Newsletter du 9 novembre 2010

Depuis Madagascar, où c’est l’été, nous vous envoyons, par la pensée,
des images de lagon sur lequel voguent les pirogues à balancier des
pêcheurs, de gens souriants et très peu prisonniers du stress créé par
trop d’intellect et de pensées rigides… dans le village de Mangily,
près de Tuléar, les habitants sont calmes et joyeux. Leur dénuement
matériel ne les empêche pas de rire et de s’amuser. Cependant , comme
dans tout lieu d’énergie, certains sont dynamiques et sereins, d’autres
se laissent dévier hors des lois d’harmonie. Il faut dire, hélas, que
tous les occidentaux présents ici ne sont pas des modèles d’équilibre !
Nous essayons donc de soutenir les villageois, et les européens qui se
sont établis ici, vers un développement qui ne soit pas copie du modèle
occidental matérialiste mais respect des traditions ancestrales
locales, préservation d’une nature vierge de toute pollution et échange
fructueux entre les différentes traditions. Nous écoutons les gens et
leurs souhaits et essayons d’aider ceux qui sont en recherche pour
qu’ils se souviennent de leur nature profonde. Tout être humain,
au-delà de sa culture spécifique, n’est-il pas désireux d’apprendre le
respect d’autrui et de son environnement, le partage et la fraternité ?

Nous soutenons notamment une chambre et table d’hôtes qui fonctionne
selon le principe du « social business » c’est-à-dire que le but n’est
pas commercial au sens de « faire du profit « mais de créer des emplois
qui vont permettre à plusieurs familles malgaches d’avoir un minimum
vital. Des gérants européens sont responsables de la gestion et
facilitent l’accueil des gens de l’extérieur tout en assurant la
communication entre tous. Si vous voulez voir ce lieu et passer un
séjour agréable dans le même état d’esprit, allez voir le site
www.princessedulagon.com

ALIMENTATION, SANTE ET ECOLOGIE

Il est six heures du matin. Dans les rues de Tuléar, la grande ville du
sud de Madagascar, les enfants vont à l’école. Pas un seul n’est obèse,
pas plus que les adultes d’ailleurs… spectacle impressionnant d’une
population qui ne mange presque pas de viande et de produits laitiers
car ces aliments sont trop onéreux ! Au marché, fruits et légumes sont
bios, non par choix philosophique mais parce que les engrais et
pesticides chimiques coûtent trop cher dans ce pays qui est l’un des
cinq pays les plus pauvres du monde. Étrange revanche des pays
défavorisés qui sont moins pollués que les pays riches par une
alimentation industrielle et dont la santé est moins compromise par une
alimentation trop riche, trop grasse, trop chimique, trop destinée à
faire grandir les profits des multinationales plutôt que la santé des
populations !

Quand on y pense, la civilisation occidentale, ou« civilisation du
bœuf », est une gigantesque catastrophe sanitaire et écologique :

Dans les pays riches, la consommation de viande a passé de 47 millions
de tonnes en 1950 à 260 millions de tonnes en 2005. Une augmentation de
cinq fois en cinquante ans ! Le bétail accapare les deux tiers de la
production mondiale de céréales, volume qui suffirait amplement à
nourrir les 850 millions d’êtres humains qui souffrent de malnutrition.
Quel gaspillage ! Sur un hectare de terre qui produit 250 kilos de
viande on pourrait cultiver 20’000 kilos de pommes, 30’000 kilos de
carottes ou 50’000 kilos de tomates !

Aux Etats-Unis l’industrie de la viande est responsable de 85 % de la
perte de la couche fertile de terre. Pour un kilo de viande il faut
sept kilos de céréales et 10’000 litres d’eau. C’est à cause de la
viande que plus de trente hectares de forêts sont détruits chaque
minute sur la terre. Les excréments du bétail représentent 110 tonnes
par seconde pour les Etats-Unis et l’Europe, ce qui entraîne 50 % de la
pollution des nappes phréatiques du monde. 90 % de tous les résidus de
pesticides se retrouvent dans les produits animaux alors que les
aliments végétaux en recèlent moins de 10 %. On a fait plus de dégâts
en trente ans que depuis que l’homme existe sur la terre. Alors que
plus de 50 millions d’enfants meurent de faim chaque année, un
Américain sur trois et un Français sur quatre est obèse.

