vaccins nouvelles 2018 dès juin

« VACCINATION – Violence sociale et criminalité »

« L’agression médicale sur le cerveau des Américains »
(445 références bibliographiques)

Par Harris Coulter, historien de la médecine

Aujourd’hui, la société paye un lourd tribut en maladies et décès pour le monopole qui fut accordé à la profession médicale dans les années ‘1920. En fait, la situation ressemble singulièrement à celle de 1830, époque à laquelle les médecins avaient recours à la saignée, aux médicaments mercuriels et à la quinine, bien qu’ils en connaissaient le caractère intrinsèquement nocif. Ce sont précisément les mêmes arguments qui furent employés pour défendre ces thérapies qui sont repris aujourd’hui : les bénéfices l’emportent sur les risques ! (sous-entendu : « et tant pis pour les victimes ! ») Harris L. Coulter

L’AVIS DE SPÉCIALISTES

« Cet ouvrage parfaitement documenté sur les dangers des vaccinations infantiles va choquer notre société satisfaite d’elle-même. Si le Dr Coulter a raison – et les preuves qu’il avance sont aussi irréfutables qu’alarmantes – les parents, les enfants et la civilisation elle-même sont en train de payer chèrement une acceptation dépourvue d’esprit critique d’« avancées » médicales insuffisamment vérifiées. Ce livre va sans doute lancer un vigoureux débat sur les bénéfices connus et les coûts cachés des programmes de vaccination des enfants. » Dr Bernard Rimland, PhD

« …Un chef d’œuvre ! L’un des ouvrages les plus importants de ces dernières décennies. Il met en accusation les programmes de vaccination des enfants comme représentant un facteur majeur des troubles neurologiques et immunologiques des enfants d’aujourd’hui. Les preuves présentées dans ces pages ne peuvent désormais plus être ignorées. Dr Harold E. Buttram, M.D.

« Les générations futures pourront nous considérer comme un groupe d’apprentis sorciers irresponsables qui ont mis en marche des processus qu’il sera difficile d’inverser. Que les vaccinations infantiles soient vraiment sans danger constitue un acte de foi en médecine qui est accepté par les médecins comme par le public. L’historien de la médecine, Harris Coulter, nous montre que cette hypothèse n’est nullement confirmée par des preuves, comme le montrent les données de la littérature spécialisée, ainsi que les interviews de nombreux parents.

Coulter étudie la relation entre vaccination, autisme, hyperactivité, allergies, maladies auto-immunes et difficultés d’apprentissage. Dans le domaine social, il suggère une relation entre les dommages neurologiques et le taux élevé de criminalité. » Dr Russel Jaffe, M.D., PhD

Harris Coulter

Dans cet ouvrage important : « Vaccination, violence sociale et criminalité – l’agression médicale du cerveau des américains », l’historien de la médecine Harris L. COULTER écrit :

« La catastrophe que représentent véritablement les vaccinations enfantines est à attribuer avant tout à l’orgueil démesuré de la profession médicale- à la volonté du médecin (souvent avec les meilleures intentions du monde !) de contrôler les forces de la nature en les pliant à sa volonté. La conséquence inéluctable en est la pollution de notre environnement interne en tout point similaire à la pollution malheureusement trop connue de notre environnement externe. L’orgueil démesuré de la médecine est à comparer à celui des compagnies pétrolières et chimiques qui ont également cru pouvoir violer la nature sans en payer le prix…»

« Nous estimons que 1000 bébés au minimum meurent chaque année de ce vaccin (DTC), alors que 12.000 enfants deviennent des handicapés à vie.(aux USA)

[…] Ce programme se poursuit tous les jours, des centaines de bébés en parfaite santé sont ainsi transformés en êtres déficients : retardés mentaux, aveugles, sourds, épileptiques, infirmes, instables, futurs délinquants, criminels avérés. Toute vaccination est susceptible de provoquer une encéphalite légère ou grave.

[…]Si quelqu’ ennemi étranger avait infligé pareils dégâts au pays, une déclaration de guerre s’en serait immédiatement suivie… Que faut-il penser d’une « science » qui inflige des dommages neurologiques à plusieurs centaines de milliers d’enfants chaque année ? »

[…] Le monopole qui fut réclamé par la profession sur la « science » médicale, la pratique et les soins de santé et qui lui fut accordé constitue la première étape du triomphe du complexe médico-industriel que nous connaissons aujourd’hui. C’est de cette manière que la profession médicale fut amenée à assumer un rôle pour lequel elle n’était pas faite – celui de juge et d’arbitre pour tout ce qui avait trait à la santé.

