Newsletter du 30 septembre 2010

Informations diverses :

– Exrait d’un mail : Ma vie à vraiment changé depuis le stage fait avec
vous deux, quel bonheur que de savoir évacuer mes émotions! Quel gain
d’autonomie ! Et quelles perspectives de développement personnel
infini ! Je ne comprends pas comment je pouvais vivre en gardant des
émotions aussi puissantes à l’intérieur. Et quelle joie de commencer à
discerner le jeu des SPPA, c’est magique ! Décidément, rien ne vaut le
plaisr de devenir conscient.

– Extrait d’une lettre : « Je viens de lire La chamane sauvage de
Johanne. Quel livre extraordinaire ! Sa lecture m’a permis d’ouvrir à
nouveau les « sens intérieurs » que j’avais bloqués dans mon enfance
pour devenir « civilisée comme les autres » ! Ma joie est immense et ma
reconnaissance pour ce cadeau magnifique me remplit le cœur de joie et
d’amour. Puisse ce livre être utile à tous ceux qui veulent se libérer
des limitations du cerveau gauche pour voler, avec leur cerveau droit,
dans les mondes subtils ! »

– Le rire, une formidable thérapie !

Ce livre vient de sortir de presse, aux éditions Lanore. Il s’agit
d’une version actualisée et augmentée de Le rire une merveilleuse
thérapie de Tal Schaller et Kinou le clown( livre souvent réédité depuis 20 ans !)
Ces deux compères, qui ont fait connaître le thérapie par le rire dans
de nombreux pays, se sont associés à Corinne Cosseron, qui dirige
l’Ecole du Rire de Frontignan et enseigne la Rigologie avec un immense
talent , pour faire de cette nouvelle édition le livre le plus
documenté et le plus drôle qui soit sur les fantastiques effets du rire
sur la santé !

De nombreuses études montrent que rire stimule votre système
immunitaire et toutes les fonctions vitales du corps. C’est beaucoup
plus efficace que les vaccins et les médicaments chimiques ! De plus le
rire est totalement gratuit et sans aucun effet secondaire,
contrairement à TOUS les médicaments chimiques.

Ainsi une étude de l’Ecole de Médecine du Maryland, aux Etats- Unis, a
montré qu’avec 20 volontaires, la projection d’un fil comique
accroissait le flux sanguin de 95 % des participants alors qu’un film
de guerre engendrait une baisse de ce flux chez 74 % des participants.
Les effets positifs duraient de 12 à 24 heures.

Le docteur Michael Miller,directeur de l’étude, a affirmé lors d’un
congrès de cardiologie : « Pour avoir un coeur et des artères en bonne
santé, il faut manger sainement, faire de l’exercice et rire plusieurs
fois par jour ! »

Dans ce livre, Tal, Kinou et Corinne vous montreront qu’au lieu de dire
« Quand je serai heureux, je rirai !» (et de passer votre vie dans les
prisons du sérieux), vous pouvez entrer tout de suite dans le monde
merveilleux du « rire sans raison » !

– FOIE GRAS

Chaque année, 36 millions de volailles en France sont enfermés dans de
minuscules cages et sont gavés mécaniquement jusqu’à ce que leur foie
atteigne dix fois son volume normal. C’est ainsi que l’on fabrique le
« foie gras » ! Imaginez un homme de 80 kilos que l’on obligerait à
avaler à chaque repas 20 kilos de nouilles ! Inutile de dire que
lorsque vous mangez ces foies malades vous vous empoisonnez et vous
absorbez la souffrance de l’animal torturé !

– FOLIE NUCLEAIRE FRANCAISE :

Le projet d’un nouveau réacteur EPR en Normandie (le plus puissant du
monde) laisse rêveur : dans un rapport publié par Greenpeace, l’expert
anglais John Large affirme qu’en cas d’accident plus de 30.000
personnes développeraient un cancer mortel…Le rapport dit que les
affirmations d’EDF disant que ce réacteur était « absolument sûre »
sont fausses.

