Newsletter du 12 juin 2012

– FACEBOOK : si vous allez voir Johanne Razanamahay vous bénéficierez
de trésors de sagesse au quotidien et d’images magnifiques ! en voici
un exemple : DES PRIERES COMME SOLUTIONS A TOUT ?

Si j’aime l’image de nos enfances avec de doux grands parents qui ont
fait le maximum pour nous nourrir de tendresse et que je garde en
mémoire les moments heureux dans les temples protestants et les écoles
du dimanche (surtout à la compagne !), je suis obligée de révéler ici,
aujourd’hui ici que les prières ne résolvent pas tout et surtout,
elles n’ont pas la vocation de nous dispenser de travailler sur notre
conscience, sur nos croyances et sur nos comportements ! De plus, en
tant qu’enfants du divin, nous sommes des souverains et par
conséquent, nous ne serons pas contents si l’énergie que nous appelons
DIEU ainsi que les entités spirituelles (guides spirituels, anges,
esprits divers de la nature) faisaient tout à notre place ! Car à quoi
cela sert d’avoir de l’intelligence et de la sensibilité ? Pour
comprendre ce que je dis, observons les enfants en bas âge : Ne
sont-ils pas frustrés et mécontents dans les moments où nous ouvrons
nous-mêmes les papiers cadeaux à leur place, où nous jouons au jeu à
leur place et, nous trouvons les solutions à leur place ? Il est grand
temps, pour moi, que chacun de nous prenne la responsabilité de ses
actes, de sa santé et de son être en totalité, en main ! Même si nous
pouvons demander de l’aide dans les moments où nous sommes dans un
creux, affaiblis et ignorants ! C’est le moment de prendre conscience
de qui nous sommes et comment nous sommes composés pour pouvoir
rayonner dans un bonheur sans condition et de porter les autres, mais
seulement, le temps qu’ils comprennent ! Et main dans la main dans la
Lumière et l’Amour divinement fraternel, nous y arriverons tous
joyeusement et librement !

– Le livre de Tal LE POUVOIR DES CHAMANS, ouvrir les portes des mondes
spirituels pour se guérir et guérir le monde (366 pages) est paru. Il
coûte 20 euros (plus 5 euros pour les frais de port)

Table des matières :

Introduction

Si Baudelaire avait connu le chamanisme

Le chaman, un médiateur entre les mondes

La révolution médicale et scientifique des états modifiés de conscience

Voyage au coeur de la mort

Les phénomènes de possession, une tragédie méconnue

Le chamanisme des esséniens

Chamanisme et religions

La quête de vision chamanique

Le chaman thérapeute

Les chamans, des prophètes ?

La communication spirituelle (channelling)

Les plantes de pouvoir

Chamans et guérison du passé

Les Sous-Personnalités Psycho-Actives ou Personnages Intérieurs

Les chamans dansent et chantent leur pouvoir

Le pouvoir des chamans sur les éléments de la nature

Les pouvoirs des chamans

Chamans et vie sociale

Chamans et peuples premiers

Chamans et civilisations galactiques

La manipulation du onze septembre 2001

L’empire américain

Chamans, alimentation vivante et alimentation pranique

Être chaman sans s’appeler chaman

Conclusion

Annexe 1 : Manifeste du cercle de sagesse chamanique

Annexe 2 : La roue médecine

Lectures pour approfondir la voie chamanique

INFOS DIVERSES ET NON CENSUREES :

– 5 questions vitales au nouveau Président

Cette compilation vidéo de Étienne Chouard fait un état des lieux et
donne des pistes de travail intéressantes. C’est un excellent moyen de
faire connaître la réalité de notre système économique et politique aux
plus sceptiques… A la fin de cet article, je vous donne la solution
pour le faire connaître à 65 millions de français !

5 questions que Gold-up aimerait poser au nouveau Président

1 – Comment la monnaie est-elle créée ?

2 – Pourquoi la dette est-elle aussi importante ?

3 – Quelle banque dirige le Président français ?

