Newsletter du 31 août 2011

L’été se poursuit et nous sommes toujours à Madagascar… Hier nous
sommes allés voir les baleines qui passent dans le canal du Mozambique,
en dehors de lagon de Tuléar et le spectacle de ces animaux majestueux
nous a empli le cœur d’émerveillement et de reconnaissance devant
l’incroyable intelligence qui est à l’origine de toutes les formes de
vie. Nous vivons dans un monde créé par une sagesse vraiment divine et
magnifique, quel bonheur de s’en rendre compte et d’apprendre à aligner
notre force créatrice à la puissance cosmique divine !

– Saluons la création du site.ongcesarbenin.webself.net fait
par nos amis du Bénin qui oeuvrent avec force depuis vingt ans pour
faire connaître amaroli et les médecines naturelles en Afrique de
l’Ouest.

Extrait de leur site :

‘‘Quand quelqu’un désire la santé,

il faut d’abord lui demander

s’il est prêt à supprimer les causes de sa maladie;

alors seulement, il est possible de l’aider’’.

Hippocrate (460av. JC-377av. JC)

Oui, l’Hygiène Naturelle postule clairement :

IL N’Y A PAS DE REMÈDE CONTRE LA MALADIE

La solution infaillible pour préserver ou recouvrer sa Santé est, comme
toujours, là où on ne la cherche pas. Elle est en nous-mêmes. Elle
réside en notre force vitale, en cette fantastique capacité
d’auto-construction (développement de l’être physique et spirituel)
et d’auto-régénération (cicatrisation des blessures, renouvellement
permanent de l’ensemble des cellules de notre corps), dont chacun
d’entre nous dispose, que chacun se doit de préserver et de mettre à
profit.

Avec notre voiture, nous sommes “indulgents”:

– Si elle est dotée d’un moteur à essence, nous remplissons son
réservoir à carburant avec de l’essence.

– S’il s’agit d’un moteur “diesel”, c’est du gasoil que nous
mettrons dans son réservoir.

Et il n’est jamais question de passer outre, sinon, gare ! Le moteur
se mettrait à “tousser” ou pire, il s’obstinerait à ne plus démarrer.

Pourtant,… et pourtant ! – Chaque jour, il nous arrive de passer
outre, de donner à consommer, à “notre moteur biologique”, des mélanges
alimentaires, qui ne lui conviennent vraiment pas. Et nous voilà,
bientôt, toussotants, mal fichus et prêts à nous en remettre au médecin
prescripteur du “remède-salvateur”(?).

Nous agissons en cohérence, lorsqu’il s’agit de notre voiture;
sommes-nous vraiment certains de faire de même en ce qui concerne notre
“véhicule terrestre”, notre propre corps ?

Est-ce bien du “remède-salvateur”, dont “notre moteur biologique”
a-t-il besoin ?

La sagesse ne consiste-t-elle pas de “supprimer la cause” véritable,
tout simplement, pour permettre le retour de la santé ?

Un véhicule pour la route de la vie

Devinette :

1 – Il nous est attribué à notre naissance

2 – Il nous appartient de le préserver

3 – Nous ne pourrons pas en changer en cours de route

De quoi s’agit-il ?

Réponse:

Il s’agit de notre “CORPS”.

Oui, c’est avec un corps physique que chacun d’entre nous a accédé à
cette Vie terrestre. Il constitue le véhicule, qui nous permet de
parcourir à loisir ce vaste espace-temps terrestre.

Personne d’autre, que soi-même, n’est mieux placé pour en prendre
soin, l’entretenir et en développer ses trois composantes : physique –
mental – spirituel.

A l’ONG ‘‘CESAR-BENIN’’ nous parlons de quatre composantes, qui sont il
est vrai, les quatre facettes de notre propre corps que nous appelons :

– le Corps spirituel, qui est immortel ;

– le Corps mental, qui est lui aussi immortel ;

– le Corps émotionnel, qui en chaque homme est évidemment immortel;
n’est-il pas le reflet des fantômes qui hanteraient les lieux
auparavant habités par certaines personnes décédées ?