Comment pouvons- nous encore, après Tchernobyl, faire confiance aux
apprentis sorciers du nucléaire ?

– La sécurité sociale française :

Savez- vous que : 1) Une partie des taxes sur le tabac destinée à la
Sécu, n’est pas reversée : 7,8 milliards. 2) Une partie des taxes sur
l’alcool, destinée à la Sécu, n’est pas reversée : 3,5 milliards. 3)
Une partie des primes d’assurances automobiles destinée à la Sécu,
n’est pas reversée : 1,6 milliard. 4) La taxe sur les industries
polluantes destinée à la Sécu, n’est pas reversée : 1,2 milliard. 5)
La part de TVA destinée à la Sécu n’est pas reversée : 2 milliards. 6)
Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés : 2,1 milliards.
7) Retard de paiement par les entreprises : 1,9 milliard.

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards
d’euros.

Conclusion : si les responsables de la Sécu et nos gouvernants
faisaient leur boulot efficacement et honnêtement, si chacune des
institutions reversait ce qu’elle doit chaque année, les prétendus 11
milliards de trou seraient aujourd’hui 9 milliards d’excédent !!!!

Ces chiffres ne sont pas inventés ; vous pouvez les consulter sur le
site de la sécu ; ils sont issus du rapport des comptes de la Sécu.
N’oubliez pas d’avoir une petite pensée sur l’achat, à la hâte, des
90 Millions de doses de Tamiflu par le ministère de la santé publique,
quand on sait que la grippe A n’est pas plus mortelle et dangereuse
pour vous et moi que la grippe saisonnière classique. Hélas on ne peut
en dire autant des dommages collatéraux potentiels qui existent
réellement dans les adjuvants que contiennent les vaccins !!!
Cordialement. Evelyne DUBIN Secrétaire Générale Adjointe au Directeur
Général Institut National du Développement Local Avenue Michel Serres
BP 32 47901 AGEN Cedex 9

– La science absente des campagnes de vaccination contre la grippe

Les vaccins contre la grippe sont essentiellement basés sur une science
douteuse. Ils ne marchent simplement pas chez 99% des gens !

Il y a un an, j’ai offert une récompense de 10.000 dollars à toute
personne qui pourrait prouver que les vaccins H1N1 sont sûrs et
efficaces

Personne ne m’a jamais contacté pour relever le défi et réclamer la
récompense tout simplement parce que la preuve n’existe pas.

La médecine conventionnelle, d’après ce que les médecins prétendent,
est réellement une « Evidence Based Medicine » (EBM). Ce qui veut dire
que tout ce que la médecine conventionnelle propose est basé sur une
précision scientifique rigoureuse. Tout est supposé validé
statistiquement et démontré, prouvé au- delà de tout doute possible.
Tout fonctionne comme annoncé. Les vaccins contre la grippe nous sont
présentés comme fournissant une sorte de protection absolue contre
l’influenza. « Ne perdez aucun jour de travail, faites vous
vacciner ! » L’idée sous jacente est que la protection du vaccin est de
100% contre la grippe. Cette insinuation est complètement fausse. Il
s’agit en fait d’une science de pacotille emballée dans une propagande
trompeuse.

Il n’y a jamais eu d’étude indépendante, en double- aveugle,
randomisée, contrôlée versus placebo démontrant la sécurité ou
l’efficacité des vaccins contre la grippe porcine H1N1 et qui se
retrouvent cette année dans le nouveau cocktail vaccinal). Il en
résulte qu’il n’existe pas de base scientifique rigoureuse qui
permettrait la vente de ces vaccins. Pour tenter de justifier cet état
de fait, les bonimenteurs de vaccins prétendent que mener pareilles
études en double aveugle, randomisées, contrôlées par placebo
constituerait une entorse à l’éthique. Les vaccins sont à ce point
efficaces que refuser le vaccin à un groupe placebo ne pourrait se
faire qu’au détriment de ces personnes en mettant leur vie en danger !
Mais en même temps les marchands de vaccins trouvent éthique de donner
ces vaccins à des centaines de millions de gens, même si les preuves de
leur sûreté et de leur efficacité n’ont pas été apportées.

