jeune home d'affaires censuré par un adhésif8 janvier 2013 par Ethan Huff
(NaturalNews) Si vous avez des enfants, vous êtes plus que probablement déjà au courant des « Calendriers de vaccination » des centres de contrôle et de prévention des maladies, qui recommandent aujourd’hui un stupéfiant lot de 29 vaccins à donner entre la naissance et six ans, y compris les vaccins annuels contre la grippe, ainsi qu’entre cinq et seize autres vaccins entre 7 et 18 ans. Mais un récent rapport d’enquête rédigé par le Dr Lucija Tomljenovic, dévoile plus de 30 ans de documents cachés du gouvernement qui décrivent ces calendriers de vaccination comme un canular complet, sans parler du mensonge des vaccins eux-mêmes pour assurer une réelle protection contre les maladies.

Bien que son étude se concentre principalement sur les dissimulations du système de santé britannique élaboré concernant la triste vérité de son propre programme de vaccination national, les principes de conclusions de l’étude s’appliquent toujours aux calendriers de vaccination en général, qui sont généralement conçus dans le but de servir les intérêts des entreprises plutôt que la santé publique. Il s’avère que les autorités gouvernementales, qui tentent actuellement de satisfaire les objectifs privés de l’industrie du vaccin, ont délibérément dissimulé aux parents des informations pertinentes sur les dangers et l’inefficacité des vaccins afin de maintenir un taux élevé d’acceptation de la vaccination. Et dans le processus, ils ont risqué des effets secondaires graves et des décès pour des millions d’enfants.

Cacher la vérité et dissimuler les données pour encourager l’acquiescement aux vaccins
Grâce à plusieurs demandes par la loi sur la liberté des informations, le Dr Tomljenovic a pu obtenir les transcriptions de séances privées qui ont eu lieu depuis des années entre le Comité mixte sur les vaccins et la vaccination (JCVI en anglais), un soi-disant  »comité consultatif d’experts indépendants » qui fait des recommandations au gouvernement sur la politique vaccinale, et divers ministres britanniques de la santé. Et après s’être penchée sur cette pléthore d’informations préalablement voilée au public, le Dr Tomljenovic a fait des découvertes dérangeantes.

 »Le JCVI a déployé des efforts continus pour refuser des données critiques sur les réactions indésirables graves et les contre-indications à la vaccination aux parents et aux professionnels de la santé afin d’atteindre les taux de vaccination généraux qu’ils jugeaient être nécessaires pour  »l’immunisation du troupeau », concept qui … ne repose pas sur des preuves scientifiques solides », explique le Dr Tomljenovic comme introduction à son document.

« Les documents officiels obtenus par le ministère britannique de la Santé et le JCVI révèlent que les autorités sanitaires britanniques se sont engagés dans cette pratique depuis 30 ans, apparemment dans le seul but de protéger le programme national de vaccination. »

Ce sont des accusations graves, mais les informations recueillies par le Dr Tomljenovic parlent d’elles-mêmes. Non seulement le JCVI ignore régulièrement les questions de sécurité comme il en ressort d’un calendrier de vaccination en pleine expansion, mais le groupe a censuré activement et volontairement les données défavorables qui jettent une lumière «négative» sur les vaccins afin de maintenir l’illusion que les vaccins sont sûrs et efficaces. De plus, le JCVI a régulièrement menti à la fois au public et aux autorités gouvernementales à propos de l’innocuité des vaccins, afin de veiller à ce que les gens continuent de faire vacciner leurs enfants.

 

Vous pouvez accéder à l’article complet du Dr Tomljenovic ici (en anglais):
http://www.ecomed.org.uk/wp-content/uploads/2011/09/3-tomljenovic.pdf

Le JCVI était pleinement conscient des dangers du vaccin ROR dès 1989, mais l’a caché

À la page trois de son rapport, le Dr Tomljenovic commence à décrire les détails sordides des réunions organisées dès 1981 où le JCVI s’est clairement engagé dans la fraude, la dissimulation, et le mensonges sur les vaccins pour protéger l’industrie du vaccin, et non les enfants, des maladies . Des procès-verbaux de ces réunions révèlent que le JCVI a activement tenté de dissimuler de graves effets secondaires associés aux vaccins courants comme celui contre la rougeole et la coqueluche, qu’on a tous deux clairement reliés pour causer en même temps de graves lésions cérébrales chez un pourcentage important d’enfants qui les ont reçus.

Particulièrement préoccupante est la façon dont le JCVI a manipulé les données défavorables sur le controversé vaccin ROR contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. 10 ans avant que le Dr Andrew Wakefield ne publie son étude sur le vaccin ROR dans The Lancet, le JCVI était déjà pleinement conscient du lien clair établi par l’Institut national des Standards et Contrôles biologiques entre le vaccin RRO et la méningite et l’encéphalite induites par vaccination. Mais plutôt que de présenter cette information et demander d’autres évaluations de sécurité sur le vaccin, le JCVI a préférer censurer cette information critique au public, et a manifestement menti depuis des années au sujet de la sécurité du vaccin ROR .

«L’ampleur des préoccupations du JCVI pour les implications de l’évaluation scientifique de l’innocuité du vaccin sur la politique vaccinale explique pourquoi ils se sont opposés à toute surveillance à long terme des troubles neurologiques graves après vaccination», écrit le Dr Tomljenovic.  » Au lieu de réévaluer la politique de vaccination, au moins jusqu’à ce que les problèmes de sécurité aient été pleinement évalués, le JCVI a choisi de soutenir la politique existante basée sur les preuves incomplètes qui étaient disponibles à ce moment-là. »

En d’autres mots, le JCVI était plus soucieux de protéger la réputation du dangereux vaccin ROR, ainsi que de nombreux autres vaccins douteux, que de protéger les enfants des dommages sévères dus aux vaccins. En ce qui concerne le vaccin ROR, cette information cruciale non seulement renforce la légitimité des découvertes du Dr Wakefield 10 ans plus tard, qui avaient été déclarés irrecevables et frauduleuses par l’Establishment médical, mais montre aussi la durée douloureusement longue de cette escroquerie.
Les fabricants de vaccins invités à manipuler les fiches techniques et à falsifier les études sur la sécurité pour promouvoir les vaccins

Si ce n’est pas suffisant, le Dr Tomljenovic a aussi peiné sur la somme conséquente d’informations concernant les habitudes de longue date du JCVI d’encourager les fabricants de vaccins à modifier volontairement et conformément à leurs recommandations leurs fiches de données afin de produire des vaccins dangereux et inefficaces qui semblent sûrs et efficaces. Lorsque le guide des contre-indications de la JCVI pour le vaccin ROR, par exemple, ne correspond pas à celles du fabricant du vaccin, le JCVI chargeait apparemment le fabricant de modifier ses fiches techniques pour éviter les  »problèmes juridiques ».

De même, la politique officielle du JCVI était de sélectionner les études fiables soutenant ses propres opinions sur les vaccins plutôt que de prendre en compte des études indépendantes et scientifiquement solides pour formuler les recommandations de politique vaccinale. Une fois de plus, la position du JCVI sur la sécurité et l’efficacité du vaccin ROR en est un excellent exemple, lorsque le groupe a d’arrache-pied ignoré de solides études sur le ROR, pour favoriser des études de paccotille soutenues par l’industrie, comme le tristement célèbre compte-rendu de Cochrane en 2005, qui ne prouve techniquement rien sur la prétendue sécurité du vaccin ROR parce que les 31 études évaluées n’ont même pas répondu aux critères méthodologiques du groupe de base.

 »Au cours des années, le JCVI n’a cessé de promouvoir le vaccin ROR comme sans danger, en se basant sur des études qui se sont révélées soit non pertinentes, peu concluantes ou méthodologiquement contestables », explique le Dr Tomljenovic, ajoutant que le JCVI choisit systématiquement de s’appuyer sur d’imparfaites études épidémiologiques qui ont juste identifié  »associé à » plutôt que  »causé par », une inexactitude plutôt ironique en regard de la manière dont l’establishement examine généralement les études qui contredisent ses propres positions.
L’article de 45 pages de révélations continue avec des explications sur la manière d’établir les calendriers vaccinaux par une minimisation calculée des problèmes de sécurité vaccinale et le sur-gonflage des avantages des vaccins, la promotion de dangereux nouveaux vaccins dans le calendrier pédiatrique par la supercherie, la dissuasion pour des études sur le danger des vaccins, et le lavage de cerveau généralisé du public par le biais de la manipulation et les tours de passe-main des scientifiques.

Source: http://www.naturalnews.com/

Le petit Bently décède 5 jours après avoir reçu 11 vaccins

D’après l’article de Anna Rodgers, 7 avril 2015

« Je m’appelle Alisa Neathery. Mon merveilleux petit garçon Betly Stratton est mort 5 jours seulement après avoir reçu 11 vaccins au cours d’une seule visite médicale. Sept jours plus tard, il allait avoir 6 mois.

 

Il a été vacciné pour la première fois le 5 avril 2012, et est décédé le 10 avril 2012. En pensant bien faire, nous avions décidé de reporter ses vaccinations jusqu’à ses 6 mois, parce que nous avions appris que les taux de mort subite du nourrisson étaient censés être moins élevés à cet âge.

 

Apparemment, nous nous sommes fameusement trompés.

Le décès de Bently a été classé dans les cas du « Syndrome de mort subite, inexpliquée et inattendue du nourrisson ». Ce n’est pas la même chose que le Syndrome de la mort subite du nourrisson. Le médecin légiste a déclaré qu’il était  « bizarre » qu’il ne parvenait pas à trouver la cause du décès de mon petit garçon.

 

Personnellement, je crois qu’il s’agit d’une manière de camoufler le fait que ce sont les vaccins qui l’ont tué. Rien n’a été signalé aux instances appropriées parce qu’ils n’ont pas estimé que les vaccins étaient la seule cause du décès. Mais il est un fait que mon petit garçon était en parfaite santé avant les vaccinations.

 

Je ne peux pas croire non plus qu’il s’agit d’une coïncidence que mon petit meure 5 jours après avoir été vacciné. Je sais que ce sont les vaccins qui l’ont tué. »

 

« La différence entre le décès de Bently et un décès dû à de l’alcool au volant, c’est que dans le cas des vaccins – celui qui par négligence commet un homicide, est souvent celui qui signe le certificat de décès. » Clark Baker, officier à la retraite.

 

 On dit aux parents que « les effets indésirables des vaccins sont rares »

 

Bentley avait presque 6 mois quand il est décédé après avoir reçu 11 vaccins. Les médecins ont dit que son décès n’avait rien à voir avec les vaccins. Auraient-ils pu prétendre la même chose si Bentley avait avalé 11 médicaments différents ?

 

L’histoire d’Alisa et de son petit garçon Bently est une terrible tragédie.

 

Bien qu’il semble évident que le nombre astronomique de vaccins qui lui furent administrés en une seule séance ait été la cause de sa mort subite, le médecin de Bently a refusé d’y voir une relation. Mais une maman sait et peut se servir de son bon sens pour se demander «  Qu’est-ce qui a été différent dans les derniers jours de la vie de mon enfant et qui n’arrive normalement pas dans la vie d’un enfant ? »

 

Si vous avez déjà interrogé votre médecin sur la fréquence des effets indésirables des vaccins, il y a des chances qu’il vous ait dit : «  oh, ces effets sont très rares, en fait, ils se produisent probablement dans un cas sur un million de vaccinations. »

 

Le problème avec ce type de réponse est qu’elle ne semble pas refléter l’exacte vérité.  Il y a trop de parents qui rapportent des dommages vaccinaux – VAERS et Medalerts – deux bases de données en ligne que le public peut consulter en sont remplies.

 

En outre, la plupart des médecins ne sont pas capables d’expliquer aux gens combien d’effets secondaires peuvent se produire. Il est aussi rare qu’un médecin ou une infirmière montre la notice du vaccin aux parents, malgré le fait que la liste des réactions possibles soit assez longue. On en parlera plus loin dans cet article.

 

Quand des dommages vaccinaux se produisent chez un enfant, les médecins admettent très rarement que le vaccin en est la cause. En fait, ils nient souvent catégoriquement, même si l’enfant fait ses toutes premières convulsions la nuit même qui suit le vaccin.

 

Si un patient ne présente pas de réaction dans les délais standard de 15 minutes qui suivent l’injection, (dans le cas de Bently, le médecin n’a même pas attendu du tout), il semble que les médecins renoncent à toute responsabilité, comme si tout ce qui peut arriver après ce délai n’est « certainement » pas à mettre en relation avec les vaccinations.

 

Je frémis en pensant à tous les produits chimiques, les virus vivants, les virus tués, l’ADN animal, les métaux lourds et autres produits chimiques qui furent injectés ce jour-là dans le petit corps de Bently. La quantité d’aluminium (une neurotoxine prouvée)  que Bently a reçu ce 5 avril 2012 a dû être astronomique.

 

Maintenant que la plupart du thiomersal (mercure) a été éliminé de la majorité des vaccins pour enfants, les vaccins n’en contiennent pas moins des niveaux inquiétants d’aluminium.

 

Christina England a rédigé un article sur les différents taux d’aluminium que l’on retrouve dans de nombreux vaccins destinés à des nourrissons. Son article s’intitule :Cette étude révèle que quand ils sont vaccinés, les enfants reçoivent des taux toxiques d’aluminium pouvant provoquer des dommages neurologiques, ainsi que l’autisme.

 

DTCa (diphtérie, tétanos, coqueluche) : 170-625 mcg, suivant le fabricant

Hépatite A : 250 mcg

Hépatite B : 250 mcg

Hib (contre la méningite ; marque PedvaxHIB) :225 mcg

HPV : 225 mcg

Pediarix ( DTCa- Hépatite B – polio en combinaison) 850 mcg

Pentacel ( DTCa – Hib- Polio en combinaison : 330 mcg

Pneumocoque : 125 mcg

 

Aidons Alisa à porter l’affaire devant les tribunaux

 

A partir de cette liste, il semble clair que Bently a dû recevoir une dose d’aluminium proche de 2000 mcg en un seul jour (peut-être même beaucoup plus en fonction des différents fabricants. Tout ceci sans même mentionner les autres ingrédients de ces vaccins. Alisa pense aussi que ce qui est arrivé à Bently est criminel. Elle a lancé une campagne pour l’aider à financer une plainte en justice par rapport à ce qui est arrivé à son petit garçon.

Le petit Bently décède 5 jours après avoir reçu 11 vaccins

Lorsque des bébés meurent « mystérieusement », il semble que les autopsies ne comprennent pas les tests ayant trait aux ingrédients que l’on retrouve dans les vaccins. N’est-ce pas un crime ? S’il arrivait qu’un enfant avale d’autres médicaments, le médecin légiste ne serait-il pas contraint d’effectuer des tests par rapport à ces médicaments ? Pourquoi n’est-ce pas une obligation légale d’effectuer des tests sur les ingrédients des vaccins ? Les vaccins font aussi l’objet d’ordonnance comme les autres médicaments !