– et le Corps physique, qui est la seule facette mortelle des quatre
corps qui sont les réelles composantes de tout homme.

Nous vivons chaque instant au travers de lui, au point d’en oublier sa
nature merveilleuse. Oui, le mot n’est pas excessif.

Notre corps est constitué de milliards de cellules, dont chacune est
assignée dans un rôle spécifique. Par elle-même, une cellule n’est
rien et tout à la fois.

Elle n’est rien par elle-même parce que ce sont, seuls, des ensembles
de cellules, qui constituent les organes, eux-mêmes destinés à assurer
des fonctions précises.

Mais chacune des cellules forme un tout, parce qu’elle est douée de la
Vie. Chacune des cellules de notre corps dispose de cette capacité à se
reproduire, à s’auto régénérer, d’une parcelle de cet élan, de cette
force vitale, qui nous anime.

Pour autant, elles sont interdépendantes.

Et il n’appartient pas à l’homme de prétendre faire mieux que la
Nature; il lui suffit de respecter les Lois de la Vie, qui l’anime,
afin qu’elle (lui) donne son meilleur.

– LA MEILLEURE CHOSE QUE NOUS PUISSIONS FAIRE POUR LA TERRE…

par Daneel Olivaw, jeudi 16 juin 2011

On ne peut pas vivre en bonne santé sur une planète malade !

La planète va très mal, donc nous aussi…

Il y a mille manières de montrer que la santé de la planète et la santé
de chacun d’entre nous sont intimement liés. Mais si nous devions
choisir “UNE” action, celle qui aurait le plus grand impact sur
l’équilibre écologique, quelle serait-elle ?

Moins prendre sa voiture ?

Ne pas laisser couler l’eau quand nous nous lavons les dents ?

Manger Bio ?

Mieux trier les ordures ?

Non, ce serait simplement celle qui a aussi le plus grand impact
positif et immédiat sur notre propre santé : MANGER MOINS DE VIANDE !

A méditer :

30% des terres arables sont cultivées pour nourrir le bétail, et c’est
une des principales causes de la déforestation.

Les engrais et les pesticides utilisés pour ces cultures de maïs et de
soja sont une des principales sources de dénaturation des sols et de
pollution des rivières.

Les gaz à effet de serre émis par le bétail contribuent davantage au
réchauffement climatique que l’ensemble de l’industrie du transport :

Le “New York Times” avait calculé il y a quelques années que si les
Américains réduisaient leur consommation de viande de 20%, cela
équivaudrait à remplacer toutes les voitures du continent par des
modèles hybrides !

Le Fonds mondial de recherche contre le cancer concluait en 2007, que
la consommation moyenne de viande rouge par personne ne devait pas
excéder 500 grammes par semaines. Or, en Europe de l’Ouest, elle est
évaluée à 250 grammes par jour (et la France est en tête des pays
européens !)

Un Indien en consomme en moyenne 14 g par jour – SACHANT PAR AILLEURS
QUE LA PLUPART DES INDIENS SONT STRICTEMENTS VÉGÉTARIENS (ndD) -, et, à
âge égal, vit en meilleure santé qu’un Occidental (moins d’Alzheimer,
de cancers, de maladies cardio-vasculaires…)

FASCINANT DE VOIR COMME TOUT EST CONNECTÉ !

ET QUE LA MEILLEURE CHOSE QUE NOUS PUISSIONS FAIRE POUR LA TERRE – ne
plus manger de viande (!) – SOIT AUSSI UNE DES PLUS LARGEMENT
DÉMONTRÉES POUR PROTÉGER NOTRE SANTÉ !….

QUELQUES INFORMATIONS UTILES :

– VISUALISATION et MEDITATION

Le docteur Kimball affirme « Si vous vous visualisez que vous êtes plus
fort, que vous courez plus vite ou tout autre performance, votre
système nerveux va réaliser vos buts ».