[…] Cette transformation bureaucratique de la médecine en renforçant le pouvoir des organisations professionnelles et en réduisant celui du praticien a fini par isoler la médecine de toute critique interne comme externe. Les praticiens perdirent ainsi pratiquement la possibilité de tirer signal d’alarme. Le médecin qui constate les conséquences désastreuses des vaccinations peut rarement faire entendre sa voix et ne peut en fait jamais se faire entendre des bureaucrates…Les bureaucraties médicales sont en fait profondément coupées de toute critique extérieure.

[…] La médecine possède également de puissants alliés dans le monde des affaires et de la politique.

[…] Le pouvoir corrompt en médecine comme ailleurs. En accordant le pouvoir absolu aux organisations médicales, nous en avons fait des candidats à la corruption absolue.

[…] Les décisions qui concernent la santé et la vie de l’individu ne devraient pas être prises par des groupes d’experts autoproclamés incapables d’assumer la responsabilité de leurs propres erreurs.

[…] L’une des raisons principales du déclin de l’Empire romain, après six siècles de domination mondiale, fut liée au remplacement, pour le transport de l’eau potable, des aqueducs en pierre par des tuyaux de plomb.

Les ingénieurs romains, qui étaient les meilleurs du monde, firent de leurs concitoyens des handicapés neurologiques, victimes du saturnisme.

De nos jours, nos scientifiques de pointe, mus par les meilleures intentions du monde, sont en train d’obtenir le même résultat par des programmes de vaccinations infantiles qui débouchent sur les fléaux modernes de l’hyperactivité, de l’autisme, de désordres neurologiques et de troubles du comportement marqués par le sceau de la violence.

Harris L. Coulter (Historien de la médecine) : Vaccination Social Violence and Criminality- The Medical Assault on the American Brain, p. 260-262. (445 références bibliographiques)

« Avec les vaccinations, c’est lentement, mais sûrement que nous détruisons la santé et l’intelligence de nos futures générations…la vaccination des enfants relève de la maltraitance ; elle est un crime contre l’humanité. » Dr Gerhard Buchwald, République Fédérale d’Allemagne, reconnu comme expert en matière de vaccination par un tribunal ordinal canadien (lors du procès du Dr Ghislaine Lanctôt devant le Collège des Médecins du Québec)

« Depuis ce temps, j’ai un être humain complètement détruit à la maison »

« Le fils du Dr Buchwald, à l’âge d’un an et demi, fut amené chez le médecin par sa mère pour y être vacciné contre la variole. Huit jours plus tard, il ne pouvait plus se tenir debout dans son berceau. Avant d’être vacciné, son enfant se développait tout à fait normalement. « Depuis ce temps, dit le Dr Buchwald, j’ai un être humain complètement détruit à la maison. » – Extrait du « Procès de la Mafia Médicale », Joachim Schafer

EN 1899 DEJA, DES PROFESSEURS DE MEDECINE
OSAIENT LE DIRE….

« La vaccination est une chose monstrueuse ; elle est le résultat malencontreux de l’ignorance et de l’erreur. Elle ne devrait avoir aucune place ni en hygiène ni en médecine…Il ne faut pas croire à la vaccination ; le monde entier a été plongé dans l’illusion.
La vaccination n’a aucune base scientifique ; il s’agit d’une désastreuse superstition dont les conséquences ne peuvent se mesurer que dans la douleur et des larmes sans fin. »
Carlo Ruta, Professeur de Materia Medica à l’Université de Pérouse (Italie), New York Medical Journal, 1899.

NOTE de MICHEL DOGNA
Il faut avoir de la purée dans les yeux pour ne pas vouloir regarder en face les dégâts dont ont été victimes des millions d’humains, surtout d’enfants dans le monde depuis plus d’un siècle.
Evidemment tant le drame ne tombe que chez le voisin « ce n’est jamais grave ! »
Jusqu’où la soumission confiante et aveugle n’est-elle pas de la pure stupidité ?
Jusqu’où l’impardonnable ignorance à notre époque n’est elle pas une abdication envers notre responsabilité civique et notre basique instinct de survie familiale?
VACCINS NON SOUM%IS AUX TESTS :
Brandy Vaughan, ex-cadre chez Merck :
« Les vaccins ne sont pas soumis aux mêmes tests rigoureux que les médicaments,
notamment le test en double aveugle contre placebo à long terme. »
Extrait de 3 minutes :

Entretien complet de 16 minutes :