 

Comment le corps d’un enfant métabolise-t-il ces ingrédients ? – Demandez à votre pédiatre de citer 3 ou 4 ingrédients qui se trouvent dans les vaccins. Si votre pédiatre déclare : « Mais les quantités sont si minimes », demandez lui alors : « quelle quantité de venin d’abeille faut-il pour produire l’anaphylaxie ? »

 

Une histoire horrible nous est parvenue de Californie concernant un bébé qui avait été récemment vacciné. Vactruth a expliqué :

 

Des parents de Californie sont désemparés après avoir perdu leur petit garçon après qu’il ait été vacciné. Il est mort dans son sommeil et a été transporté à l’hôpital déjà décédé. Le personnel hospitalier a déclaré qu’il s’agissait du Syndrome de la mort subite du nourrisson. Les parents ont demandé qu’une autopsie soit effectuée. Sur leur enfant.

 

Rentrés à la maison, les parents ont commencé à attendre. Ils ne recevaient en fait aucune nouvelle. Ils ont alors multiplié les appels téléphoniques pour obtenir des réponses. Les semaines ont passé. Finalement, ils ont reçu une confirmation verbale. On leur expliquait qu’il était préférable qu’ils ne revoient pas leur enfant avant qu’il soit incinéré, en raison de l’état où il se trouvait. Une fois incinéré, ils pourraient reprendre l’urne contenant les cendres de leur enfant au crématorium. Il ne leur a pas été possible de dire un dernier « A Dieu » à leur petit !

 

Plus d’un an et quatre mois ont passé et la famille n’a toujours pas reçu le rapport d’autopsie. – Il s’est avéré que l’on a administré à leur petit un vaccin qui ne convenait pas pour son âge, ainsi qu’une dose supplémentaire du vaccin contre l’hépatite B qu’il n’aurait dû recevoir que bien plus tard.

Le petit Bently décède 5 jours après avoir reçu 11 vaccins

Liste des vaccins reçus par Bently

Comme on peut le voir, Bently a reçu deux fois le vaccin DTCa (diphtérie-tétanos-coqueluche acellulaire)

 

A ce jour plus de 3 milliards de dollars ont été versés en dédommagement aux familles des victimes de complications post-vaccinales.

 

Un cas sur un million ou beaucoup plus ?

 

La norme habituelle d’un cas sur un million de vaccinés est complètement fausse, vu que le CDC lui-même a avoué que des réactions allergiques graves peuvent se produire pour « moins de 100.000 doses ». Ceci est bien loin d’un cas sur un million !

 

Personnellement, je connais des centaines de mamans dont les enfants ont eu la santé endommagée par les vaccins. Mais pour la plupart d’entre eux, la communauté médicale a refusé d’établir quelque lien avec les vaccinations.

Le petit Bently décède 5 jours après avoir reçu 11 vaccins

Abigail Amélia Ortiz (18 décembre 2013-16 mars 2014) est décédée après sa visite médicale de 2 moisElle avait reçu les vaccins suivants : DTCa, Hib, Polio (IPV), vaccin contre le pneumocoque, vaccin contre l’Hépatite B, et le vaccin contre le rotavirus.

 

Les vaccins subissent des « tests rigoureux de sécurité »

 

Au lieu d’utiliser un vrai placebo pour les tests de sécurité des vaccins, les fabricants comparent les personnes qui ont reçu leur nouveau vaccin avec des personnes qui ont reçu un autre vaccin (au lieu d’utiliser un placebo neutre contenant par exemple une solution saline). Dans le cas du vaccin HPV, le vaccin qui a été utilisé comme placebo contenait effectivement beaucoup d’aluminium. C’est comme cela que le vaccin HPV s’est montré beaucoup plus sûr que ce qu’ils appelaient leur « placebo. »

 

Il est aussi important de noter que ce sont les fabricants de vaccins qui réalisentleurs propres études de sécurité. Beaucoup de personnes préoccupées par la sécurité des vaccins trouvent la chose inquiétante. Il serait plus raisonnable que les vaccins soient testés par des organismes indépendants. Mais cela n’arrive jamais.

 

L’approbation par la FDA (Food and Drug Administration)

 

La FDA est payée par les compagnies pharmaceutiques pour procéder à des évaluations accélérées de médicaments comme les vaccins. Parfois, ils approuvent des vaccins (comme ce fut le cas pour le vaccin Ebola) qui n’ont pratiquement subi aucun test.

 

Selon le rapport accablant d’Ethan Huff intitulé La corruption institutionnelle des produits pharmaceutiques et le mythe de médicaments sûrs et efficaces, publié dans le Journal of Law, Medicine & Ethics :

 

« La FDA n’est rien de plus qu’un groupe de rémunération (au jeu) qui répond strictement aux intérêts de l’industrie pharmaceutique. Depuis que ce sont les compagnies pharmaceutiques qui financent principalement la FDA, cette Agence  a abaissé les barrières pour l’entrée de nouveaux médicaments, comme elle a accéléré les processus d’approbation, tout en soumettant les patients à des risques accrus. »

Le petit Bently décède 5 jours après avoir reçu 11 vaccins

                     Quarante décès en 7 ans liés aux vaccins des enfants

 

Il y a 130 façons officielles pour expliquer la mort d’un enfant, et une façon non officielle : la suite des effets indésirables d’un ou plusieurs vaccins.

 

Juste quelques-uns des effets secondaires possibles qui peuvent se produire à la suite des vaccinations :

 

Gonflement au site de l’injection

Rash

Fatigue

Maux de tête

Nausées

Frissons

Syndrome de la mort subite du nourrisson

Fièvre

Convulsions

Autisme

Syndrome de Guillain Barré

Œdème du cerveau

Etat de choc

Anaphylaxie

Arrêt cardiaque

Ataxie

Somnolence

Insomnie

Narcolepsie

Myalgie

Arthralgie

Urticaire

Oedèmes

Infection des voies respiratoires supérieures

Diarrhée

Paralysie

Stérilité

Encéphalite

Fausse couche

Gonflement du visage

Décès

Varicelle Zoster

 

Source : The Liberty Beacon

Sans les vaccins, notre petit Nickson célébrerait encore la vie aujourd’hui !

D’après Augustina Ursino, 8 avril 2015

Sans les vaccins, notre petit Nickson célébrerait encore la vie aujourd'hui!

La maman, Lindsey Pelton, a perdu son petit garçon moins de 12 heures après qu’il ait reçu ses vaccins de routine.

 

Elle veut partager la vérité sur la manière dont les familles sont laissées à elles-mêmes et se voient refuser toute aide, même pour les frais funéraires, après que la vie de leur enfant ait été détruite par les vaccins.

 

On pousse le public à se faire vacciner en prétendant que les vaccins sont sans danger, mais le fait est que l’on ne peut garantir qu’un vaccin soit efficace et sans danger. Les notices des vaccins stipulent que les vaccins peuvent causer de graves problèmes de santé, y compris des réactions allergiques graves et la mort[1]. Pourtant, la plupart des médecins nient ces effets indésirables pourtant connus et les parents sont parfois abandonnés par le pédiatre même qui a insisté pour que la vaccination soit réalisée.

 

Une famille où régnait l’amour

 

Lindsey et son mari Nicholas attendaient leur premier enfant quand une tragédie s’est produite. Nicholas s’était engagé dans l’armée. La famille dut trouver un logement temporaire chez le père de Lindsey jusqu’à ce que la formation de base de Nicholas soit terminée. La famille s’installerait ensuite à proximité de la future base de Nicholas. Dans la suite, la famille avait l’intention d’acheter une maison.

 

Un jour, la maison du papa de Lindsey fut incendiée et la famille perdit tout. La compagnie d’assurances les aida à trouver une autre maison où ils pourraient loger pendant l’année qui serait nécessaire à la reconstruction de la maison.

 

Deux semaines après l’incendie, peu de temps après qu’ils eurent emménagé dans la maison qui leur avait été prêtée, Nicholas tomba dans les escaliers de la cave et se blessa gravement. Il mourut dans son sommeil le 15 octobre 2011.

 

Toute la famille fut littéralement dévastée après pareille catastrophe. Lindsey en était alors à son premier trimestre de grossesse. Avant de mourir, Nicholas faisait les démarches pour adopter les deux enfants de Lindsey. Le stress dû à la perte de son mari entraîna la naissance prématurée de leur enfant. C’est après 32 semaines de gestation, soit le 22 avril 2012, que le merveilleux petit garçon Nickson Law Pelton fut mis au monde. Il pesait quatre livres et neuf ounces (environ 2Kg 200).

 

Bien qu’il soit né deux mois avant terme, le personnel de l’hôpital le traita comme un bébé né à terme. On lui injecta de la vitamine K, ainsi que le vaccin contre l’hépatite B.

Sans les vaccins, notre petit Nickson célébrerait encore la vie aujourd'hui!

Lindsey sentie contrainte de poursuivre les vaccinations de son bébé prématuré

 

Le 29 juin 2012, au cours de la visite de deux mois, la pédiatre de Nickson lui administra huit vaccins- le vaccin 5 en 1, combo Pentacel (DTCa, Polio et Hib) l’Engerix B pour l’hépatite B, le vaccin Prevnar 13 contre le pneumocoque et le vaccin oral RotaTeq contre le rotavirus. Nickson a été difficile après ces vaccins et a dû souffrir des réactions qui sont considérées « normales ».

Lindsey précise :

 

«  Ma fille a aussi été une prématurée. A l’époque nous vivions dans une grande ville et nous aimions bien notre pédiatre. Elle savait nous écouter et donnait le moins de vaccins possible, les espaçait et tenait compte de l’âge gestationnel de l’enfant. Il y avait une fameuse différence entre la pédiatre de ma fille et celle de Nickson.

 

Après ses vaccins de deux mois, les jambes de Nickson ont commencé à trembler. On nous a dit que ce n’était pas grave, qu’il ne fallait pas nous tracasser et que ses problèmes de jambes n’avaient rien à voir avec les vaccins. Selon le médecin, le fait que l’enfant était prématuré, ses nerfs devaient s’habituer à fonctionner ou quelque chose du genre. Depuis sa série de vaccins, Nickson n’a pas arrêté de faire tous les jours un peu de fièvre, et cette situation a perduré jusqu’à la visite suivante. »

 

Nickson a souri jusqu’à la deuxième série de vaccins

 

A l’âge de quatre mois (bien qu’il était prématuré de deux mois) nous nous sommes rendus chez le médecin. Bien qu’à l’arrivée, Nickson faisait un peu de fièvre, le médecin a décrété qu’il devait recevoir sept vaccins. Le médecin insista pour nous faire comprendre que sa naissance prématurée était une raison de plus de le faire vacciner selon le programme officiel.

 

Lindsey savait que tout cela n’était pas bon et elle protesta. Nickson était si petit, il pesait moins de dix livres ( 4,5 Kg). Elle repensait aux réactions que son fils avait eues lors de la série précédente de vaccins et elle était inquiète. Contre toute attente, Lindsey fut menacée d’un recours aux services de protection de la jeunesse si elle ne permettait pas que l’on fasse les vaccins. Le médecin ajoutait que du fait que l’enfant était prématuré, tous ces vaccins étaient d’autant plus nécessaires pour le protéger.

 

Sur un plan émotionnel, Lindsey n’eût pas la force de s’opposer au médecin parce qu’elle ne voulait pas non plus qu’on lui enlève son enfant. Après avoir perdu son mari Nicholas, elle ne pouvait absolument pas envisager de perdre Nickson.

 

Elle se sentait totalement impuissante en regardant avec horreur ce qui était fait à son petit garçon. Elle priait pour que tout se passe bien.

 

Donc, le 23 août 2012, au cours de la visite des quatre mois, Nickson reçut sept vaccins. Mon tout petit Nickson reçut le vaccin 5 en 1, le combo Pentacel (DTCa-Polio et Hib), le Prevnar 13 et le Rotateq contre le rotavirus. Moins de 12 heures plus tard, Nickson a arrêté de respirer et est décédé.

Sans les vaccins, notre petit Nickson célébrerait encore la vie aujourd'hui!

Lindsey hurlait de toutes ses forces, alors que son père appelait le 911. Lindsey criait : » mon petit garçon est mort à cause de ses vaccins. »

 

Lindsey se rappelle bien du moment où la police et l’ambulance sont arrivées. Elle nous a dit :

 

« Quand mon  petit a été trouvé mort, on se croyait comme sur une « scène de crime », et au début j’étais comme placée sous enquête. Je ne pouvais plus toucher Nickson, le prendre dans mes bras pour l’emmener à l’hôpital, ou quoi que ce soit. Toute ma famille se trouvait dans la même situation. C’était horrible d’être ainsi interrogés. Ils ont finalement pris Nickson et l’ont emporté.

 

Il ne m’a été possible de le revoir que plusieurs jours plus tard. Je n’ai cessé de demander à le revoir depuis qu’il me fut enlevé, peut-être pensaient-ils que je l’avais blessé. De toute manière, ils devaient faire leur devoir. En ce qui me concerne, j’étais décidée à passer tout le temps qu’il faudrait pour pouvoir lui dire « au revoir ».

 

Mon père m’a beaucoup aidée. Il a contacté le directeur des services funéraires qui nous avait bien aidés au cours des funérailles de mon mari. Mon père lui a expliqué que Nickson allait être incinéré, et il leur demanda de faire tout le nécessaire pour que je puisse être en mesure de pouvoir absolument lui faire mes « à Dieu ».

 

Comme plusieurs jours s’étaient écoulés depuis le décès de Nickson, on a donc dû embaumer mon petit garçon. La chose nous avait été recommandée pour que nous puissions le revoir, le tenir dans nos bras et lui dire notre « au revoir ». Il était pour moi insupportable de penser que si le médecin avait respecté mes appréhensions, mes inquiétudes et ne m’avait pas menacée  de recourir aux services de protection de l’enfance, Nickson serait toujours là »

 

La famille dit « A Dieu » à Nickson

 

L’église de Lindsey connaissait un groupe intitulé « Je vais me coucher pour aller dormir ».Il s’agit d’une société qui est représentée dans les 50 états américains. Des membres de cette société, photographes bénévoles peuvent se rendre dans les familles qui font appel à eux pour photographier les familles et leur petit ange. [2]

 

Lindsey explique :

 

« Après l’arrivée de la photographe, j’ai pu passer 6 heures avec Nickson. Elle a pris des centaines de photos. La photographe m’a dit qu’habituellement elle ne prenait jamais autant de photos, mais comme mon petit garçon était si beau et que ma famille était si sympathique, elle n’a cessé de prendre photos sur photos. Je ne sais pas ce que je serais devenue si je n’avais pas pu disposer de ce temps pour faire mes adieux à Nickson… »

Sans les vaccins, notre petit Nickson célébrerait encore la vie aujourd'hui!

Nickson a ensuite été incinéré et ses cendres furent placées à côté de celles de son papa.