4 – Pourquoi nos lois sont-elles votées par les mêmes personnes qui
possèdent l’économie ?

5 – Pourquoi votre programme n’aborde pas les 4 questions précédentes
?

– PETITION POUR LES MEDECINES NATURELLES :

Chers amis,

Augustin de Livois, le président de l’Institut pour la Protection de
la Santé Naturelle, essaye actuellement de réunir un million de
signatures pour obliger Bruxelles à ré-examiner un texte de loi sur les
compléments alimentaires naturels, qui risque d’entraîner la
disparition de milliers de petits producteurs.

Comme vous le savez peut-être, nous soutenons activement cette
association (une partie des abonnements payants que nous recevons lui
est reversée), et j’ai bien sûr signé sa pétition.

Peut-être souhaitez-vous vous associer à notre démarche, si ce n’est
déjà fait ?

Il s’agit d’un cas d’école où de bonnes intentions déclenchent une
catastrophe en chaîne.

A l’origine, Bruxelles prétendait créer de nouvelles normes sur les
compléments alimentaires pour « harmoniser la concurrence » et, bien
entendu, « protéger le consommateur ». Quoi de plus louable ?

Mais, sous l’influence continuelle du lobbying de l’agro et de la
pharma-industrie, on aboutit à un texte de loi qui n’est – passez-moi
l’expression – qu’une boule puante lancée dans le jardin des petits
producteurs.

Il s’agit en effet de leur interdire de faire figurer toute
explication claire sur l’utilité possible de leurs produits pour la
santé. En langage bureaucratique, cela s’appelle des « allégations
thérapeutiques ».

Les experts de Bruxelles (EFSA, European Food Safety Agency) se sont
arrogé le privilège incroyable d’être les seuls, dans toute l’Europe
à avoir le droit de dire à quoi sert tel ou tel produit, et à donner
l’autorisation aux producteurs de le faire figurer sur l’emballage.

Le problème est que, bien entendu, ils n’y connaissent rien. Ils
exigent donc que les producteurs leur fournissent des dossiers
complets, avec des études cliniques, sur chaque ingrédient, comme s’il
s’agissait de médicaments. Et depuis 4 ans, 95 % des dossiers ont été
rejetés. C’est autant de dépenses et de temps perdu pour les
producteurs qui ont essayé de se plier à leurs exigences.

C’est un abus de pouvoir caractérisé. Et les conséquences pour nous
tous sont claires : il va devenir de plus en plus difficile, et surtout
de plus en plus cher, de se procurer des compléments alimentaires
naturels de haute qualité, le coût de ces nouvelles normes étant
forcément répercuté sur le consommateur final, c’est-à-dire sur vous
et moi.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

– JEUNE EFFICACE CONTRE LE CANCER :

Une étude américaine portant sur des souris montre que le jeûne est
aussi efficace que la chimiothérapie ! Trois types de traitements ont
été donnés à ces rongeurs : les premiers ont reçu une chimio, les
seconds ont effectués un jeûne de 48 heures et le troisième a combiné
les deux. Les résultats sont clairs : des métastases ont été trouvées
chez 40 % des souris ayant reçu une chimio, contre seulement 20 % chez
celles qui avaient jeûné et 10 % chez celles qui avaient combiné les
deux traitements. D’autres études, notamment en Russie, montrent que le
jeûne est une thérapie remarquable. Hélas, elle n’engendre pas les
profits de la chimiothérapie, d’où le nombre restreint d’études qui lui
sont consacrés. Mais n’est-il pas logique de penser que le corps sait
se guérir lui-même ? N’a-t-il pas une sagesse bien plus grande que
celle de médecins-combattants qui croient que tuer les cellules
cancéreuses est la seule voie de salut ?