D’autres études ont montré que la visualisation, accompagnée d’émotions
positives comme l’enthousiasme et le sentiment d’avoir du succès
permettait de calmer l’anxiété et même de stimuler la croissance de
tissus.

Chez des femmes auxquelles on avait demandé de voir deux fois par jour
leurs seins pulser, avec de l’eau lumineuse qui coulait à l’intérieur
et les faisait grandir, après 12 semaines, 84% on vu au agrandissement
de leur poitrine et 46% ont du changer de taille de soutien-gorge !

Pour les douleurs chroniques, dont on estime que deux américains sur
trois souffrent, les médicaments n’ont qu’une efficacité limitée et
présentent de nombreux effets secondaires. Le coût de la douleur
chronique, en terme de soins médicaux et de perte de productivité est
estimé, aux Etats-Unis, à 600 milliards de dollars par an. Mais des
études montrent que la méditation agit sur les mêmes centres nerveux
que les médicaments. Après seulement quelques jours d’entraînement à la
pratique de la méditation, la majorité des patients signalent une
diminution de leurs douleurs. D’autres techniques agissant sur
l’esprit, comme le biofeedback, la rirothérapie ou la relaxation ont
les mêmes effets. Ainsi, peu à peu, au lieu de ne voir que l’aspect
physique du problème, les médecins se tournent vers des méthodes non
toxiques qui donnent au patient des outils pour agir lui-même sur ce
qui se passe dans son corps.

– ORDINATEUR ET CIRCONCISION

Si une personne s’approchait d’un ordinateur portable dont le tiroir
pour mettre les CD et DVD est ouvert et l’arrachait d’un geste brusque
en disant que c’est laid et inutile, vous pousseriez des cris, n’est-ce
pas ? Une telle ignorance vous semblerait incroyable…et pourtant c’est
exactement ce que, chaque jour, des êtres humains font subir à leurs
petits garçons. La circoncision est un acte qui part du principe que
Dieu, ou la Vie si vous préférez, a mal conçu le corps humain et qu’il
faut donc intervenir pour le rectifier ! L’immense, incroyable et
colossale intelligence qui a su créer l’organisme humain se serait-elle
trompée en faisant un prépuce pour couvrir le gland des sexes
masculins ?

En réalité ceux qui prônent cette coutume, en prétendant que c’est pour
des questions d’hygiène, ont compris il y a fort longtemps que le
prépuce correspond, selon cette loi qui fait que tous les organes du
corps sont en relation les uns avec les autres, au lobe préfrontal du
cerveau, siège de l’individualité. Le but recherché est donc de rendre
l’enfant circoncis plus docile, plus obéissant aux lois de son groupe
social. L’individu circoncis peut s’individualiser, certes, mais au
prix d’un plus grand travail sur lui-même qu’un individu non circoncis.

D’autres coutumes tout aussi peu respectueuses de la sagesse du corps
s’appellent tatouages, percings, anneaux autour du cou des femmes
girafes de Thaïlande, plateaux de la lèvre inférieure de diverses
peuplades… Pourquoi diable veut-on corriger la nature ?

Toutes ces pratiques viennent d’intellects humains perturbés, qui ont
perdu leur connexion avec le divin. Il en va de même de toutes les
crèmes de beauté, qui empoisonnent la peau au lieu de la soigner et de
la plupart des interventions de chirurgie esthétiques qui donnent de
résultats apparemment magnifiques à court terme mais créent, à moyen et
long terme, de vraies catastrophes…

Remercions le Créateur pour le corps qu’il nous a donné. Apprécions-le
tel qu’il est, traitons-le avec sagesse et cessons d’obéir à la
« science » lorsqu’elle ne respecte pas les lois universelles de la
nature.