Brandy Vaughan a travaillé dans l’industrie pharmaceutique chez Merck. Elle a participé à
commercialiser le Vioxx, qui s’est avéré doubler le risque d’accident vasculaire cérébral et de
crise cardiaque, et qui a finalement été retiré du marché.
« À partir de cette expérience, j’ai réalisé que ce n’est pas parce que quelque chose est sur le
marché que c’est sûr », explique Brandy. « Et une grande partie de ce que l’industrie de la
santé nous dit, n’est tout simplement pas la vérité. »
Après avoir passé des années à faire des recherches sur les ingrédients des vaccins, Brandy a
choisi d’élever son fils sans interférence chimique. « Vous devez à votre enfant de faire vos
propres recherches, et pas seulement de croire tout ce qu’on vous dit. »

About


(David Graham, directeur adjoint du service de sécurité des médicaments, estimait en novembre 2004 que le
Vioxx a provoqué 160.000 crises cardiaques et attaques cérébrales aux Etats-Unis et qu’il serait à l’origine de
27.785 décès.)
https://www.lemonde.fr/economie/article/2005/08/20/vioxx-merck-condamne-a-verser-253-millions-de-dollars-a-une-veuve_681452_3234.html
20.08.2005
Sécurité des vaccins Gardasil et Cervarix.
Extraits du livre de Pierre-Jean Arduin :
« Pourquoi vacciner ? La fin de la vaccination documentée et argumentée. »
http://pourquoi-vacciner.fr/commander.php#livre_electronique
Octobre 2015.
Pages 26 et 27 du livre :
Financée par GlaxoSmithKline et co-menée par 5 de ses employés, une autre étude16 montre
que sur 1.000 patients, le Cervarix « induit de plus hauts titres d’antigènes neutralisants [que le
Gardasil] pour toutes les classes d’âge », et conclut par ailleurs que « les deux vaccins ont été
généralement bien acceptés ». Les deux vaccins ne présentaient pas significativement plus
d’effets indésirables l’un que l’autre, durant les 7 mois de l’étude.
En effet, ils ont noté pour l’un et l’autre vaccin 14 et 13 femmes déclenchant un nouvel
épisode de maladie chronique, dont « les plus fréquentes étaient la dépression, l’hypertension
et l’hypothyroïdie. Quatre cas furent considérés comme un nouvel épisode de maladie autoimmune.
[…] Six évènements sévères ont été reportés, dont deux considérés comme
éventuellement liés à la vaccination (un épisode de grande convulsion un jour après la 3ème
dose, ou un avortement spontané 47 jours après la 1ère dose) ». Cinq et quatre femmes se sont
respectivement retirées à cause d’effets indésirables du Cervarix et du Gardasil.
Leur conclusion d’innocuité́ mise en avant dans le résumé de l’étude est audacieuse, et la
population contrôle n’est pas pertinente. En effet et nous ferons ce constat simple de
nombreuses fois encore, pour prouver l’innocuité́ d’un produit, il faudrait le tester en
aveugle avec un médicament placebo inoffensif, et non un autre vaccin.

It’s Not New: Pictures Show The Fight Against Vaccines Is Well Over 100 Years Old
June 17, 2018 by Edward Morgan

IN BRIEF
The Facts:The struggle against vaccination, especially compulsory vaccination mandated by a government/industry coalition, was met with fierce resistance from people during the early history of vaccination over a century ago.
Reflect On:What does the pictorial evidence of opposition to vaccines from early in the previous century tell us about today’s vaccine industry?
In the foreword to the book by Doctor Suzanne Humphries and Roman Bistrianyk entitled ‘Dissolving Illusions: Disease, Vaccines, and the Forgotten History,’ Dr. Jayne L. M. Donegan sums up the vaccine ‘landscape’ that she and all MDs enter into as they become doctors:

Despite questioning the safety and efficacity of vaccination by reputable medical men since its introduction, debate has been, and is, increasingly discouraged. Information published in scientific journals is used to support this position, other views being regarded as “unscientific.”
It was a received “article of faith” for me and my contemporaries, that vaccination was the single most useful health intervention that had ever been introduced. Along with all my medical and nursing colleagues, I was taught that vaccines were the reason children and adults stopped dying from diseases for which there are vaccines. We were told that other diseases, such as scarlet fever, rheumatic fever, typhus, typhoid, cholera, and so on, for which there are no vaccines at the time, diminished both in incidence and mortality (ability to kill) due to better social conditions.

You would think–as medical students who are supposed to be moderately intelligent–that some of us would have asked, “But if deaths from these diseases decreased due to improved social conditions, mightn’t the ones for which there are vaccines also have decreased at the same time for the same reason?” But we didn’t.