 

Après les décès de Nickson, le médecin ne s’est même pas excusé

 

Quand on lui a demandé comment avait réagi le médecin de Nickson, Lindsay explique :

 

« Le médecin n’a jamais réagi. Les détectives ont été les seuls à pouvoir parler avec le médecin, mais ils n’ont pas voulu nous aider à obtenir le dossier médical. Finalement nous avons reçu un dossier incomplet, mais avons dû payer comme s’il s’agissait d’un dossier complet. Je n’ai pas eu la force de me rendre à son bureau, ni même de téléphoner. Je sais que des médecins font parvenir un petit mot à la famille ou donnent un coup de fil quand un de ses membres décède. Mais notre médecin n’a même pas du tout reconnu le décès de Nickson. A la suite de ce que j’ai pu apprendre, la doctoresse a été assez sèche avec les détectives et leur a sûrement dit qu’il n’existait pas de preuves médicales que les vaccins puissent provoquer pareille réaction. »

 

Lindsey a tenté l’auto médication pour pouvoir survivre

 

Après le décès de Nickson, Lindsey ne put disposer d’aucune aide alors qu’elle devait encore prendre soin de ses deux autres jeunes enfants. . Lindsey fut incroyablement stressée pendant les deux années qui ont suivi la perte de son mari et de son petit garçon. Ils sont décédés à dix mois d’intervalle.

 

Lindsey a voulu se soigner elle-même pour toute une série de troubles qu’elle vivait jour après jour : agoraphobie, état de stress post traumatique(ESPT), crises d’anxiété pour n’en citer que quelques-uns. Elle a dû être hospitalisée plusieurs fois, y compris après deux tentatives de suicide.

 

Elle était toujours furieuse contre le médecin responsable du décès de Nickson parce qu’elle n’avait même pas reconnu que sa vie avait été détruite par les vaccins ou que les vaccins avaient un rapport avec son décès. Lindsey est restée bouleversée du fait qu’on n’avait pas tenu compte de ses inquiétudes et qu’on l’ait menacée illégalement, provoquant chez elle un véritable cauchemar.

 

Des millions de parents ont commencé à prendre conscience que leur enfant ne signifie absolument rien pour certains de ces médecins, infirmières, fabricants de vaccins, bref tous ceux qui font que le système est ce qu’il est. Système dans lequel des parents peuvent être menacés de se voir enlever leur enfant s’ils ne le vaccinent pas, même quand cet enfant ne doit pas être vacciné.

 

Indépendamment de ce que pense le personnel médical de la vaccination, il est clair que ces gens ne devraient jamais contraindre ou forcer qui que ce soit à se faire vacciner, ni non plus vacciner un enfant sans le consentement éclairé et écrit des parents. […]

 

Ce ne sont pas les vaccins qui peuvent garder les gens en bonne santé. Si la chose était vraie, on ne pousserait pas les mamans à faire vacciner leurs enfants surtout quand ils sont prématurés. Je veux que mon histoire se répande parce que ce sont les vaccins qui ont volé la vie de mon fils et je ne veux pas que cela se reproduise pour d’autres familles. […]

 

Il est rare que les vaccins soient mentionnés dans les rapports d’autopsie. Dans le cas de Nickson, ils ne l’ont pas été bien que Nickson avait toujours un pansement aux endroits où les vaccins furent injectés. Le bon  sens exige que l’on puisse envisager que les vaccins puissent avoir leur part de responsabilité. Beaucoup de parents reconnaissent que ce n’est pas du tout le cas, et cela les rend furieux.

 

Personne ne sait comment sa propre vie peut changer  et quel mode de survie il trouvera dans pareilles circonstances extrêmes. Certains savent qu’ils ne peuvent plus continuer à vivre, d’autres se suicident, d’autres encore sont accusés à tort et emprisonnés pour la mort de leur propre enfant, alors que les responsables se débinent et continuent d’injecter des vaccins. Des couples se séparent, d’autres tombent dans les affres de la dépression ou ne savent plus travailler. […]

 

Lindsey a pris contact avec d’autres personnes qui ont vécu la même tragédie

 

La vie de Lindsey commença à changer quand elle fut mise en contact avec des personnes  qui avaient subi le même sort tragique. De grands groupes de parents qui partagent leur histoire personnelle ont en quelque sorte permis de donner voix à Lindsey et à Nickson. L’un de ces merveilleux groupes est : VACCINE INJURY STORIES and V.P.I. STORIES. [3]

 

Ces groupes sont destinés à soutenir des personnes dont la santé a été endommagée par les vaccins. Lindsey a été reconnaissante à ces personnes qui ont pu reconnaitre son drame et qui ont pu comprendre et soutenir ses propres pensées instinctives que ce sont les vaccins qui ont pris la vie de son fils. En reconnaissant ce qui s’est en fait passé, ces personnes ont aussi pu permettre de garder vivante la mémoire de Nickson.

 

Il faut que les parents partagent leur histoire ; il n’y a pas d’autre issue. Des parents comme Lindsey reçoivent un maximum de soutien quand ils réalisent qu’ils sont véritablement entendus et qu’ils ne sont plus seuls. A aucun prix, ces parents ne doivent se murer dans le silence par rapport à ce qui est arrivé à leur enfant. […]

 

Conclusion                                                                                                   

 

Les parents devraient pouvoir choisir ce qui entre dans le corps de leur enfant, tout spécialement quand il s’agit de prématurés ou d’enfants qui ont des problèmes de santé. Quand un produit, tel un vaccin est injecté dans le corps d’un enfant et que l’on sait qu’il peut comporter de graves risques, y compris la mort, il devrait y avoir un protocole standard en place pour venir en aide à ces familles. Personne ne peut prédire si une personne va mal réagir à un vaccin.

 

Lindsey, ainsi que d’autres parents qui ont traversé pareilles épreuves comme le perte d’un enfant vraisemblablement causée par les vaccins, alors qu’aucune autre cause pouvant expliquer le décès n’existait ; de telles personnes ne devraient pas en être réduites  à mendier de l’aide financière pour pouvoir obtenir justice par rapport au mal qui a été fait à leur enfant. Il est aussi problématique que des familles doivent attendre des mois, des années ou plus encore pour recevoir des dédommagements.

 

De nouveaux protocoles devraient être mis en place pour aider ces familles qui ont fait ce que les autorités leur ont demandé de faire « pour le plus grand bien ». Il n’est vraiment pas temps de restreindre les exemptions aux vaccins.

 

Il devrait pour le moins y avoir une exemption pour les familles qui ont déjà perdu un enfant ou qui ont un enfant dont la santé a été endommagée par les vaccins. Il n’est pas possible de rendre des vaccins obligatoires si on ne possède pas la totale garantie qu’ils ne pourront faire aucun mal. A l’heure actuelle, aucun vaccin ne correspond à ce critère.

 

Notre petit Ange Nickson

22 avril 2012 – 24 août 2012

Sans les vaccins, notre petit Nickson célébrerait encore la vie aujourd'hui!

http://vactruth.com/2015/04/08/nickson-pelton-vaccines/

 

« Si l’on pouvait mettre à jour tous les cas de décès par vaccination dans le monde entier, ces chiffres feraient frémir Hérode lui-même. » George Bernard SHAW

Les experts en vaccinologie

(Extrait de Morpheus mai-juin2015)

« Nos institutions sanitaires s’appuient sur les avis d’experts en vaccinologie dont la tête pensante semble être Claire Anne SIEGRIST (CAS) pédiatre des Hôpitaux Universitaires de Genève. La biographie de cette dernière mérite un petit détour, ne serait-ce que par ses liens d’intérêts et son parcours professionnel… A la première réunion du Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale de l’OM%S en 1990, CAS avait attiré l’attention générale-et notamment celle des fabricants de vaccins- en s’opposant farouchement aux critiques de l’aluminium vaccinal, pourtant reconnu cancérigène et neurotoxique.

Quelques mois plus tard, CAS devint la première titulaire d’une chaire de vaccinologie en Europe à la Faculté de Médecine de Genève. Chaire co-financée par la Fondation Mérieux, elle-même financée par GSK, Merck, Sanofi Aventi, Wyeth-Léderlé et Vaccines Manufacturers (EVM).

En avril 200, grâce au soutien de la Fondation Mérieux, CAS crée un site de conseil Info-Vac en Suisse, ligne directe de consultation et d’information sur les vaccinations, développé par la Chaire de vaccinologie de Genève. Fort de son succès, InfoVac ouvre un portail en France en 2003 avec les mêmes subsides et avec le soutien de grands professeurs de médecine français.

A l’Agence européenne du médicament, les conflits d’intérêts de cette experte portent le niveau 3d risque, c’est-à-dire le plus élevé, en raison de ses travaux pour GSK et Sanofi sur les vaccins. Sa déclaration d’intérêts n’a pas été mise à jour sur les sites depuis 2011. »

Note de Tal :J’ai eu plusieurs fois l’occasion de lire sous la plume de CAS dans des journaux suisses que « l’autisme n’avait rien à voir avec les vaccinations » et autres avis incroyablement partisans et ignorants de toutes les études qui disent le contraire. CAS ne veut pas entendre parler de tout ce qui pourrait faire baisser la croyance en la vaccinologie toute puissante pour éradiquer les maladies.

Pourtant il est évident que tous les êtres humains sont différents, alors comment peut-on croire qu’une mesure qui impose le même traitement ou le même vaccin à tous peut avoir un  sens ? Le propre d’un médecin est de tenir compte du fait que chaque patient est différent des autres et qu’il vit sa vie autrement que son voisin. Le système immunitaire de chaque personne fonctionne d’une manière différente que celui d’une autre personne. Vacciner, c’est comme imposer à toutes les françaises de chausser du 38 sous prétexte que c’est la pointure moyenne des françaises !  Un médecin qui donnerait le même médicament à tous ses patients serait traîné devant les tribunaux pour grave faute de déontologie ! Mais les vaccinologues font de la médecine au pistolet vaccinal : tous pareils, tous vaccinés ! Quelle folie ! Comment peut-on accepter une telle aberration ?

Il ya quelques mois j’ai envoyé à CAS le  magnifique livre du Professeur Peter DUESBERG L’invention du virus du sida qui relate tout l’histoire du sida avec des arguments scientifiques irréfutables qui démontent le mythe entretenu par l’industrie pharmaceutique et les medias qu’elle paie pour diffuser ses idées. Elle m’a gentiment répondu « Je connais les idées de professeur DUESBERG ». Mais je suis sûr que ce qu’elle croit au sujet de DUESBERG l’empêchera de lire le livre ! Car si elle le lisait, ses certitudes s’effondreraient et ses croyances vaccinales prendraient du plomb dans l’aile. Mais elle est protégée par le parapluie du « Je suis l’experte et je sais tout sur le sujet. Ceux qui ne sont pas d’accord avec moi et osent contester les bienfaits des vaccinations ne sont que des hérétiques qui méritent non pas le bûcher (les temps ont changé) mais l’indifférence générale ! » Et les medias, avec une grande complaisance, lui donnent raison. Un exemple ? Un journaliste de la Tribune de Genève avait donné la parole à une mère qui osait affirmer que sa fille était malade suite à un vaccin contre la rougeole. Le docteur Françoise Berthoud, auteur de nombreux livres qui remettent les vaccins en cause, de nombreux parents et moi-même avions fait des courriers des lecteurs qui posaient des questions… Mais la Tribune de Genève n’en a publié aucun… Seulement une prise de position de CAS qui ridiculisait ceux qui osaient remettre en question les dogmes vaccinaux ! Oh, la liberté de la Presse, quel mythe ! Le journaux sont vendus, soumis à la dictature des multinationales. Mais le public s’en rend e plus en plus compte et déserte la presse officielle pour aller s’informer sur internet. Le succès grandissant de ma vidéo sur youtube concernant les vaccins me le prouve. Le tsunami du réveil des consciences est lancé et rien ne pourra l’arrêter. Et les multinationales des vaccins vont peu à peu s’effondrer, comme celles du nucléaire et du fast-food. Même l’OMS a finalement du reconnaître que le Round up de Monsanto est cancérigène. C’est la fin de l’ère chimique et vaccinale… Vive la nouvelle ère du respect des lois naturelles de la vie et de la santé pour tous par l’éducation plutôt que par des mesures imposées à tous !

Devant le parlement d’état de Californie, à Sacramento :

Impressionnante manifestation pour le droit des parents et la LIBERTE VACCINALE

Impressionnante manifestation pour la liberté vaccinale en Californie

Parmi tous les intervenants au micro, retenons le discours de Laura Hayes.

 

Laura Hayes est la maman de 3 enfants dont la santé a été endommagée par les vaccins. L’un d’eux est gravement handicapé à vie. Laura déploie toutes ses forces pour dénoncer l’inefficacité, les dangers des vaccinations, ainsi que toute la corruption qui soutient ce système. Elle dénonce notamment le projet de loi SB277 qui risque de priver les parents de leurs droits et de rendre les vaccinations obligatoires.

Impressionnante manifestation pour la liberté vaccinale en Californie

« C’est aujourd’hui un jour sombre dans l’histoire de la Californie. Des parents sont venus de tous les coins du pays pour s’opposer à la tyrannie médicale. Nos droits fondamentaux sont menacés par les mêmes personnes que nous avons élues pour protéger ces droits ! Si nous perdons le droit de pouvoir décider de ce qui peut ou non rentrer dans notre corps, quel droit nous reste-t-il ?

 

Si le projet de loi SB277 est adopté, la police pourra, contre notre volonté, prendre nos enfants pour les faire vacciner de force par des médecins qui ont fait le serment d’Hippocrate et qui ont juré de « d’abord ne pas nuire ». Ces médecins sont légalement et éthiquement obligés d’obtenir des parents un consentement libre, volontaire et éclairé pour tout acte médical, y compris les vaccinations.

 

Comment diable a-t-on pu en arriver là ? Je vais vous le dire : tout a commencé par des mensonges. On nous a fait croire que les vaccins étaient efficaces et sans danger pour tout le monde.

 

Le MENSONGE que les vaccins sont les seuls responsables de l’éradication de certaines maladies.

 

LE MENSONGE que les vaccins ont été parfaitement testés séparément ou en combinaison avec d’autres vaccins.

 

LE MENSONGE que les compagnies pharmaceutiques n’exercent aucune influence corruptrice sur les agents du gouvernement.

 

LE MENSONGE que la recherche sur les vaccins ne comporte aucune fraude.

 

LE MENSONGE que la fausse recherche reflète la vérité.

 

LE MENSONGE que les ingrédients des vaccins sont sans danger.

 

LE MENSONGE qui nie le camouflage des liens qui existent entre les vaccins et les innombrables dommages qui handicapent le développement et nuisent à la santé de nos enfants.

 

LE MENSONGE qui veut nous faire croire que les médecins respectent le consentement libre et éclairé avant de procéder aux vaccinations.

 

LE MENSONGE que l’on suit scrupuleusement la santé des enfants avant et après la vaccination.

 

LE MENSONGE que l’on enregistre et tient compte de tous les effets secondaires et handicaps qui font suite à la vaccination.

 

LE MENSONGE qui veut faire croire que l’on s’occupe parfaitement de ceux qui ont été victimes des vaccinations.

 

LE MENSONGE qui veut nous faire croire que la sécurité est une priorité absolue, alors qu’aucun médecin et aucune compagnie pharmaceutique ne peuvent être tenus responsables pour quelque dommage vaccinal que ce soit ou pour des décès après vaccinations.