– NUCLEAIRE :La menace nucléaire est réelle : le CAN84 exige l’arrêt
définitif des réacteurs nucléaires du Tricastin et des sites nucléaires
de la vallée du Rhône-Durance

Un nouveau séisme de 4,5 sur l’échelle de Richter vient de se produire
dans le sud-est (Gard-Rhodanien) ce mercredi 4 août et révèle
l’absence de fiabilité des affirmations du lobby nucléaire répétant
sans honte qu’en Provence les centrales nucléaires ne sont pas
menacées par les tremblements de terre. Il y a 3 centrales nucléaires
dans ce secteur (Tricastin, Cruas Meys, Pierrelatte), des réacteurs à
bout de souffle, une usine de fabrication du terrifiant combustible
« Mox » (celui de Fukushima).

Le CAN84 a révélé sur son site internet (1) l’an dernier que des
chapelets de micro-séismes avaient lieu non-loin du site nucléaire du
Tricastin et annonçaient inéluctablement une amplification de la
menace, les 3 sites nucléaires de Marcoule/Tricastin/Cadarache étant
tous construits sur des failles sismiques.

Pourtant le 27 mai dernier l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) a
donné son feu vert à la poursuite de l’exploitation du réacteur n°1 du
Tricastin alors qu’elle fixait à l’exploitant EDF, 32 « prescriptions
techniques complémentaires » applicables à la centrale nucléaire du
Tricastin en matière de sécurité et notamment de séisme. On voit bien
avec le tremblement de terre de ce mercredi qu’il n’est plus temps de
planifier sur le moyen ou long terme quoi que se soit, d’autant que
les coûts et les possibilités techniques n’existent quasiment pas.

Le Collectif antinucléaire de Vaucluse exige une nouvelle fois la
fermeture immédiate et sans condition des 4 réacteurs du Tricastin,
tous vétustes, accumulant des incidents à répétition et mettant en
péril au quotidien la Provence, ses habitants et ses territoires. A ce
jour plus de 2000 vauclusiens ont signé une pétition exprimant cette
exigence (2).

La Méditerranée est une zone telluriques en mouvement. Le dernier
tremblement de terre en Provence, survenu le 11 juin 1909, à Lambesc
(Bouches-du-Rhône), près d’Aix-en-Provence, d’une magnitude de 6,2,
avait fait 46 morts et 250 blessés mais à l’époque n’existaient pas
les centrales nucléaires.

Depuis des années le Collectif antinucléaire de Vaucluse alerte les
pouvoirs publics, les administrations, les maires du département et
alentour, l’Agence Régionale de Santé, le Préfet sur la menace
sismique en vallée Rhône-Durance et le danger nucléaire inhérent. Mais
le poids du lobby des nucléocrates gouverne la vie de la population, de
l’État, du pays. Il est temps d’y mettre définitivement un terme et
d’arrêter immédiatement le nucléaire dans notre pays.

VACCINS :UNE ENQUETE INTERESSANTE ::

Les enfants non vaccinés sont nettement en meilleure santé – Leurs taux
de maladies chroniques et d’autisme sont nettement plus faibles.
Childhealthsafety, 26 août 2011.

Une nouvelle enquête réalisée avec 7.724 participants a montré que les
enfants non vaccinés sont nettement en meilleure santé et connaissent
des taux nettement plus faibles de maladies chroniques que les enfants
vaccinés. .

– A propos du danger des vaccins, rappelons Arthur Schopenhauer qui
disait : « Toute vérité passé par trois étapes : D’abord elle est
ridiculisée Ensuite elle est violemment combattue. Finalement elle est
acceptée comme étant une évidence ! »

– TROUBLES BIPOLAIRES CHEZ LES ENFANTS (Sylvie SIMON)

Aux États-Unis, le nombre d’enfants diagnostiqués comme ayant des
troubles bipolaires aurait été multiplié par 40 depuis dix ans.

Il est évident que cette augmentation de 4 000 % n’est pas crédible et
démontre bien que les dépistages à tout va sont dangereux. Nombre de
psychiatres révisent leurs diagnostics, inquiets de milliers d’enfants
arbitrairement soignés pour une maladie dont ils étaient indemnes, et
tout cela à cause d’un système de santé non fiable et de la publicité
outrancière des compagnies pharmaceutiques.

