SPAA

(OU SOUS-PERSONNALITÉS PSYCHO-ACTIVES)
Tout le monde parle de sous-personnalités, mais rares sont les personnes qui les voient comme Maître Johanne RAZANAMAHAY et ont structuré un enseignement cohérent et complet à leur sujet !

Dans ses conférences et séminaires, on rencontre des scientifiques, des thérapeutes classiques et alternatifs, des couples en quête d’harmonie, des parents à la recherche d’une meilleure entente avec leurs enfants, des adolescents qui souhaitent se guérir de leurs blessures, des hommes et femmes d’affaires cherchant l’équilibre dans la prospérité, des amis voulant créer des échanges enrichissants et stables ainsi que des personnes désireuses de venir en aide à ceux qui sont mal dans leur peau ou malades. Son enseignement intéresse évidemment aussi les patients déterminés à comprendre les mécanismes de la guérison. Toutes ces personnes sont passionnées par un enseignement qui permet de comprendre en profondeur toutes les subtilités du psychisme humain tout en procurant des outils efficaces pour mieux vivre avec soi et avec les autres.

Johanne est une chamane très particulière puisque sa clairvoyance lui permet d’observer, autour de la tête des gens, ces personnages intérieurs qu’elle a baptisé les SOUS-PERSONNALITÉS PSYCHO-ACTIVES (ou SPPA). Grâce à cette appellation spécifique, son enseignement, décrit dans ses livres « AU CŒUR DE LA CONSCIENCE TOTALE » et « MAESTROS » (Éditions Vivez soleil), ne peut être confondu avec d’autres approches de l’être humain qui parlent de ces personnages intérieurs en les nommant « sous-personnalités », « facettes », « parties » ou encore « côtés », « archétypes » etc. Dans les recherches qu’elle a effectuées avec son mari, le docteur Christian Tal SCHALLER, Johanne a découvert que chaque SPPA est venue réaliser une mission précise durant notre séjour sur Terre. Nous ne pourrons donc jamais fondre dans l’épanouissement et la satisfaction totale sans remplir trois conditions fondamentales :
1°) – Connaître toutes nos SPPA.
2°) – Les aider à accomplir leurs diverses missions avec respect et amour, sans plus faire de préférences par peur ou par dépendance.
3°) – Les soutenir pour qu’elles fassent des contrats clairs entre elles à l’intérieur de notre être et avec les autres à l’extérieur.
Nous ne pouvons pas vivre dans l’abondance matérielle et spirituelle, faire l’expérience de la paix intérieure et de l’harmonie tant que nous méconnaissons nos SPPA et les empêchons d’exécuter leurs plans de vie, tant que nous les laissons se disputer entre elles et piétiner les SPPA d’autrui. Si chacune de nos SPPA est indépendante, elle a néanmoins besoin de notre soutien pour arriver à ses fins en donnant la main à ses collègues, dans l’acceptation et l’appréciation. Le bonheur est le fruit de cette collaboration qui donne ce merveilleux sentiment d’être à sa place et de jouer son rôle dans l’évolution collective en comprenant que nous sommes tous indispensables à l’aventure commune.
En connaissance de cause, Johanne et Tal affirment que les SPPA sont les véritables instigatrices de nos succès, de notre santé et de notre bonheur comme de nos insuccès, de nos maladies et de nos malheurs. Elles nous font vivre dans la réussite et la joie lorsque nous tenons compte d’elles dans l’amour et la reconnaissance. Elles nous rendent malheureux et malades lorsqu’elles ne se sentent pas entendues et respectées. UNE SPPA MEURTRIE PEUT DEVENIR MEURTRIÈRE, SUR LE PLAN ÉNERGÉTIQUE, EN ÉCHAPPANT À LA JUSTICE HUMAINE. À MOINS QU’ELLE NE CHOISISSE DE SE SUICIDER EN ENTRAÎNANT SES COLLÈGUES AVEC ELLE ! Découvrir cette réalité permet de sauver bien des vies.
Pour Johanne et Tal, il est temps d’arrêter les divergences entre les scientifiques qui se préoccupent de faire disparaître les symptômes sans tenir compte des modes de vie et les naturopathes qui cherchent à traiter les causes sans considérer leurs raisons d’être. Ils vont plus loin en nous présentant les SPPA comme étant les « CAUSEUSES DE CAUSES », responsables de tous nos maux. Ce sont elles qui transforment nos vitamines en poison et vice-versa, par transmutation biologique. Elles sont à l’origine de nos mémoires cellulaires comme des réponses que nous fournissons en kinésiologie. Elles se manifestent dans des élans de joie, de tristesse, de colère ou d’angoisse en nous rendant contradictoires lorsqu’elles parlent toutes à la fois ! IL EST GRAND TEMPS DE FAIRE LA DIFFÉRENCE ENTRE LES THÉRAPIES DESTINÉES AU SYSTÈME IMMUNITAIRE EN GÉNÉRAL DES THÉRAPIES SPÉCIFIQUES QUI S’ADRESSENT À CHAQUE SPPA CRÉATRICE DE PROBLÈMES. Si manger des aliments vivants, jeûner, recevoir des massages ou des soins énergétiques régénère tous les organismes sans exception, ils ne guériront pas la SPPA saboteuse qui a créé une maladie à force de se sentir négligée. Tout trouble ou maladie correspond à un appel au secours d’une SPPA qui a le sentiment de ne pas être entendue et respectée dans ses besoins vitaux.