The medical curriculum is so overloaded with information that you just have to learn what you hear, as you hear it: nonvaccinatable diseases into the social conditions box and vaccinatable diseases into the vaccines box and then onto the next subject.

What this book especially brought to light for me was not just that open ‘debate’ on vaccination is systematically stifled, but the gruesome early history of vaccination itself is hidden, suppressed, and denied. For me, just knowing the early history of vaccination has been enough for me to see that all along this phenomena has fundamentally been about power and money, in complete and abject disregard for human health. I believe an open-minded reading of the book mentioned above will lead you to the same conclusions.

Early Resistance Against Vaccines
The early history of vaccines is fraught with egregious trial-and-error ‘science’ on humans treated as guinea pigs matched with strong-arm tactics at compulsory vaccination. But even though they were dealing with human populations that were not as educated as we may be today, the illness and deaths of children resulting from vaccination were not lost on parents–and in some cases, before the medical establishment had full control over their doctors’ muzzles, were admitted to by doctors. Here are a few among many pictorial examples and their heart-breaking stories:

Public Gatherings
At a time when mainstream media, government, and the medical establishment were not the well-oiled machine of elite propaganda they are today, public outrage and attempts to mobilize against compulsory vaccination were squarely in the public eye:

Anti-Vaccine Literature And Images
Like today, there were professionals and researchers speaking out against the dangers of vaccination, and probably suffered from the same lack of funding to proliferate their message.

Comparisons With Today
One would imagine that if the early vaccine industry actually cared about public health, that even the death or crippling of ONE CHILD that occurred directly after vaccination would cause them to shut down operations until they could verify that this death was not caused by vaccines. Alas, these pictures demonstrate otherwise. And if it did not happen then, it certainly is not happening now.

The outright lie found on government medical websites that ‘vaccines are safe and effective’ belies the fact that a special fund and a special court was set up by the government to issue compensation to sufferers of vaccine injury that has already paid out over $3.7 billion dollars. The fact is that this court was set up to prevent people from being able to sue vaccine companies directly, because it was forecast that all the vaccine manufacturers would go bankrupt if they were not protected from being sued. That’s how ‘safe and effective’ vaccines have proven to be.

Sure, today there is less of a push towards compulsory vaccination–but that is in part due to the awesome and tireless work of enraged citizens at the turn of the century as evidenced in these pictures! All that happened was that the vaccine industry realized that they could better ply their trade by focusing not on forced vaccination and the obvious resistance it generates, but rather by controlling the narrative with well-funded propaganda through coordinated efforts of the medical establishment, government, and the media. Part of this effort is hiding the history from us that we see in the pictures featured here.

If we are to become clear as a collective about the big picture of what is going on behind government and industry policy today, sometimes a brief look at history is all it takes.

TOUT EST FAUX EN MEDECINE :
Source: https://www.collective-evolution.com/2018/06/16/its-not-new-pictures-
www.youtube.com/watch?v=d23sxJfPoGE&feature=youtu.be
TOUT est faux en médecine , depuis le plagieur et faussaire louis Pasteur montrant la voie !un interview du docteur ELMIGER /

Louis pasteur reconnu par l’histoire internationnale de la médecine des 1988 comme un imposteur pour avoir pillé ses collegues et d autres savants ,( grace aux travaux du chef de clinique Philippe DECOURT membre de l académie internationale de l histoire de la médecine , livre , les vérités indésirables , recevant la médaille d or du sénat !
Louis PASTEUR s est approprié la méthode de Toussaint à pouilly le fort ! , de galtier sur la rage et à Roux , il prend à bechamp les travaux sur la pébrine des vers à soie , pasteur faisant sa propre biographie , avec son gendre ! mentant sans vergogne sur les resultats de ses experiences trichant dans l expérience contre félix POUCHET dans les ingredients etc ! , aucun journaliste n avait recherché les sources aupres de l academie de medecine , d adrien loir ( son neveu) ! tous n est que légende . les historiens depuis comme theodorides, cadeddu , geison , (AAAS AUX USA) ont démontré en examinant les notes secretes de pasteur déposéés à la bibliotheque nationale en 1969 , les escroqueries expérimentales . AUJOUR DHUI L EDUCATION NATIONALE MENT AUX GENERATIONS D ENFANTS EN ENSEIGNANT UN FAUX MYTHE , DU SAVANT .
Les travaux faussés de louis Pasteur cachent grace à ses protocoles de ph et de culture bacterienne limitéé dans le temps le polymorphisme bacterien , et par l observation seche et fixé l interet des microzymas , jugé d inutile!! inutile pour les interets du savant , l ecole pasteurienne a omertatisé tous ce qui est contraire à la théorie , pour justement faire croire à la justesse de l interet des vaccinations.
rappelons que le vaccin de pasteur contre la rage fut abandonné partous dans le monde des 1908 , sauf en france jusqu en 1937 , tellement il y avait eu des cas de rages du aux vaccins ! ( du à la rage du vaccin) , le vaccin contre le charbon causa lui aussi de grand dégats !
Les vaccins furent améliorés dans leur apparence mais ils alterent le terrain , en modifiant le ph ( travaux de louis vincent) et l energie vital ( travaux d elmiger)
tous ceci est mesurable scientifiquement , ainsi les vaccinations font le terrain aux cancers , aux maladies auto immunes etc s ajoutant à d autres facteurs comme une mauvaise alimentation, la pollution medicamenteuse , hormonale, la pollution chimique aerienne , le stress .les ondes electromagnétiques.
la vaccination engendre de nouvelles maladies que les médecins académiques formés par l industrie pharmaceutiques , ne voient pas le lien , car plus la médecine avance dans le temps et plus des maladies nouvelles apparaissent ! en 2012 , celà fait 2 ans que l esperance de vie diminue aux usa et depuis cette année en France .