L’une des preuves de la supériorité d’une alimentation végétale nous
est donnée par le sport.

En 2006, pour une course au Mont Blanc de 158 km avec un dénivelé de
8500 mètres, Marco Olmo, un végétarien de 57ans, remporte la course
devant 2500 coureurs. Pour la course des 100 miles de Western States
aux Etats-Unis, Scott Jurek, un végétalien de 27 ans gagne l’épreuve
pendant sept années consécutives. Et, en 2005, quinze jours après cette
course il gagne la « Badwater », course extrême de 217 kilomètres dans
la célèbre « Vallée de la mort » où la température grimpe jusqu’à
cinquante degrés centigrades !

En Chine, Lu Zijan, un homme de 93 ans, végétalien, est vif et alerte
comme un jeune homme. Il participe à des compétitions d’arts martiaux !
D’ailleurs Bruce Lee et Jacky Chan, les acteurs des films de Kung-Fu
sont végétariens comme l’étaient les moines de Shaolin.

Des centaines d’études montrent les bienfaits d’une alimentation
différente, comme celle faite par le « New York City Board of
Education » qui a testé pendant quatre ans un régime alimentaire pauvre
en sucres, additifs , conservateurs et colorants (donc un régime plus
équilibré que le régime carné habituel) sur plus d’un million
d’enfants. Leurs notes moyennes ont progressé de 16 % ! Le programme
n’a pas été renouvelé sous la pression de l’industrie agro-alimentaire.

Hérodote, l’historien grec qui vécut entre 480 et 420 avant JC a étudié
de nombreuses populations de son temps. Il observe que « Les nations à
l’alimentation carnée sont enclines aux querelles et aux guerres. Les
cultures végétariennes surpassent les cultures se nourrissant de viande
quant à l’art, la science et le développement spirituel ».

Albert Schweitzer a écrit : « Jadis le fait de croire que les hommes de
couleur étaient vraiment des hommes et devaient être traités
humainement passait pour une folie. Aujourd’hui on considère comme
exagéré de prétendre qu’un des devoirs imposés par l’éthique
rationnelle est de respecter ce qui vit même dans ses formes
inférieures Mais un jour on s’étonnera qu’il ait fallut autant de temps
à l’humanité pour admettre que des dépréciations insouciantes causées à
ce qui vit sont incompatibles avec l’éthique »

Joel de Rosnay a calculé que si les Américains diminuaient de 35 % leur
consommation de viande, 32 millions d’hectares seraient libérés. 5% de
cette surface suffirait pour produire les protéines végétales
nécessaires à la population et le 95 % restant pourrait produire une
biomasse capable d’alimenter près de 300 centrales thermiques de 1000
mégawatts, soit la puissance totale en électricité utilisée en un an
dans ce pays ! Bien sûr ces chiffres pourraient être adaptés aux pays
européens.

A la question : « Comment réduire la masse de violence dans le
monde ? » Gandhi répondit : « Que manges-tu ? »

Combien de temps encore, sous prétexte de prétendus « habitudes
ancestrales » ou de « nécessité physiologique » les êtres humains
faisant partie de la « civilisation du boeuf » continueront-ils leur
« cannibalisme » envers leurs petits frères du monde animal ?

Jeremy Rifkin (auteur du bestseller Beyond Beef) a écrit : « L’élite
intellectuelle des pays développés trouve parfaitement normal de
s’inquiéter de la surpopulation dans le monde mais elle oublie ce
fait : LA VRAIE SURPOPULATION C’EST CELLE DU BETAIL ! »

Nous sommes tous les acteurs de la « comédie humaine ». Chaque fois que
nous participons à la folie destructrice de la civilisation occidentale
en consommant des protéines animales, nous apportons de l’eau au moulin
de cette guerre anti-vie qui nous mène vers les maladies et la mort,
tant au niveau individuel qu’au niveau collectif. Nous sommes
responsables de la faim de millions d’êtres humains et de la
destruction des forêts.

En mangeant des végétaux, nous sauvons notre santé et sauvons la
planète. Nous devenons les artisans d’une société délivrée des mythes
toxiques du passé, une société de respect de la vie, celle de notre
corps et celle de tous les êtres vivants.

