Newsletter du 20 juillet 2011

Une chanson de Johanne :

PRIÈRE A L’ANGE

Ange de Lumière
Reste tout près de moi
Ange de Lumière
Aide-moi à m’en sortir
Dans cette vie que je ne comprends pas
Sur cette planète-école
Et qui me peine souvent
En me courbant les épaules
Ange de Lumière
Souris-moi en te montrant
Ange de Lumière
Aide-moi à m’élever
Prends-moi donc dans tes bras
Je suis un p’tit peu fatigué
Laisse-moi compter sur toi
Et pouvoir me reposer
Ange de Lumière
Chante-moi une berceuse
Ange de Lumière
Aide-moi à avoir la foi
J’ai envie de m’en aller
Fuir cette existence dure
J’ai envie de jouer
Avec des personnes matures
Ange de Lumière
Retiens-moi dans le bonheur
Ange de Lumière
Je résiste à revenir
Je suis un peu désespéré
Je ne sais plus quoi faire
Je ne sais plus qui je suis
Je doute de tout et je juge
Ange de Lumière
Porte-moi donc dans tes bras
Ange de Lumière
Donne-moi une goutte d’espoir
Aide-moi à y voir clair
J’ai peur de l’obscurité
Je ne sais plus l’essentiel
Je perds le sens de la vie
Ange de Lumière
Approche-toi plus près de moi
Ange de Lumière
Je t’aime tant !

De Jacques SURBECK, dont nous avons parlé dans la précédente
newsletter :

« Contrairement à “certains” je ne crois pas qu’il faille combattre
les évolutions technologiques et tenter d’éliminer le téléphone
portable de notre quotidien, ce qui serait d’ailleurs impossible …Le
DEVOIR des chercheurs “consciencieux” est donc de chercher ET de
TROUVER le moyen d’offrir une utilisation “normale” tout en évitant
les nuisances maintenant reconnues…

Depuis plus de 20 ans je clame “urbi & orbi” qu’il est nécessaire de
chercher-ET-trouver des éléments de protection qui
permettent l’utilisation de ces techniques, SANS altérer la santé des
utilisateurs… et NOUS Y SOMMES PARVENUS !!

Nos travaux, expérimentations, résultats, on tété reproduits pas des
chercheurs de haut niveau de 7 pays : Allemagne, USA, France, Hongrie,
Italie, Russie, Ukraine, qui en ont fait 49 communications
scientifiques internationales, lesquelles ont été retenues et publiées
par les Comités de sélection de 19 Congrès scientifiques internationaux
majeurs, leur donnant ainsi une CRÉDIBILITÉ qui est unique au monde, à
ce jour…

La réaction des “officiels” comme des “industriels” (et des “bonnes
âmes”) a été de dire que je cherche à créer la peur d’une nuisance
“inexistante” uniquement pour commercialiser les éléments de
protection que nous avons développés, SANS aucune aide, ni subvention à
NOS frais, avec NOTRE travail.. et ça a réussi !!!..

Les gogos se sont laissé désinformer, et aujourd’hui de nombreuses
pathologies SONT causées par ces expositions IRRESPONSABLES à ces
pollutions insidieuses. Néanmoins, je n’ai pas baissé les bras, et
nous venons d’obtenir la Médaille d’OR du Jury Scientifique
International du 39° Salon International de l’Invention de Genève pour
une “puce” qui élimine les nuisances des ondes des téléphones portable
et dont l’efficacité a été démontrée par des organismes indépendants
multinationaux.

Comme (vu mon grand âge) je n’ai pas l’intention d’être le plus
riche du cimetière, j’ai voulu que cette puce ne coûte QUE 1 (UN) €uro
par mois, pour que chacun puisse mettre sa santé à l’abri de ces ondes
nocives. Quand il pleut, on prend un parapluie. Quand le soleil brille,
on prend un parasol. Quand on utilise un ordinateur, ou un écran de
TV,on s’en protège avec “EMF-Bioshield®”.

