge de l’affaire estime subitement que le financement est ‘inapproprié’, et ordonne le retrait des subventions pour instruire l’affaire. Cette mesure met alors ‘de facto’ fin au procès qui n’a donc jamais eu lieu et interrompt les recherches sur le lien entre le vaccin ROR et l’autisme, alors qu’elles étaient en passe d’aboutir à de premiers résultats.

« Silenced Witnesses » Le témoignage des parents réduits au silence.
Curieusement, le juge Nigel Davis est le frère de Crispin Davis, propriétaire du Lancet et d’Elsevier, et ce dernier vient d’entrer dans le comité de direction de GSK (SKB à l’époque). GSK complète encore sa stratégie de défense par la présence de James Murdoch, fils de Rupert Murdoch, propriétaire du News International/Sunday Times, afin de mieux protéger ses intérêts.
C’est à ce moment là que Brian Deer, ‘journaliste d’investigation scientifique’, monte une cabale invraisemblable pour détruire la carrière de Wakefield dans la presse de Murdoch. Deer le fait passer pour un charlatan animé par l’appât du gain, abusant les parents et de leurs enfants pour gagner de l’argent, projetant par exemple secrètement de fabriquer ses propres vaccins ou un produit concurrent…
En réalité, il s’agissait d’un brevet pour l’utilisation de la secrétine, qui n’appartenait pas à Wakefield mais à l’Institut de médecine associé au Royal Free. Cette substance ne pouvait être utilisée qu’à des fins thérapeutiques pour soigner la rougeole et non pour la prévenir. Il était impensable qu’elle ait pu ‘faire concurrence à un vaccin’. Deer en avait reçu de longues explications, mais ce genre d’inepties se répète encore en ce moment. Cet exemple illustre simplement à quel point Deer opérait une distorsion des faits afin de discréditer Wakefield.
C’est donc lui, et non des médecins ou scientifiques, qui porte plainte et dénonce ‘la fraude publiée dans le Lancet’ devant l’Ordre des médecins. L’affaire est instruite par le Dr. Kumar qui préside la commission d’enquête de l’Ordre, et affirme d’emblée que « de toutes façons, les dommages vaccinaux n’existent pas ». Faut-il s’étonner qu’une importante partie du patrimoine du dr. Kumar était alors constituée d’actions GSK ?
Deer achève l’offensive dans le British Medical Journal où il sera ardemment soutenu par la rédactrice en chef, Fiona Godlee. Merck et GSK, les deux fabricants du ROR sont d’importants contributeurs au journal, à tel point que Godlee admettra lors d’une audition en 2011 qu’on pourrait qualifier le BMJ de ‘bras armé de l’industrie’.
Dans cette ‘amicale pharma-média’, on retrouve aussi Miriam Stoppard, l’épouse du PDG de GSK, qui commentait l’affaire pour le Daily Mirror.
En dehors de l’équipe du Royal Free, tous les acteurs étaient donc acquis à la cause de l’industrie. In fine, Wakefield et Walker Smith perdent leur licence, l’étude est retirée du Lancet et les médias hurlent au scandale. L’ignoble, l’infâme docteur Wakefield devient le bouc émissaire universel de la vaccination.