Les industriels du vaccin savent déjà que les vaccins sont tout à fait
bons pour vous. Aucune étude scientifique rigoureuse ne s’avère donc
nécessaire !

Au cours des années, on a fait des études cliniques sur différents
vaccins, mais la plupart ont été financées par l’industrie et il n’y a
pratiquement jamais eu d’études rigoureuses menées sur les vaccins
contre la grippe saisonnière avant d’être, chaque année, mis sur le
marché. Il en résulte que chaque vaccin annuel peut être considéré
comme une nouvelle expérimentation sur des masses de cobayes humains
qui font simplement ce qu’on leur dit sans se demander si ces pratiques
sont basées sur une véritable science.

La Collaboration Cochrane est une Organisation internationale
indépendante, sans but lucratif qui comprend quelque 28.000
collaborateurs de plus de 100 pays.

Le Dr Tom Jefferson qui travaille pour la Collaboration en tant
qu’épidémiologiste a voulu examiner de plus près le problème de la
vaccination contre la grippe. Il a découvert que près de la moitié des
études qu’il a analysées avaient été financées par l’industrie
elle-même.Son étude montre que les vaccins contre la grippe sont
presque sans valeur. Il a découvert que quand les souches virales ne
correspondent pas parfaitement aux virus circulants, il serait
nécessaire de vacciner 100 personnes pour réduire d’une seule unité le
nombre de personnes souffrant des symptômes de l’influenza. Donc pour
99% des vaccinés, le vaccin ne fait absolument aucune différence !

Et dans le meilleur des cas, quand les souches virales du vaccin
correspondent aux virus sauvages qui circulent (situation reconnue par
les auteurs comme « peu commune »), le vaccin réduit les infections
dues à l’influenza chez 3 personnes sur 100. Ou, dit d’une autre
manière, 97% des personnes qui reçoivent le vaccin n’en retirent aucun
bénéfice.

L’étude du Dr Jefferson précise en outre que :

* La vaccination n‘a eu aucun effet sur le nombre d’hospitalisations ou
sur les taux de complications.

* La vaccination n’a eu aucun effet sur le nombre de personnes
hospitalisées ou sur le nombre de jours de travail perdus.

* L’étude a montré que les preuves de l’efficacité des vaccins sur
l’influenza sont minces, mais par contre qu’il existe des preuves d’une
large manipulation des conclusions.

Le marketing vaccinal est essentiellement une escroquerie scientifique.
Prétendre que les vaccins protègent tout un chacun alors qu’en réalité,
ils peuvent seulement réduire les symptômes d’une personne sur 100 est
intellectuellement malhonnête et essentiellement frauduleux.

Imaginez maintenant que la télévision fasse de la publicité pour un
remède à base de plantes, vantant ses bienfaits pour la santé, et qu’il
s’avère que ce produit ne soit efficace que chez une personne sur 100.
Le produit serait immédiatement qualifié de charlatanesque et la firme
qui le produit serait immédiatement accusée de publicité mensongère. La
firme pourrait aussi bien être accusée de tromperie criminelle.

Je n’ai absolument aucun doute que des doses adéquates de vitamine D (
non pas 200 ou 400 UI, mais bien 4.000 UI par jour) s’avéreraient
significativement plus efficaces que les vaccins pour lutter contre la
grippe et prévenir les infections grippales.

Mike ADAMS, sept 2010.

Le gang des vaccins, utilisant la désinformation, la collusion et le
terrorisme, vous maintient, volontairement, vous et vos enfants, en
danger de maladie, d’infirmité, de mort.

Nous exigeons, des responsables de l’Etat, que cela ces- L’OMS
continue de trafiquer ses propres critères!