Les profits générés par les multinationales de la chimie et des vaccins
leur donnent un pouvoir planétaire mille fois plus grand que tout ce
dont les dictateurs du passé ont pu rêver…Face à ce pouvoir tyrannique
qui empoisonne les habitants de la terre dès leur naissance et sabote
leur système immunitaire pour s’assurer qu’ils seront malades toute
leur vie et consommeront force médicaments chimiques, que faire ? Nous
devons, sans relâche, informer et éduquer afin que, peu à peu, ceux qui
osent utiliser leur capacité de penser par eux-mêmes, hors des moules
du conformisme, puissent se faire une opinion personnelle et faire des
choix de vie qui respectent les lois universelles de la santé et de
l’harmonie afin de vivre en paix avec leur corps, avec la nature et
avec tous les êtres vivants… comme l’enseignent les chamanes depuis la
nuit des temps. Notre santé dépend de notre mode de vie et aucune
mesure extérieure, imposée, stéréotypée et fondée sur des doctrines
fausses ne peut nous apporter bien-être et joie de vivre. Sortons des
mythes toxiques et du règne des marchands. Prenons notre santé et celle
de nos enfants en main pour créer un futur lumineux !

– NUCLEAIRE

Pour en finir avec les mensonges du nucléaire :

« Il faudrait couvrir l’Europe de photovoltaïque pour fournir la France
en électricité »

« Il faudrait couvrir l’Europe d’éoliennes pour fournir la France en
électricité »

Quel crédit doit-on apporter à ce type d’affirmations, portées par EDF
et AREVA, et savamment relayées par la presse ? Voyons un peu les
chiffres.

La France dispose actuellement de 58 réacteurs capables de produire 63
GW de puissance électrique d’origine nucléaire. Compte tenu des besoins
de rechargement en combustible, de maintenance, et de réparation des
installations en panne, le taux de disponibilité moyen en 2010 est de
78,5 % (source EDF), soit 49,5 GW actifs en permanence. La production
électrique annuelle en 2010 a été de 408 TWh (source EDF), incluant les
productions d’origine non nucléaire. Le nucléaire fournit 75,2 % des
besoins (source Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du
Développement durable et de l’Aménagement du territoire), soit 307 TWh
d’origine nucléaire.

Bien. Quelle surface photovoltaïque faudrait-il créer pour aboutir au
même résultat ? Il faut 7 m² de modules photovoltaïques pour produire 1
kWc (kilowatt crête), pouvant fournir en Provence environ 1,25 MWh/an.
Il faut donc 49,5 x 7 = 346,5 millions de m² (346,5 km²) pour arriver à
la puissance nucléaire active, et 245,6 millions de kWc installés, soit
245,6 GWc pour produire autant que le nucléaire français sur une année
(faisons pour l’instant abstraction du problème du stockage, il est
abordé ensuite). 346,5 km², cela fait un carré de 18,6 km de côté. Pour
obtenir l’équivalent de la puissance nucléaire française en puissance
crête photovoltaïque (puissance en plein ensoleillement), un carré de
20 km de côté suffit. On peut aussi faire une autre comparaison
intéressante. A Fukushima, une zone d’un rayon de 30 km a été évacuée,
et semble devoir être considérée comme polluée pour plusieurs dizaines
d’années, donc inutilisable par l’homme. Par contre, il est possible de
couvrir cette surface condamnée de modules photovoltaïques, histoire de
la valoriser. Cette surface d’un rayon de 30 km représente une surface
de 2827 km². La puissance photovoltaïque pouvant y être installée est
de 404 GWc, quasiment 9 fois (8,88) la puissance électrique nucléaire
installée en France, capables de produire annuellement 505 TWh, soit
1,24 fois la production électrique annuelle de la France, et 1,64 fois
la production nucléaire annuelle de la France.

« Il n’y a pas de soleil la nuit »

« On ne sait pas stocker l’énergie solaire »

Et sait-on stocker les déchets nucléaires ?

Le budget actuel du projet ITER est de 16 milliards d’euros. La part de
l’Europe à ITER est de 6,6 milliards d’euros (source CEA –ITER). Les
coûts liés à l’exploitation sont estimés à 5,3 milliards d’euros
(conditions économiques 2000) sur environ 20 ans. Soit un total
actuellement estimé entre 23 et 25 milliards d’euros sur 20 ans aux
conditions économiques actuelles, sauf nouvelle augmentation du coût du
projet, liée à l’augmentation inéluctable du coût de l’énergie et des
matières premières. Ceci sans aucune indication sur la capacité de
l’homme à réussir son pari fou d’imiter le soleil.