(Source : Transitional Medicin, 08.02.2012)

– NOTRE DEFINITON DU CANCER EST FAUSSE ! dit le docteur Bernard JUNOD

Ce chercheur a osé remettre en question les dépistages précoces en se
posant des questions sur la validité des diagnostics posés. En effet
les examens effectués ne permettent pas de dire s’il s’agit d’une
maladie cancéreuse véritable ou d’un pseudo-cancer qui va ne pas
évoluer ou même régresser spontanément. Plus on cherche de vrais
cancers, plus on va en trouver de faux ! Les études montrent qu’on ne
guérit pas plus de cancers dans les pays où on pratique des dépistages.

La maladie cancéreuse a été définie à partir de l’examen d’un
prélèvement de cellules. Pour vaincre le cancer, il y a certainement
des moyens d’agir sur la partie saine de l’organisme qui ne sont
actuellement pas utilisés correctement du fait qu’on a défini la
maladie cancéreuse à partir de la seul tumeur. Le nombre estimé de
surdiagnostics en France est de 36 000 cas par an, pour le seul cancer
du sein. Cent femmes par jour sont ainsi diagnostiquées et traitées
inutilement ! Quand une tumeur est détectée, il vaut mieux attendre
pour procéder à une biopsie, car une action mécanique (biopsie ou
chirurgie) sur un vrai cancer, va de pair avec une augmentation du
risque de décès trois ans plus tard. Dans le livre No Mammo , dont
Junod a écrit la préface, les femmes trouveront des informations
importantes pour sortir de la manipulation et cesser d’accepter les
slogans qui leur sont assénés.

Une diminution du sucre dans le sang est nuisible aux cancers, c’est
donc un moyen efficace pour évacuer le tumeur sans nuire à la patrie
saine de l’organisme.(NB On retrouve ici la valeur du jeûne !)

D’autres pistes montrent l’intérêt de renforcer le contrôle de la
tumeur par la partie saine du corps en soutenant les efforts de
guérison naturels.

Le marché des médicaments anti cancer est actuellement le premier rang
en termes de chiffre d’affaires, au niveau planétaire. Ce sont les
fabricants de médicaments qui ont financé les campagnes de dépistage.
Celles-ci on créé des épidémies artificielles dont des centaines de
milliers de femmes ont fait les frais, pour le seul profit des
actionnaires des multinationales pharmaceutiques.

Pour avoir osé dénoncé ce scandale, le docteur Junod a été licencié de
son poste d’enseignant à l’Ecole des Hautes Etudes de Santé Publique de
Rennes.

(Article complet dans Néosanté no 13)

– Un autre Monde émerge sous nos yeux : incroyable !

Connaissez-vous le mouvement des Incroyables Comestibles ? C’est une
nouvelle démarche d’habitants et de collectivités locales, dans des
endroits du monde de plus en plus nombreux, ayant décidé de changer de
système du jour au lendemain. Ils disent avoir fait le choix d’avoir
simplement changé de regard, pour créer une nouvelle réalité.

Ils ont mis au placard l’idée qu’on leur a fait croire qu’ils étaient
des victimes de leur système, de générations en générations.

En abandonnant cette croyance devenue autobloquante quant à leur
devenir, ils ont rendu possible la co-création d’une nouvelle économie
vertueuse, éthique et solidaire, basée sur le partage, à partir de la
culture locale de fruits et légumes, les incroyables comestibles ou «
Incredible Edible » en anglais.

Cette culture locale est produite bénévolement par l’ensemble des
habitants eux-mêmes, partout où c’est possible, dans les lieux publics
des villes et des villages ou dans des espaces privés mis gracieusement
à disposition. Et partout, il est inscrit « Food To Share » ou encore «
nourriture à partager, servez-vous, c’est gratuit » pour les
initiatives en France. Ces collectivités découvrent alors un nouvel art
de vivre où on a rangé définitivement l’esprit de compétition qui
divise les gens entre eux, pour faire l’expérience de nouvelles
coopérations basées sur l’autosuffisance alimentaire locale, l’entraide
et la bienveillance envers chacun.