L’OMS avait déjà modifié ses critères de définition de pandémie, en
mai 2009, pour satisfaire ceux qui la financent, c’est à dire les
producteurs de vaccins et d’antiviraux. Depuis lors, l’OMS a toujours
nié avoir procédé à un changement, pourtant chronologiquement
troublant. Mais de récents évènements viennent apporter un éclairage
primordial sur le caractère tout à fait intentionnel de telles
pratiques puisque la même agence vient encore d’abandonner ses propres
critères en matière d’imputabilité d’effets secondaires vaccinaux. Ce
qui s’est récemment passé au Pakistan, au Sri Lanka et au Bhutan est
réellement gravissime puisque ce sont plus de 15 décès d’enfants suite
au vaccin pentavalent (Diphtérie, tétanos, coqueluche, Hib et hépatite
B) que l’OMS tente de passer sous silence. Comment ? En ne retenant
tout simplement pas ses critères habituels pour déterminer si tel ou
tel effet secondaire est attribuable ou non à un vaccin. Car, de
l’aveu même du Pr Mittal, professeur honoraire de pédiatrie à Delhi,
en Inde, si ces critères de référence avaient été retenus, les décès
d’enfants auraient été classés comme “probablement” ou “très
probablement” liés à l’administration du vaccin pentavalent…. Ces
décès, survenus tantôt dans l’heure qui a suivi la vaccination, tantôt
dans les 12 à 14H qui ont suivi l’injection ont en fait été attribués
par les “experts” de l’agence onusienne à “la mort subite du
nourrisson”, à “des convulsions” et des “méningites”. Le hic étant que,
dans la littérature médicale, il existe des preuves que les vaccins
peuvent causer ces trois types d’effets: mort subite du nourrisson,
convulsions et méningites. C’est donc fin juillet dernier que le Pr
Mittal dénonçait cela dans rien de moins que la prestigieuse revue
médicale British Medical Journal (BMJ), la même revue qui avait publié,
début juin un article sur les conflits d’intérêts qui gangrènent
l’OMS et qui ont émaillé toute cette saga du H1N1. Le Pr Mittal, qui
fait partie d’un groupe ayant intenté une action contre l’utilisation
de ce vaccin pentavalent devant la haute Cour de Delhi a insisté sur la
nécessité d’analyser au plus vite et en toute transparence la
véritable origine de ces décès “avant que d’autres vies soient
perdues”. La vaccination avait été suspendue au Sri Lanka en avril 2008
après la notification de 25 effets secondaires graves dont 5 décès
d’enfants. Quant au Bhutan, il a stoppé cette vaccination en juillet
2009 soit seulement deux mois après son introduction. Si le Bhutan a
jusqu’ici résisté aux pressions de l’OMS pour reprendre la
vaccination, le Sri Lanka, lui, a repris cette vaccination cette année
après qu’un panel d’”experts” de l’OMS ait conclu à une absence de
relation de cause à effet. « Le fait d’avoir changé ses propres
critères de classification des effets secondaires après vaccination
constitue « un maquillage minutieux » de la part de l’OMS, destiné à
empêcher d’établir la moindre connexion entre le vaccin pentavalent et
les décès survenus au Sri Lanka. » a écrit le docteur Jacob Puliyel,
chef du service de pédiatrie à l’hôpital St Stephen de Delhi (Inde)
Dans une réponse adressée au British Medical Journal et publiée le 31
juillet dernier, le Dr Puliyel et les autres co- auteurs (parmi
lesquels des professeurs de pédiatrie, de santé publique, des
bureaucrates et un ancien ministre indien de la santé), on peut lire
des propos qui rappellent étrangement le scandale du H1N1. Tout
d’abord, les auteurs, médecins pour la plupart, commencent par déplorer
une labellisation un peu hâtive car eux aussi (comme Initiative
Citoyenne en son temps) se sont vus taxer de « lobby anti- vaccin », au
seul prétexte qu’ils avaient osé discuter de la pertinence scientifique
d’introduire le vaccin pentavalent dans leurs régions. Ainsi, bien
qu’ayant déjà massivement vacciné contre diverses maladies, ils sont
stigmatisés car c’est véritablement un crime de lèse- majesté d’oser
parler sans tabou du véritable rapport bénéfices/risques du moindre
vaccin. Le Dr François Choffat, a écrit dans son livre Hold- up sur la
santé : « Je sais par expérience que mettre en question un seul vaccin
est considéré par la majorité des médecins comme une hérésie
dangereuse, une agression contre un principe vaccinal considéré comme
sacré. »