Question : où en serait la technologie de stockage de l’énergie solaire
si elle pouvait bénéficier d’un tel budget ?

Question subsidiaire : combien de centaines de milliards d’euros
l’industrie nucléaire va-t-elle nous obliger, nous et nos enfants, à
investir pour stocker durant des milliers d’années ses déchets ?

Armand DUTREIX

– NUCLEAIRE ENCORE

Extraits d’un article publié dans “Sortir du Nucléaire”

n°49 : Tchernobyl : un million de morts !

Quand l’OMS dira-t-elle enfin la vérité ?

Alors que L’OMS et l’AEIA – Agence Internationale de l’Énergie

Atomique – estiment les victimes des retombées de Tchernobyl à
seulement une cinquantaine de mort parmi les liquidateurs et à peine
4.000 décès à terme par cancer…

L’Académie des Sciences de NewYork a publié en décembre 2009 un
ouvrage sur les véritables conséquences sanitaires et environnementales
de la catastrophe de Tchernobyl :

Entre 1986 et 2004, il estime le nombre de victimes à pas moins de
985.000 décès !!!

(“Chernobyl: consequences of the catastrophe for people and the
environment”. de A. Yablokov, V. and A. Nesterenko).

Depuis 25 ans, grâce à une opération de dissimulation organisée en haut
lieu et coordonnée à une échelle internationale, le lobby nucléaire
prive l’humanité d’une source unique et cruciale d’informations
scientifiques sur cet accident industriel. Cette opération de
dissimulation a été coordonnée par l’Agence internationale de
l’Énergie atomique (AIEA), porte-parole de l’establisment nucléaire,
grâce à sa capacité de diffuser et d’imposer des contre-vérités
pseudo-scientifiques ! Le lobby nucléaire a fabriqué et entretenu une
façade trompeuse de science respectable, sérieuse, qui fait autorité et
est en réalité responsable d’une dissimulation de dimension colossale.

Les gouvernements, les autorités nationales et internationales, les

institutions universitaires et de recherche et même les Nations-Unies
sont tous impliqués.

– VIANDE INUDSTRIELLE, DANGER !

D’après un rapport publié le 21 avril 2011 par le journal Clinical
Infectious Diseases, des staphylocoques dorés — responsables de
nombreuses infections dont la septicémie — auraient contaminé un
pourcentage inquiétant des viandes et volailles consommées aux
États-Unis. L’étude a été menée par le Translational Genomics Research
Institute (TGen) de Flagstaff, dans l’Arizona. Les chercheurs ont
analysé 136 échantillons de viande (bœuf, porc, poulet ou dinde) de 80
marques différentes provenant 26 grands magasins d’alimentation de cinq
grandes villes des États-Unis : Los Angeles, Chicago, Washington, Fort
Lauderdale et Flagstaff, et ont constaté que 47 % des viandes étaient
infectées par des staphylocoques dorés, et dans plus de 52 % des cas,
ces staphylocoques étaient résistants à différents types
d’antibiotiques, dont la pénicilline, la méticilline et l’amoxicilline.

Bien que les staphylocoques soient théoriquement tués par la cuisson,
les risques subsistent si cette cuisson n’est pas suffisante, sans
compter la consommation de viande crue.

Selon l’École de Santé publique Johns Hopkins Bloomberg, près de 80 %
des antibiotiques vendus en 2009 aux États-Unis étaient destinés à
l’élevage. En France, nous n’en utilisons « que » 50 % ! Les médecins
ont en effet de plus en plus de mal à soigner certaines maladies graves
par des antibiotiques car, avec leur utilisation massive dans
l’élevage, certaines bactéries ont muté et sont devenues résistantes.
Le traitement est alors plus difficile et plus coûteux.

Il est évident que la seule solution serait d’arrêter de consommer des
animaux d’élevages industriels car les bêtes qui se nourrissent d’herbe
présentent bien moins de troubles en tout genre, mais il faudrait aussi
limiter l’apport en viande. D’autant qu’à présent l’E.coli, qui a muté
à son tour, vient compléter la liste des dangers potentiels entraînés
par l’inconscience de nos « experts » de l’alimentation.