Les vaccins et l’esprit libéral
Par Robert F.Kennedy Jr.

Plutôt que d’exiger la science de la sécurité et d’encourager un débat honnête, ouvert et responsable sur la science vaccinale, trop de médias s’acharnent à faire taire les critiques, comme à mettre fin aux discussions sur cette question clé de santé publique et des droits civils.

L’année dernière Slate a publié un rapport d’enquête expliquant comment Merck, le géant pharmaceutique, a utilisé des études de sécurité pré-licence « imparfaites » et « non fiables » pour faire approuver le vaccin contre le HPV qui lui rapporte plusieurs milliards de dollars. Pour les personnes qui, comme moi, ont toujours lutté pour obtenir des vaccins sûrs, la chose qui m’apparait la plus choquante est que Slate ait publié la chose. Slate, ainsi que d’autres publications libérales en ligne comme Salon, Huffington Post et The Daily Beast ont l’habitude de bloquer les articles qui critiquent la sécurité des vaccins, afin, selon eux, d’encourager la vaccination et de protéger la santé publique. Motivés par ce noble objectif, les médias libéraux – antidote supposée au pouvoir des entreprises et du gouvernement – ont, en fait, contribué à tenir à l’écart de toute critique l’industrie vaccinale naissante, ainsi que ses deux régulateurs, la Food and Drug Administration, ainsi que les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Ces deux agences ont des enchevêtrements financiers potentiellement corrupteurs avec les fabricants de vaccins. Ce qu’ont montré de vastes enquêtes du Congrès.
https://www.icis.com/resources/news/2000/08/23/119685/congress-hits-fda-cdc-on-vaccine-conflicts-of-interest/
Ironiquement, les libéraux critiquent sévèrement les Pharmas ainsi que ses facilitateurs de la FDA pour faire passer les profits avant le bien des gens. En voici de récents exemples : pour le Vioxx qui a endommagé la santé de 100.000 personnes, Merck a payé plus de 5 milliards de dollars d’amendes et de règlements ; Abilify (BristolMeyers Squibb a payé 515 millions de dollars pour la commercialisation du médicament dans les maisons de retraite ; Celebrex et Bextra (Pfizer a dû payer 894 millions de dollars pour corruption d’agents publics et publicité mensongère sur des questions de sécurité et d’efficacité) et bien sûr la crise des opioïdes, qui en 2016 a tué plus d’Américains que la guerre du Vitenam. Comment se fait-il que les libéraux pensent que ces mêmes entreprises sont à l’abri de tentations similaires en matière de vaccins ? Il existe de nombreuses preuves qu’elles ne le sont pas. Merck, le plus grand fabricant de vaccins au monde, est actuellement empêtré dans de nombreux procès intentés par ses propres scientifiques qui affirment que l’entreprise les a forcés à falsifier les données ayant trait à l’efficacité de son vaccin ROR.
« L’absence d’attention critique vis-à-vis de cette industrie qui prospère par les sites libéraux en ligne est particulièrement troublante vu que les Pharmas, en utilisant des investissements stratégiques, ont réussi à marginaliser, non seulement le Congrès, les avocats et les tribunaux, mais presque toutes les sentinelles habituelles de santé publique de notre démocratie.