La ‘matrice vaccinale’ contre Wakefield

En 2012, la justice donne raison à Wakefield et ses collègues: pas de fraude dans le Lancet !
Pour en revenir à la ‘manipulation des données’ invoquée par Brian Deer et le BMJ, et les accusations de ‘conduite non éthique’(4) dans l’étude du Lancet.
Le juge Mitting a réexaminé l’ensemble des débats à l’Ordre et a statué sur le fond de l’affaire du Lancet. Il a constaté que « les décisions de l’Ordre reposaient sur des raisonnements inadéquats et superficiels », et que « certaines conclusions étaient tout simplement fausses ». Il a également restitué sa licence médicale au professeur Walker Smith, en déplorant les dommages subis, et en espérant que de tels agissements ne se produiraient plus jamais. Ces conclusions valent également pour Wakefield puisqu’il s’agit de la même étude, mais ce dernier n’a pu financer de procédure en appel.
Il est impossible de reprendre ici les détails des arguments invoqués dans les divers articles et ouvrage sur plusieurs années, mais les lecteurs se délectant de la prose de de Deer et Godlee sont invités à décortiquer aussi les articles ‘How Brian Deer and the BMJ fixed the record over Wakefield’, rédigés par Martin Hewitt dans ‘Age of Autism’, et à écouter la vidéo ‘Andy répond aux accusations’ en guise d’introduction.
Actuellement, une demande de soumission à un comité parlementaire d’éthique scientifique est en cours au sujet de cette affaire et au vu des développements récents en faveur de Wakefield.
Néanmoins, la pauvreté du travail journalistique sur cette question se perpétue.
On pourrait l’illustrer en prenant exemple sur ce commentaire (sans doute copié de la presse anglaise ou de Deer) extrait de la diatribe de Yann Kindo contre Rivasi, blogueur hébergé par Médiapart, et repris dans le Journal International du Médecin:
« Cette publication [l’article de Wakefield dans le Lancet, ndrl) est l’archétype d’une commande d’un lobby à un scientifique qui oublie soigneusement d’indiquer son conflit d’intérêts et qui manipule les données pour prouver ce qu’on lui avait demandé de prouver (Wakefield avait touché plus de 400 000 livres d’un avocat qui voulait poursuivre un laboratoire pharmaceutique en justice) ».6
Le ‘lobby’ dont on parle ici, ce sont les familles des victimes : voilà comment faire passer les parents d’enfants malades et handicapés à vie, pour des abuseurs ou des intéressés. (Sortons nos mouchoirs pour l’industrie pharmaceutique qui risque une telle injustice) !
Ce n’est pas un, mais treize auteurs qui ont participé à cette recherche et signé cet article et c’est John Walker-Smith qui la dirigeait.
La publication du Lancet n’aurait pu faire office de preuve dans l’expertise, puisque cette publication ne portait pas sur la recherche du virus de la rougeole et qu’elle n’affirme pas de lien causal entre autisme et vaccin ROR.
Wakefield n’a pas ‘soigneusement oublié d’indiquer ce fait’, c’est-à-dire sa participation en tant qu’expert dans le procès. Elle avait été signifiée par écrit par l’avocat des familles à l’éditeur du Lancet, plusieurs mois avant la publication de l’article, précisément dans un objectif de transparence. Si le Lancet l’avait estimé problématique, on le lui aurait notifié et il n’aurait pas figuré parmi les signataires de l’étude. Mais dix ans plus tard, au moment du procès, l’éditeur (entré dans le comité de direction de GSK) ne trouva pas opportun de s’en rappeler.
Enfin, pour ceux qui pensent que Wakefield était avant tout motivé par ‘l’appât du gain’ : en soi qu’un travail de recherche pour une expertise scientifique de plusieurs années requérant des analyses de laboratoire etc. soit rémunéré semble normal, les experts de l’industrie l’étant également. Le seul fait d’accepter de défendre des patients contre la plus puissante industrie mondiale, représente en soi un tel risque (confirmé) en terme de carrière scientifique que ce seul motif est peu crédible.
Dans ce cas précis, les montants concernés furent finalement versés à un fonds pour la recherche.
A côté de cela, on peut penser aux conflits d’intérêts de Paul Offit, ‘expert indépendant’ favori du CDC et la fondation Gates. Offit prône la vaccination au point d’affirmer qu’on pourrait recevoir 10 000 vaccins à la fois, tout en osant prétendre que les dividendes qu’il touche sur chaque dose de RotaTeq dont il a fait déposer le brevet, ne sont pas susceptibles d’influencer sa neutralité scientifique. Membre du comité de Autism Science Foundation, il fait aussi partie des commissions de recommandation pour le calendrier vaccinal.
Les vraies fraudes : entraves à l’expertise, manipulations pour l’étude du CDC
Entraves dans l’expertise
C’est plutôt dans le cadre de l’expertise, que de véritables actes malveillants eurent lieu pour faire avorter l’action contre le fabricant du ROR. Qu’on se donne la peine de lire dans le livre ‘Autiste depuis le vaccin’, le récit particulièrement poignant que nous livre la maman du jeune Josh. Le cas de cet enfant était si grave qu’il avait fallu lui retirer l’entièreté du colon. Cet organe devait être expédié après l’opération pour analyse, car il présentait un intérêt particulier pour la recherche et aurait pu fournir un élément de preuve crucial pour le procès. Mais lorsque le taxi apporta le conteneur frigorifique avec l’échantillon au Dr. Wakefield, celui-ci avait disparu…
Un autre témoin, la maman de Jodie, affirme que les documents de sa fille avaient été manipulés, de manière à ne pas mentionner l’injection qui aurait déclenché les dommages chez son enfant, vaccin qu’on avait d’ailleurs administré contre sa volonté.
Une chose est sûre : durant toute cette histoire, les familles n’ont jamais eu droit à la parole. Ni avant, ni après, ni dans la presse, ni auprès des politiques, malgré les efforts continus de certains parents durant plusieurs décennies. C’est pourquoi le livre ‘Silenced witnesses, témoins réduits au silence’ paru en français sous le titre ‘Autiste depuis le vaccin’, a vu le jour.
Conclusions inversées dans l’étude de référence du CDC
L’étude à grande échelle’ du CDC était considérée comme ‘décisive’ et faisait directement suite aux interrogations soulevées par Wakefield, notamment devant le congrès américain. En effet, les recommandations proposées dans le Lancet paraissaient d’autant plus raisonnables que le triple vaccin en question (souche Urabe), avait été retiré plusieurs fois du marché, après avoir provoqué des cas de méningite : au Canada sous le nom de Trivirix, réintroduit en Grande-Bretagne et chez nous sous le nom de Pluserix avant d’être retiré à nouveau, et ensuite au Brésil où il causa une véritable épidémie. Cette épidémie avait particulièrement touché les plus jeunes enfants, âgés de moins de trois ans. C’est cette constatation qui fut à la base de la fameuse étude à grande échelle réalisée par Thompson et le CDC pour investiguer le lien possible entre autisme et vaccination, du moins sur le plan statistique.
La question posée étant : y a-t-il comme pour la méningite, une corrélation entre l’incidence de l’autisme et l’âge d’administration du vaccin ROR ? Si c’est le cas, le vaccin est à mettre en cause et il faut se pencher sur ses effets. Sans émettre d’hypothèse sur l’origine d’un lien causal, cette étude du CDC devait en quelque sorte déterminer si oui ou non, il fallait poursuivre les recherches sur l’autisme et la vaccination.
Or c’est ici que la véritable fraude est à dénoncer : devant des résultats qui confirment effectivement un risque élevé, Thompson et sont équipe sont contraints de ‘remanier’ les données et redessiner le plan d’analyse pour influencer les résultats. On trouvera bien entendu sur Hoaxbuster et chez les autres trompettistes de la vérité scientifique de nouvelles ‘démystifications’ de ces chiffres, étayées par de nouvelles interprétations statistiques.
Tout ceci n’enlève rien à ce qui reste inadmissible : qu’une étude commanditée par le congrès américain pour évaluer les risques potentiels de troubles gravissimes posés par un vaccin obligatoire, fasse l’objet de pressions, pour en inverser le résultat. Qu’envers l’avis de son principal concepteur, on en vienne jusqu’à la destruction de certains documents, pour ensuite venir claironner que cette étude ‘met définitivement fin au débat en démontre qu’il n’y a pas de risque’, alors que c’est l’inverse, est irresponsable et criminel. Et surtout, c’est la preuve qu’on ne peut pas se fier aux organismes de contrôle de la santé, dont s’inspirent ensuite l’OMS et nos propres politiques.
Durant dix ans, cette étude fut LA référence pour renvoyer toute question sur la sûreté des vaccins aux oubliettes. Il y a quelques mois à peine, lors d’une journée sur ‘les coulisses de la vaccination’ organisée par la Haute Autorité de la Santé, un éminent professeur vaccinologue, qui enseigne l’éthique sociale, c’est-à dire la vaccination comme acte ‘citoyen et solidaire’, a justement invoqué cette étude comme la preuve ultime que le vaccin ROR n’est pas à mettre en cause.

Conclusion : la science donne raison à Wakefield et ses collègues.
Aujourd’hui, lire et recopier les chroniques de Deer à propos de l’étude du Lancet n’a aucun intérêt, si ce n’est que de marquer une allégeance à l’industrie. Entretemps, il existe près d’une trentaine d’études soutenant les observations de Wakefield et ses collègues.8 Si l’hypothèse que des troubles gastro-intestinaux aient un impact sur le fonctionnement cérébral semblait peut-être farfelue il y a 20 ans, de très nombreuses recherches, n’ayant rien à voir avec l’autisme, ont solidement établi le lien intestin-cerveau, y compris en France.
Aux USA, Tim Buie, professeur en gastroentérologie à la Harvard Medical School, la faculté médicale la plus réputée, estime qu’un bilan intestinal devrait être pratiqué de manière systématique chez les enfants avec autisme. En France, la fondation fondamental vient d’organiser un symposium ‘intestin- cerveau’ et on parle désormais de ‘psychiatrie nutritionelle’.10 Tout récemment, l’université de Yale a publié une recherche indiquant un lien possible entre troubles mentaux et vaccinations.11

La tournée Vaxxed donne naissance à un mouvement ‘grassroots’.

