Les émotions : de véritables bombes

Danger pour nos corps et nos relations
Les émotions font partie de notre vie. Comment les vivons-nous, que représentent-elles ? Maître Johanne Razanamahay explique.

Les émotions imprègnent nos êtres. Les médiums les perçoivent et les enfants les captent avec netteté. Essayer de tromper ses enfants sur son état émotionnel est voué à l’échec ! Dans mon pays d’origine, Madagascar, comme chez les peuples dit «premiers», nous lisons à plusieurs centaines de mètres les émotions qui prédominent chez les gens.
Les émotions sont comparables à l’huile (ou à la graisse) que l’on met pour empêcher les rouages d’un moteur de se bloquer. Cette huile est créée par notre énergie vitale et nous fluidifie. Nous en avons besoin pour vivre. Toutefois, trop d’émotion tue car on se noie dedans.
Tant que nous sommes ignorants en matière d’émotions, nous restons des agresseurs!
Il existe deux catégories de personnes :
– Les personnes qui ont trop d’émotions et deviennent des agresseurs d’autrui, en se déversant sur les autres par des coups ou des paroles méchantes. Ils vont ensuite souffrir de culpabilité. Cette catégorie peut finir en prison parce que la violence les a emportés.
– Les personnes qui ont trop d’émotions mais les refoulent en eux sans les montrer. Ces émotions paralysent le système immunitaire. Du coup elles n’iront pas en prison mais à l’hôpital !
Existe-t il des émotions nocives?
Nous sommes conçus pour ne vivre que dans l’Amour et la Joie. Cependant, en étant sur une planète-école, nous avons découvert que nous pouvions nous faire peur, nous mettre en colère, aller dans l’angoisse ou nous enfoncer dans le désespoir. Au départ pourtant, reliés à nos âmes inspiratrices par le cerveau droit, nous recevions toutes sortes de conseils de libération instantanée. Hélas, endoctrinés par les dogmes religieux et moraux de nos sociétés, nous avons perdu le mode d’emploi d’une saine gestion des émotions. Nous obéissons aux ordres du cerveau gauche, qui nous incite à bloquer les émotions en nous ou à les déverser sur autrui. Les émotions deviennent alors nocives, pour nous ou pour les autres.
De plus en plus de gens découvrent que «la gestion des émotions, ça s’apprend !». C’est la raison du succès du livre que j’ai écrit avec mon mari, le docteur Christian Tal Schaller : Vivre sa colère sans violence, que les gens s’arrachent, surtout les enseignants avant-gardistes…
A la découverte des diverses sous-personnalités psycho-actives (ou S.P.P.A) et de leurs émotions variées.
J’ai découvert depuis l’enfance, avec mes yeux de clairvoyante, que nous sommes tous porteurs de multiples personnages intérieurs, d’âges et de niveaux de conscience divers. Je les ai baptisés les sous-personnalités psycho-actives (ou S.P.P.A). Elles vivent chacune des situations créatrices d’émotions. Celles qui parviennent à avoir une existence propre et à évoluer sont heureuses et celles qui sont mises au placard par nous-mêmes ou refusées par autrui sont tristes, boudeuses ou furieuses.
Les SPPA captivent vraiment les gens lorsque nous les présentons dans nos stages. N’est-il pas ahurissant d’apprendre que nous avons en nous, par exemple, une SPPA qui a pour but de réussir en affaire pendant qu’une autre ne s’intéresse qu’à jouer le parent ? De découvrir qu’une SPPA en voie de devenir sage assomme notre entourage avec son enseignement excessif alors qu’une autre cherche désespérément à expérimenter le rôle d’élève ?
Les émotions dans la vie relationnelle
Nos relations meurent souvent à cause des émotions mal gérées. La vie de famille, au lieu de nous permettre de grandir en sécurité dans l’amour, est un véritable centrale nucléaire, cocon de toutes les futures bombes que nous allons lancer. C’est triste parce qu’il suffirait de montrer à l’enfant comment gérer ses émotions naturellement, en les laissant circuler à travers tout le corps avec des gestes et des sons (comme il sait si bien le faire jusqu’à l’âge de trois ou quatre ans), sans agresser autrui, comme on lui a enseigné à d’abord aller sur son pot pour faire ses besoins avant de l’éduquer à s’isoler aux toilettes pour ne pas incommoder les autres.
Ce n’est pas tant le contenu de nos phrases qui est à changer, ce sont les émotions qui les enveloppent. Sans cela, nous devenons des êtres faux, menteurs ou hypocrites. Tant que nous en avons nous-mêmes peur, nous évitons de révéler les sujets qui nous touchent et nous en souffrons.
Si nous lâchons d’abord l’émotion avant de parler, nous respirons mieux et sommes inspirés par la Lumière d’Intelligence et l’Amour. Il suffit alors de verbaliser ce que nous avons à dire avec le bon personnage et le ton juste, sans se priver ni priver l’autre de la vérité…
Les émotions et la vie de couple!
Puisque nous sommes pour la plupart des ignorants en matière d’émotions, nous bâtissons nos vies de couple le ventre empli de tensions et de frustrations émotionnelles. Au lieu de nous entraîner à vivre libres et légers, nous massacrons notre vie commune à force de bombardements émotionnels intenses et répétés. Lassés, courbés et malades, nous allons reproduire le même scénario dans une nouvelle relation. Pour nous en sortir il faut, grâce à des stages ou des thérapies,apprendre à faire sortir toutes les émotions à travers notre corps mais hors de la vue de personnes qui nous croiraient fou ou dangereux !