ATTENTATS DU ONZE SEPTEMBRE

Les attentats du 11 septembre sont le symbole le plus flagrant, pas le
seul mais le plus fort, de la guerre des gouvernements contre leurs
populations. Des gouvernements contrôlés par des sociétés
transnationales et leurs maîtres qui décident de tout sur cette planète
: qui mange et qui ne mange pas, qui est soigné et qui ne l’est pas et
à quel prix, qui peut se déplacer, comment et où, qui ira à l’école et
qui n’ira pas, quel enseignement nous recevrons, etc. VIA le FMI,
l’OMC, la Banque Mondiale, l’OMS et toutes les fondations qui
permettent aux milliardaires d’avoir en plus une belle image et
d’échapper au fisc pourtant déjà très indulgent vis-à-vis d’eux.

C’est une guerre des gouvernements contre leurs populations. Contre
nous. Une guerre de classes et il n’y aura pas de milieu, pas de
classe moyenne, des ultrapauvres, la masse mondiale, et tout au
sommet quelques centaines, milliers maximum, d’ultra riches.

POUR PRESQUE QUATRE AUSTRALIENS SUR CINQ : « LE 9/11 EST UNE
CONSPIRATION GOUVERNEMENTALE* »

Cela veut dire que, pour 76,7% des australiens, les citoyens, de hautes
instances US ont trempé de près ou de loin dans l’organisation des
attentats.

LES ENFANTS SONT EN DANGER :

Mary Tocco (newsletter du 31.10.2010, extraits)

La théorie vaccinale est basée sur la théorie du système immunitaire
qui régnait il y a quatre-vingt ans. Nous savons aujourd’hui que quand
nous vaccinons, nous stimulons la mauvaise partie du système
immunitaire. Ce système immunitaire est composé de deux « compartiments
» séparés. La partie Th1 concerne les réactions aiguës aux maladies
infectieuses. Elle est destinée à identifier et éliminer les intrus par
toutes les voies d’élimination du corps. La partie Th2 nous permet de
développer une immunité de longue durée, même quand nous sommes exposés
à plusieurs reprises à des maladies infectieuses naturelles. Nous
sommes naturellement exposés à la maladie au travers de la bouche, du
nez, des oreilles et des poumons. Quand, par une injection, nous
contournons ces « portes d’entrée », nous provoquons une réaction
complètement différente de ce qu’elle devrait normalement être. Nous
stimulons en fait la partie Th2 du système immunitaire.

La « théorie vaccinale » n’est pas fondée s’il faut en croire les
dernières

recherches scientifiques sur l’immunité et les recherches en matière de
maladies auto-immunes et d’allergies. Le mécanisme par lequel le corps
subit des dommages est très complexe mais la science fait des progrès
tous les jours. Nous donnons ici une explication possible.

Le sang possède naturellement une polarité négative (-). Ceci permet
aux différents éléments d’être transportés en suspension dans le flux
sanguin. Quand, par exemple, nous injectons des vaccins contenant de
l’aluminium qui, lui est de polarité positive (+), nous inversons la
polarité du sang ; ce qui en résulte c’est une agglutination des
éléments qui devraient librement pouvoir circuler dans le sang. Ce
processus a été identifié en 1940 en tant qu’ « agglutination
intravasculaire » (blood sludging) et décrit par le Docteur Karl
Landsteiner et le Dr Melvin Kindley. Nous savons également que les
leucocytes se précipitent sur l’endroit de l’infection (réaction
immunitaire) et s’y accumulent. Il en résulte un stade 3 de la réaction
immunitaire. Cette situation peut provoquer des attaques
microvasculaires dans les parties terminales des vaisseaux vasculaires
et ce, dans tous les organes du corps. Ceci peut expliquer pourquoi les
enfants de ce pays souffrent de nombreux problèmes de santé comme
l’asthme, les allergies alimentaires, l’autisme, les problèmes
d’apprentissage, les problèmes émotionnels et mentaux, ainsi que le
diabète.

La plupart de médecins qui préconisent les vaccins ne sont pas au
courant de ce mécanisme dévastateur. Et quand les parents constatent
des effets secondaires négatifs, on leur dit que c’est là chose normale
et que ces réactions n’ont aucun rapport avec les vaccins.