3. Pour en finir avec l’humiliation des familles
Enfin, ce qu’aucune étude statistique ne pourra ‘démonter’, ni étouffer… A l’occasion des séances de projection-débats lors de la tournée du film, ce sont près de 10 000 personnes qui sont venues témoigner. L’équipe de Vaxxed a filmé des centaines de familles racontant leur histoire. Les vidéos sur Vaxxed TV. 12 sur Vaxxed periscope, Vaxxed Homecoming Tour nous livrent des récits poignants d’accidents vaccinaux, souvent très détaillés, parfois même documents à l’appui. Pour beaucoup de parents ou de victimes, c’est la première fois que leur histoire peut être racontée, écoutée, comprise.
Peu à peu, l’ampleur de cette tragédie vaccinale se révèle. Elle va bien au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. Face à une montée en force des obligations vaccinales, le phénomène est en passe de devenir un enjeu social majeur.
Aujourd’hui les familles se rassemblent et se battent pour l’avenir de leurs enfants, le droit au libre choix, le droit à la transparence, leur droit à disposer de leur propre corps.
La course est engagée sur la planète entre un programme de vaccination massive et obligatoire à l’échelle mondiale et un mouvement de résistance initié par des familles et de simples citoyens, dont le film Vaxxed et son équipe deviennent l’instrument et le symbole.
La remise question de la sûreté des vaccins est inévitable, tout comme la reconnaissance des troubles intestinaux associés à l’autisme. Le déni des risques et dommages vaccinaux et les mesures d’obligation déployées de force par les politiques et l’industrie sont inexorablement vouées à l’échec et couvriront leurs auteurs de honte et de ridicule. Il est temps d’en prendre conscience et de se diriger vers une refonte complète de nos politiques de santé.

Le train est en marche, et ce dernier fait m’interpelle : alors que Fiona Godlee, principale éditrice du BMJ, poursuit sa croisade anti-Wakefield, comme si le temps s’était arrêté en sa faveur en 2010, et qu’aucun jugement n’avait eu lieu, Peter Doshi, co-éditeur de la même revue, nous livre un article bien plus nuancé, dont voici la conclusion14 : « « Contrairement à la suggestion que les vaccins sont sans risque, la littérature écrite à ce sujet nous informe des différents effets secondaires possibles ou confirmés », achevant par « Il est temps d’être à l’écoute des patients avec le sérieux et le respect qu’ils méritent, plutôt que de les diaboliser ».
En effet, il est ‘moins une’.
Senta Depuydt

1. voir congressortirdelautisme.com
2. com
3. worlmecuryproject.com
4. Décision du 7 mars 2012 « For the reasons given above, both on general issues and the Lancet paper and in relation to individual children, the panel’s overall conclusion that Professor Walker-Smith was guilty of serious professional misconduct was flawed, in two respects: inadequate and superficial reasoning and, in a number of instances, a wrong conclusion
http://www.bailii.org/cgi-bin/markup.cgi?doc=/ew/cases/EWHC/Admin/2012/503.html&query=Walker-Smith+and+GMC&method=boolean
5. suretevaccins.com
6. https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/290117/michele-rivasi-en-croisade-contre-la-science-et-la-sante-publique
7. http://www.jim.fr/medecin/e-docs/michele_rivasi_la_reine_de_lalterscience__163860/document_jim_plus.phtml?reagir=1#article-reactions
8. http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736%2897%2911096-0/fulltext#article_upsell
9. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2010/04/10/wakefield-interview.aspx

What the News Isn’t Saying About Vaccine-Autism Studies

Why Do Most Medical Doctors Blindly Recommend Vaccinations?

June 3, 2017 by Edward Morgan
Multiple reasons explain why the vast majority of medically trained physicians support vaccinations.

Physicians receive the majority of their training during medical school, which is heavily influenced by pharmaceutical companies and government institutions such as the Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Both pharmaceutical companies and government organizations support a misguided agenda in which vaccinations are promoted as a primary tool to prevent disease. Practitioners are rewarded for high vaccination rates.

Doctors are pressured to vaccinate or face negative professional and financial consequences. Medical doctors belong to professional medical organizations which recommend vaccines.

To summarize, physicians exist in a world where vaccinations are considered the primary weapon for disease prevention. The majority come to believe in vaccine safety and effectiveness.

It takes great courage, curiosity and independence for physicians to think outside of the box and do their own research on vaccines. For those who dare to think outside of the box, they can face negative professional and financial consequences.

Medical School Training On Vaccinations

When viewing an actual curriculum entitled TIME (Teaching Immunization for Medical Education) used in the training of physicians in medical school, the focus appears to be on review of the childhood vaccination schedule, methods to encourage parental compliance and advocacy of the safety and effectiveness of vaccines to prevent disease.

This model was used at the University of Pittsburgh School of Medicine, dated 2011. [1,2]

An example of a case scenario and how to respond to a parent’s concern about multiple vaccinations follows:

“How would you answer the parents’ question, ‘Are so many shots really needed?’

Historically, larger numbers of cases of vaccine-preventable diseases were greatly reduced by vaccination.

Deaths, hospitalizations, and brain damage decreased as well. Since these diseases are contagious, they can return if immunization rates drop, as has happened in other developed countries when immunization rates dropped (see Table 2).

The immune system is capable of responding to 100,000 vaccines at one time, according to the abstract by Dr. Offit, et al.”

The TIME curriculum listed the following teaching objectives for the medical students:

“Given a patient scenario, recommend vaccination appropriately, according to the recommended childhood immunization schedule, and state the administration routes and injection sites for these vaccinations.
Given a child who is behind schedule, explain the principles of accelerated and catch-up vaccination, and determine needed vaccinations for current and subsequent visits.
Explain the rationale for simultaneous vaccine administration and the potential consequences of non-simultaneous administration.
Given a patient scenario, identify valid contraindications and precautions to vaccination without missing vaccination opportunities that are appropriate.
Explain general vaccine safety and adverse event information, including the Vaccine Injury Compensation Program (VICP), the Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), and use of the Vaccine Information Statements (VISs).
Suggest three procedures that a physician can implement in a practice or clinic to improve childhood vaccination rates.
Secondary Objectives:

Given a patient scenario, recommend vaccination, if indicated, during both acute-care and well-child visits to providers, thereby reducing missed opportunities
State sources of current information on childhood vaccinations, including information about the schedule, minimal interval between doses, and vaccine contraindications.” [3] (emphasis added)
“Ways to improve office vaccination rates include the following:

Conducting problem solving and goal setting activities, following an evaluation of the practice’s current vaccination rates. Subsequently, vaccination rates should be monitored with ongoing feedback to providers about vaccination rates.
Having office staff assess vaccination status at patient registration or during vital signs. The office computer can generate “tickler” reminders about vaccinations.
Administering vaccines simultaneously if more than one is indicated.
Having a dedicated spot in the medical record for vaccination information.
Training providers to distinguish between valid and invalid contraindications.
Writing standing orders to allow the nurse to administer routine vaccinations.
Marking updated copies of schedules and contraindication checklists available.
Monitoring rates, providing feedback, encouraging competition, and offering prizes. Take Home Point.
• Practical ways to increase vaccination rates are available and include evaluation of rates, problem solving, goal setting, monitoring, and feedback.” [4] (emphasis added)

What Doctors Say About their Training

This focus in medical school on vaccination schedules and compliance has been validated by physicians who have shared their medical school training experience. Two well-know physicians reported the following about their training:

Dr. Suzanne Humphries stated:

“We learn that vaccines need to be given on schedule. We are indoctrinated with the mantra that ‘vaccines are safe and effective’ — neither of which is true. Doctors today are given extensive training on how to talk to ‘hesitant’ parents — how to frighten them by vastly inflating the risks during natural infection… on the necessity of twisting parents’ arm to confirm, or fire them from their practices. Doctors are trained that NOTHING bad should be said about any vaccine, period.”
Dr. Bob Sears stated:

“Doctors learn a lot about diseases in medical school, but we learn very little about vaccines….

“We don’t review the research ourselves. We never learn what goes into making vaccines or how their safety is studied. So, when patients want a little more information about shots, all we can really say as doctors is that the diseases are bad and the shots are good.” [5] Physicians Are Taught That Vaccines Save Lives

Physicians are taught in medical school that vaccinations are responsible for eliminating disease. Their training focuses on the great danger that once common childhood diseases posed.

They are told about the death and misery that resulted from these diseases, which vaccines are credited for eliminating. Contrary views, facts, reality and positions on disease elimination and vaccine dangers are not emphasized. [6]

The Funding of Medical Schools

Pharmaceutical companies donate billions of dollars to medical schools, and with their funding comes great influence on the curriculum for medical students.

Pharmaceutical companies are the makers of vaccinations, so they profit largely by teaching medical students, future physicians, the importance of vaccinations for health.

Government funding is even greater for many medical schools, which means that government institutions such as the CDC also wield great influence on medical school curriculum. The CDC supports the current childhood vaccine schedule.

NPR did a survey which found that between 2 and 16 percent of medical schools’ annual budgets are derived from the pharmaceutical industry.

As one example, the University of Oklahoma Health Science Center, a medium-sized medical school with 585 students, obtained 13.5 percent of its budget from pharmaceutical companies in 2003.

The school received grants from drug giants AstraZeneca, Merck, Novartis, Pharmacia and Upjohn, totaling $13.8 million. More than half of their budget came from the National Institute of Health and other federal agencies, totaling $58.8 million. [7]

How Physicians Are Rewarded for High Vaccination Rates

The Centers for Disease Control has a national program called AFIX, standing for Assessment, Feedback Incentive and eXchange, which aims to increase vaccination rates.

The program began as a pilot program in Georgia in 1986, and then was adopted across the country in both public and private physician offices. Physicians are tracked for their vaccination rates and offered “prizes” and rewards for high vaccination rates. [8, 9]

To gain “buy in” from providers, the AFIX program suggests the following:

“The most logical, best researched and widely documented strategies to improve vaccination practices are unlikely to succeed unless there is buy-in from the providers. Providers are barraged with auditors, consultants, patient advocates, safety committees, licensing agencies and enforcers of local ordinances.

You can either compete for attention within this pool of ‘regulators’ or you can be valuable allies in helping the provider accomplish a mutual goal: providing all recommended vaccinations for all eligible children.” [10] (emphasis added)

Rewards for physicians who improve their vaccination rates include publication of successes in newsletters and paid immunization conference registration for office staff.

Sponsors for rewards may include local businesses, coalitions, professional organizations, managed care or HMOs and vaccine manufacturers. [11]

Their Professional Organizations And Pharma Funding

All of the physician professional organizations recommend vaccinations. As one example, the American Academy of Pediatrics holds a strong stance for total vaccine compliance.

Their organization’s home page is inundated with information on vaccines and their importance, including propaganda reminding physicians of the terrible diseases that vaccines are supposedly responsible for eliminating. [12]

However, it is also clear that the American Academy of Pediatrics is highly funded by major pharmaceutical companies, including Pfizer, Sanofi Pasteur, Merck, Meda Pharmaceutical and Astra Zeneca.

These companies profit from the sales of vaccinations and pharmaceutical drugs, which are recommended by pediatricians. [13]

Consequences Of Doctors NOT Vaccinating

Physicians can face negative consequences if they fail to comply with recommended vaccine schedules on their patients. Doctors risk being dropped from insurance companies, losing hospital privileges and becoming ostracized from their peers.

They can face losing a major source of income for their practices if they vaccinate less. For hospital-employed physicians, losing financial bonuses can be a consequence for not vaccinating. In severe cases, physicians can risk losing their medical license. [14]

Related: Why Flu Shots Are the Greatest Medical Fraud in History

Why NOT To Vaccinate

Physicians are taught well a one-sided view on vaccination safety and effectiveness. In reality, vaccines have not been proven safe or effective in preventing disease.

Vaccine charts show that most diseases were eliminated prior to vaccine creation. Improvements in water sanitation are often credited with disease elimination. [15, 16]

Documented life-threatening illnesses and death result from vaccines, challenging vaccine safety.

Outbreaks of diseases continue to occur in those vaccinated, raising the question of vaccine effectiveness. To explore further ten reasons NOT to vaccinate, see the article Ten Reasons Not to Vaccinate.

Conclusion

Doctors live in a world where vaccinations are a key part of their medical training curriculum, with the emphasis on how to achieve high vaccination rates.

Vaccine safety and effectiveness in eliminating diseases is emphasized, with no balanced teaching of vaccine dangers and questionable vaccine effectiveness.

Physicians face negative consequences if they question vaccination rates and don’t push vaccines on their patients. All professional physician organizations support strong vaccine policies, which adds additional pressure for physicians to vaccinate their patients.

Pharmaceutical companies, which make vaccines, are a primary funder for medical school education and physician professional organizations.

This funding presents a huge conflict of interest. In effect, physicians are being used as the sales force for the makers of vaccines.

The majority of physicians enter the profession to heal their patients and help humanity.

Unfortunately, because of the large influence of pharmaceutical companies, government agencies and their training, most doctors are pressured to endorse a failed vaccine policy which has proven to be more dangerous than beneficial to their patients.