Les experts de l’OMS qui ont investigué les morts d’enfants survenues
au Sri Lanka ont tout simplement supprimé les catégories « possibles »
et « probables » de la classification standard. De ce fait là, en
recourant à cette « nouvelle classification », ces experts ont conclu à
une absence de relation entre les 3 décès d’enfants et l’administration
du vaccin pentavalent alors que ceux- ci ne pouvaient cependant être
attribués à aucune autre cause. Comme expliqué ci- dessus, ces décès
auraient pourtant été classés comme « effets probables » sur base de la
classification standard de l’OMS ! On apprend également dans cette
réponse parue dans le BMJ qu’un porte- parole de l’OMS a défendu ce
changement de classification, disant que « les experts indépendants
étaient libres de créer leur propre classification. » Le rapport des
experts de l’OMS disait que « le vaccin pouvait avoir démasqué, révélé
une condition sous- jacente » (une excuse dont on a aussi usé et abusé
à propos des décès après le vaccin H1N1 qui étaient soi disant à chaque
fois dus à des maladies chroniques ou liées à un âge avancé alors qu’à
l’inverse tout décès chez des sujets malades chroniques ou âgés étaient
classés comme « décès dus au virus H1N1 » !) Mais ce n’est pas tout !
Il est aussi écrit dans cette réponse au BMJ que : « le rapport de
l’OMS présenté devant la justice est incomplet. Les noms des experts
n’ont pas été révélés. Si on permet la substitution de la nouvelle
classification à l’ancienne avertissent les auteurs, les décès qui
surviennent en réaction à des vaccins seront presque toujours classés
comme des effets secondaires « peu probables ».

Aussi, si vous croyez encore à l’OMS, comprenez en quoi les
comportements de cette agence se reproduisent, que ce soit avec le H1N1
ou le vaccin pentavalent :

1 – Changement de ses propres critères/ références (pour la définition
de pandémie avec le H1N1, pour la classification des effets secondaires
avec le vaccin pentavalent)

2 – Opacité totale (pour obtenir les rapports, concernant les noms des
experts qui sont tenus secrets etc..)

3 – Conflits d’intérêts (les experts sont liés à l’industrie)

4 – Les manœuvres profitent TOUJOURS à l’industrie pharmaceutique car
celle- ci finance l’OMS (« dis- moi qui te paie et je te dirai qui tu
sers »)

Un document extraordinaire sur lesPREUVES DU MANQUE D’EFFICACITE ET DU
DANGER DES VACCINATIONS

« Dans ce document spectaculaire et accessible à tous, Raymond
OBOMSAWIN, PhD démontre au moyen de graphiques le manque de preuves
quant à l’efficacité des vaccinations. Il en montre aussi les
dangers. »

[208]http://www.gaia-health.com/articles101/000123-Vaccination-Facts-Ta
bles.shtml

Links:
208. \”http://www.gaia-health.com/articles101/000123-Vaccination-Facts-Tables.shtml\”

[209]http://genesgreenbook.com/resources/Natural_Infectious_Disease_Dec
lines_Immunization_Effectiveness

Links:
209. \”http://genesgreenbook.com/resources/Natural_Infectious_Disease_Declines_Immunization_Effectiveness\”

– VIVE LE PETROLE ! (Du journal NEXUS) :

Tony Hayward, PDG de BP, a cédé pour 1.995.000 euros d’actions de sa
firme le 17 mars 2010, ce qui lui a permis d’éviter de perdre 590.652
euros liées à la chute conséquente du titre BP en Bourse depuis
l’accident de sa plateforme, un mois plus tard. Une broutille par
rapport aux 5.585.000 euros qu’il gagnait annuellement avant d’être
débarqué avec une indemnité de 1,2 million d’euros. De plus à partir de
62 ans, il touchera une retraite de 700.000 euros par an !