 

LE MENSONGE qui veut nous faire croire que les médecins rapportent tous les échecs et les accidents post-vaccinaux.

 

LE MENSONGE qui veut nous faire croire que les compagnies pharmaceutiques nous disent la vérité.

 

LE MENSONGE qui veut nous faire croire que les compagnies pharmaceutiques agissent selon les principes de l’éthique quand il s’agit de vaccins en dépit des procès qui leur ont été faits et ont représenté des amendes de millions et de milliards de dollars.

 

LE MENSONGE qui veut nous faire croire que les dommages vaccinaux sont rares.

 

LE MENSONGE qui veut nous faire croire que les vaccins ne peuvent ni endommager la santé, ni tuer.

 

LE MENSONGE que les vaccins ne provoquent jamais l’autisme, des convulsions, des problèmes d’apprentissage, de l’asthme, des allergies qui peuvent parfois s’avérer mortelles, la mort subite du nourrisson, le cancer, le diabète, l’arthrite rhumatoïde juvénile, des paralysies et autres problèmes.

 

Tout cela nous ferait penser que les vaccins seraient la toute première cause de « coïncidences » au monde !

suite de son allocution sur le site d’Initiative citoyenne.

VACCIN ET GASTRO ENTERITE

Néosanté mai 2015

Vaccin & gastro-entérite Le début de la fin pour les vaccins anti-rotavirus ? En tout cas, il semble que la France commence à faire marche arrière. Les données françaises de pharmacovigilance font état de 508  effets secondaires entre 2006  et 2014, dont 47  cas d’invaginations intestinales aiguës et 2 décès consécutifs à cette grave complication. Dans un courrier envoyé fin mars à 160 000 professionnels de santé, l’agence française du médicament leur demande de sensibiliser les familles aux signes d’alerte. Évidemment, le clergé de l’église vaccinaliste est rapidement monté en chaire de propagande pour clamer que le vaccin Rotarix (GSK) ou Rotateq (Sanofi Pasteur MSD) permettaient de sauver plus de vies qu’ils n’en détruisaient. Dans la version confidentielle d’un rapport que le Canard Enchaîné s’est procuré, il est pourtant indiqué que « la gastro-entérite a une faible morbidité et une mortalité quasi nulle en France ». En Belgique, l’association Initiative Citoyenne a calculé que la vaccination contre le rotavirus coûte annuellement de 16 à 21 millions d’euros au contribuable pour éviter un seul décès de nourrisson par diarrhée et déshydratation. Et qu’une boîte de sels oraux de réhydratation (efficaces à 90 %) coûte 20 à 30 fois moins cher que les schémas vaccinaux, dont l’efficacité se situe quant à elle entre 50 et 64 %. Comme toujours quand il s’agit de vaccins, la duperie sanitaire se double d’une gigantesque escroquerie.

Des parents exemplaires Yves RASIR dans néosanté mai 2015
portrait de Yves RasirUn sénateur américain qui propose de retirer aux parents la garde de leur enfant s’ils ne le vaccinent pas. Un ministre australien qui  est d’avis de  leur supprimer les allocations familiales.  Voilà deux signes récents  qui trahissent bien l’extrême nervosité de l’establishment médico-pharmaceutique et de ses relais politiques.  Plus la population manifeste sa méfiance envers les vaccinations, plus les lobbies de l’industrie vaccinale s’agitent en coulisses pour  en imposer  les dogmes.  Avec certains virologues, l’église pasteurienne dispose également d’inquisiteurs bénévoles qui ne ratent jamais une occasion de fustiger les parents apostats. En Belgique, nous avons notamment Nathan Clumeck,  spécialiste du sida et grand pourfendeur des idées dissidentes, qui a encore  récemment abondé dans le sens du politicien australien : pour lui,  « le bénéfice des vaccins ne se discute même pas » et il est  juste de pénaliser ceux qui en doutent.  On se rapproche  doucement d’une forme  de dictature  médicale interdisant la moindre contestation de l’immunisation forcée.Heureusement,  de plus en plus d’enfants peuvent compter sur leurs géniteurs pour les protéger du viol à la seringue.

« Voilà ce que le vaccin contre le HPV a fait à ma fille… »

« Voilà ce que le vaccin contre le HPV a fait à ma fille… »

Il m’a été très difficile de poster cette vidéo sur YouTube. Ma fille était en parfaite santé avant son vaccin. Maintenant voilà sa vie.Nous vivons en Nouvelle Zélande. J’ai toujours pensé que notre système de santé était OK. –Nous avons été abandonnées à nous-mêmes.

sur YOUTUBE :briar and HPV vaccine

HPV vaccine has done this to my child.

 

Je montre cette vidéo parce que je veux que les gens sachent les dégâts que ce vaccin peut produire et effectivement produit. Je vous en supplie, faites vos recherches avant de décider de vacciner. Moi, je n’ai malheureusement pas fait ces recherches.

Excusez-moi si l’audio n’est pas au point. Ce que je voulais dire, c’est ceci :

 

« Je viens de sortir Briar de la salle de bains parce que ses jambes ne la portaient plus. Malgré les calmants, la douleur était telle qu’on peut la comparer à un grand couteau qu’on lui enfoncerait dans les jambes. Il y a tout juste un an, elle pouvait tout faire : prendre un bain, faire du sport, avoir une vie tout à fait normale. C’est alors que Briar a reçu son vaccin. Depuis, elle ne sait plus rien faire. C’est maintenant devenu sa vie et personne ne s’en rend compte. Je ne voulais pas lui faire plus de peine encore en montrant cette vidéo, mais je voulais que l’on puisse voir à quoi ressemble sa vie d’aujourd’hui. »

 

Merci à tous ceux qui nous ont aidées, merci pour les conseils que ces personnes nous ont donnés. Nous avons décidé de commencer à faire des injections intraveineuses de vitamine C et nous vous tiendrons au courant.

 

S’il vous plaît, sentez-vous libre de laisser des commentaires en vous rappelant que je ne suis qu’une femme qui a pris la décision de vacciner sa fille parce que les médecins m’avaient dit que c’était la meilleure chose que je pouvais faire pour elle. Au début, je n’ai même pas pu penser que c’était le vaccin  qui lui avait causé toutes ces souffrances. Je n’ai commencé à comprendre que quand j’ai pu prendre un certain recul en me posant toutes sortes de questions sur le déclin de sa santé.

 

Bien sûr que je me sens coupable. Qui ne le serait pas ? Mais cette culpabilité ne doit pas reposer sur mes seules épaules. Nous prenons toujours les meilleures décisions que nous pouvons avec le niveau d’information qui est le nôtre.

 

Grand merci à tous ceux qui nous ont aidées et soutenues. Il y a malgré tout eu tout ce positif dans cette horrible situation. Grâce à X j’ai créé une page Facebook pour permettre à tous ceux qui le souhaiteront de pouvoir suivre l’histoire de Briar : https://www.facebook.com/BriarandHPVinjury

Source: Vaccine Impact

« Voilà ce que le vaccin contre le HPV a fait à ma fille… »
Et pendant que, dans le monde entier, des jeunes femmes continuent d’être détruites tout à fait inutilement suite à ces vaccins, voici que l’Agence européenne des Médicaments, saisie d’une demande du Danemark (où le Gardasil a aussi fait des ravages) émet un communiqué doucereux et convenu d’avance avançant qu’il n’y aurait “pas de lien de causalité” entre le vaccin HPV et les syndromes douloureux régionaux complexes ainsi que la tachycardie orthostatique posturale. L’Agence européenne des Médicaments est financée à plus de 80% par des redevances de l’industrie pharmaceutique. Les gens qui y travaillent sont donc plus que conscients de l’impact négatif décisif et irréversible que des communiqués sur les risques de ces vaccins déjà reçus par des millions de jeunes femmes pourraient avoir vis-à-vis de toute autre vaccination en général. Il ne faut dès lors guère s’étonner de ces discours stéréotypés davantage là pour endormir et rassurer à bon compte plutôt qu’à protéger réellement la santé publique.Les pseudo arguments disant qu’il n’y a pas de “lien causal” ne doivent duper personne. En effet, cela n’est pas parce que des personnes non vaccinées avec le Gardasil peuvent aussi développer ce syndrome que, pour autant, le Gardasil ne peut pas être lui aussi une des causes possibles d’un tel syndrome! En outre, il faut bien se rendre compte que les vaccins, en tant qu’une des grandes causes de maladies, restent constamment ignorés et déniés pour la raison que dans ces prétendues évaluations, on compare les personnes ayant reçu pour la plupart tout le calendrier vaccinal PLUS un vaccin donné (le Gardasil) à des personnes ayant déjà reçu dans leur vie toute une autre série de vaccins au préalable (sauf le Gardasil), ce qui induit un biais majeur dans l’interprétation des données et occulte avec brio l’effet cumulatif toxique des vaccins (ou “effet goutte d’eau”, c’est-à-dire qu’on a l’impression de “supporter” jusqu’à un nombre limite de vaccins reçus, puis au Xème vaccin, tout s’écroule et la santé se dégrade comme jamais). La véritable question à laquelle ces pseudo experts devraient donc être tenus de répondre, c’est “dans quels cas, sur quelle base, à quelles conditions considéreriez-vous qu’un lien causal puisse être évoqué?” C’est le même problème avec la mort subite du nourrisson par exemple, il est de notoriété publique que les vaccins sont une des causes possibles, cela figure aussi sur les notices de vaccins elles-mêmes (aux USA du moins, preuve d’un tabou renforcé en Europe et dans les pays pauvres); il y a des études scientifiques qui plaident aussi en faveur d’une relation causale mais si votre enfant meurt de mort subite peu après ses vaccins, il y a toutes les chances pour que le rapport d’autopsie ne conclut jamais bien sûr à la responsabilité des vaccins. La raison en est que, comme les vaccins sont insuffisamment étudiés, le corps médical n’a aucune idée précise des dégâts exacts au niveau des cellules, des tissus et de la biochimie du corps que les vaccins peuvent induire (avec des prosessus morbides qui en résultent et qui peuvent ultimement conduire au décès) et ne sachant pas cela, comment voulez-vous que les “experts” disposent de critères suffisamment précis à déceler pour pouvoir détecter quelque chose de concluant à l’autopsie? Tout est donc fait, par manque de volonté politique et scientifique pour rester dans ce flou confortable pour les uns (les firmes, les médecins qui piquent et qui craignent pour leur responsabilité juridique), insoutenable pour les autres (les victimes et leurs familles) et qui s’auto-entretient car à chaque fois, on dit “pas de lien”, “pas de preuves” et toutes les preuves finissent par être réétiquetées comme “coïncidences”.
23 juillet 2015

Les parents des victimes du vaccin contre le HPV protestent dans les rues de Colombie

 

Par Norma Erickson 18 juillet 2015

Manifestations dans les rues de Colombie contre le Gardasil

Protestations contre le vaccin Gardasil dans les rues de la Colombie

 

Une fois de plus, les informations concernant les dommages causés par le vaccin Gardasil sont systématiquement censurées par les médias américains. Grâce à Norma Erickson de SaneVax.org, nous pouvons vous apporter ces informations sur la Colombie où tout récemment des parents de victimes des vaccins contre le HPV se sont rassemblés pour protester dans les rues.

 

Le 16 février 2015, la Colombie a promulgué une nouvelle loi (1751, 2015) qui stipule que la santé humaine est un droit fondamental autonome. En tant que droit fondamental, cela implique que les services de promotion de la santé, la prévention des maladies, le diagnostic, le traitement, la récupération, la réhabilitation et les soins palliatifs devraient être assurés sous la responsabilité de l’Etat pour toute personne sans distinction d’aucune sorte. Ce que cela va signifier vraiment pour les survivants colombiens des vaccinations contre le HPV reste à voir.

 

Théoriquement, cette nouvelle loi permettrait de garantir que les victimes d’effets indésirables graves après vaccination contre le HPV pourraient avoir accès à des tests diagnostic et aux traitements nécessaires pour pouvoir recouvrer leur ancien état de santé, indépendamment de leur statut d’assurance-maladie, de leur statut social ou de l’endroit où ces personnes résident. Tout ceci est particulièrement d’actualité depuis que le gouvernement a rendu les vaccins contre le HPV obligatoires qui ont apparemment endommagé la santé de tant de jeunes femmes colombiennes.

 

Le 26 février 2015, Fernando de la Hoz a démissionné de son poste de directeur général de l’INS (Institut national de la Santé). Malgré le fait que de la Hoz ait occupé ce poste pendant un peu plus d’un an, il affirme que sa démission n’a rien à voir avec la récente controverse sur la multitude de nouveaux cas médicaux graves qui sont survenus après le récent programme de vaccination contre le HPV en Colombie.

Fernando de la Hoz

 

Fernando de la Hoz a dit que sa démission n’a pas été liée à la réaction des parents colombiens qui croient que leurs filles sont les survivantes de graves réactions indésirables ayant fait suite aux vaccins contre le HPV. Cette situation  serait le résultat d’un rapport compilé par l’Institut national de la Santé (INS) qui a déclaré que les symptômes produits par ces jeunes-filles étaient le résultat d’un syndrome psychogène de masse.

 

Les parents manifestent pour leurs filles

Manifestations dans les rues de Colombie contre le Gardasil

 

Le 6 mars 2015, des centaines de parents de jeunes-filles ayant connu des problèmes de santé après la seconde dose du Gardasil, ont défilé dans Carmen de Bolivar pour attirer l’attention sur les graves problèmes de santé auxquels leurs filles étaient confrontées.

 

Le 8 mars 2015, en conjonction avec des défilés célébrant la journée internationale de la femme, ainsi qu’avec la marche pour la vie, les parents de Carmen de Bolivar ont été rejoints par d’autres marcheurs qui avaient manifesté à Bogota, Cali, Medelin et Sincelejo.

 

Selon Jaun Carlos Jimenez du Comité des parents de filles de Carmen de Bolivar, toutes les marches ont été axées sur les demandes suivantes au gouvernement :

 

-Mener des études pour déterminer la cause exacte des problèmes de santé qui ont touché un si grand nombre de personnes après l’administration des vaccins contre le HPV.

 

-Fournir un traitement adéquat pour les 800 filles connues à ce jour pour être affectées par des problèmes de santé.

 

-Suspendre l’utilisation des vaccins contre le HPV en Colombie jusqu’à ce que les problèmes de sécurité soient résolus.

 

Les parents des filles touchées disent que les autorités sanitaires gouvernementales ont éliminé toute possibilité d’établir de véritables diagnostics, comme de mettre au point des traitements pour leurs enfants parce qu’elles ont adopté la théorie mise en avant par l’Institut national de Santé colombien (INS), étude qui indique que le vaccin n’a aucun rapport avec ces maladies qui seraient en fait dues à un syndrome psychogène de masse.

 

Tout ceci fait en sorte que des centaines de parents colombiens désespèrent par rapport aux réponses qu’ils pourraient recevoir, ainsi que par rapport aux protocoles de traitements qui seraient nécessaires pour leurs filles. Ces parents pensent que leurs filles sont tout simplement des survivantes de réactions indésirables aux vaccins contre le HPV.