Le 23 juin 2011, le Star Tribune signalait : « La volte-face de la
profession pourrait aider les générations futures, mais elle soulève
des questions au sujet du mal fait à des enfants qui n’auraient jamais
dû entendre un tel diagnostic, ni recevoir les médicaments utilisés
pour les soigner. »

Commentaires du Dr Mercola le 30 juillet 2011 : « De pareils articles
prouvent bien que la terrifiante pratique routinière de prescrire des
drogues antipsychotiques à des enfants est, dans la majorité des cas,
une arnaque mal inspirée par l’industrie du médicament. Dans ce cas,
une violente réaction contre ce diagnostic chez les enfants est sans
doute la meilleure chose qui puisse survenir. »

D’après le Dr Mercola, ce diagnostic ridiculement établi vient de
plusieurs causes : des médecins trop zélés, des parents désorientés, le
système d’assurance-maladie qui réclame un diagnostic précis et codé
d’une maladie établie et enfin le marketing agressif et même parfois
illégal de Big Pharma. Ces facteurs contribuent à créer ce que le Dr
Stephen Setterberg, fameux psychiatre américain pour enfants, qualifie
de « diagnostic à la mode », mais, pour le Dr Mercola, cette « mode » à
la capacité de détruire des vies.

Bien qu’on ne recommande pas impunément des sirops pour la toux ou des
antibiotiques aux enfants, avec la prise de drogues psychiatriques qui
peuvent altérer le cerveau, on joue un jeu bien plus dramatique encore
et souvent irréversible, d’autant que la moyenne des enfants traités
ainsi augmente bien plus rapidement que celle des adultes.

En outre, la tendance à donner plusieurs médicaments à la fois
croît également et les enfants reçoivent plusieurs drogues pour traiter
un ensemble de symptômes dont certains sont des effets secondaires
d’autres produits. Ainsi, le Dr Carrie Borchardt, psychiatre des
Hôpitaux et cliniques pour enfants du Minnesota, a constaté : « Lorsque
vous supprimez ces médicaments chez un nombre important d’enfants, les
symptômes disparaissent et, alors, ils n’ont plus de problèmes
bipolaires et n’ont eu que des problèmes médicamenteux. »

Pour la médecine officielle, le trouble bipolaire pédiatrique n’est
pas rare mais difficile à diagnostiquer. Les symptômes les plus
fréquents sont : l’hyperactivité, l’irritabilité, l’agressivité, la
difficulté de concentration. En cas de doute, on médicalise.

Le Dr Joseph Biederman, psychiatre renommée de la Harvard Medical
School, porte une large part de responsabilité dans l’explosion de ces
drogues antipsychotiques chez les enfants cette situation. Entre 2000
et 2007, il a gagné plus de 1,6 million de dollars comme consultant
chez les laboratoires sans déclarer une large part de ces revenus aux
dirigeants des universités. D’après le Star Tribune, il aurait promis
des études positives à un certain laboratoire fabricant de médicaments
antipsychotiques avant même d’avoir entrepris ses recherches. Comme de
très nombreux confrères, il a bien rempli sa promesse.

Malheureusement, dans certains cas, les parents ont été accusés de
mauvais traitement lorsqu’ils ont refusé de droguer ainsi leurs enfants
et certains en ont perdu la garde.

En revanche, il semblerait que le pourcentage de véritables problèmes
émotionnels ou mentaux soit en augmentation chez les enfants.
Toutefois, non seulement les solutions proposées n’aident pas à
résoudre ces problèmes, mais les médicaments prescrits menacent la
santé de ces enfants.

En France, comme ailleurs, le problème est pratiquement identique.
Depuis près de vingt ans, un important changement est intervenu en
psychiatrie avec l’arrivée massive de drogues psychiatriques et
particulièrement dans le cas des enfants et adolescents. Nous n’avons
pas chez nous de Dr Joseph Biederman, mais ses émules sont pléthore et
l’on sait bien que la chimie est devenue la nouvelle panacée, mais pour
un enfant à problèmes, il serait préférable de le confier à un
pédopsychiatre plutôt que traiter tous ses maux par la chimie qui fait
à présent partie de notre vie quotidienne.