C’est une idée qui est venue de trois mères de famille d’une petite
ville du nord de l’Angleterre. Cette ville était en plein déclin, suite
à la désindustrialisation ayant provoqué la montée du chômage et
l’augmentation de la précarité, avec pour conséquence le départ de
nombreuses familles contraintes d’aller chercher du travail ailleurs.
Elle s’appelle Todmorden, et se situe près de Manchester. Cette
collectivité locale a retrouvé son rayonnement et de nouvelles familles
viennent s’y installer à nouveau, attirées par les valeurs communes
partagées de ses habitants.

Depuis, le mouvement essaime partout aux alentours. Le district de
Calderdale, a emboité le pas pour les communes de son territoire, et
maintenant c’est tout le Yorkshire. On vient les voir du monde entier
pour comprendre comment un tel changement de société est possible en un
temps si court. Il y a une Google Map pour se rendre compte de la
diffusion de ce nouvel art de vivre par l’abondance partagée des «
Incredible Edible » dans le monde.

C’est d’une petite ville grise du nord de l’Angleterre qu’est parti le
mouvement des « Incredible Edible », les « incroyables comestibles »
dans sa traduction française. En 2008, dans la ville de Todmorden
ravagée par la crise des subprimes, une poignée d’activistes ont envahi
le bitume de bacs de plantation : sur les trottoirs, dans la cour du
collège, sur le parterre de l’hôpital… Todmorden est devenu un potager
géant, et gratuit.

Chaque citoyen cultive un carré de terre et quand sa récolte est mûre,
il laisse les passants se servir librement. Une « peas & love
revolution », qui peut avoir des conséquences gigantesques : « les gens
se réapproporient la nourriture, puis les magasins, puis l’énergie… »
remarque Mike Perry de la Plunkett Foundation, dans le Guardian de
Londres.

« L’autosuffisance alimentaire des territoires, ça marche », en conclut
François Rouillay, un Alsacien qui cherche à implanter ce mouvement en
France, et a mis au point un guide pratique. Pour l’instant, deux
initiatives françaises sont recensées sur la google map mondiale des
Incredible Edible.

François, conseiller en développement territorial, estime que c’est la
réponse à toutes les questions qu’il se pose depuis vingt ans : «
comment se libérer d’une économie basée sur la compétition, faire
bouger la notion de propriété sur la base d’un élan du coeur ». « Un
changement de paradigme », selon lui, qui rappelle la pensée de Pierre
Rabhi et du mouvement des Colibris.

Nous sommes comme des enfants refusant de grandir, de prendre nos
responsabilités car c’est plus facile de s’en remettre à l’autre qui
nous martèle qu’il n’y a pas d autre choix et que c’est pour notre
bien, malgré que l’histoire prouve leur incompétence.

– Extrait du livre : Le monde n’a plus de temps à perdre écrit par le
collegium international avec différents auteurs dont Stéphane Hessel.
« Nous devons effectuer la jonction de deux notions apparemment
antagoniste de la pensée binaire : croissance et décroissance.

Nous savons ce qui doit décroître : les énergies polluantes qui vont se
raréfier et devenir de plus en plus chères, une consommation de
produits aux qualités illusoires et mythologiques encouragée par une
publicité consumériste et qui prétendent donner beauté, santé et
jeunesse, une agriculture intensive et un élevage industrialisé dont
les maux sont plus importants que les bienfaits. Cette décroissance
doit se faire au profit de différents domaines : une économie
d’énergies renouvelables, une alimentation de qualité fermière ou
écologique, une économie juste dont le meilleur exemple reste les
commerces équitables qui détruisent les intermédiaires prédateurs. La
solution ne se trouve donc pas dans la croissance ou dans la
décroissance mais dans la combinaison de ces deux composantes ».

– DANSE DE L’EGO CONSCIENT

La danse de l’Ego CONSCIENT peut être l’un des outils les plus
puissants qui soient pour permettre à chacun de s’éveiller à sa nature
spirituelle essentielle et de se délivrer ainsi des peurs, colères,
frustrations, doutes, jalousies, violences et maladies dont son
inconscient s’est peuplé au fil d’expériences vécues dans
l’obscurité de l’inconscience et de l’ignorance.