 

Des professionnels de santé indépendants marquent leur accord avec les parents

 

Dr Yehuda Shoenfeld

Le Dr Yehuda Shoenfeld, sans doute le plus grand expert mondial des troubles auto-immuns, a choqué le public du IIIème Symposium Colombien sur l’Auto-immunité en déclarant qu’il ne recommanderait pas ces vaccins contre le HPV pour sa propre fille.

 

Lorsqu’on l’interrogea sur la théorie de la psychogénèse de masse sensée expliquer les nouveaux problèmes médicaux qui se produisent chez de nombreuses filles colombiennes peu de temps après la vaccination  contre le HPV, il a répondu :

 

Bien qu’il soit connu qu’il y a parfois des réactions de panique, surtout chez les femmes, il est très peu probable que les symptômes présentés après avoir reçu le vaccin soient dus à des raisons psychologiques, tout spécialement si l’on prend en compte ce qui se passe dans les différentes parties du monde avec les mêmes signes et symptômes.

 

Lorsque nous avons administré le vaccin à des souris, elles ont présenté les mêmes symptômes que les filles touchées. Je ne crois pas que les souris puissent s’ensorceler l’une l’autre. Comme pour tout médicament prescrit à un patient, il nous faut  examiner si certains vaccins sont bien nécessairesSi les effets négatifs l’emportent sur les avantages, le vaccin ne devrait pas être prescrit.

 

 

Pour le Dr Shoenfeld, les vaccins contre le HPV entrent dans cette catégorie. Selon le Dr Shoenfeld, la chose a bien été démontrée en Colombie où des centaines de jeunes filles ont souffert de maladies auto-immunes directement causées par le vaccin.

 

Le Dr Shoenfeld a précisé :

 

S’il y a un cas ou une avalanche de cas, les problèmes doivent être étudiés de la meilleure manière possible. Dire qu’il s’agit d’un problème psychologique ou viral ne suffit pas. Il convient que des scientifiques de différentes disciplines étudient le problème.

 

Nous pensons que l’aluminium est une substance toxique pour le cerveau. Il s’accumule et continue de s’y accumuler pendant des semaines et des mois. Il est un peu comme un cheval de Troie pour le cerveau. L’aluminium est une neurotoxine. La recherche expérimentale montre clairement que les adjuvants aluminiques sont susceptibles d’induire de graves troubles immunologiques chez les humains. Les adjuvants aluminiques en particulier comportent le risque d’entraîner des problèmes d’auto-immunité, l’inflammation du cerveau, ainsi que des complications neurologiques à long terme. Ces adjuvants aluminiques peuvent dès lors avoir des conséquences profondes et généralisées sur la santé.

 

Selon le Dr Juan Manuel Anaya, directeur du Centre pour maladies auto-immunes, de l’Université de Rosario, le développement des maladies auto-immunes est une question d’une importance primordiale quand il s’agit des vaccins.

 

Le problème est que le rapport bénéfices-risques de développer des maladies auto-immunes après la vaccination contre le HPV n’a pas encore été résolu.

 

Il s’agit de se rappeler les paroles du Dr. Yehuda Shoenfeld : « Si les effets négatifs l’emportent sur les avantages, le vaccin ne devrait pas être prescrit ».

 

Le propre document de Merck concernant les renseignements posologiques spécifie que pour 100 000 personnes qui utilisent le Gardasil, 2500 événements indésirables graves seraient à prévoir.

 

Selon la FDA, un événement indésirable grave doit correspondre à l’un des critères suivants : la mort, un élément qui met la vie en danger, une hospitalisation, une invalidité ou des dommages permanents, une anomalie congénitale/ une malformation de naissance, ou la nécessité d’une intervention pour prévenir une déficience permanente.

 

 

Sauvons nos enfants ! Des parents et des survivants du vaccin contre le HPV marchent dans les rues de la Colombie pour montrer qu’ils se sentent abandonnés dans le silence général.

 

Aucun pays au monde ne présente un taux de cancers du col de l’utérus dans la proportion de 2.500/100.000

 

Il est un fait que le Malawi présente actuellement le taux le plus élevé de diagnostics du cancer du col de l’utérus dans le monde. Il est de 75,9/100 000. – Aucune personne saine d’esprit n’échangerait ce chiffre pour 2500 événements indésirables graves par tranche de 100 000 personnes vaccinées.

 

Lorsqu’il s’agit des vaccins contre le HPV, il est clair que les bénéfices ne l’emportent pas sur les risques.

 

Le temps est venu de mettre fin à tous ces programmes de vaccination contre le HPV jusqu’à ce que les questions de sécurité et d’efficacité soient résolues et scientifiquement démontrées.

 

Il faut arrêter de sacrifier nos enfants sur l’autel du Plus Grand Bien !

 

L’argent et le  profit ne doivent JAMAIS l’emporter sur la santé des enfants !

 

Lire l’entièreté de l’article (en anglais) sur SaneVax.org

Une ancienne visiteuse médicale de MERCK explique que l’obligation vaccinale est pour le profit, pas pour la santé publique

Une ancienne employée de Merck l'avoue: "l'obligation vaccinale, c'est pour le profit et pas pour la santé publique"

Brandy Vaugham est une ancienne représentante de ventes pour le fabricant de vaccins Merck & Co. Elle explique en détails comment les fabricants de vaccins se servent précisément des vaccins pour réaliser d’énormes profits et non pour la Santé publique. Brandy a effectué des recherches sur la sécurité des vaccins. Elle a trouvé que, non seulement les vaccins contenaient des produits toxiques connus qui pouvaient provoquer des dégâts neurologiques, mais aussi que les fabricants de vaccins ne réalisaient pas les mêmes études de sécurité pour les vaccins comme ils le font pour les autres médicaments. Ce manque de recherches sur la sécurité des vaccins ajouté aux effets secondaires de la vaccination a contribué à faire prendre à Brandy la décision de ne jamais faire vacciner son enfant. Brandy déclare qu’administrer des vaccins à nos enfants, c’est comme jouer à la roulette russe avec eux. Elle ajoute que la vaccination obligatoire est simplement un moyen pour les fabricants de vaccins de faire de plus amples bénéfices encore sur le dos de nos enfants. S’il vous plaît, ne soyez pas dupes : nous n’avons aucun besoin de vaccination obligatoire.

 

Larry Cook, www.StopMandatoryVaccination.com

 

Mon premier engagement dans l’industrie pharmaceutique comme représentante pour la firme Merck date de l’époque où le Vioxx était sur le marché. J’étais, en fait, représentante pour le Vioxx de Merck. Quand il est apparu que Merck avait falsifié ses données de sécurité, et que le Vioxx provoquait deux fois plus de crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux chez les personnes qui prenaient le médicament, j’ai commencé à réaliser qu’il y avait beaucoup de corruption dans les coulisses et que ce n’était pas parce qu’un médicament était sur le marché qu’il pouvait être considéré comme sûr.

 

Après avoir travaillé pour Merck, je fus assez désabusée par l’ensemble du scandale. J’ai vécu à New-York pendant huit ans, et c’est là que j’ai eu mon fils. A six mois, je l’ai ramené avec moi à San Francisco sans qu’il soit vacciné. Quand je me suis rendue à la visite médicale, ils ont essayé de nous fourguer les vaccins. A cette époque, je n’avais pas encore fait énormément de recherches, mais j’en savais déjà assez pour ne pas faire aveuglément confiance aux médicaments. Au cours de la visite médicale, j’ai demandé à voir la notice du vaccin. Le médecin a éclaté en colère, prétendant que je ne lui faisais pas confiance. Il sortit en claquant la porte et une infirmière me fit savoir que je ne serais désormais plus jamais la bienvenue dans cette clinique. Sachant tout ce que j’avais déjà appris en tant que représentante, ce fut pour moi un fameux et énorme signal. Je poursuivis donc mes recherches sur les vaccins, les ingrédients et les données inexactes de sécurité.

 

Je découvris beaucoup de choses. L’une d’elles était que l’aluminium était le principal adjuvant des vaccins pour enfants. J’avais déjà fait certaines recherches sur l’aluminium et avais donc déjà une certaine expérience. Ma grand-mère avait eu un cancer du sein. La biopsie avait montré des taux élevés d’aluminium dans ses tissus.  Le médecin nous expliqua que ma grand-mère devait abandonner les déodorants traditionnels parce que l’aluminium qui s’y trouvait était susceptible de provoquer le cancer. C’était un produit cancérogène. Ce fut encore un fameux signal d’avertissement pour moi quand je réalisai que ces produits se trouvaient dans les vaccins pour les enfants. Je parvenais à peine à y croire !

 

J’ai continué à faire de plus en plus de recherches et je finis par réaliser qu’aux Etats-Unis on administrait deux fois plus de vaccins que dans la plupart des autres pays développés, et que la véritable crise de santé était le fait que nos enfants étaient plus malades que dans n’importe quel autre pays développé, en dépit du fait que plus d’argent était, par habitant, dépensé pour les soins de santé. Aux Etats-Unis, nous avons les taux les plus élevés de mort subite du nourrisson, d’asthme, d’allergies alimentaires, de TDAH, de leucémie infantile, et du type 1 de diabète. Pour moi, c’était cela la véritable crise de santé.

 

Au plus j’approfondissais le sujet, au plus je réalisais que les vaccins ne concernaient guère la santé publique. Il s’agit surtout des profits de l’industrie pharmaceutique. Ce qui est intéressant avec les vaccins, c’est que les mêmes études rigoureuses de sécurité qui sont réalisées pour la plupart des médicaments ne se font généralement pas pour les vaccins parce que tout simplement les vaccins sont considérés être une mesure de santé publique contrairement aux différents médicaments. Les études des vaccins durent en général peu de temps. Ce se sont pas des études en double aveugle avec véritable placebo comme c’est pourtant la norme d’or pour les médicaments. Pour les vaccins,  on n’exige pas les mêmes études rigoureuses que pour les médicaments. Il est aussi très facile de manipuler les données et de les présenter comme étant sans danger. Si on analyse les études en étant particulièrement attentifs à la toxicité des adjuvants et des additifs, on s’aperçoit que les études dites de sécurité ne prouvent pas du tout la sécurité des vaccins. En fait,  il existe pas mal d’études qui montrent que quantités d’additifs des vaccins sont très toxiques, tout spécialement pour les enfants dont le système immunitaire est encore particulièrement immature.

 

Au plus j’approfondissais les études de sécurité et me rendais compte à quel point elles étaient défectueuses, au plus j’étais en quelque sorte mise en garde. Mon fils a maintenant 4 ans ½, et n’est toujours pas vacciné. Je me suis sentie d’autant plus motivée dans cette lutte que j’ai appris que des projets de loi rendant les vaccinations obligatoires commençaient à émerger un peu partout dans le pays, dans plus de 138 états. Il est clair pour moi maintenant qu’il s’agit d’une question de profit avant d’être une question de santé publique. Je sais que de nombreuses compagnies pharmaceutiques ont perdu leurs médicaments vedettes. Au cours de ces dernières années, elles ont perdu leurs brevets. C’est la raison pour laquelle ces compagnies cherchent à augmenter leurs profits.

 

Pour les vaccins, les études de sécurité sont moins rigoureuses et donc moins coûteuses, il y a moins d’obstacles pour en obtenir la mise sur le marché. En outre les sociétés pharmaceutiques sont dégagées de toute responsabilité, de toute poursuite possible. En fait, les vaccins sont le seul produit aux Etats-Unis pour lequel vous ne pouvez engager de poursuites judiciaires normales s’il y a dommage ou décès. Si vous réunissez tous ces éléments vous avez alors un produit avec la marge bénéficiaire la plus élevée possible. En rendant les vaccins obligatoires et en n’arrêtant pas d’élargir le calendrier vaccinal, ce sont nos enfants qui sont utilisés dans des buts de profit. C’est là exactement ce qui se cache derrière les projets de loi visant à rendre la vaccination obligatoire.

 

Une des choses que l’on me demande souvent c’est pourquoi on n’entend pas plus souvent parler de la chose si elle était vraie. Au cours de ma recherche, j’ai découvert que les Etats-Unis étaient l’un des deux seuls pays au monde qui autorisaient les entreprises pharmaceutiques à faire directement de la publicité aux consommateurs. Nous avons tous vu des publicités pour médicaments dans les médias. Cela permet aux compagnies pharmaceutiques de dicter essentiellement ce qui est présenté dans les médias. Si vous leur accordez 30 à 40% de leur publicité, vous contrôlez pratiquement tout ce qu’ils annoncent. Combien de journalistes et d’articles n’ont-ils pas été censurés, y compris le lanceur d’alertes du CDC, fin de 2014 qui a révélé que le CDC avait camouflé des données qui montraient que le vaccin ROR provoquait des dommages neurologiques (autisme). Récemment, il y a eu beaucoup d’histoires de différents pays qui poursuivaient les fabricants de vaccins pour des dommages et des décès. Certains vaccins n’ont plus été conseillés comme le Gardasil au Japon, le Prevenar en Chine, le Rotavirus en France. L’Espagne aurait fait un procès à Merck pour le Gardasil.

 

Au travers des médias traditionnels, les compagnies pharmaceutiques dépensent chaque année 18 milliards de dollars en frais de marketing. Pour les médecins, les compagnies dépensent six fois ces sommes en plans d’assurance santé, conférences éducatives, études publiées dans des revues médicales, etc., etc. Tout cela revient à dire que nous avons des vaccins exemptés de toute responsabilité pour le fabricant, très peu de données montrant que ces vaccins sont sûrs et efficaces, avec d’énormes dépenses de marketing. Aux Etats-Unis notre système vaccinal est délabré. Il n’est pas possible de rendre un produit obligatoire quand tant de questions restent sans réponse et quand tant de choses se passent dans les coulisses dont le public n’est pas conscient, comme par exemple les ingrédients des vaccins. Rappelez-vous qu’un pédiatre n’a pas voulu me montrer la notice du vaccin ! Il y avait évidemment de bonnes raisons pour cela : la présence d’aluminium, de formaldéhyde, de cellules de fœtus avortés, de cellules animales. Ces vaccins comprennent quantités d’autres éléments que d’autres pays refusent pour la consommation et pour l’incorporation dans les vaccins. Il y a aussi des éléments dont on ne connait pas les conséquences, et pour lesquels on ne possède pas suffisamment de données. N’est-ce pas jouer à la roulette russe avec la santé de nos enfants ?

 

Les compagnies pharmaceutiques disent que tout cela concerne l’aide apportée au public, concerne la sécurité publique. Je me demande alors pourquoi nous ne disposons pas de plus de données sur les effets que vont avoir tous ces éléments, pourquoi nous n’avons pas d’études long-terme, des études sur les effets qu’ont ces produits dans le corps même de nos enfants. Aujourd’hui, nous avons les enfants les plus malades du monde. Il y a quelque chose qui ne tourne plus rond. Il ne s’agit peut-être pas uniquement des vaccins. C’est aussi le cocktail de pesticides et de polluants dans l’eau, dans l’air. Mais les vaccins représentent souvent un déclencheur parce que génétiquement le corps a besoin d’un  déclencheur pour exprimer ce genre de maladies et de problèmes que nous connaissons aujourd’hui. Les vaccins sont souvent en cause parce que ces produits chimiques sont injectés dans le flux sanguin, de sorte qu’ils peuvent ne pas nécessairement passer par une grande partie des processus de détoxification. Il arrive que ces produits pénètrent directement dans le cerveau au travers de la barrière hémato-encéphalique. Ce sont ces questions difficiles qu’il nous faut poser. Avant cela, avant que nous ne disposions de plus d’information, il n’est absolument pas possible de rendre les vaccins obligatoires. Il doit y avoir le choix. Là où il y a risque le choix s’impose.