Nous allons bien voir, avec le changement annoncé de l’Afssaps qui a
déjà changé de nom à défaut de comportement, si la pression des firmes
pharmaceutiques va persister ou si la nouvelle Agence va enfin
interdire le Zyprexa®, médicament dont l’efficacité est contestable,
les effets secondaires indiscutables et le prix exorbitant, et dont la
renommée est basée sur des mensonges. La boite de 28 comprimés de 10 mg
coûte 116,94 euros et elle est remboursée à 65 %. Quant à la Ritaline®,
à moins d’un nouveau scandale, elle a encore de beaux jours devant
elle, puisque d’après une expertise faite en 2003 par l’Inserm sans
enquête épidémiologique, un enfant sur 8 souffrirait de trouble mental
et 5,9 % des jeunes de 15 ans seraient atteints de « troubles de
conduite ». Et pour soigner les troubles déficitaires de l’attention
avec hyperactivité chez les enfants de plus de six ans officiellement
et de bien moins généralement, on leur administre cette amphétamine,
dont les effets sont comparables à ceux de la cocaïne et qui correspond
à la définition des drogues illégales. Aussi, il est évident qu’elle
génère une accoutumance, forme de toxicomanie infantile.

Tout cela se produit avec la bénédiction de l’Agence régulatrice, quel
que soit le nom qu’elle porte, qui semble ignorer que le fabricant
lui-même avoue clairement ne pas pouvoir garantir la sécurité d’emploi
du produit, ni même son efficacité, qu’il ignore exactement son action
sur l’homme, son risque hépatique carcinogène et son potentiel
tératogène. Et si le laboratoire fabricant n’a pas poussé ses travaux
assez loin, qui le fera ? Pas l’Agence en tout cas, ni les médecins qui
osent affirmer que la Ritaline® est un « médicament très sûr ».

Aussi, au lieu de mettre ces enfants sous haute surveillance au lieu
d’y mettre des médicaments qui le méritent bien plus, il serait plus
sain de parler avec eux, d’étudier les facteurs sociaux, d’essayer de
comprendre leur angoisse. Notre société devrait se poser les bonnes
questions : Les normes que nous leur imposons sont-elles compatibles
avec la vie actuelle ? sont-elles valables dans notre société qui va à
vau-l’eau ? notre civilisation moderne est-elle un bon exemple de
bonheur sur notre planète bien malade ? Et l’avenir pour le moins
incertain que nous leur préparons est-il un signe d’évolution de notre
société et de notre conscience ou bien une preuve flagrante de notre
déchéance ?

En outre, il est certain que nos intestins sont notre second cerveau et
que notre nourriture affecte ainsi notre comportement. Or, étant donné
que nous apprenons chaque jour davantage à quel point notre
alimentation est empoisonnée, bourrées de produits chimiques, de
colorants artificiels, de conservateurs, d’exhausteurs de goût, et
autres cochonneries – que les cochons me pardonnent -, comment des
enfants qui ingurgitent ce poison quotidien pourraient-ils se comporter
sainement ?

LE MONDE D’AUJOUR D’HUI : (Trouvé sur internet)

– Abus de pouvoir et mépris des personnes en situation de

faiblesse (enfants, femmes, personnes handicapées, seniors)

– Contradictions fondamentales du système économique mondial

– Situations financières intenables

– Chômage de masse

– Pillage des fonds publics

– Paradis fiscaux qui blanchissent l’argent

– Experts en tous domaines soumis aux intérêts privés

– Terrorisme, conflits, criminalité, violences

– Drogues

– Mise en esclavage total des détenus dans les prisons

– Budget militaire mondial excédant les milliards de dollars par an

– Les 4 premiers commerces mondiaux : armes, drogue, médicaments
chimiques, trafic humain