Il est donc indispensable de tenir compte de la réalité globale d’un être humain. Nous nous conduirons toujours de manière arbitraire et despotique si nous refusons de reconnaître les besoins variés et complémentaires de nos SPPA. Celle qui a pour but de briller dans les affaires veut nous assurer une existence matérielle agréable mais une autre SPPA veut réussir une vie de couple harmonieuse. Si avoir de l’argent et trouver son âme-sœur nous permet de vivre riches et joyeux, cela ne suffit pas à nous rendre totalement heureux ! Il faut encore faire de la place à d’autres SPPA qui viennent nous faire connaître le bonheur d’être un enfant équilibré, un parent juste, un ami respectueux, un aventurier enchanté, un enfant de l’Univers entreprenant, un parent de l’Univers réjoui, un thérapeute conscient etc. pour ne citer que quelques-unes des missions dont la réalisation fera de nous des êtres accomplis.
En complément des SPPA, Johanne affirme que nous devons réviser nos croyances en ce qui concerne l’attitude idéale d’un thérapeute. Il est faux de croire que celui-ci doit toujours être gentil, pausé et même respectueux ! Car si certaines de nos facettes aiment être caressées dans le sens du poil et recevoir des câlins pour se guérir, d’autres se hérissent au contact de la gentillesse et du toucher. Si certaines adorent les paroles respectueuses, d’autres préfèrent un langage de charretiers. Tout dépend de l’origine de leurs blessures ! Celles qui ont été maltraitées psychiquement et physiquement ont tendance à rechercher des thérapeutes chaleureux, polis et doux alors que celles qui ont été abusées par des paroles ou des gestes en apparence aimables ou même bienveillants mais sous-tendant des manipulations despotiques désirent qu’on leur dise leurs quatre vérités en face sans peur ni dépendance. Cela demande au thérapeute la capacité de pouvoir se conduire en fou ou en sage, en enfant ou en adulte, en homme ou en femme etc. Il ne doit pas suivre les normes de la société mais considérer les besoins de la personne en quête de guérison !
Dans cette recherche de la note et de la posture idéales, le thérapeute doit savoir jouer sur toutes les gammes émotionnelles pour parler aux SPPA en demande. Il doit pouvoir se conduire avec liberté, courage, puissance, douceur, dureté, souplesse, fermeté, amabilité ou sévérité tout en se sentant toujours bien avec lui-même. Car, malgré nos bonnes intentions ( attention, on dit que l’enfer en est pavé ! ), les SPPA rebelles doivent être muselées au début, afin de ne pas se faire mal ou nuire à autrui, le temps de leur éducation. Si certaines ont encore besoin d’être « tenues en laisse » au départ, lorsqu’elles sont encore jeunes, immatures et représentent de véritables menaces aussi bien pour la personne porteuse que pour autrui, d’autres, déjà plus évoluées, peuvent être laissées libres de s’adapter au monde. Celles qui sont soumises doivent être encouragées à aller de l’avant afin qu’elles se libèrent de leur peur d’affronter les situations de la vie. Quant aux hypocrites, il faudra leur offrir un soutien affirmé et inconditionnel pour les aider à retrouver le courage de leur authenticité. Il y a ainsi plusieurs étapes dans le processus éducatif de ce paradigme inédit et captivant. Hélas, nous vivons dans des sociétés dont les autorités préfèrent encore souvent jouer les protecteurs pour pouvoir régner. En refusant aux thérapeutes le droit de mettre en application ces principes révolutionnaires, elles maintiennent les patients dans l’infantilisme et font d’eux des victimes qu’elles confient aux spécialistes formés par elles. Ces comportements empêchent tout le monde d’évoluer et de guérir.
Pour éviter tous les abus de pouvoir, Maître RAZANAMAHAY propose de former les thérapeutes et les patients à découvrir ce qu’est véritablement un être humain et de faire des contrats clairs qui tiennent réellement compte de toutes les blessures comme de tous les besoins ! Connaître ses SPPA permet de se délivrer des chagrins d’amour et des maladies qui minaient notre bonheur et notre santé. Nous devenons alors de vrais artisans conscients de notre plénitude, capables de vivre heureux, en harmonie les uns avec les autres En devenant de plus en plus clairvoyant, chacun peut constater qu’il est réellement possible de se guérir de tous les maux physiques et psychiques, en connaissant mieux tous les besoins de nos SPPA.
Robert MAC PHERSON, journaliste indépendant.
top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info