L’article de Slate ne révèle nulle part que la FDA autorise pratiquement tous les vaccins en se basant sur les mêmes lacunes scientifiques qui ont permis la diffusion du Gardasil. La FDA affirme que « les vaccins subissent des tests de sécurité rigoureux pour déterminer leur sécurité. Mais ce n’est pas vrai. Le choix de la FDA de classer les vaccins en tant que « produits biologiques » plutôt que sous la rubrique « médicaments » a ouvert une échappatoire réglementaire qui permet aux vaccins d’échapper à tout véritable test de sécurité. Au lieu des études pluriannuelles en double aveugle in situ – l’étalon-or de la science concernant la sécurité – requises par la FDA avant d’homologuer des médicaments, la plupart des vaccins recommandés par le CDC ont été testés pendant quelques jours ou quelques semaines seulement.
Par exemple, la notice du fabricant révèle que le vaccin contre l’hépatite B de Merck (vaccin que chaque bébé américain reçoit le jour même de sa naissance) a subi non pas cinq ans de tests de sécurité, mais seulement cinq jours de tests. http://www.merck.com/product/usa/pi_circulars/r/recombivax_hb/recombivax_pi.pdf
Si l’un de ces bébés venait à faire des convulsions ou même à décéder le sixième jour, Merck ne serait pas tenu de divulguer les faits.
De plus, de nombreux vaccins contiennent des quantités dangereuses de neurotoxines connues comme le mercure et l’aluminium, ainsi que des cancérogènes comme le formaldéhyde, produits qui sont associés à des troubles neurodéveloppementaux, à des problèmes auto-immuns, à des allergies alimentaires et à des cancers non diagnostiqués depuis de nombreuses années. Une étude qui ne dure que cinq jours n’a aucun moyen de repérer de telles associations. Ce qui est tout aussi choquant, c’est que la FDA ne demande pas aux fabricants de vaccins d’évaluer les vaccins contre de véritables placébos inertes (neutres); ce qui empêche les chercheurs de pouvoir apprécier les effets néfastes sur la santé et garantit que des dommages plus subtiles, tels que dépression ou diminution du QI ne seront jamais détectés quelle que soit leur fréquence. De plus, le CDC n’a jamais étudié les effets sur la santé des enfants de la combinaison de 50 vaccins.
Ces tests laxistes peuvent faire économiser des millions de dollars aux fabricants de vaccins. C’est là l’une des raisons de cette « ruée vers l’or » qui a fait passer les vaccins de trois, quand j’étais un jeune garçon, à plus de 50 vaccins que les enfants reçoivent généralement aujourd’hui.
Il existe d’autres raisons impérieuses pour lesquelles les vaccins sont devenus l’outil irrésistible de profit et de croissance des Pharmas. Par exemple, les fabricants des 50 vaccins du programme « enfance » du CDC profitent de ce qui est devenu un auditoire piégé de 74 millions d’enfants consommateurs qui sont obligés d’acheter des produits coûteux, épargnant aux fabricants de vaccins des millions de dollars supplémentaires en publicité et marketing. Mais le plus grand avantage économique pour les fabricants de vaccins a été la loi nationale sur les vaccins pour enfants (NCVIA). En 1986, le Congrès inondé de dollars provenant de l’industrie pharmaceutique – Big Pharma étant de loin le principal groupe de pression au Capitol Hill – a adopté le NCVIA donnant aux compagnies pharmaceutiques ce qui équivaut à une immunité générale contre toute responsabilité par rapport aux dommages causés par les vaccins. Peu importe dès lors la toxicité des ingrédients, la négligence du fabricant ou la gravité du préjudice. De par cette loi, les parents n’ont plus la possibilité de poursuivre en justice les sociétés productrices de vaccins. Cette loi n’a guère contribué à inciter l’industrie à produire des vaccins sûrs. Cette loi a également retiré aux avocats, aux juges et aux tribunaux leurs rôles traditionnels de gardiens de la sécurité vaccinale. Depuis l’adoption de la loi, les recettes de l’industrie ont explosé, passant de 1 milliard de dollars à 44 milliards de dollars.
L’absence d’attention critique vis-à-vis de cette industrie qui explose littéralement grâce aux sites libéraux en ligne est particulièrement troublante puisque les Pharmas, en utilisant des investissements stratégiques, ont non seulement mis à l’écart le Congrès, les avocats et les tribunaux, mais aussi presque toutes les sentinelles de santé publique de notre démocratie.
Des enchevêtrements financiers généralisés avec les fabricants de vaccins et autres ont transformé la FDA et le CDC en véritables marionnettes.
De puissants facteurs économiques – les sociétés pharmaceutiques sont les plus grands annonceurs du réseau – découragent les médias dominants de critiquer les fabricants de vaccins. Un jour, un président de réseau m’a dit qu’il allait congédier l’un de ses principaux animateurs d’émission de nouvelles. « Notre division des nouvelles, explique-t-il reçoit jusqu’à 70% des recettes publicitaires des sociétés pharmaceutiques, en dehors des périodes d’élection.» En outre, les militants libéraux, notamment les défenseurs de l’environnement, des droits humains, de la santé publique et des enfants se tiennent bien à l’écart des discussions ayant trait à la sécurité des vaccins. Sur d’autres questions fondamentales comme les toxiques, les armes à feu et les cigarettes, le CDC a une longue histoire de collaboration amicale avec ces défenseurs qui ont ainsi acquis une impulsion instinctive pour protéger l’agence contre les critiques extérieures.