Les médecins n’ont la plupart du temps pas la moindre idée de la façon
dont l’aluminium ou les autres ingrédients des vaccins peuvent réagir
dans le corps. Ils font entière confiance aux fabricants qui mettent au
point des vaccins sur base d’une théorie scientifique dépassée et
erronée.

Les enfants américains reçoivent jusqu’à 3 fois plus de vaccins que les
enfants d’autres pays… pourquoi nos enfants sont-ils donc si malades ?
Globalement les enfants américains prennent plus de médicaments que les
enfants de n’importe quel pays. Les taux de mort subite du nourrisson
(SIDS) que nous connaissons sont scandaleux Notre pays est en état de
souffrance suite aux conceptions de la « maladie » véhiculés par les
responsables de la santé. Le VAERS (Organisme officiel américain qui
enregistre les complications vaccinales) a été créé en 1991 et
seulement 10% de toutes les complications vaccinales ont été
enregistrées. Depuis, 1,2 milliard de dollars ont été payés en
dédommagement aux victimes. Le gouvernement protège les fabricants de
vaccins, les exonérant de toute responsabilité parce qu’ils ont, dans
le passé, été poursuivis à la suite de dommages provoqués par les
vaccins. Le gouvernement refuse de mener des études comparatives entre
les vaccinés et les non vaccinés. Mais une étude Indépendante organisée
par l’Université de Pittsburg, Thoughtful House, ainsi que par le Dr
Andrew Wakefield, et qui a comparé des jeunes primates, a montré
qu’après une vaccination contre l’hépatite B, les singes vaccinés ont
présenté des retards de développement critiques pour leur survie, alors
que les singes non vaccinés se sont développés normalement.

Il y a peu, le premier des onze rapports portant sur la comparaison des
singes vaccinés et non vaccinés a été publié (L’étude a duré 6 ans).

Puis-je vous encourager à partager cette information avec le pédiatre
de vos enfants et à exiger des réponses. Je ne saurais aussi trop vous
recommander de vous informer de la manière la plus complète possible
avant de permettre que l’on vous vaccine, vous ou votre enfant. Je
pense qu’il s’agit là de la décision la plus importante que vous
puissiez faire concernant la santé de votre famille.

Enquête au sein d’une industrie médicale téméraire et contaminée

L’auteur, Janine Roberts, journaliste d’investigation, fut un jour
interpellée par des parents dont les enfants étaient devenus gravement
malades après des vaccinations. Ces parents voulaient savoir si les
autorités médicales ne leur cachaient pas quelque chose sur le plan des
vaccinations. Au cours des dix premières années de son travail de
recherche, elle découvrit que des scientifiques de haut niveau
travaillant pour le gouvernement et qui se réunissaient entre eux,
constataient d’une manière alarmante qu’il était impossible de purifier
les vaccins. Ils admettaient que les vaccins d’aujourd’hui destinés aux
enfants étaient contaminés par des virus aviaires, humains et de
singes, qu’ils étaient contaminés par des fragments d’ARN, d’ADN, ainsi
que par des produits de dégradation cellulaire et peut-être par des
oncogènes et des prions.

Elle écrit : « Jusqu’alors j’avais toujours imaginé que les vaccins
étaient fabriqués à partir de virus introduits dans un liquide stérile
– avec quelques autres produits chimiques utilisés comme conservateurs
– comme le mercure -… et je pensais que c’était là le véritable
problème…Et bien ce n’est pas vrai… le liquide qui est utilisé n’est
pas stérile – c’est le liquide duquel les virus sont extraits de
l’incubateur utilisé pour les cellules animales, humaines et aviaires
…Ce liquide ne peut pas être totalement filtré, car le processus
éliminerait les virus utiles au vaccin…Donc tous les éléments qui sont
de la même taille ou plus petits se maintiennent dans les vaccins. Des
scientifiques ont manifesté leurs graves inquiétudes… c’est comme cela
que l’un d’entre eux a même dit que si les Verts du Royaume Uni
savaient ce qu’ils étaient en train de se dire, ils demanderaient le
retrait immédiat de tous les vaccins! »

Ce livre fait état de recherches qui n’ont été publiées nulle part
ailleurs. Ainsi par exemple, un scientifique de l’OMS a déclaré que,
bien que l’on ait trouvé que le vaccin ROR était largement contaminé
par le virus de la leucose aviaire, il avait été décidé de ne pas
divulguer la chose au public et de continuer à autoriser l’utilisation
de ce vaccin fabriqué à partir d’oeufs contaminés… Admettre ces choses
publiquement, mettrait automatiquement en valeur le fait qu’il n’est
pas possible de purifier les vaccins qui sont administrés à nos
enfants…