– Les 4 premiers postes des dépenses des nations: le gaspillage, les

intérêts de la dette, la maladie, l’armée

– Corruption dans les pays riches et dans les pays pauvres

– Concentration des pouvoirs dans quelques mains

– Difficulté de trouver des informations non manipulées

– Education fondée sur des valeurs matérialistes

– lgnorance généralisée

– Absence de conscience spirituelle

– Oubli des valeurs fondamentales de la sagesse millénaire

– Temps de vie mal utilisé (inactivité, activité subie et non choisie,
bouchons, queues, rancoeurs)

– Racisme et intolérance

– Conformisme et manque d’indépendance d’esprit

– Diabolisation du non-conventionnel, peur des sectes

– Modèles axés sur la performance et la consommation

– Déséquilibre démographique entre l’Occident et le reste du monde

– Déséquilibre démographique au sein de I’Occident entre actifs et
inactifs

– Hypofertilité masculine en constante augmentation dans les pays
riches

– Nationalismes présents dans tous les pays, s’opposant à une
conscience planétaire

– La première puissance mondiale potentielle (la Chine) est une
dictature

– La plupart des politiciens vivent dans l’inconscience et le court
terme

– Chimie envahissante, nucléaire toxique, ogm, technologies
destructrices

– Difficultés grandissantes d’approvisionnement en énergie

– Transports longues distances abusifs

– Alimentation industrielle empoisonnée

– Pollution des eaux

– Déforestation

– Désertificalion

– Monocultures

– Ruralité oubliée

– Gaz à effet de serre

– Phénomènes climatiques extrêmes

– Catastrophes écologiques

– Fonte des glaces

– Risques nucléaires

– Pollutions innombrables de l’air, de l’eau, de la terre, des corps
humains

– Amoncellement de déchets de toutes sortes

– Pollutions électromagnétiques

– Biodiversité saccagée

– Réfugiés climatique de plus en plus nombreux

– Sédentarité

– Multiplication des souffrances, maladies et morts évitables

– Multiplication des maladies mentales

– Population mondiale globalement en mauvaise santé

– Sabotages relationnels

– Déresponsabilisation

– Dépressions

– Inégalités insultantes

– Réfugiés de la misère de plus en plus nombreux

– 15% des Occidentaux vivent au-dessous du seuil de pauvreté

– 1 milliard d’êtres humains sous alimentés (sur 7 milliards)

– 6 milliards d’êtres humains malnutris (sur 7 milliards)

– 2 milliards d’êtres humains ont des problèmes d’accès à l’eau

– Non respect des droits fondamentaux dans la plupart des Etats

– Torture pratiquée dans de nombreux pays

– Système économique mondial donnant tout pouvoir à une oligarchie
financière

Et vous, les gouvernants et les experts, vous voulez que nous
continuions à vous appporter notre soutien et notre caution à ce
monde-là ? N’est-il pas temps de dire « non » et de créer ensemble un
autre monde ?

– UN CONTE INITIATIQUE

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et
intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya
auprès d’un Vieux Sage.

Éclaire-moi sur le Sentier de la Vie”, demanda le Prince.

“Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable,
répondit le Sage.

Cependant je veux bien te donner quelques indications.

Sur ta route, tu trouveras 3 portes.

Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles.

Un besoin irrésistible te poussera à les suivre.

Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans
cesse ce que tu aurais fui.

Je ne puis t’en dire plus.

Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair.

Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi.”

Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie.

Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait
lire “CHANGE LE MONDE”.

“C’était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines
choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas.”

Et il entama son premier combat.

Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au
monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son
désir.

Il y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant, mais pas
l’apaisement du coeur.

Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d’autres lui
résistèrent.

Bien des années passèrent.

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :

“Qu’as-tu appris sur le chemin ?”

“J’ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en
mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en
dépend pas”.

“C’est bien, dit le Vieil Homme.

Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir.

Oublie ce qui échappe à ton emprise.”

Et il disparut.

Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y
lire “CHANGE LES AUTRES”.

“C’était bien là mon intention, pensa-t-il.

Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais
aussi de douleur, d’amertume et de frustration.