References:

http://c.ymcdn.com/sites/www.aptrweb.org/resource/resmgr/time…pdf
http://www.aptrweb.org/?page=time
http://c.ymcdn.com/sites/www.aptrweb.org/resource/resmgr/time…pdf
http://c.ymcdn.com/sites/www.aptrweb.org/resource/resmgr/time…pdf
https://www.vactruth.com/2012/07/31/what-your-doctors-know
https://www.vactruth.com/2012/07/31/what-your-doctors-know
http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=4696316
http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2012/06/02/bribery…
http://www.cdc.gov/vaccines/programs/afix/about/overview.html
http://www.cdc.gov/vaccines/programs/afix/resources.html
http://www.cdc.gov/vaccines/programs/afix/components.html
https://www.aap.org/en-us/advocacy-and-policy/aap-health-initiatives…
https://www.aap.org/en-us/about-the-aap/corporate-relationships…
http://healthimpactnews.com/2012/why-do-doctors-push-vaccines/
http://www.healthsentinel.com/joomla/index.php…
http://www.whale.to/vaccines/decline1.html
Source: http://humansarefree.com/2017/05/why-do-most-medical-doctors-blindly.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+humansarefree%2FaQPD+%28Humans+Are+Free%29

La vaccination,
un sujet tabou ? (du site www.inrees.com)
En France, un chercheur alerte les autorités sur les effets de l’aluminium présent dans la majorité des vaccins. Aux États-Unis, un rapport évoque de possible liens entre le vaccin ROR et l’autisme. De plus en plus de médecins, d’élus et de citoyens se mobilisent afin qu’un débat objectif soit mené
sur la question de la vaccination. Enquête…

Il est des sujets difficiles à aborder de manière calme et sereine. Celui de la vaccination tend à déclencher des réactions très clivées. Cependant, des associations, des médecins, des chercheurs et des élus appellent à ce qu’un débat éclairé et raisonnable soit mené à l’écart de tout propos excessif. Loin d’être contre la vaccination, ils font état d’un manque d’informations objectives données aux familles au sujet des vaccins. En bref : certaines recherches pourtant institutionnelles ne semblent pas bénéficier du même traitement que les communiqués de l’industrie pharmaceutiques. « Dans une démocratie qui se respecte, les bénéficiaires des vaccins ont le droit de tout connaitre sur les médicaments qui leur sont proposés », rappelle le Pr Jean-Bernard Fourtillan, pharmacien et professeur honoraire de chimie.

En leur prêtant l’oreille, nous découvrons qu’il n’y a pas « un » mais « des » débats sur la vaccination : les procédés de fabrication, les possibilités de contamination, les manipulations génétiques, l’ajouts d’adjuvants et conservateurs, les conditions de vérifications cliniques, le calendrier vaccinal et l’accès aux vaccins obligatoires, l’apparitions d’effets secondaires, la nature des liens entre experts gouvernementaux et industrie pharmaceutique, la croissance économique de l’industrie du vaccin… Tous ces aspects devraient être traités avec transparence. Ils ne le sont pas toujours. « On ne peut que s’étonner du peu d’empressement mis par les pouvoirs publics et le corps médical à éclairer l’opinion sur un sujet qui risque de devenir explosif », indique le Pr Pierre Cornillot, doyen-fondateur de la faculté de médecine de Bobigny.

Une longue histoire

L’idée de préparer le système immunitaire à surmonter une maladie en créant un contact avec sa forme atténuée ne date pas d’hier. Les chinois et les indiens connaissaient la « variolisation » – un procédé d’inoculation volontaire de la variole par scarification – avant le XIe siècle. Cette pratique a progressivement atteint l’Europe. En Angleterre, Emmanuel Timoni publie un traité pour la Royal Society sur l’inoculation en 1713, Edward Jenner codifie la vaccination en 1796. Si bien qu’en parallèle des grands programmes portés sur l’hygiène et la santé – amélioration des conditions sanitaires et réforme des hôpitaux -, on se met à vacciner dans toute l’Europe. L’ancien professeur de biologie Michel Georget souligne alors, dans L’apport de la vaccination à la santé publique, la réalité derrière le mythe, que la disparition progressive des grandes épidémies ne peut être entièrement imputée aux vaccins. Un exemple : malgré le fait que la vaccination soit devenue obligatoire en Angleterre quelque 20 ans plus tôt, en 1872 une épidémie de variole tue 23 000 personnes, rappelle le Pr Henri Joyeux dans Vaccins, comment s’y retrouver ?. « Les gains les plus spectaculaires en matière de santé publique sont d’abord l’amélioration des conditions de vie », poursuit le chirurgien cancérologue et ancien professeur des universités.

Autres faits historiques : il est arrivé que la vaccination déclenche la maladie qu’elle était censée combattre. Ce fût notamment le cas avec des vaccins contre la rage, la tuberculose ou la poliomyélite détaille Michel Georget dans Vaccination, les vérités indésirables. Certains vaccins ont aussi été contaminés par d’autres maladies, infiltrées via les cellules animales ou humaines utilisées dans leur fabrication. « La mise en œuvre de procédés de purification de plus en plus élaborés n’a pas empêché que des vaccins se trouvent contaminés à l’insu des fabricants », note le biologiste. Deux exemples : en 1938, plus d’un million de brésiliens ont reçu un vaccin contre la fièvre jaune contaminé par l’hépatite B, entre 1954 et 1963, 98 millions d’états-uniens ont été inoculés contre la poliomyélite par un vaccin contenant des virus simiens, reconnus comme pouvant provoquer des tumeurs cancéreuses. Ainsi, s’il est indiscutable que des techniques d’expositions d’individus à certaines maladies ont sauvé des vies, il semble nécessaire de les mettre en perspective.

Un vaccin n’est pas anodin

Cherchant à prévenir les attaques potentielles des bactéries et des virus, des parasites et des champignons, la fabrication d’un vaccin est un procédé complexe. La première étape consiste à mettre en culture les agents pathogènes sur d’autres bactéries, cellules animales ou humaines dans des bains nutritifs divers. Des procédés de manipulation génétique peuvent également être mobilisés. Le produit est ensuite filtré, parfois chauffé, et exposé à des adjuvants, conservateurs et stabilisateurs qui permettent d’atténuer, inactiver, stabiliser l’effet du vaccin. Il s’agit du formol, phénol, aluminium, mercure, borax, etc., dont le taux final dépasse fréquemment les normes fixées par les autorités de santé. Autre étape, cette production doit être testée sur des animaux et des humains, souvent des enfants, avant d’être mise sur le marché. Ceci pose de profondes questions éthiques. Peu de gens se soucient de la condition animale. Certains s’inquiètent de l’incapacité des sujets à mesurer les tests auxquels ils participent ou font participer les enfants qu’ils ont à charge. Des études ont par exemple été menées dans des orphelinats, des instituts spécialisés ou sur des populations du tiers-monde, rapporte Michel Georget. Autres biais : les tests de vérification sont réalisés par les industries pharmaceutiques, les commissions officielles sont composées d’experts ayant majoritairement des liens avec ces firmes internationales, la formation permanente des médecins au sujet des vaccins est presque totalement sous leur contrôle, informe le Pr Joyeux.