Nous avons pu observer, chez les participants de nos stages, des
transformations rapides et spectaculaires, la guérison de maux qui
duraient depuis des décennies, la réactivation de leur élan vital et le
jaillissement de cette joie de vivre qui illumine chaque instant du
quotidien lorsque, enfin, les conflits intérieurs peuvent cesser pour
faire place à l’amour et à la compréhension. L’efficacité de cette
démarche thérapeutique a amené de nombreux thérapeutes, psychologues,
médecins et psychiatres à s’y intéresser et à effectuer des recherches
dans ce domaine porteur d’un immense espoir, celui de donner à tous
les outils nécessaires pour se libérer des illusions que les
millénaires précédents, marqués par le sceau de la peur, nous ont
léguées.

La thérapie par la danse de l’Ego CONSCIENT ouvre la porte d’une
nouvelle ère qui sera marquée par l’avènement non pas d’une nouvelle
religion qui veut imposer ses dogmes à tous mais d’une nouvelle
conscience spirituelle qui apporte à chaque individu l’indépendance et
la souveraineté qu’il avait perdues. Il est temps de donner naissance
à une humanité consciente. Comme le dit Neale Walsch (dans La Mère de
l’invention, livre écrit sur la vie de Barbara Marx Hubbard) :

« L’aspect le plus fascinant de cette naissance collective d’une
nouvelle humanité, c’est que nous sommes tous à la fois les parents et
les enfants. Nous sommes le Créateur et la Création. Nous sommes tous
la Mère de l’invention et l’invention proprement dite. Dans un sens,
nous sommes tous notre propre sage-femme. Nous réinventons, dans un
processus mondial et, oserais-je dire, universel, par lequel notre
espèce se métamorphose en une nouvelle forme d’êtres conscients qui ne
pourront qu’aimer sans jamais plus haïr, guérir sans jamais plus
blesser, partager généreusement sans jamais plus amasser égoïstement et
se transfigurer en de nouvelles manifestations toujours plus glorieuses
sans jamais plus tuer et détruire.

Barbara se considère non comme un modèle mais comme un catalyseur pour
tous ces gens qui sont sur le point de réaliser leur propre émergence.
Elle affirme : « La science et la technologie nous ont donné des
nombreux pouvoirs, des pouvoirs plus grands que tout ce que les humains
avaient connus auparavant. Désormais, nous pouvons vraiment nous
considérer comme de jeunes humains universels. La Terre est un jardin
d’enfants pour les dieux et les déesses en devenir que nous sommes,
mais nous devons apprendre rapidement à évoluer consciemment et à faire
preuve d’une plus grande éthique spirituelle. Cela veut dire aimer
notre prochain et la nature comme nous nous aimons. A défaut de le
faire, nous allons tout simplement nous autodétruire. » Elle affirme :
« Je me perçois comme un être universel, libre de toute attache au
champ d’expérience de la Terre, extraordinairement heureux, un éclat
lumineux de joie, tel un rayon de soleil perçant à travers les nuages.
J’ai la continuité de la conscience. Je suis à la fois une entité
unique et un être universel. Je suis sans forme dans la forme. Je ne
suis pas limitée par mon moi égoïque. Nous entrons dans l’ère de
l’holisme. Nous devenons un monde interdépendant. Une nouvelle vision
holistique des choses est en train de naître. Chaque personne est
perçue dans son ensemble de même que chaque communauté et le monde
entier. L’holisme sera pour le vingt-et-unième siècle ce que la liberté
fut pour le dix-huitième siècle.