En 1983, un jeune Américain recevait entre 0 et 18 ans 24 doses de vaccins en 7 injections. En 2016, un jeune Américain de 18 ans aura déjà reçu 70 doses de vaccins répartis en 50 injections... Est-ce tellement mieux en Europe?

En 1983, un jeune Américain recevait entre 0 et 18 ans 24 doses de vaccins en 7 injections. En 2016, un jeune Américain de 18 ans aura déjà reçu 70 doses de vaccins répartis en 50 injections… Est-ce tellement mieux en Europe?

Source: Stopmandatoryvaccination

5 août 2015

Le vaccin ROR a fait de mon enfant un autiste

 

Après avoir emmené son petit garçon de 18 mois en parfaite santé chez le pédiatre pour qu’il reçoive son vaccin ROR, la maman Gladys est rentrée chez elle avec un enfant dont la santé venait d’être endommagée par la vaccination. Le médecin lui a dit que les symptômes des dommages étaient « normaux », bien que son enfant devait plus tard recevoir le diagnostic d’autisme. La maman a pu aider son enfant avec une alimentation sans gluten et sans caséine, ainsi qu’en ayant recours à l’homéopathie. Veuillez s’il vous plaît avertir les parents que vous connaissez des dangers de la vaccination et contribuer à mettre fin aux vaccinations rendues obligatoires par le gouvernement.

 

Larry Cook, 15 juillet 2015

 

Bonjour, je m’appelle Gladys. Je voudrais partager l’histoire de mon petit garçon dont la santé a été endommagée par un vaccin. Tout a commencé par le fait que j’ai pensé bien faire en suivant le programme vaccinal, ne me doutant pas de ce qui pouvait se produire dans la suite. Je me suis donc présentée chez le médecin pour les vaccins de 18 mois. Avant de recevoir son vaccin ROR, mon petit était tout à fait normal, en bonne santé, enjoué, espiègle. Quand quelqu’un l’appelait pas son non, il se retournait et prononçait lui-même son nom. Il savait l’âge qu’il avait. Il disait régulièrement « Maman, Papa ». Après qu’il eût reçu le vaccin, j’ai remarqué que tout cela avait disparu. Il s’est replié sur lui-même et a commencé à régresser. C’était un enfant complètement différent. Il n’était plus du tout l’heureux petit garçon que j’avais connu. Plusieurs semaines après son vaccin ROR, j’ai pu observer qu’il avait des comportements différents qu’il n’avait jamais eus. Il ne savait plus comment jouer avec ses jouets habituels. Il s’en détournait et se contentait de rester tout le temps assis. Il pouvait ainsi rester assis sur le tapis pendant des heures. Si des enfants s’approchaient de lui, il ne les remarquait même pas, alors qu’ils étaient assis à côté de lui. Il n’a depuis, plus jamais dit le moindre mot.

 

Il ne savait plus son nom. Quand je lui demandais quel âge il avait, il ne savait plus. Comme je suis fort occupée, je me suis, pendant un certain temps, dit que c’était peut-être normal. Je l’ai malgré tout emmené chez le médecin en lui expliquant qu’il ne disait plus les mots qu’il prononçait habituellement. Il m’a répondu que c’était normal. Je l’ai cru, pensant qu’il devrait évoluer un certain temps et qu’il parlerait plus tard. Le fait est que la chose ne s’est pas produite. Son état s’est empiré, il a commencé à régresser, jusqu’à ce que des autres parents racontent à ma sœur que leur fils présentait le même comportement. Ma sœur m’a suggéré de faire des recherches. C’est ce que je fis. J’ai commencé à me documenter sur l’autisme parce que je ne savais pas vraiment de quoi il s’agissait. En découvrant la définition de l’autisme, je savais qu’il s’agissait bel et bien de ce dont mon fils souffrait, tout ce que faisait mon petit était décrit avec précision. Dans la suite je l’ai fait examiner et le diagnostic d’autisme est tombé quand il a eu 2 ans ½.

 

Larry : Parlez-nous un peu de votre ressenti face à tout cela.

 

Après que le diagnostic fut posé, j’ai commencé à chercher ce que nous pouvions faire en plus de ce qui nous avait été proposé. En fait, nous n’avons pas vraiment été aidés. Après nous avoir donné le diagnostic, nous avons été livrés à nous-mêmes. J’ai donc poursuivi les recherches. Malheureusement ce qui était proposé était au-dessus de nos moyens. Au début, la seule chose que nous avons pu faire, ce fut d’adopter une alimentation sans gluten et sans caséine. A peine avions-nous supprimé tout produit laitier que des changements apparaissaient déjà. Chaque fois qu’il reprenait du lait, il régressait à nouveau, il arrêtait de se déplacer. Nous nous sommes ensuite intéressés au gluten. Avec le gluten, il se réveillait à 2 heures du matin en grognant, se retournant et se retournant dans son lit. La suppression du gluten a mis fin à ce comportement. Après avoir commencé à détoxifier son corps, nous en sommes arrivés à un point où plus aucun progrès ne se produisit. Il était enfin OK.

 

C’est alors que j’ai commencé à m’intéresser aux médecines naturelles, ainsi qu’à l’homéopathie.. J’ai lu le livre « Autism Beyond Despair » (Autisme, au-delà du désespoir) dans lequel on parlait d’homéopathie. J’ai lu le livre, puis l’ai mis de côté, car il y avait toujours des questions d’argent en jeu. Nous ne pouvions pas nous permettre ces traitements. Mais quand je me suis rendue compte que mon petit ne progressait plus, nous avons changé notre fusil d’épaule. Nous avons commencé l’homéopathie. Après la première dose de son premier remède qui avait rapport avec la détoxification du ROR, nous avons entendu son premier mot ! Le second jour du traitement, il recommençait à être propre. Il reconnaissait de nouveau tous les mots. On aurait dit qu’il se les rappelait. C’était un peu comme si un épais brouillard avait jusqu’alors recouvert son esprit. Au fond, il n’avait rien oublié, il n’était tout simplement pas présent. Depuis lors, nous n’avons cessé de voir des améliorations. Il a été en traitement pendant environ 3 ans et il est tout à fait propre. Il parle à nouveau. Il est le petit garçon heureux que nous avions connu.

 

Je m’oppose fermement à la vaccination obligatoire, en tout premier lieu parce que ces lois vont à l’encontre de nos droits parentaux. En tant que parents, c’est à nous à décider de ce qui rentre dans le corps de nos enfants, quel traitement nous leur donnons. Ce n’est pas à l’état à prendre notre place. Je m’oppose à 100% à ces lois. Pourquoi ? Parce que j’ai vu mon petit régresser après un vaccin. Je n’ai même pas d’autre option possible. Il n’existe aucune chance que je le fasse encore jamais vacciner, non plus jamais. Si j’ai encore des enfants, plus jamais ils ne seront vaccinés, plus jamais.

 

Source: Stopmandatoryvaccination.com

 

Voir aussi:

 

Autisme & vaccins: comment le terrain est complètement verrouillé

 

La sécurité des vaccins pose vraiment problème: les officiels le savent

 

La vérité sur l’autisme post-vaccinal: la vérité sur un immense scandale

 

Sortir de l’autisme, c’est possible!

L’Université, nouveau temple de la pensée unique et du politiquement correct

 

Grâce à un matraquage éhonté, une rumeur bien étayée par une apparence scientifique et bien diffusée par les commerciaux, grâce aux techniques de communication, peut désormais charpenter un discours planétaire afin  de justifier certaines décisions gouvernementales. (Dr Boris  Cyrulnik – Médecin psychiatre)

 

Préambule

 

La faculté de médecine de Genève est aujourd’hui le temple et le siège du dogme politiquement correct, la vaccination sa nouvelle religion et sa papesse, la doctoresse Claire-Anne Siegrist. Les sceptiques sont considérés comme membres de sectes1 hérétiques et les médecins dissidents comme de vulgaires  charlatans. C’est une  vision réductionniste.

 

« Le dogme réductionniste mène à une « intelligence parcellaire, compartimentée, mécaniste, disjonctive, qui brise le complexe du monde en fragments disjoints, fractionne les problèmes, sépare ce qui est relié… Qu’il s’agit là, d’une intelligence à la fois myope, presbyte, daltonienne, borgne ; qui finit le plus souvent par être aveugle. Elle détruit dans l’œuf toutes les possibilités de compréhension et de réflexion, éliminant aussi toutes chances d’un jugement correctif ou d’une vue à long terme…Incapable d’envisager le contexte…, l’intelligence réductionniste aveugle rend inconscient et irresponsable. » Edgar Morin – Le besoin d’une pensée complexe, in 1966-1996, La passions des idées », Magazine littéraire, Hors-série, décembre 1996.

 

« Il faut penser global. Or aujourd’hui, vous avez toujours des experts, des spécialistes qui s’expriment, favorisant une réflexion compartimentée et parcellaire. » (Edgar Morin – l’Hebdo -27.08.15)

 

Pour comprendre la tactique permettant de museler toute information qui dérange, il faut en démonter les rouages l Selon M. Paul Moreira  (Les nouvelles censures – Ed. R.Laffont – 2007), on procède comme suit, à l’instar de l’Inquisition  du Moyen-Age :

 

« D’abord, cacher la vérité.  Si la vérité apparaît, contrôler les sources et faire pression sur les médiateurs capables de la relayer, les menacer, les terroriser, les séduire, les acheter. Si la vérité est diffusée par les médias, contrôler l’impact sur l’opinion et mettre tout en œuvre pour qu’elle ne soit pas entendue, et surtout qu’elle ne crée pas une émotion populaire ».

 

En pratique, comment s’y prend-t-on pour appliquer partout ces aimables directives : tout d’abord, les labos pharmaceutiques se chargent de noyauter les centres médicaux. Avec l’aval des politiques libérales, qui favorisent la  privatisation de secteurs entiers de la recherche scientifique, ils peuvent ensuite asservir l’Université et édicter les programmes de recherches pharmacologiques qui rapportent de l’argent. Puis, on dévoie les comités des revues scientifiques, d’où l’on évacue systématiquement tous les articles qui ne plaisent pas, tout en assurant la mise en condition des médecins, sous couvert de colloques ou de congrès dans des lieux de rêve et leur offrant par exemple du matériel informatique alléchant.

 

Dans ce contexte rigide et cloisonné,  il est totalement illusoire d’imaginer pouvoir y faire pénétrer un nouveau concept. Dans un récent numéro d’une revue dissidente,Causette (hors-série août-septembre 2015) sous le titre : Tous manipulés ? 100 pages de désintox, on peut lire le constat du Pr Philippe Even :

 

À la question : Comment est assurée la campagne d’un nouveau médicament ? Il répond : « Les lobbies peuvent compter sur leurs consultants, des médecins qu’ils payent pour ça. Ce sont des médecins expérimentés, parfois très charismatiques, qui jouissent d’une certaine notoriété. On ne finit par ne plus entendre qu’eux. Ces leaders d’opinion ont parfois l’impression d’être des missionnaires au service de cette nouvelle religion. »

 

On peut y lire aussi: Certains de nos professeurs sont le bras armé de l’industrie pharmaceutique dans les amphis et le formatage des étudiants commence très tôt.Et plus loin: L’industrie pharmaceutique tient la plume du médecin qui rédige l’ordonnance !

 

Aujourd’hui, la foi en la vaccination commence à s’émousser : une pétition anti-vaccination, dénonçant les effets nocifs des adjuvants, a vivement enflammé la Toile depuis sa publication. Face à la polémique, Marisol Touraine, la ministre de la santé française, pour qui sans vaccination point de salut, est passée à l’attaque, en décrédibilisant l’initiative de son auteur, le Professeur Henri Joyeux.  Ce dernier lui a rétorqué, à juste titre, qu’en tant qu’économiste, elle ne connaissait rien à la santé !

 

Pour les pharmas, c’est donc le moment de réagir, il est urgent de stopper dans les plus brefs délais la suspicion naissante à l’égard des vaccins, en ne lésinant pas sur les moyens : le coup d’envoi publicitaire fut donné ce 15 septembre à Genève avec 3 conférences offertes au grand public.  C’est à la grande prêtresse des vaccins, Anne-Claire Siegrist qu’est revenu l’honneur d’inaugurer en grande pompe ce cycle de promotion avec sa conférence  – Avec ou sans vaccin, un choix de société.

 

Rappelons à ceux qui l’ignorent les liens qui unissent la Faculté de médecine genevoise aux pharmas. La doctoresse A.C. Siegrist – experte attitrée des médias – est titulaire de la chaire de vaccinologie de la faculté de Médecine Genève, (unique en Europe), créée et subventionnée par le laboratoire Aventis-Pasteur, l’un des plus grands fabricants de vaccins et fournisseur de l’OMS.  Par ce lien financier, Mme Siegrist s’engage à défendre la cause de son sponsor et à  faire relayer le message par une presse plus que  docile. (Dr. Choffat – Hold Up sur la Santé)

 

La Tribune de Genève, semble avoir signé un pacte d’allégeance avec les HUG, vu la fréquence et l’espace qu’elle réserve en permanence aux propos tranchés et aux affirmations outrancières de la doctoresse A.C. Siegrist.

 

Sa présentation magistralement orchestrée, organisée en collaboration avec la ville de Genève, qui a décerné à la Doctoresse C-A. Siegrist le prix Culture et Société pour 2015, donna à Madame Sigrist l’occasion d’apporter la bonne parole à un auditoire dévot, afin de promouvoir l’importance de la vaccination sur les maladies mortelles, et de ses multiples vertus, en occultant délibérément leurs effets secondaires et en traitant les sceptiques d’ignorants dangereux et les collègues dissidents de mauvais médecins.

 

Le 15 septembre, on a donc pu assister à l’université, en présence du gratin bien pensant de la faculté, à une opération de séduction réussie, illustrant de façon flagrante les propos précités.

 

La conférence, résumée et adaptée

 

Après une brève introduction du nouveau recteur qui prétend ouvrir l’université à l’interdisciplinarité  et nous vante la création d’un Institut de Santé globale (dont le directeur est un ancien collaborateur de l’OMS), l’adjointe à la culture rempile et fait un panégyrique de la lauréate, dont le prix  récompense ceux qui savent innover en ouvrant les portes de l’avenir et contribuent au rayonnement de notre cité.