A mes yeux, le vrai couple est fusionnel. Il a du plaisir à tout faire ensemble ! C’est possible si chacun des partenaires a une quantité suffisante de SPPA qui s’entendent bien entre elles à l’intérieur et avec celles de l’autre à l’extérieur. Même si nous nous aimons, nous aurons toujours, tant que nous ne sommes pas réalisés, des facettes qui ne s’apprécient pas du tout. Connaissant ces obstacles à la réussite de la vie de couple, je fais donc d’abord découvrir à mes patients et stagiaires les facettes d’eux qui s’entendent bien pour créer une fondation solide. Ils peuvent ensuite aller à la recherche des SPPA conflictuelles qui ne s’acceptent pas et risquent de saboter la relation. Par exemple, l’enfant immature en nous peut faire son enfance auprès du parent consentant et mature chez l’autre, alors qu’il est en danger en face de l’enfant aussi infantile que lui chez l’autre.
Notre mari (ou notre femme) n’existe pas seulement dans notre vie pour jouer le rôle de conjoint ou de conjointe. Il est aussi venu pour jouer le rôle de parent (pour nous permettre de refaire notre enfance ou pour se donner l’opportunité de jouer le rôle des parents qu’il aurait voulu avoir), d’enfant, de frère ou sœur, d’ami, de collègue de travail, de partenaire financier, etc.
Les émotions dans l’éducation
Il est temps, avant tout, de faire la différence entre l’émotion de l’enseignant et celle de l’élève, celle du parent et celle de son enfant, celle du thérapeute et celle de son patient. Ensuite, il faut informer les élèves, les enfants ou les patients qu’ils ne sont pas constitués que de ces parties-là. Ils sont aussi dotés de SPPA enseignant, parent et thérapeute. Cette vision de la réalité apporte l’équilibre qui nous manque en responsabilisant tout le monde.
Les émotions chez les enfants hyperactifs ou indigo
Les enfants hyperactifs ou indigo sont des êtres très sensibles et très éveillés. Ils vivent leurs émotions avec une intensité qui emplit l’atmosphère. Souvent ils ne savent pas les gérer parce qu’ils captent beaucoup de choses à la fois. Et on ne leur apprend ni à comprendre et exprimer leurs émotions ni à gérer celles de leur entourage. Au lieu de nous préoccuper seulement du degré d’intelligence de nos enfants ou de nous plaindre de leur hyperactivité en cherchant à les calmer par des médicaments chimiques, enseignons-leur plutôt à distinguer intelligemment les sources de toutes les émotions puis à les gérer sainement.
Les émotions dans la santé.
Chaque émotion est une véritable bombe, potentiellement dangereuse pour notre santé. Il faut, de toute façon, les laisser toutes circuler à travers notre corps. On sait déjà que la colère, la peur ou la tristesse, doivent être expulsées de nos organismes sinon on risque de s’alourdir et de vivre sous tension. En revanche, peu de gens réalisent que même les émotions de joie et de plaisir doivent aussi nous traverser. Tout ce qui vit doit couler, pour rejoindre la Terre et le Cosmos. Sinon nos organismes s’acidifient et nous vivons sous stress. Notre sommeil est perturbé, ce qui nous empêche de nous régénérer en profondeur. Notre transit intestinal ralentit et nos organes baignent alors dans les toxines. C’est ainsi que les maladies commencent. Les problèmes s’aggravent parce que les tensions créent ces dépressions qui engendrent la dévalorisation de soi et les jugements envers autrui.
Les émotions et la guérison
La véritable guérison ne peut être acquise que si les émotions sont bien vécues, ni refoulées ni exprimées en faisant du mal aux autres. Pour y parvenir, il faut réussir à mettre la main sur la SPPA «déclencheuse» de maladie pour la comprendre. Si on lui permet de vivre et de bien gérer ses émotions, elle ne cherchera à faire mal ni aux autres ni à elle-même !
Le quotient émotionnel, plus important que le quotient intellectuel.
Aujourd’hui aux Etats-Unis, dans les entreprises, on réalise l’importance du quotient émotionnel. Lorsqu’on agit après avoir exprimé ses émotions, on vit intègre et honnête avec ses ressentis et on fonctionne plus clairement avec ses idées. On peut alors réconcilier le mental et le cœur. N’est-ce pas l’une des bases de la vraie intelligence?
Les émotions et les grandes œuvres mondiales.
Si les gens étaient épurés de leurs lourdeurs émotionnelles, le monde ne connaîtrait plus ces guerres incessantes. Les différents objectifs de chacun de nos personnages entravent nos grandes intentions ou les dévient car au lieu de focaliser notre intention sur le devenir du monde, nous y mélangeons nos émotions personnelles en tant qu’enfant de notre pays, sauveur ou serviteur des lobbies… Au lieu de vouloir le bien de tous, nous avons des objectifs limités, comme de briller au sein de notre famille ou de figurer dans les livres d’histoire.
Les émotions et la mort.
Enseigner la gestion des émotions et le concept des SPPA aux personnes en fin de vie devrait être une priorité vitale. Car non seulement les émotions mal gérées de certaines de nos SPPA nous rendent malades d’orgueil et de haine, en bloquant l’amour et la guérison, mais elles nous entraînent aussi tout droit dans ce monde intermédiaire entre le monde matériel et les mondes de lumière que l’on appelle «le bas astral» comme je le décris dans La mort n’et jamais un accident et Voyage vers les sphères célestes.
Heureux et libérés de toutes les tensions émotionnelles nous pouvons accéder directement les royaumes des cieux. Nous sommes alors inspirés par les chants des anges, accompagnés par nos animaux totems et guidés par les murmures chaleureux et bienfaisants de nos guides spirituels.
Maître Johanne Razanamahay
(Chamane-guérisseuse, écrivain et conférencière internationale)
top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info