Dans ce vide, les sites d’information libéraux en ligne constituent le dernier obstacle à la protection des enfants contre la cupidité des entreprises ; ils sont en fait devenus les arbitres auto-désignés contre l’exposition du public aux informations négatives sur les fabricants de vaccins et les régulateurs. Les voix libérales ne sont pas seulement mises à l’écart, elles sont englobées dans l’orthodoxie selon laquelle tous les vaccins sont toujours bons pour tous- et plus il y en aura, au mieux ce sera.
Travaillant avec les représentants des Pharmas et leurs politiciens apprivoisés, les journalistes libéraux et les chroniqueurs à travers l’Amérique travaillent dans presque tous les états pour rendre le calendrier de vaccination du CDC obligatoire pour les enfants, comme pour éliminer les exemptions religieuses, philosophiques et même médicales.
En conséquence, la combinaison, gouvernement/ Big Pharma a acquis un pouvoir sans précédent pour passer outre le consentement parental et forcer des enfants autrement en bonne santé, ainsi que d’autres consommateurs réticents, à se soumettre à des vaccinations obligatoires, soit une avancée choquante vers un totalitarisme d’entreprise qui cherche un contrôle absolu de nos corps.
Gardez bien à l’esprit qu’il n’existe pas de contestation authentique que la vaccination soit une intervention médicale risquée. C’est la vague de procès découlant des dommages qu’a entraînés le vaccin Diphtérie-Tétanos –Coqueluche (DTP) dans les années 1980 qui a amené le Congrès à faire passer cette loi sur l’immunité des firmes (NCVIA) qui menaçaient sinon de cesser la fabrication des vaccins… Tout en confirmant cette loi, la Cour Suprême a déclaré que le NCVIA était justifié parce que « les vaccins sont inévitablement dangereux » Depuis, la Cour fédérale des vaccins créée par le NCVIA a versé 3,8 milliards de dollars aux personnes ayant subi des dommages vaccinaux. Ce nombre sous-estime considérablement la véritable gravité du préjudice. Un rapport financé par le ministère de la santé et des services sociaux reconnaît que « moins de 1% des effets indésirables sont signalés. »
https://healthit.ahrq.gov/sites/default/files/docs/publication/r18hs017045-lazarus-final-report-2011.pdf
Soutenir une loi qui oblige les américains à abandonner le contrôle de leur corps à un monstre d’entreprise/Etat est une situation étrange pour des libéraux qui ont défendu le concept du « consentement éclairé », tout comme le Code de Nuremberg, ainsi que les déclarations d’Helsinki et de Genève qui protègent les individus contre toute intervention médicale obligatoire. La science fait comprendre que nous aurions pu faire une grosse erreur en ne testant pas suffisamment nos vaccins obligatoires. Les maladies chroniques comme le TDAH, l’asthme, les maladies auto-immunes et les allergies touchent maintenant 54% de nos enfants contre 12,6% en 1988, année de l’entrée en vigueur du NCVIA. Et ces données ne mesurent que les dommages caractérisés dans les dossiers médicaux numériques.
Les défenseurs de la santé nous préviennent que des dommages plus subtiles peuvent ne pas être enregistrés comme des problèmes de lecture, de QI, des fonctions comportementales…
La suspicion que les neurotoxines des vaccins puissent affecter négativement une génération entière n’est pas une spéculation ridicule. De nombreuses études ont par exemple souligné que l’utilisation répandue de l’essence au plomb pourrait affaiblir considérablement la génération post – NCVIA ?
Le CDC de son côté affirme que la cause de l’explosion de troubles neurodéveloppementaux, des maladies auto-immunes et des allergies alimentaires qui sont apparues à la fin des années 1980, est un mystère !
Cependant les indemnisations accordées par les tribunaux des vaccins, les notices des fabricants et les nombreuses revues scientifiques reconnues reconnaissent que beaucoup de maladies chroniques qui sont soudainement devenues épidémiques chez nos enfants après le passage du NCVIA peuvent être causées par des vaccins ou leurs ingrédients.
L’institut de Médecine (actuellement l’Académie nationale de médecine), l’arbitre ultime en matière de science fédérale sur la sécurité des vaccins, a répertorié 155 maladies potentiellement associées à la vaccination et a réprimandé le CDC pour ne pas avoir étudié 134 d’entre elles. Les infirmières scolaires qui ont travaillé des décennies, disent qu’elles voient que la génération actuelle semble être la plus malade de l’histoire. Cette épidémie n’a pas posé de problème pour l’industrie du vaccin. Après l’explosion des maladies chroniques, les sociétés vaccinales continuent de faire leurs affaires avec les antidépresseurs, les stimulants, les inhalateurs pour asthmatiques et les médicaments antiépileptiques.
Au lieu d’exiger une science qui s’attacherait à la sécurité des vaccins ; au lieu d’exiger un débat honnête, ouvert et responsable, les blogs libéraux ont arrêté la discussion sur cette question clé de santé publique et des droits civils. Ils ont réduit les critiques au silence, et ont fait de la foi dans les vaccins une authentique religion. L’hérésie qui consiste à questionner le dogme mérite l’anathème et l’excommunication.
Pourtant au cœur même du libéralisme on devrait toujours trouver un scepticisme équilibré envers le gouvernement et les entreprises. Pourquoi les vaccins devraient-ils échapper à cet esprit ?
https://www.commondreams.org/views/2018/06/12/vaccines-and-liberal-mind