Moralité : tuez une personne et vous finirez vos jours en prison. Tuez-
en quelques milliers, empoisonnez- en quelques millions (BP, pour
lutter contre la marée noire, a déversé 7 millions de litres de
corexite, un produit chimique hautement toxique !) et vous jouirez d’un
parachute doré !

– YAOURTS ACTIVIA ET ACTIMEL

DANONE OBLIGÉ DE RETIRER SA PUBLICITÉ MENSONGÈRE APRÈS 15 ANS DE
MATRAQUAGE ET DE DÉGÂTS ! Le «pavé dans le pot de yaourt » qu’a lancé
Didier Raoult, chercheur français dans la prestigieuse revue
scientifique «Nature » de septembre 2009 a fini par être payant. Pourle
patron du labo de virologie de la Timone à Marseille, les yaourts et
autres boissons lactées farcis aux probiotiques que l’on nous fait
avaler depuis près de 20 ans auraient une grosse part de responsabilité
dans l’épidémie d’obésité qui frappe les enfants. Les probiotiques que
Danone ajoute à tout va dans divers yaourts sont, selon les allégations
de la marque assénées à la télévision, censées « booster » les défenses
immunitaires. On en trouve plus de 1 milliard par pot d’Activia ou
d’Actimel. Le hic est que ces bonnes bactéries « actives et vivantes »,
dixit Danone, sont les mêmes que celles qui sont utilisées depuis
longtemps dans les élevages industriels comme activateurs de croissance
pour faire grossir plus rapidement cochons et poulets. Un porc ainsi
gavé de probiotiques, c’est plus de 10 % de gagné sur la balance.
Danone pousse donc à « élever » nos enfants comme des cochons ou des
poulets…. En fait, en début d’année, des chercheurs ont eu l’idée de
comparer la flore intestinale des obèses et des non obèses. Et là,
surprise, les premiers étaient bourrés de probiotiques – ceux qu’on
trouve justement dans les yaourts « santé plus ». Didier Raoult
commente : « On a autorisé pour l’alimentation humaine des activateurs
de croissance utilisés dans les élevages, sans chercher à savoir quel
serait l’effet sur les enfants ». Du coup, celui- ci a réclamé des
études pour connaître le rôle précis de TOUS les produits lactés dans
l’épidémie d’obésité infantile. En outre, il n y a pas que les enfants
qui sont victimes de cette supercherie ; j’ai rencontré de nombreuses
femmes potelées bien que sous- alimentées, et qui cherchaient
désespérément à maigrir en se limitant à quelques yaourts par jour plus
quelques babioles. Et désespérante désillusion, elles continuaient à
grossir, étaient de plus en plus

fatiguées et fragiles, surtout en hiver où il est indispensable de se
YANGUISER, alors que les yaourts sont hyper YIN. D’où l’article « Aigle
moqueur » que j’avais passé dans « Pratique de Santé» sous le titre «
DEVENEZ XXL AVEC DES YAOURTS » Finalement, les semeurs d’alerte
indépendants ont fini par émouvoir les services officiels avant que le
scandale éclate trop au grand jour. C’est ainsi qu’ils viennent de
mettre la pression sur le groupe Danone, l’obligeant, selon les termes
délicats des grands journaux « à revoir sa copie» (Un monstre comme
Danone, çà se ménage…). Il faut tout de même réaliser que cela pourrait
être un coup dur pour le lobby puisque les groupes Actimel Europe et
Activia Europe pèsent ensemble > 1,5 milliards d’Euros sur un chiffre
total Danone de 15 milliards, soit 10 %. Mais je ne me fais guère de
soucis pour cette entreprise de tricheurs, car entre ses discrètes et
adroites manoeuvres de retrait publicitaires et les addictions de
beaucoup de consommateurs automatisés, il n’y a pas vraiment le « feu
au lac », en attendant qu’on nous invente une autre « salade à la mode
»