Dernière étape : une fois testés, les vaccins sont recommandés selon un calendrier qui peut commencer dès l’âge de deux mois. Les vaccins obligatoires en France sont ceux contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (DTP), et la fièvre jaune pour la Guyane. Il y a actuellement une pénurie du vaccin trivalent DTP. « On propose à la place un vaccin à 6 valences contre des maladies dont les nourrissons n’ont pas un besoin immédiat. Son coût est de 39,04€ alors que le trivalent était de 6,10€ », signale le Pr Joyeux. Notons également qu’une dizaine de pays d’Europe n’imposent aucune obligation vaccinale. Que se passe-t-il ensuite ? Rien, normalement. Sauf que la question des vaccins ne va pas sans d’épineux dossiers portant sur ses effets secondaires. « Parallèlement à l’augmentation programmées des approches vaccinales universelles, n’assiste-t-on pas à une explosion inexplicable d’allergies, de maladie auto-immunes ou neurodégénératives, cancers et autres symptômes médicalement inexpliqués ? », questionne le Pr Romain Gherardi dans Toxic Story. Cette question est bien sûr extrêmement complexe. Nous faisons face, au-delà du sujet des vaccins, à une pollution généralisée et croissante. Cependant, de nombreuses études publiées dans des journaux scientifiques à comité de lecture et parfois entendues par les autorités publiques, établissent des liens directs entre ces pathologies et certains programmes de vaccination. En voici des exemples.

L’aluminium, un adjuvant gênant

Il devrait être impossible de trouver un atome d’aluminium dans un être vivant. « L’évolution, qui s’y entend en matière d’adaptation à l’environnement, s’est abstenue d’introduire ce métal dans quelque métabolisme que ce soit de la biosphère », informe le Pr Gherardi. Ce spécialiste des maladies neuromusculaires, chef du service d’Histologie-Embryologie de l’hôpital Henri Mondor, a dirigé pendant 14 ans une équipe de recherche de l’Inserm-université Paris-Est-Créteil. Dans les années 1990, il voit apparaitre une pathologie inconnue, la myofasciite à macrophage, dont les symptômes s’apparentent au syndrome de fatigue chronique ou au syndrome de la guerre du Golfe. Fatigue, douleurs musculaires et articulaires, troubles cognitifs peuvent aller jusqu’à invalider les malades. Face à la croissance inquiétante de cette pathologie, les recherches du Pr Gherardi le mènent aux adjuvants aluminiques utilisés couramment dans les vaccins depuis 1926, dont celui contre l’hépatite B fortement mis en avant dans les années 1990.

Cependant, dès que le chercheur prononce le mot « vaccin », les portes se ferment devant lui, ses articles sont refusés, ses financements se tarissent. En 2004, l’Afssaps, agence dont la mission est d’évaluer les risques sanitaires présentés par les médicaments, déclare que le syndrome découvert n’est pas lié à la vaccination. « Tous les rapporteurs du dossier avaient des liens d’intérêts financiers avec les firmes pharmaceutiques », remarque Gherardi. Il se trouve que suite à l’affaire du Médiator, un médicament contre le diabète, l’Afssaps sera dissoute en partie à cause de sa proximité avec cette industrie. Toujours est-il que le Pr Gherardi et son équipe ne baissent pas les bras. « Depuis 2014, nous avons les preuves scientifiques que le discret adjuvant, loin de se dissoudre dans les tissus après avoir fait son office, non seulement persiste longuement dans l’organisme, mais peut migrer dans le cerveau pour n’en plus ressortir », poursuit le chercheur, qui note que tous les patients examinés présentent des troubles cognitifs, et donc psychiques, d’allures organiques. A la lumière des milliards de personne dans le monde vaccinés avec des produits aluminiques, cela devrait alerter les pouvoirs publics. Le chercheur et son réseau peinent à se faire entendre. Pourtant, lors de l’épisode de la grippe aviaire, la Food and Drug Administration américaine – informée des recherches du Pr Gherardi et des débats sur le rôle des adjuvants vaccinaux dans l’affaire du Syndrome de la guerre du Golfe – exige étrangement des vaccins sans adjuvant pour les USA.

Le vaccin ROR, un dossier explosif

« J’ai été impliqué dans une fraude envers des millions de contribuables au sujet des effets secondaires potentiels des vaccins. Nous avons menti à propos des résultats scientifiques de l’étude. Nous ne pouvons plus nous fier au CDC – Centre pour le contrôle et la prévention des maladies – pour étudier la sécurité des vaccins », a déclaré William W. Thompson lors d’une conversation enregistrée et diffusée dans le documentaire Vaxxed. Ce Scientifique senior du CDC, commentait alors une étude sur le vaccin ROR – Rougeole, Oreillons, Rubéole – menée par son organisme. L’équipe dont il faisait partie aurait falsifié les évidences d’un lien entre ce vaccin et des cas d’autisme. Le taux d’autisme qui était quasiment nul avant 1930, est passé à 1 cas sur 45 enfants aux Etats-Unis en 2014. « Au début des années 90, la hausse de l’autisme a été si importante et si rapide que j’ai senti que je ne pourrais jamais suivre », informe Doreen Granpeesheh, fondatrice du Center for autism and related disorders. Il est encore difficile d’avoir du recul sur ce dossier controversé et toujours en cours auprès des autorités américaines.

Tout a commencé lorsque le chercheur gastroentérologue britannique Andrew Wakefield a publié dans The Lancet en 1998 une étude établissant un lien entre le vaccin ROR et ce qu’il a appelé « l’entérocolite autistique ». « Ce que nous avons découvert et signalé pour la première fois était ce lien entre ce qui semblait être un nouveau type d’inflammation intestinale et la régression autistique chez les enfants qui se développaient normalement avant de recevoir le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole », résume le gastroentérologue. L’affaire fut si contestée que son article fut retiré du Lancet en 2010. Le témoignage de Thompson relance le dossier. Une question : si un lien est établi entre le vaccin ROR et certains cas d’autisme, qui doit dédommager les familles ? L’état, en raison des contrats avec l’industrie pharmaceutique. Serait-ce pour cela que les autorités américaines ont des réticences à faire face à ce dossier ? Cependant comme le rappelle le politicien Dan Borton, membre de la chambre des représentants, le temps est compté. Le taux de cas d’autistes ne cesse de croitre et ces enfants peuvent vivre longtemps. Qui va prendre soin d’eux ? « Ce sera nous, les contribuables. (…) Donc nous ne pouvons pas laisser les compagnies pharmaceutiques et notre gouvernement dissimuler ce gâchis aujourd’hui, car il ne va pas disparaitre ». Plus proche de nous, le Pr Gherardi, s’étonne de l’attitude des responsables politiques qui optent pour une « privatisation des gains, mutualisation des pertes », dans laquelle l’état et donc les contribuables, sont perdants.