 

La parole est enfin donnée à la conférencière qui nous confie ses priorités :

 

1. Assurer la relève en formant des étudiants,

2. Développer le carnet de vaccination électronique.

 

Puis, je n’entrerai pas dans le détail, (voir article de la Tribune de Genève – 12-13 sept.2015); elle parle de 4 virus qui l’interpellent en tant qu’épidémiologiste :

1. La polio, non éradiquée à cause des intégristes de tout bord, (pas à l’insalubrité des eaux et aux guerres.)

2. Le virus Ebola et la mise au point réussie du vaccin grâce à son staff.

3. Les méfaits de la rougeole, à cause des irresponsables qui refusent des vacciner leurs enfants, etc… on connaît sa rengaine. Elle a quand même dit que la rougeole était dangereuse pour les enfants en mauvaise santé, alors, malgré les soins de la vaccination, nos enfants seraient-ils majoritairement en mauvaise santé ?

4. Le virus de l’hésitation vaccinale, le plus important, car pour l’instant, on n’a pas encore trouvé d’antidote. Il est très contagieux, représente 2 à 5% de la population et il se répand un peu partout, et il affecte toutes les catégories sociales, ce sont des gens sincèrement convaincus. Ce virus est le plus dangereux, et ceux qu’il contamine sont aussi de dangereux adversaires, car ils se croient bien informés, ce qui n’est pas le cas, ils sont très actifs et font de la propagande sur internet.

 

C’est très important d’avoir une chaire de vaccination, car il faut éduquer les gens. Il faut tenter de comprendre pourquoi les parents refusent de vacciner leur enfant et font courir des risques à leurs proches; la coqueluche, la grippe, la rougeole, ce n’est pas banal !!

 

La perception des risques n’a rien de rationnel. Le fait que grâce aux vaccins, les maladies disparaissent semble jouer un rôle, les gens minimisant la dangerosité de la maladie. Quant à l’Internet, son rôle est très néfaste, car cela diffuse de fausses informations, et colporte des faits sans références scientifiques crédibles sur les vaccins et provoque la défiance et la peur.

 

Pour elle, qui le clame haut et fort, il n’y a aucune corrélation entre :

 

– Les vaccins et l’autisme

– Les vaccins et la sclérose en plaques,

– Les vaccins et les effets secondaires dus au Gardasil

– Les vaccins et l’aluminium ou autre

– Les vaccins et la mort subite du nourrisson

– Les vaccins et l’émergence du cancer chez les enfants et adolescents

 

Si deux événements se suivent, c’est souvent le hasard ! Par exemple, si vous trouvez une vache dans l’eau, flottant à côté d’un dauphin, ça ne veut pas dire que les vaches sont des animaux marins, la vraie explication, c’est sans doute que la vache est tombée d’un bateau, ou que le bateau a fait naufrage, vous voyez !

 

Quels sont les facteurs qui influencent cette hésitation vaccinale, difficile à comprendre et à contrer :

 

La philosophie de vie, le contexte social, le rapport de confiance avec le thérapeute, la justesse de l’information, la sécurité liée à la composition des vaccins.

 

Quelles parades utiliser pour contrecarrer cette opposition :

 

Il faut donner une formation de base à  des professionnels, et former des conseillers en santé.

 

Nos étudiants en médecine par leur haute compétence, seront le nerf de la guerre, la courroie de transmission de notre  message.

 

Par exemple, les pédiatres sont de très efficaces relais et montrent l’exemple en vaccinant massivement leurs enfants !

 

Il faut cibler la population dans son ensemble, les enseignants, les journalistes, les autorités, les biologistes! Utiliser les compétences des professionnels de la communication.

 

Le virus de l’incrédibilité vaccinale augmente le coût de la santé, comme ce fut le cas dans la dernière épidémie de rougeole, mais il s’agit malheureusement d’une évolution sociétale inéluctable.

 

Afin d’améliorer la perception du choix vaccinal pour les citoyens, il faut fournir une information éclairée, créer des centres d’information participatifs de Santé collective.

 

Prenons exemple sur la stratégie efficace mise en place par les services de santé britanniques pour imposer la vaccination contre le cancer de l’utérus au plus grand nombre. Grâce à des moyens publicitaire énormes, qui ont ciblé les cabinets médicaux, les pharmacies, les journaux, les écoles, et aussi parce que les représentants de la santé publique sont allés à la rencontre des parents et de adolescentes pour les convaincre du bienfondé de ce vaccin, le résultat a été obtenu : 93,5% de couverture vaccinale.

 

En Suisse, la publicité éhontée et le matraquage  médical qui a en effet accompagné la  campagne  de promotion pour la  vaccination de tous les jeunes de  notre pays contre  le papillomavirus fournit un bon exemple de désinformation et lavage de cerveau.

 

Mme Siegrist est-elle consciente qu’elle avalise cette entreprise de marketing pharmaceutique et de manipulation frauduleuse appelée bourrage de crâne ?

 

A l’issue de cette conférence, l’éloquence de la conférencière a porté ses fruits, l’auditoire est majoritairement convaincu que Mme Siegrist  va sauver l’humanité du désastre.

 

Et à ma consternation, j’ai pu constater que sa pensée formatée trouve un écho favorable même au niveau de nos élites, qu’on croyait à l’abri des pensées arbitraires.

 

Après qu’on ait déjà inventé un médicament pour chaque émotion, le rêve de Mme Siegrist, c’est de fournir un vaccin pour chaque maladie, présente et à venir. Ce qui consiste à se vacciner contre la vie elle-même.

 

Ma conclusion

 

Systématiquement traité de sectaire si on a l’audace de s’interroger sur le rôle éventuel des vaccinations dans l’émergence des nouvelles maladies, il faut se rendre à l’évidence: les vaccins restent à l’heure actuelle un sujet absolument tabou.

 

Pour les vaccinalistes, tous les effets secondaires décrits, et potentiellement liés à une vaccination ne sont que coïncidences fortuites, aucune évidence scientifique, le déni est constant, c’est la faute à pas de chance ! On appelle ça  mentir par omission !

 

Bien  entendu, on peut toujours considérer systématiquement que les patients qui prétendent être victimes des effets secondaires des vaccins sont des affabulateurs hypocondriaques et que les médecins qui les cautionnent sont de dangereux illuminés et que tout ceci est du ressort de la psychiatrie.

 

Le Dr J. Wagensberg (dir. Musée de la Science, Barcelone) prétend qu’ « Un savant doit savoir avant tout qu’une vérité peut être changée et il en cherche de nouvelles. »

 

Face aux chantres inconditionnels de la théorie vaccinale qui défendent aveuglément des théories controversées par d’autres, aucune place n’est offerte pour un débat loyal, avec toutes les parties en présence. Pour l’instant, pas moyen de se faire entendre dans ce cadre universitaire figé.

 

La plupart des médecins subissent un tel endoctrinement qu’ils en deviennent totalement incapables de discernement ou alors ils manquent de courage pour se manifester, par peur de représailles et de mise au ban.

 

Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

 

Certains médecins, et pas les moindres, se posent des questions et essayent de se faire entendre,  ils ne sont pas les bienvenus. Ceux qui émettent des réserves sur la vaccination tous azimuts sont systématiquement tenus à l’écart, ils n’ont aucun moyen de s’exprimer ni dans la presse, ni sur les ondes et encore moins à la télévision.

 

L’aide des journaux est indispensable  pour relayer l’info, mais dans la presse accréditée, impossible de lire ou d’exposer un avis divergent ou simplement plus nuancé ; reste la page des lecteurs, parfois un blog et pour le reste, se référer aux publications subversives comme Nexus, Books, puisque les critiques sont bannies des revues scientifiques officielles.

 

Quant aux associations de patients, elles sont majoritairement financées par les pharmas.

 

Quelle santé voulons-nous offrir en héritage aux générations futures ?

 

On nous dit que la Suisse figure parmi les pays les plus performants en matière de santé : moyenne d’espérance de vie élevée, très faible taux de mortalité infantile, taux de médecins pour mille habitants le plus haut du monde…etc.

 

Pourtant la santé des adolescents est alarmante : allergies, asthme, dépression, anorexie, boulimie, hyperactivité, suicide, etc… Les statistiques sont inquiétantes :

 

Un article émanant du Fonds National de la recherche scientifique (n°104) nous alerte : Le cancer est l’une des principales causes de décès chez les enfants et chez les adolescents !

 

Alors, vaccination et cancer, simple coïncidence ? Sans doute, telle est la rançon à payer par la 3ème génération de vaccinés !

 

En attendant qu’un hypothétique vaccin contre la bêtise soit éventuellement mis au point, cessons de jouer à l’apprenti sorcier, mais briser les tabous est une entreprise de longue haleine.

 

Le rôle des associations de patients consiste à fournir sans restrictions les informations nécessaires pour que chacun puisse se forger lui-même une opinion et ce rôle, nous l’assumons.

 

Si le public doit à tout instant être en mesure de comprendre clairement si l’information qui lui est transmise est d’ordre  scientifique ou procède d’une démarche publicitaire, ce n’est pas forcément à la sauce concoctée par Mme Siegrist !

 

Aujourd’hui, vacciner tous azimuts n’est donc pas la solution unique, d’autres alternatives existent : de nouvelles thérapies scientifiques, basées sur des concepts biologiques révolutionnaires permettent, elles aussi, de prévenir, guérir et maintenir un capital santé optimum, tout en augmentant notre immunité naturelle. Elles devraient nous permettre de résister à la plupart des maladies infectieuses. Elles jouent en plus le rôle d’antidote efficace face aux effets secondaires consécutifs aux vaccinations.

 

Quant aux médecins récalcitrants ou dissidents, les brebis galeuses du corps médical ?

 

Pr Montagnier, Pr Belpomme, Pr Even, Pr Debré, Dr Emmanuelli, Dr Frachon,  Dr Spinosa, Dr Curtay, etc…

 

Quant aux 420 médecins qui lancent une pétition contre le Gardasil, vaccin actuellement hautement controversé, faut-il employer les grands moyens pour faire taire ces dissidents, faut-il systématiquement les discréditer et les menacer de leur retirer leur diplôme, comme tente de le faire chaque fois qu’il en a la possibilité l’Ordre des médecins français, représentant de ces nouveaux inquisiteurs, garants de l’ordre établi ?

 

Faut-il rappeler que ces médecins ont réussi leurs études et qu’ils ont obtenu un doctorat, au même titre que leurs pairs.

 

Même le brillant Linus Pauling (double prix Nobel, Chimie et Paix) ne fut pas à l’abri des sarcasmes et  n’ayant pas voix au chapitre, nous a mis en garde :

 

« Ne permettez pas que les autorités médicales ou les politiciens puissent vous induire en erreur. Recherchez les faits et prenez vos propres décisions pour vivre heureux et travailler pour un monde meilleur. »

 

Edith Gallay, Présidente de l’association Spasmophilie Entraide, Genève, septembre 2015

 

 

23 septembre 2015

Enfants victimes de vaccins défectueux :

un grand procès s’ouvre en France

 

240 familles françaises ont porté plainte après que leur enfant ait été vacciné avec un produit défectueux contenant des métaux lourds dangereux pour la santé. (Sud Ouest21 septembre 2015)

Le vaccin Méningitec est aujourd'hui retiré du marché © AFP PHILIPPE MERLE

Le vaccin Méningitec est aujourd’hui retiré du marché © AFP PHILIPPE MERLE

Vacciner des enfants contre la méningite avec des lots défectueux, contenant des métaux lourds, a-t-il eu des conséquences sur leur santé ? La justice civile de Clermont-Ferrand examinera mardi les plaintes de 240 familles qui ont assigné le distributeur français du Meningitec.

 

“On va demander au cours de cette audience des expertises pour chaque enfant”, a expliqué Me Emmanuel Ludot, qui défend 80 familles, avant une deuxième audience, prévue le 20 octobre.

 

Ces familles venues de toute la France reprochent au laboratoire CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques), situé à Cournon-d’Auvergne (Puy-de-Dôme), d’avoir acheminé des seringues contenant du vaccin Méningitec, défectueuses car contenant des résidus de métaux lourds. 

 

Symptômes persistants

 

Des analyses capillaires ont permis de détecter des concentrations de plomb, étain, silicium et aluminium dans les cheveux des personnes vaccinées. Ces dernières, dont de très nombreux enfants, souffriraient depuis de symptômes persistants (diarrhées aiguës, nausées, irritabilité, fortes poussées de fièvre, troubles du sommeil, éruptions cutanées…).

 

“Quand mon médecin me l’a prescrit pour ma fille, alors âgée d’un an, je lui ai fait confiance“, a raconté Coralie, une mère de famille habitant la région rennaise, qui viendra mardi à l’audience avec d’autres parents.

 

Le vaccin a provoqué chez la fillette des réactions en chaîne : “Je me suis retrouvée toute seule avec mes inquiétudes. J’ai appelé mon médecin, mon pharmacien, ils n’étaient pas au courant. Le laboratoire ne m’a pas non plus donné plus de réponse”, a-t-elle dit.

 

En furetant sur internet, elle découvre que 21 lots de ce vaccin, produit par le laboratoire américain Nuron Biotech, ont été retirés du marché à titre de précaution le 24 septembre 2014, par l’intermédiaire de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

 

“Scandale sanitaire”

 

“Encore hier, ma fille (aujourd’hui âgée de 2 ans et demi), pleurait à chaudes larmes,pliée en deux, à cause de migraines abdominales, dont on ne connaît pas l’origine”, a déclaré Coralie, qui a retrouvé sur la toile d’autres parents de victimes.

 

“On est très inquiets. Les métaux lourds, on ne s’en débarrasse pas comme ça. Quand on démarre sa vie à 2 ans avec des métaux lourds dans le corps, je me demande quelles seront les conséquences pour ma fille dans 10 ans“, s’est-elle alarmée.

 

Pour Me Ludot, le dossier du Meningitec est un “scandale sanitaire”. “Il y a eu dans ce dossier des failles à tous les niveaux, des pharmaciens en passant par les laboratoires, les autorités sanitaires. Tout le monde a été curieusement négligent”, a affirmé cet avocat du barreau de Reims.

 

“Comment expliquer que ce vaccin ait été encore prescrit trois mois après le retrait théorique des lots défectueux?” s’est-il interrogé.

 

Des négligences à plusieurs niveaux

 

Selon lui, le distributeur auvergnat est “le premier maillon d’une longue chaîne”.

 

“Dans ce dossier, il y a d’abord le problème de la vente de ce vaccin : des pharmaciens ont continué à le vendre alors qu’ils étaient informés de son retrait. Il y a eu aussi des retards dans l’alerte pour des raisons économiques évidentes. Les vaccins frelatés étaient connus depuis au moins un an”, a-t-il ajouté.

 

“Ce n’est pas une erreur de manipulation qui est en cause, mais le vaccin lui-même.Il semble bien que ce dernier, qui est d’ailleurs depuis retiré du marché, comportait des nanoparticules”, a-t-il précisé.