– BANQUES

Les centaines de milliards de dollars donnés aux banques ont-ils suffi
pour mettre fin à la crise et ramener la situation à la normale ? Non,
cela ne peut pas sauver le système financier actuel, ça ne fait que
retarder son écroulement. Et si on étudie la façon dont le système
actuel d’argent-dette fonctionne, on comprend que ces immenses plans de
sauvetage ne font qu’empirer davantage la situation.

Dans le système financier actuel, tout l’argent qui existe est créé
sous forme de dette par les banques commerciales lorsqu’elles accordent
un prêt : Les banques commerciales créent l’argent qu’elles prêtent,
mais pas l’intérêt qu’elles exigent en retour. Les banques demandent de
rembourser de l’argent qu’elles n’ont pas créé, donc de l’argent qui
n’existe pas (ne l’oubliez pas, dans le système financier actuel,
seules les banques créent l’argent pour le pays). Dans le système
actuel, pour qu’un emprunteur puisse rembourser son prêt (capital et
intérêt), d’autres doivent nécessairement faire faillite. Si un
emprunteur réussit à rembourser son prêt, c’est qu’il a pris cet
intérêt sur la somme mise en circulation par un prêt à un autre
emprunteur, qui sera donc lui-même dans l’impossibilité de rembourser
son prêt.

Tout l’argent est créé par les banques sous forme de prêts : si
personne n’empruntait aux banques, il n’y aurait pas un sou en
circulation. La seule façon de maintenir le système financier actuel
est de continuer à emprunter… et à créer plus de dettes. Mais,
inévitablement, arrive le temps où ce système atteint sa limite
mathématique, où même payer l’intérêt sur la dette devient impossible :
nous avons atteint ce point. (Cela est spécialement vrai pour les
États-Unis d’Amérique.)

Lorsqu’on comprend que pour venir au monde, tout argent doit être prêté
par les banques sous forme de dette, ces soi-disant plans de sauvetage
sont de la pure folie : les gouvernements doivent emprunter aux banques
pour venir en aide aux banques qui n’ont prétendument plus d’argent à
prêter ! Les gouvernements ne font ainsi que s’endetter davantage
envers des compagnies privées qui ont usurpé le pouvoir souverain de
l’État de créer l’argent pour la nation.

Les Financiers savent très bien que les dettes des pays sont
impossibles à rembourser, que le système financier actuel est
défectueux à sa base, et qu’il ne peut engendrer que crises et
révolutions. Mais c’est exactement ce qu’ils souhaitent : ils créent le
problème afin de pouvoir imposer leur propre solution.

Comme l’a écrit Clifford Hugh Douglas, le fondateur de l’école
créditiste : «Le Pouvoir Monétaire ne veut pas, et n’a jamais voulu,
améliorer le système monétaire; ses conséquences — guerres, sabotage et
frictions sociales — sont exactement ce qui est désiré.» Pourquoi ?
Parce que les Financiers se croient les seuls à être capables de bien
diriger l’humanité, et c’est afin de pouvoir imposer leur volonté sur
les individus et contrôler le monde qu’ils ont inventé un tel système
d’argent-dette. Ils veulent amener toutes les nations du monde dans un
tel état de crise que ces pays croiront n’avoir pas d’autre choix que
d’accepter la solution «miracle» des Financiers pour les «sauver» de la
catastrophe : la centralisation complète, une seule monnaie mondiale et
un gouvernement mondial, où toutes les nations devront abandonner leur
souveraineté.

La vraie solution serait que chaque pays devienne véritablement
souverain et émette sa propre monnaie sans intérêt et sans dette. Mais
ce n’est pas ce que les Financiers veulent : ils prétendent que pour un
problème mondial, la solution doit être mondiale (une seule monnaie
mondiale pour tous les pays).

– Sylvie SIMON : L’agent orange est de retour

Au Brésil certains fermiers ont recours à l’épandage de l’Agent
Orange, hautement toxique, pour déboiser plus discrètement la forêt
amazonienne, cette méthode étant plus difficile à détecter que des
tronçonneuses et des tracteurs.