Livre Les racines de nos maladies, les conséquences insoupçonnées de la toxicité de Elke AROD
Un livre important qui met en évidence les méfaits de la pollution industrielle, alimentaire environnementale et vaccinale sur la santé. Ayant eu un enfant autiste,

Un livre important qui met en évidence les méfaits de la pollution industrielle, alimentaire environnementale et vaccinale sur la santé. Ayant eu un enfant autiste, l’auteur a découvert qu’avec un régime sans viande ni lait ni gluten son enfant allait de mieux en mieux. Avec son centre de recherche STELIOR, l’auteur a créé un collège de spécialistes et de scientifiques reconnus dans le domaine de la toxicologie.Livre Les racines de nos maladies, les conséquences insoupçonnées de la toxicité de Elke AROD.

Elle écrit à propos de son fils : « Aujourd’hui il n’a plus le moindre symptôme. Guéri il est devenu un superbe jeune homme de 1,83 mètres qui croque la vie à pleines dents et est en parfaite santé à condition d’observer un régime alimentaire dépourvue de gluten et de produits laitiers. Quand je pense à tous ces pédiatres inconscients qui ont toujours vacciné mon fils, même quand il était malade, alors que c’est interdit (stipulé sur la notice). Ils vaccinent en outre sans chercher à en savoir plus sur le petit patient, sans fournir aux parents des informations importantes quant aux risques éventuellement encourus. Ils nous font croire que tous les vaccins sont obligatoires alors que ce n’est pas le cas. Certains pédiatres se croient autorisés à nous donner des leçons de morale et nous qualifient de mères irresponsables si nous ne vaccinons pas nos enfants. Certains ne nous laissent pas poser la moindre question, préférant nous culpabiliser avec les risques auxquels nous les exposons. Mais au fait combien d’entre eux sont victimes des graves conséquences des vaccins ? Combien de millions d’autistes existe-t-il aujourd’hui dans le monde ? Le chiffre vertigineux de cent millions va bientôt être atteint !

L’humanité existe depuis des millions d’années, sans vaccins. Et nous qui sommes depuis cent ans à l’ère du progrès, du génie génétique, de la santé, pourquoi avons-nous tellement de maladies, et surtout si graves, malgré une immense couverture vaccinale ? Ce n’est pas logique, il faut le dire ! »

D’où la question : « On nous a dit que la vaccination était censée protéger le plus grand nombre au prix de quelques accidents chez un petit nombre. Il s’avère que, tout au contraire, cette vaccination provoque un grand nombre de maladies chez le plus grand nombre, en ne protégeant qu’hypothétiquement d’un petit nombre de maladies qu’on pourrait tout simplement soigner mieux. »

top