Une situation clivée

D’un côté, plus de 120 nouveaux produits vaccinaux seraient en préparation. Selon le cabinet d’études Alcimed, le chiffre d’affaires de la vente des vaccins, qui était de 26 milliards en 2011, devrait atteindre 80 milliards de dollars d’ici à 2025. Sanofi-Pasteur, GlaxoSmithKline, Merck, Pfizer et Novartis se partagent un marché lucratif. De l’autre côté, de plus en plus de parents se mobilisent et s’informent. Les pétitions lancées par des associations d’usagers telle que la Ligue Nationale pour la liberté des vaccinations ou l’ association Famille Santé Prévention , se multiplient et arrivent à dépasser le million de signatures. « Alors que la défiance de nos concitoyens envers les vaccins s’accentue il me semble que débattre de la politique vaccinale en France est une nécessité absolue », déclare la députée européenne Michéle Rivasi sur son site internet. Et comme nous l’avons vu, de nombreuses figures du monde médical et scientifique continuent d’alerter les autorités en place. « Nous ne prenons pas position en faveur ou contre l’obligation vaccinale, mais nous demandons à ce que le débat soit ouvert », répète le Pr Daniel Floret, président du Comité Technique des Vaccinations en France.La vaccination,
un sujet tabou ?
En France, un chercheur alerte les autorités sur les effets de l’aluminium présent dans la majorité des vaccins. Aux États-Unis, un rapport évoque de possible liens entre le vaccin ROR et l’autisme. De plus en plus de médecins, d’élus et de citoyens se mobilisent afin qu’un débat objectif soit mené
sur la question de la vaccination. Enquête…

Il est des sujets difficiles à aborder de manière calme et sereine. Celui de la vaccination tend à déclencher des réactions très clivées. Cependant, des associations, des médecins, des chercheurs et des élus appellent à ce qu’un débat éclairé et raisonnable soit mené à l’écart de tout propos excessif. Loin d’être contre la vaccination, ils font état d’un manque d’informations objectives données aux familles au sujet des vaccins. En bref : certaines recherches pourtant institutionnelles ne semblent pas bénéficier du même traitement que les communiqués de l’industrie pharmaceutiques. « Dans une démocratie qui se respecte, les bénéficiaires des vaccins ont le droit de tout connaitre sur les médicaments qui leur sont proposés », rappelle le Pr Jean-Bernard Fourtillan, pharmacien et professeur honoraire de chimie.

En leur prêtant l’oreille, nous découvrons qu’il n’y a pas « un » mais « des » débats sur la vaccination : les procédés de fabrication, les possibilités de contamination, les manipulations génétiques, l’ajouts d’adjuvants et conservateurs, les conditions de vérifications cliniques, le calendrier vaccinal et l’accès aux vaccins obligatoires, l’apparitions d’effets secondaires, la nature des liens entre experts gouvernementaux et industrie pharmaceutique, la croissance économique de l’industrie du vaccin… Tous ces aspects devraient être traités avec transparence. Ils ne le sont pas toujours. « On ne peut que s’étonner du peu d’empressement mis par les pouvoirs publics et le corps médical à éclairer l’opinion sur un sujet qui risque de devenir explosif », indique le Pr Pierre Cornillot, doyen-fondateur de la faculté de médecine de Bobigny.

The Unsubstantiated Medical-Science Proofs About Vaccines

TOPICS:AutismBig PharmaCatherine FrompovichScienceVaccines
JUNE 27, 2017
By Catherine J. Frompovich

Allopathic medicine likes to crow about its scientific prowess; they call it “science-based medicine.” Well, that self-proclaimed, and rather dubious accolade, falls flat on its face, and even comes up with either egg or slimy pond scum mud on the faces of all those who salute, promote and mandate neurotoxic vaccines and their malevolent pseudoscience.

The most accurate case in point—actually there are two I will talk about—is the implicit fact that the practice of multi-valent vaccines given to infants as young as 2 months of age (and also at 4 and 6 months) are not, have not, and probably never will be tested for what’s commonly understood and known as “cumulative effects.” Is there some sort of scientific disconnect when it comes to testing vaccines for cumulative effects? I wonder why, as that is the most scientifically logical verification of actually proving one’s self-aggrandizement as “science-based medicine.”

The cloud is a catalyst for transformation
SPONSORED CONTENT
The Cloud Is A Catalyst For Transformation
By Microsoft
The other case in point is comparative studies: vaccinated versus non-vaccinated children’s health and wellbeing studies, either retrospective or prospective, which the U.S. CDC/FDA and Big Pharma vaccine makers actually refuse to do! That fact, alone, should prevent vaccines from being declared “science-based medicine”! What is science, if not always searching and learning for the facts of how things work, and then sharing found information to make certain others can benefit from the knowledge, especially to prevent harms?

Another poignant example of vaccinology not being “science-based medicine” is the fact of how many adverse events are reported to the CDC’s VAERS reporting system, which seemingly acts like a post-marketing data research system no one takes seriously. Then, there’s the over $3.7 Billion [1] the U.S. HHS HRSA paid to damaged vaccinees and for attorneys’ fees!

The above examples are scientifically-legal, unadulterated examples of supposed “science-based medicine” malpractice, as too much fraud has been ginned up regarding vaccine ‘science’ within Big Pharma [2], including Pharma’s other products [3], and at the U.S. CDC [4].

Let’s add misfeasance, a form of wrongdoing, especially the doing of something lawful in an unlawful way so that the rights of others are infringed. Farlex Free Dictionary, specifically when one promotes oneself and its minions as “science-based medicine” practitioners! Nothing can be – nor is – further from the factual facts! Personally, as a researcher of scientific literature since the late 1970s, I find such obfuscation on the part of all who practice supposed “science-based medicine” an oxymoron!

However, such practice is not cornered only by medicine; it’s rampant in today’s Corporatocracy which dominates law, the media and the memes corporations, businesses and industries create. One such example is the microwave industry about which I research and write.

Below is a chart showing the inordinate number of vaccines U.S. children receive from birth (the horrid Hepatitis B vaccine) up to 18 years of age. The amount of neurotoxins, heavy metals, and other toxic chemicals injected into less than 25 pound infants is nothing short of chemical child abuse!