Neale Walsch écrit : « Rien de ce que Barbara a fait ne la distingue
tant des autres que ceux-ci ne puissent pas s’identifier à elle ou
s’imaginer être comme elle. Je souhaite ardemment que chacun se
permette de s’imaginer être exactement comme elle : capable d’entendre
la voix de la sagesse et de la clarté ; capable de sentir la présence
du Divin en soi ; capable d’exprimer l’essence de qui l’on est : et
capable, tout comme elle, d’évoluer du moi essentiel au moi universel.
Nous pouvons le faire et, ainsi, changer le monde. Et lorsque nous le
ferons tous, la vie sur la planète Terre ne sera jamais plus la même.
Il faudra nous joindre à la légion d’êtres courageux qui ont choisi de
prendre leur vie en main plutôt que de se contenter de la gagner. On
peut se demander au réveil le matin : Vais-je faire des choses
aujourd’hui qui feront chanter mon âme ? Ce que je ferai réjouira-t-il
mon coeur, stimulera-t-il mon esprit et embellira-t-il mon monde ? Si
la réponse est non, demandez-vous pourquoi vous le faites. »

– Livre Evolution consciente, s’éveiller au pouvoir de notre potentiel
social de Barbara Marx Hubbard.

Nous avons rencontré cette femme extraordinaire au grand rassemblement
des éditions Ariane des 5 et 6 mai 2012.

Voici quelques extraits de cet ouvrage important pour l’éveil des
consciences :

« Voici venue notre heure de gloire. Nous vivons une époque
exceptionnelle. Nous sommes des millions à nous élever à un niveau de
conscience plus universel, plus holistique et plus cosmique. Chaque
champ d’action, chaque discipline, nous pousse à atteindre
l’intégralité de notre potentiel en nous associant à toute action
créatrice.

La noosphère est la sphère de l’esprit, la couche pensante de la Terre,
le corps social créé par l’intelligence humaine. Elle se compose de
toutes les capacités spirituelles, culturelles, sociales et
technologiques de l’humanité, considérée comme un super organisme
intégré. L’évolution consciente apparaît en ce moment précis de notre
histoire parce que la noosphère est parvenue à maturité et procure à
l’humanité le pouvoir d’affecter volontairement son évolution. La crise
que nous traversons représente un stimulant évolutionniste en nous
éveillant à la nécessité et à l’opportunité de choisir un futur
proportionné à nos potentiels et d’assumer la responsabilité de nos
actes.

L’univers est unitif et constant. Il existe une intelligence
spirituelle vivante qui se présente sous une infinité d’expressions
diverses. Chacun de nous est une manifestation vivante de cette
intelligence sacrée, exceptionnelle, précieuse et vitale pour
l’ensemble de l’évolution.

L’évolution consciente nous enseigne à devenir plus cocréatifs avec la
tendance universelle en vue d’une vie plus élevée.

En renforçant notre et en élevant notre conscience grâce à la résonance
avec les autres nous créons ce que Ruppert Sheldrake appelle le « champ
morphogène » qui permet à la conscience unitive de devenir plus
accessible à tous.

Notre nouvelle histoire de la création nous a révélé cinq leçons sur
l’évolution :

– Les transformations quantiques font partie de la tradition naturelle.

– Les crises précèdent les transformations.

– L’holisme est inhérent à la nature de la réalité.

– L’évolution crée la beauté et tout ce qui perdure est beau.

– L’évolution élève la conscience et la liberté grâce à un ordre plus
complexe.

Considérons par exemple la rosace de la cathédrale de Chartres. Chaque
vitrail, pris isolément, n’a pas de signification particulière mais
lorsqu’on l’intègre dans l’ensemble de la rosace, sa beauté fulgure. De
la même façon un acte isolé peut sembler dérisoire ; cependant, une
fois intégré dans un système vivant, il trouve sa place au sein du
corps social et, dès cet instant, représente une partie essentielle,
voire sacrée, de l’ensemble. Grâce à ce processus, nous distinguons le
dessein de l’évolution et chaque être peut trouver plus facilement sa
place unique dans le système évolutif.

Dans le perspective évolutionniste, nous valorisons tout acte, toute
intention ou toute croyance qui élargit notre champ de conscience en
direction d’un seuil globalement plus centré et plus unitif, plus
spirituel et plein d’amour. Nous sélectionnons des actions en fonction
de la valeur de la synergie ordonnée.