” Et il s’insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui
déplaire chez ses semblables.

Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts.

Ce fut là son deuxième combat.

Bien des années passèrent.

Un jour, alors qu’il méditait sur l’utilité de ses tentatives de
changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda :

“Qu’as-tu appris sur le chemin ?”

“J’ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause
ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de
mes déboires.

Ils n’en sont que le révélateur ou l’occasion.

C’est en moi que prennent racine toutes ces choses.”

“Tu as raison, dit le Sage.

Par ce qu’ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même.

Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir.

Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance
ou frustration, car à travers eux la Vie t’enseigne ce qui te reste à
apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir.

” Et le Vieil Homme disparut.

Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots

“CHANGE-TOI TOI-MEME”.

“Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c’est bien ce qui me
reste à faire,” se dit-il.

Et il entama son 3ème combat.

Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à
supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en
lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal.

Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais
aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui
lui demanda :

“Qu’as-tu appris sur le chemin ?”

“J’ai appris, répondit le Prince, qu’il y a en nous des choses qu’on
peut améliorer, d’autres qui nous résistent et qu’on n’arrive pas
à briser.”

“C’est bien,” dit le Sage.

“Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à qu’il y a en nous des
choses qu’on peut améliorer, d’autres qui nous résistent et qu’on
n’arrive pas à briser.”

“C’est bien,” dit le Sage.

“Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre
contre tout, contre tous, contre moi-même.

Cela ne finira-t-il jamais ?

Quand trouverai-je le repos ?

J’ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de
lâcher prise.”

“C’est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage.

Mais avant d’aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin
parcouru.” Et il disparut.

Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et
s’aperçut qu’elle portait sur sa face arrière une inscription qui
disait

“ACCEPTE-TOI TOI-MEME.”

Le Prince s’étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu’il
avait franchi la porte la première fois, dans l’autre sens.

“Quand on combat on devient aveugle, se dit-il.

” Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce
qu’il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses
peurs, ses limites, tous ses vieux démons.

Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer.

Il apprit à s’aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se
blâmer.

Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda :

“Qu’as-tu appris sur le chemin ?”

“J’ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie
de moi, c’est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même.

J’ai appris à m’accepter moi-même,
totalement, inconditionnellement.”

“C’est bien, dit le Vieil Homme, c’est la première

Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte.”

A peine arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut au loin la face
arrière de la seconde porte et y lut

“ACCEPTE LES AUTRES”.

Tout autour de lui il reconnut les personnes qu’il avait côtoyées dans
sa vie ; celles qu’il avait aimées comme celles qu’il avait
détestées.

Celles qu’il avait soutenues et celles qu’il avait combattues.

Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs
imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l’avait tellement gêné
et contre quoi il s’était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux Sage

“Qu’as-tu appris sur le chemin ?” demanda ce dernier.

J’ai appris, répondit le Prince, qu’en étant en accord avec moi-même,
je n’avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre
d’eux.

J’ai appris à accepter et à aimer les autres totalement
inconditionnellement.”

“C’est bien,” dit le Vieux Sage.

C’est la seconde Sagesse.

Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte.

Arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la
première porte et y lut

“ACCEPTE LE MONDE”.

Curieux, se dit-il, que je n’aie pas vu cette inscription la première
fois. Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu’il avait
cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par
l’éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C’était
pourtant le même monde qu’autrefois. Etait-ce le monde qui avait
changé ou son regard ?

Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda.

“Qu’as-tu appris sur le chemin ?”

“J’ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme.

Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde.

Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai.

Quand elle est accablée, le monde lui semble triste.

Le monde, lui, n’est ni triste ni gai.

Il est là ; il existe ; c’est tout.

Ce n’était pas le monde qui me troublait, mais l’idée que je m’en
faisais.

J’ai appris à accepter sans le juger, totalement,
inconditionnellement.”

C’est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme.

Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le
Monde.

” Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le
Prince.

Le Silence l’habita.

“Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux
Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du
Silence”.

Etr le Vieil Homme disparut.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info