– L’aluminium, un métal qui plombe la santé

Après l’âge du fer, du bronze ou de la pierre, voici venue l’ère de
l’aluminium. Des trousses de maquillage aux assiettes en passant par
les vaccins, il est partout. Pourtant, ce compagnon du quotidien n’a
aucune vertu ni fonction biologique, comme le démontre la journaliste
Virginie Belle, dans son ouvrage Quand l’aluminium nous empoisonne à
paraître le 30septembre. Au contraire, il nous empoisonne à petit feu.

Cosmétiques et crèmes solaires. Rouges à lèvres, vernis, fonds de
teint, crèmes de soins, plusieurs de ces produits en contact direct et
continu avec notre peau renferment de l’aluminium. Une journée de
crème solaire à la plage reviendrait ainsi à étaler sur sa peau,
perméable, ne l’oublions pas, 1g d’aluminium. Son action pourrait
contribuer au vieillissement de l’épiderme, et être liée à
l’incidence du cancer de la peau.

Déodorants. En spray ou à bille, les déodorants antitranspirants
peuvent contenir jusqu’à 20% d’aluminium. Ce qui pose de nombreuses
questions, notamment sur le lien entre cancer du sein et aluminium. En
2007, des chercheurs britanniques ont mesuré la teneur en aluminium des
tissus du sein de 17 patientes atteintes de cancers. La concentration
était significativement plus élevée dans la région de la poitrine la
plus proche de l’aisselle.

Le plein au supermarché. L’aluminium est naturellement présent dans
certaines céréales et autres légumes, mais les concentrations les plus
élevées ont été relevées dans les biscuits, les produits laitiers et
les aliments riches en sucre, produits pour lesquels l’ajout
d’additifs alimentaires contenant des sels d’aluminium est autorisé.
Autant de produits prisés par les enfants.

Eau et maladie d’Alzheimer. En France et en Europe, c’est le sulfate
d’aluminium qui rend l’eau potable transparente. En 2000, l’étude
Paquid, réalisée dans les départements de la Gironde et de la Dordogne,
a montré que le risque de contracter la maladie d’Alzheimer est 1,99
fois plus élevé dans les régions où l’eau contient plus de 100µg
d’aluminium par litre d’eau potable. Or, en France, la norme est de
200µg, soit le double de ce taux d’alerte.

Cuisine à haut risque. L’acidité ou le sel, conjugués à une cuisson à
haute température peuvent faire migrer l’aluminium de la casserole ou
du papier d’aluminium (papillote) aux aliments.

Nous vous donnons ces informations dans le but de vous aviser de ce que
la presse ne dit pas, comme le montre sur notre site le nouvel article
« Mensonges de notre temps ».

Notre objectif est de vous soutenir par tous les moyens possibles afin
que vous puissiez acquérir les outils qui permettent de sortir de la
psychose de la peur et des ornières du conformisme pour prendre votre
vie en main et devenir l’artisan d’un bonheur et d’une joie de vivre en
constante progression. Nous sommes très enthousiastes et très positifs
parce que notre travail et nos écrits s’appuient sur des lois
universelles fondamentales qui donnent des résultats rapides quand on
les met en action. Car, comme le disait Voltaire « Il serait très
singulier que la nature tout entière, toutes les planètes, soient
soumises à des lois éternelles et qu’un petit animal mesurant 1 mètre
65 (l’être humain!) puisse agir comme bon lui semble et selon son
caprice au mépris de ces lois ! »

Ne restez pas dans la monde de l’ignorance, de la dépendance et de la
souffrance…Déployez vos ailes et volez dans le ciel de la santé, de la
conscience et de l’amour illimité !

top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info