On se souvient du monstrueux Agent Orange, utilisé pendant la guerre du
Vietnam, et fabriqué par la firme Monsanto, numéro un mondial de
l’agrochimie et experte dans le domaine de la destruction massive.
Durant la guerre du Vietnam, l’armée des États-Unis aurait déversé
près d’une centaine de millions de litres d’herbicides contenant plus
de 300 kilos de dioxine TCDD sur des centaines de milliers d’hectares,
dans le sud et le centre du Vietnam ainsi qu’au Laos et au Cambodge,
causant 3 millions de victimes, dont plus de 500 000 enfants
handicapés.

Trente ans après l’arrêt des épandages, l’agent orange continue de
provoquer des décès, des pathologies d’une extrême gravité, des lésions
nerveuses irréversibles et des malformations à la naissance. En outre,
des régions entières demeurent impraticables pour les agriculteurs.
En janvier 2004, l’Association vietnamienne des victimes de l’agent
orange/dioxine ont déposé devant la cour de justice du district de New
York une plainte contre les 36 entreprises ayant fabriqué l’agent
orange pour l’armée américaine dont les plus célèbres sont Monsanto et
Dow Chemical. Les motifs juridiques sont nombreux : violations des lois
internationales, crimes de guerre, fabrication de produits dangereux,
dommages tant involontaires qu’intentionnels, enrichissement abusif.
Les plaignants ont été déboutés par la Cour suprême des États-Unis.

Le monde entier ayant reconnu cette horreur, on était en droit
d’espérer que personne n’aurait l’inconscience de récidiver. Toutefois,
n’oublions pas que le président de Dow Chemical, responsable de cette
destruction chimique, et qui a racheté tous les actifs d’Union Carbide
coupable de la catastrophe écologique de Bhopal qui a causé la mort de
20’000 Indiens en 1984, a osé déclarer vingt ans plus tard : « Bhopal,
c’est de l’histoire ancienne maintenant. L’incident de Bhopal n’a guère
affecté notre capacité à faire des affaires. » Au moins, ces propos
n’étaient pas voilés d’hypocrisie. L’important est de « faire des
affaires », tant pis pour les milliers de victimes de cet « incident »,
dont les familles n’ont jamais obtenu réparation.

Et voilà que ces prédateurs récidivent car, durant les dernières
semaines, des observations aériennes ont révélé que l’Agent orange a
été vaporisé sur près de 180 hectares de forêt amazonienne,
empoisonnant les nappes phréatiques et des milliers d’arbres et
d’animaux.

L’agence Ibama pense que l’Agent Orange a probablement été répandu
par avion par un fermier encore non identifié dans le but de dégager la
terre pour en faire des pâturages, car ce procédé est plus difficile à
détecter qu’une opération de déboisage traditionnelle qui requiert des
tronçonneuses et des tracteurs et ne peut ainsi passer inaperçue.

La semaine suivante, dans une autre partie de l’Amazonie, une enquête
conduite par la même agence a révélé la présence de à près de quatre
tonnes de cet herbicide hautement toxique caché dans la forêt, en
attente d’épandage. L’utilisation d’une telle quantité de ce produit
aurait potentiellement conduit à la destruction de plus de 3 000
hectares de foret pluviale, décimant l’intégralité de la faune sauvage
qui y habite et contaminant les nappes phréatiques.

Les sources officielles pensent que l’épandage de cet herbicide
dévastateur pourrait devenir plus fréquent en réponse à la répression
croissante – et opportune – des actes criminels environnementaux.

« Les déboiseurs ont changé de stratégie parce qu’avec les
agro-toxiques, ils parviennent à détruire davantage de zones boisées en
peu de temps. Ils n’ont plus besoin de mobiliser des équipes de
bûcherons et peuvent donc échapper à la surveillance de l’Ibama » a
déclaré Jefferson Lobato, chef du département de surveillance de
l’agence brésilienne pour l’environnement dans l’État d’Amazonas.
Ceux qui détruisent les forêts ne sont que rarement condamnés et à des
amendes ridicules qu’ils ne paient d’ailleur jamais. Et pendant ce
temps, en France, les faucheurs volontaires sont condamnés à payer des
milliers d’euros à la firme Monsanto pour la seule raison d’avoir
essayé de limiter l’envahissement des cultures traditionnelles par des
OGM. C’est donc parce que Monsanto sait qu’il restera impuni de ses
crimes, qu’il continue de sévir. Mais jusqu’à quand ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info