“Fear of the invisible” by Janine Roberts

LE SINISTRE ENFER DES VACCINS

Richard GALE et Gary NULL

Nos recherches nous ont montré que la plupart des gens ne savent pas ce
qu’il y a dans un vaccin, que ce soient les ingrédients actifs repris
sur la notice, les ingrédients inertes, et plus important encore les
ingrédients cachés…

A notre grand étonnement, la vérité fut cependant assez facile à
trouver. Mais il s’agit d’une vérité qui risque de vous faire froid
dans le dos…L’histoire commence par une tentative du complexe
industriel du vaccin de réduire les coûts de production en cherchant à
obtenir le feu vert du gouvernement

pour l’utilisation de lignées cellulaires cancéreuses pour la
production de vaccins. L’industrie savait que les cellules cancéreuses
sont « immortelles. » La production classique de vaccins est basée sur
l’utilisation de cellules animales, comme des embryons de poulet ou des
reins de singes. Ces derniers présentent cependant le désavantage de
mourir rapidement dans les cultures. L’utilisation de cellules

cancéreuses s’avère évidemment moins coûteuse que l’achat d’animaux. Le
Dr Rebecca Sheets du Laboratoire CBER, responsable des contrôles de
sécurité vaccinale, a déclaré que les organisations nationales de santé
n’avaient aucun contrôle sur la manière dont les vaccins étaient
fabriqués. En bref, il leur était possible de faire des
recommandations, mais le complexe industriel vaccinal était en fait
libre d’agir à sa guise.

Les vaccins que nous donnons à nos enfants sont constitués de solutions
remplies d’une foule de particules inconnues, dont la plupart
proviennent de cellules non humaines : poulets, singes et jusqu’à des
cellules cancéreuses. En vérité, nous ne savons vraiment pas ce que
nous faisons et nous ignorons tout des conséquences à long terme. Si
malgré tout nous pouvons encore nous émerveiller, c’est en nous
penchant sur notre système immunitaire capable de nous défendre contre
les attaques de ces brouets vaccinaux. Ce n’est pas la vaccination qui
est le miracle de la science, comme le complexe industriel vaccinal,
les autorités gouvernementales de santé et leurs congrégations

de croyants sont trop pressés de proclamer. En fait, le véritable
miracle c’est la capacité que possède le corps de se protéger lui-même,
dans la plupart des cas, de cette invasion de vaccins !

Le fait que ces nouveaux poisons génétiques soient régulièrement
ajoutés au programme vaccinal recommandé par les agences nationales de
santé pourrait déboucher sur une situation critique pouvant conduire à
une pandémie plus grave encore, (pandémie de la maladie vaccinale se
manifestant sous une myriade de maladies différentes) que n’importe
quelle épidémie provoquée par des agents infectieux, y compris le H1N1
et qui pourrait se répandre dans nos soit disant sociétés hygiéniques
développées…

Vaccines’ Dark Inferno by Richard Gale and Dr Gary Null

ATTAQUE CÉRÉBRALE (AVC) : rappelez-vous des trois premières lettres du
mot STROKE (qui veut dire attaque). S.T.R..

Il est difficile de reconnaitre une attaque cérébrale, mais si elle est
diagnostiquée et la personne prise en charge dans les 3heures qui
suivent, elle peut être sauvée.

Pour RECONNAITRE UNE ATTAQUE CÉRÉBRALE posez 3 questions :

S (smile) demander à la personne de sourire.

T (Talk) demander à la personne de parler, de dire une phrase simple,
avec cohérence. (Exemple : il fait beau aujourd’hui)

R (raise both arms) Lui demander de lever les deux bras.

Encore un signe d’une attaque cérébrale : Tirer la langue !

Demandez à la personne de tirer la langue. Si la langue va plus d’un
côté que de l’autre, c’est aussi une indication d’une attaque
cérébrale.

Si la personne a de la difficulté à exécuter l’une ou l’autre de ces
tâches, appelez immédiatement le SAMU et décrivez les symptômes à la
personne au bout du fil.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info