It is my unvarnished opinion members of Congress, HHS, CDC/FDA and Big Pharma must be held accountable for the loss of two generations of children to Autism, not only in the USA but globally! The U.S. erroneous “science-based medicine” is looked up to globally as the ‘gold standard’ and disseminator of ‘science-based vaccine’ information, thereby infecting, affecting and afflicting other health systems and agencies with pseudoscience, especially unproven vaccine data, e.g., NO cumulative effects studies of up to nine multi-valent vaccines given at one time!

2016 CDC Vaccine Schedule Birth to 18 Years of Age

Copied from Sallie O Elkordy Email 6-27-17

Here’s further proof of what I say about multi-valent vaccines.

Each of the vaccines given—say there are 9 vaccines injected at one time—by approved “science-based medicine” is giving a less than 25-pound-infant, 9 diseases to have his/her immature immune system deal with—all at the very same time! That should be considered cruel and unusual medical practice, since medicine’s creed supposedly is “First, do no harm!” Or, does medicine have a Frankenstein-like approach to practicing medicine when it comes to children? Or, is it a “religious belief” system forced on to parents and their children?

Think about that, please. It is totally impossible for anyone to be exposed to and contract 9 different diseases at the same time, and yet that’s what ‘science-based medicine’ is mandating infants’ tiny bodies and immature immune systems deal with and try to overcome, which they call establishing ‘community immunity’—the former “herd immunity”! That should be classified legally as child abuse: subjecting such young infants to that many diseases at one time—making them vaccine virus “shedders” [5], and, undoubtedly, for those infants/children whose body chemistry can’t handle all the toxins, health damages occur.

Such ‘medical practice’ is nothing short of scientific BS, in my opinion! Everyone involved in such ‘science-based-consensus-medicine’ should know better than to pull off such pseudoscience for as long as they have gotten a free ride on that hypothesis, which never has been proven scientifically! Where’s the science? We can’t allow them to get away with such medical-legal-pseudoscience BS any longer!

However, the legal tide seems to be turning, as foreign governments, their courts and health departments are taking another look—almost a jaundiced-look—at vaccine science; assessing it differently; making legal corrections [6]; and finally realizing what vaccines truly are: vested interest pseudoscience, not “science-based medicine,” and what some probably would label “a pig in a poke.”

References:
[1] https://www.hrsa.gov/vaccinecompensation/data/vicpmonthlyreporttemplate5_1_17.pdf, Pg. 9
[2] http://philadelphia.legalexaminer.com/fda-prescription-drugs/massive-fraud-in-merck-mmr-vaccine-testing/
[3] http://www.ocregister.com/2008/02/07/merck-co-paying-671-million-to-settle-fraud-case/
[4] http://vaxxedthemovie.com/vaxxed-official-trailer/
[5] http://www.nvic.org/CMSTemplates/NVIC/pdf/Live-Virus-Vaccines-and-Vaccine-Shedding.pdf
[6] http://www.ageofautism.com/2015/01/recent-italian-court-decisions-on-vaccines-and-autism.html

SOS Pocket Survival Kit – Free Today (Ad)

Catherine J Frompovich (website) is a retired natural nutritionist who earned advanced degrees in Nutrition and Holistic Health Sciences, Certification in Orthomolecular Theory and Practice plus Paralegal Studies. Her work has been published in national and airline magazines since the early 1980s. Catherine authored numerous books on health issues along with co-authoring papers and monographs with physicians, nurses, and holistic healthcare professionals. She has been a consumer healthcare researcher 35 years and counting.

Catherine’s latest book, published October 4, 2013, is Vaccination Voodoo, What YOU Don’t Know About Vaccines, available on Amazon.com.

BOMBSHELL: United Nations admits latest outbreak of polio in Syria was caused by polio vaccines
September 4, 2017 by Edward Morgan

In war-torn Syria, there’s little doubt that the conflict has taken a toll on health. Now, the United Nations Children’s Fund (UNICEF) reports that their attempt at using vaccines to “protect” children against polio has backfire — infecting more children with the devastating disease rather than saving them.

Vaccines make children sick, you don’t say?

As World Health Organization representative Elizabeth Hoff reports, “As of 18 August 2017, 33 children under the age of five have been paralyzed. The detection of the circulating vaccine derived polio virus type 2 (cVDPV2) cases demonstrates that disease surveillance systems are functional in Syria. Our priority now is to achieve the highest possible polio immunization coverage to stop the circulation of virus.”

Thirty-three children paralyzed by the vaccine that was supposed to protect them — and the UN’s response is to just keep doling out more vaccines? Sadly, that’s par for the course. Obviously, bad medicine is never the problem — there’s just not enough bad medicine, that’s all.

Fran Equiza, a UNICEF representative commented, “No child should have to live with devastating effects of polio.” And yet, this is the second outbreak of polio to strike Syria since the conflict first took roots in 2011.

Earlier this summer, NPR reported on this very phenomenon, wherein mutant strains from the polio vaccine caused more paralysis than wild polio. Could it really be that a lab-altered version of a virus is more dangerous than the one found in nature? Absolutely.

As Jason Beaubien reports, as of June 2017, there were more cases of child paralysis caused by the polio vaccine than the actual, wild-caught disease itself. At the time of his reporting, just six cases of “wild” polio, which is naturally occurring in the environment, had been reported worldwide. Conversely, 21 cases of vaccine-derived polio had been reported internationally in June. Obviously, in Syria that number skyrocketed over the last two months — 33 children in Syria alone have been paralyzed by vaccine-derived polio.

Raul Andino, a professor of microbiology at the University of California at San Francisco explains, “We discovered there’s only a few [mutations] that have to happen and they happen rather quickly in the first month or two post-vaccination. As the virus starts circulating in the community, it acquires further mutations that make it basically indistinguishable from the wild-type virus. It’s polio in terms of virulence and in terms of how the virus spreads.”

Andino’s research also shows that the polio virus used in the vaccine will replicate inside human hosts’ intestines. In places with poor sanitation, this often means it has the chance to spread from person-to-person with relative ease. Places where conflict and war have decimated health care systems are known for being breeding grounds for disease outbreak.

It comes as no surprise (sadly) that war-weary Syria is expected to have even more cases of polio in the coming months. Michael Zaffran, the director of polio eradication at the World Health Organization contends, “In Syria, there may be more cases coming up.” Zaffran adds that the WHO is aware of the risk that comes with the live polio vaccine and says it is “a very regrettable hiccup for the poor children that have been paralyzed, of course. But with regards to the whole initiative, you know it’s not something that is unexpected.”

He added that while the children’s paralysis is unfortunate, “from a public health perspective, the benefits far outweigh the risk.” Do you think that will comfort the children and their families as they struggle with the after-effects of vaccine-derived polio? [Related: Learn more about the risks of inoculation at Vaccines.news]

Sources for this article include:

UNICEF.org.hk

UN.org

NPR.org

top