De nombreuses actions positives sont décrites dans le livre. Elles font
partie de cette sorte de « collège global » qui choisit ce qui peut le
mieux aider l’humanité à évoluer positivement.

Il s’agit de cesser d’être des compétiteurs imprégnés du désir de
vaincre pour devenir des cocréateurs qui demeurent dans la zone de
convergence où prévalent les quatre « s » :

– Synergie, soit la sensation grisante d’être pleinement nous-mêmes
grâce à davantage de coopération avec les autres.

– Synchronicité. Nous éprouvons la sensation d’être dirigés par une
force supérieure, comme si les situations se présentaient spontanément.

– Syntonie. C’est une sorte de guidance, d’intuition ou de connaissance
spontanée qui nous fait agir de façon juste et instinctive, connectés
au vaste champ d’intelligence de l‘univers. Les grands éclairs de
conscience vécus par les grands mystiques au cours de l’histoire
humaine sont confirmés, l’intuition et l’intellect se fondent dans une
action sociale inspirée par l’esprit.

– Suprasexe. Au lieu de fondre nos gènes pour avoir un enfant, nous
nous fondons avec notre génie afin d’exprimer la totalité de notre
potentiel personnel. La procréation se transforme en cocréation.

Il s’agit d’arriver à créer des « infos autrement » pour faire
connaître tout ce qui peut être utile à l’émergence d’une société
planétaire qui surmonte l’opposition entre les évolutionnistes, qui ne
voient aucun plan directeur dans l’évolution, et les créationnistes
qui, le plus souvent, proposent un dieu anthropomorphique comme
créateur. Il faut survivre au traumatisme de la naissance pour nous
coordonner en tant que système globale unifié. L’éveil collectif à
notre globalité exige un ingrédient capital : une infusion de vie,
d’amour, d’appréciation et de sécurité, toutes susceptibles de nous
réconforter durant cette période d’épreuves.

Nous comprenons enfin que :

– Nous formons un seul corps un seul peuple.

– Nous sommes immortels, universels, multidimensionnels.

– Nous sommes des cocréateurs conscients, partenaires de Dieu.

– La séparation est terminée. La conscience mystique et la conscience
profane s’unissent en une conscience évolutionniste.

– Un être complet peut s’unifier à un autre être complet, dans l’union
en chacun du masculin et du féminin. Ce nouveau couple atteint le
nouvel arbre de vie, l’arbre de guérison des nations. La conscience
cosmique est parachevée.

– Le plan d’un futur positif en constante évolution se révèle par
d’innombrables actes d’excellence et d’amour.

Le livre de Barbara passe en revue de nombreux sites et réseaux qui
travaillent dans le même sens.

Barbara prépare, pour décembre 2012, un grand événement médiatique
planétaire pour célébrer la naissance d’une nouvelle humanité.

– POEME (auteur inconnu) :

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec son cœur;

Sans remords, sans regret, sans regarder l’heure;

Aller de l’avant, arrêter d’avoir peur;

Car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec son corps;

Le garder sain en dedans, beau en dehors.

Ne jamais abdiquer devant un effort.

L’âge n’a rien à voir avec la mort.

Vieillir en beauté, c’est donner un coup de pouce

A ceux qui se sentent perdus dans la brousse,

Qui ne croient plus que la vie peut être douce

Et qu’il y a toujours quelqu’un à la rescousse.

Vieillir en beauté, c’est vieillir positivement.

Ne pas pleurer sur ses souvenirs d’antan,

Etre fier d’avoir les cheveux blancs,

Car, pour être heureux, on a encore le temps.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec amour,

Savoir donner sans rien attendre en retour;

Car, où que l’on soit, à l’aube du jour,

Il y a quelqu’un à qui dire bonjour.

Vieillir en beauté, c’est vieillir avec espoir;

Être content de soi en se couchant le soir.

Et lorsque viendra le point de non-recevoir,

Se dire qu’au fond, ce n’est qu’un au revoir.

top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info