 

D’autres procédures judiciaires liés à ce même vaccin sont également en cours en Italie, au Brésil, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

 

Source: Sud Ouest

 

Pour bien comprendre cette actualité et sa portée exacte, il est essentiel d’avoir aussi à l’esprit que même lorsqu’ils ne sont pas déclarés défectueux, ces vaccins contre le méningocoque sont de 80 à 800 fois plus risqués que la maladie naturelle sur base des chiffres officiels français. En outre, TOUS les vaccins (pas seulement ceux contre le méningocoque) ont un dénominateur commun qui explique leur insécurité fondamentale et qui réside dans la méthodologie tout à fait biaisée qui est employée pour les évaluer au cours des essais cliniques avant leur commercialisation. C’est là que tout le problème se joue vraiment… Or ici, on ne parle que de vaccins encore plus dosés ou contaminés en métaux lourds et autres poisons. Voyons donc pour une fois au-delà du seul arbre qui cache la forêt des vaccins toxiques et réalisons que TOUS les vaccins, en tant qu’ils sont tous composés de produits toxiques aux effets profonds et durables insuffisamment évalués, consistent, en s’additionnant les uns aux autres, à remplir un grand VASE toxique qui ne peut que finir par déborder à court moyen ou long terme, plus ou moins rapidement selon les susceptibilités individuelles et l’état d’intoxication préalable des sujets vaccinés. Cette façon d’envisager le problème qui est criante de pertinence (jusqu’à preuve scientifique valable du contraire) permet d’ailleurs d’expliquer parfaitement pourquoi des parents ont parfois l’impression que leur enfant “supportait” très bien ses vaccins jusqu’au Xème vaccin (de trop) qui fait alors tout basculer de façon irréversible, laissant ces parents dans un état d’incompréhension et de perplexité le plus total.

 

tiré du site de Initiative Citoyenne

28 septembre 2015

Une petite fille de 5 ans décède à cause du vaccin ROR

Rougeole-Oreillons-Rubéole

D’après l’article d’Augustina Ursino, 24 septembre 2015

A la douce mémoire de Holly Marie Stavola

Décédée d’encéphalite aiguë après le vaccin ROR

 

Robin Stavola est la maman de la petite Holly qui est décédée tragiquement après avoir reçu la seconde dose du vaccin ROR qui était exigé pour que Holly puisse fréquenter l’école gardienne (dans le New Jersey).

 

Après que Holly ait fait une réaction grave au vaccin qui a entraîné des convulsions, des dommages cérébraux et une réanimation intensive, les médecins ont expliqué aux parents que Holly  ne pourrait pas guérir et resterait le restant de ses jours dans un état végétatif. Les parents de Holly se sont sentis perdus et ont, le cœur brisé, finalement dû accepter que les appareils qui maintenaient artificiellement leur petite fille en vie soient débranchés.

 

Après le décès de Holly, la maman Robin, a reçu un dédommagement après qu’il ait été déterminé que le vaccin ROR avait provoqué chez la petite fille une encéphalopathie aiguë.

 

Dans la suite, Robin a voulu se battre pour faire modifier la loi sur les dédommagements qui sont octroyés après des accidents vaccinaux

 

Alors que Holly a souffert pendant 65 heures dans les deux hôpitaux où elle avait été transférée, son pédiatre n’a même pas daigné venir la voir. Il arrive que certains pédiatres qui poussent les parents à faire vacciner les enfants ne se présentent même pas à l’hôpital pour prendre soin de ces enfants qu’ils ont vaccinés quand ceux-ci présentent des complications après les vaccins. Même l’aumônier de l’hôpital ne s’est guère montré sincère quand Holly se battait pour survivre. Les membres des familles en deuil ont tendance à croire que les aumôniers des hôpitaux sont là pour aider les affligés, mais certains d’entre eux seraient effectivement payés pour aider à accroître le nombre de dons d’organes.

 

« Nous avons cru les médecins quand ils nous ont dit que les vaccins étaient sans danger »

 

En l’honneur de la petite Holly, la maman nous raconte :

 

« Holly est née le 18 janvier 1995. Elle est née à terme ; il n’y a eu aucune complication. Le bébé était en parfaite santé. Nous avons fait confiance aux médecins et avons fait administrer à notre petite les vaccins recommandés par le programme de vaccinations.

 

On ne m’a pas donné de document informatif qui m’aurait permis de connaitre les réactions graves qui peuvent, dans certains cas, se produire après les vaccins. Holly a reçu, à temps, son premier vaccin ROR et le vaccin HiB à 16 mois.

 

Après avoir reçu ces vaccins, elle a fait de la fièvre, est devenue léthargique, n’avait plus d’appétit. Elle pleurait beaucoup plus que d’habitude, elle avait des maux d’oreille, ainsi qu’une toux qui a duré sept semaines consécutives. Pendant trois semaines, nous n’avons pas dû consulter le pédiatre. Nous sommes retournés à sa consultation une semaine et demi plus tard quand Holly recommença à faire de la fièvre et avait à nouveau perdu l’appétit. Nous avons encore dû reconsulter le pédiatre parce que la fièvre ne baissait pas.

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, onze jours après ces séries de visites chez le médecin parce que Holly était MALADE, le médecin décida de lui administrer le vaccin polio oral (OPV) et son quatrième DTCa.

 

On me raconta que Holly avait réagi normalement aux vaccinations précédentes et dès lors que l’on pouvait poursuivre les vaccinations. Le médecin ne sembla nullement préoccupé par le problème. Aucun médecin ne me fit remarquer que Holly ne devait plus recevoir de vaccins vu qu’elle aurait pu réagir de manière plus grave encore.

 

Jusqu’alors, j’avais totalement fait confiance à mon pédiatre et n’avais jamais entendu parler de réactions aux vaccins jusqu’en 1996. Au moment où les problèmes se sont présentés, nous n’avons pas eu l’occasion de contacter d’autres parents et de nous rendre compte de l’importance des effets secondaires qui se produisaient.

 

Le 18 janvier, 2000, Holly a célébré son cinquième anniversaire.

 

Le 25 janvier 2000, donc une semaine plus tard, je me suis rendue avec Holly à la visite pédiatrique de ses 5 ans. Holly y a reçu un autre vaccin contre la polio (vaccin oral). Ce vaccin ne fut plus recommandé à partir de janvier 2000. Holly le reçut de toute manière avec le ROR, le DTCa et le test tuberculinique. Le jour où Holly a reçu ses vaccins au cours de la visite médicale de ses 5 ans, ELLE N’ETAIT PAS MALADE !! […]

 

Holly s’est retrouvée aux soins intensifs

 

« Après la visite, nous sommes rentrés à la maison et Holly a commencé à se plaindre de douleurs au bras. Je ne me suis pas inquiétée outre mesure étant donné ce que j’avais lu dans les documents d’information. On me conseilla donc de ne pas m’inquiéter. A l’époque, je ne savais même pas que les enfants pouvaient faire de graves réactions après avoir reçu des vaccins. Comme on me l’avait seriné maintes et maintes fois, je croyais que les vaccins étaient sans danger.

 

Le samedi 30 janvier 2000, cinq jours après que les vaccins lui furent administrés, elle jouait dehors dans la neige, donc très peu de temps avant que l’effet indésirable ne se manifeste.

 

Holly s’est plainte de douleurs au bras pendant toute une semaine à la suite de cette visite chez le médecin. Bien que l’on m’ait assuré que tout était normal, ce n’en fut pas moins le début de l’horrible cauchemar par lequel il nous a fallu passer et qui a commencé sept jours après la visite chez le médecin.

 

Le 1er févier 2000, sept jours après avoir reçu son deuxième vaccin ROR, Holly faisait une température de 40° ; elle avait mal aux oreilles et avait mal à la gorge.

 

Nous nous sommes rendus chez le pédiatre uniquement pour qu’il nous prescrive des antibiotiques et n’avons pas pensé mentionner le ROR, Le vaccin oral polio, le cinquième vaccin DTCa et le test tuberculinique que Holly avait reçus sept jours avant. Le médecin ne sembla nullement se soucier des réactions qu’avait présentées Holly après le premier vaccin ROR.

 

Nous nous sommes rendus dans une pharmacie pour y acheter l’antibiotique Suprax (cefixitime) et je lui ai administré la première dose.

 

Sur l’heure de midi, Holly a fait une sieste de deux heures. A cette époque, Holly ne faisait plus aucune sieste, mais j’ai pensé qu’elle en avait besoin parce qu’elle ne se sentait pas bien. A part une infection, le pédiatre n’a pas pensé que quelque chose était inhabituel. C’est la raison pour laquelle, j’ai pensé qu’il n’y avait rien de bien grave. Mais tout a fini par changer.

 

J’étais assise sur le lit quand Holly s’est réveillée à huit heures. Elle s’est réveillée en faisant une crise d’épilepsie (grand mal) avec une température de 41,6. Ses yeux étaient révulsés et de la mousse sortait de sa bouche.

 

A partir de ce moment-là, les erreurs se sont accumulées. Ça a commencé avec l’opérateur du 911 qui était désagréable. Le délégué de l’EMS (Services médicaux d’urgence) n’a pas pu trouver notre maison. Finalement Holly fut conduite à l’hôpital.

 

Nous n’arrêtions pas de pleurer et de crier pour demander de l’aide. – Ils ont fait une ponction lombaire pour vérifier si Holly ne souffrait pas de méningite. Comme l’inflammation du cerveau ne cessait d’augmenter, cette ponction n’aurait pas dû être réalisée. Holly tremblait étant donné ce qu’on avait fait pour essayer de la refroidir après sa fièvre.

 

Holly fut ensuite transportée dans un autre hôpital qui n’a pas été capable de mieux s’occuper d’elle. Ma fille était nue en train de vomir ; elle pouvait à peine parler (ataxie), elle pleurait. Ses derniers mots furent : « Maman, aide-moi ! »

 

Elle avait été dans deux hôpitaux du comté de  Monmouth. Les soignants s’y étaient montrés désemparés et incapables de prendre soin d’une enfant qui présentait une encéphalomyélite aiguë disséminée jusqu’à ce que moi, la maman me suis sentie obligée d’alerter les médecins et de leur signaler qu’elle avait reçu des vaccinations une semaine auparavant.

 

Au second hôpital, j’ai demandé au neurologue si Holly avait reçu des calmants. Je l’ai ensuite entendu demander à une infirmière de lui donner du Fentanyl. Le Fentanyl est un opioïde que l’on désigne parfois sous le nom de stupéfiant.

 

Après des heures de crises épileptiques (grand mal), de la fièvre élevée (41,6 à 42,2), après de nombreuses prises de sang, une plasmaphérèse, un forage fut réalisé à travers le front pour libérer la pression intracrânienne. Après avoir dû traverser cet enfer, on nous apprit que Holly ne retrouverait jamais plus son état normal, qu’elle ne se réveillerait pas, qu’elle serait comme un légume incapable à jamais de pouvoir respirer par elle-même.

 

J’ai prié le chapelet pendant 65 heures et n’ai plus pu manger ou dormir. Les médecins nous ont suggéré de la débrancher, et aussi insupportable que ce geste nous apparaisse, nous avons finalement été contraints d’accepter.

 

Ainsi, le 4 février 2000, Holly Stavola, notre petite fille est décédée tragiquement et inutilement d’une encéphalopathie aiguë, suite au second vaccin ROR. L’hôpital et le pédiatre ont finalement conclu par ce diagnostic. »

 

[…] Le pédiatre de Holly et son équipe ont totalement échoué dans leur tâche  en ne nous informant pas des risques associés aux vaccins et en négligeant d’attribuer ses symptômes à une réaction possible de la vaccination, le jour où les graves complications ont commencé.

Une petite fille de 5 ans décède à cause du vaccin ROR

 

J’ai finalement appris d’un pédiatre renommé que Holly aurait pu être sauvée si le personnel médical avait agi différemment.

 

Robin a été invitée à donner les organes de Holly

 

Lorsque Holly était aux soins intensifs, reliée à un respirateur et que le cerveau avait été déclaré cliniquement mort, sa maman fut approchée par l’aumônier qui lui a suggéré de donner les organes de Holly.

 

L’aumônier de l’hôpital semblait particulièrement attentionné et agréable jusqu’à ce que la maman de Holly lui dise qu’il n’était pas question du don des organes de sa petite fille. La maman Robin a trouvé la situation très étrange et a eu comme l’impression que l’hôpital venait de perdre une affaire.

 

La plupart des parents ne sont pas conscients que certains aumôniers seraient impliqués dans des affaires de trafic d’organes. Pour augmenter les chances de consentement pour les dons d’organes, certains aumôniers seraient embauchés par les hôpitaux pour aider à obtenir le consentement des parents et des proches pour le don d’organes.

 

Se servir d’aumôniers formés professionnellement dans un milieu hospitalier à aborder la question du don d’organes s’est avéré couronné de succès pour que davantage de familles donnent leur consentement au don d’organes.

Robin, la maman explique :

 

« Dans la situation que nous étions en train de vivre, il a été très décevant qu’une personne de plus, l’aumônier même de l’hôpital ne se soit pas montré sincère alors que nous vivions pareil cauchemar. L’aumônier était la dernière personne qu’on aurait pu soupçonner de manquer de sincérité.

 

Notre famille admire cependant toute personne en deuil qui fait le don d’organes de l’un de ses proches. Nous ne voulons pas être jugés pour la décision difficile que nous avons dû prendre trop rapidement à ce moment-là.»  [… ]

 

Les échantillons de sang de Holly ont été rejetés sans autorisation

 

La maman Robin écrit :

 

« Je savais qu’après le décès de Holly, nous devions demander une autopsie. C’est ce que nous avons fait. Nous avons demandé à l’hôpital de « conserver les échantillons de sang ». Nous avons reproduit cette demande sur le formulaire de demande d’autopsie.

 

Nous avons aussi demandé, et nous avons formulé notre demande par écrit, que la tête de notre enfant ne soit pas rasée. C’est horrible de devoir mettre tout cela par écrit comme de parler de la tête de notre petite fille décédée pour une autopsie, mais nous voulions que rien ne soit laissé au hasard.

 

Il est incroyable que le pathologiste « ait oublié de conserver des échantillons de sang ». Nous n’avons rien pu faire à ce sujet. »

 

Les symptômes de Holly ont été causés par la vaccination

 

« Les médecins ont éliminé toutes les infections possibles, toutes les maladies bactériennes ou virales ; tous les symptômes de Holly étaient dus au vaccin ROR.

 

Avant que Holly ne reçoive sa dernière série de vaccins, elle était en parfaite santé, lumineuse, gentille et belle. Le jour où Holly a reçu ses vaccinations au cours de la visite médicale de ses 5 ans, ELLE N’ETAIT PAS MALADE !!

 

Les pédiatres tenteront de minimiser la réaction de Holly en affirmant que cette tragédie s’est produite parce qu’elle était malade. Cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité.

 

Holly était une enfant en parfaite santé et n’était en aucune manière immunodéprimée.

 

L’encéphalopathie figure dans les tableaux de Département Américain de la Santé et des Services Sociaux (division HRSA). Cette complication peut se produire entre 5 et 15 jours après l’administration du vaccin comme figuré dans le tableau des complications. […]

 

Selon l’administration des ressources de santé, environ 74 pour cent des réclamations pour dommages/décès vaccinaux sont rejetées. »

 

Le vaccin ROR associé à des complications neurologiques

 

La maman de Holly explique :

 

« Les partisans des vaccins tiennent à préciser que la réaction de Holly représente « 1 cas sur un million de vaccinations ». La vérité est qu’un enfant sur 168 doit recourir aux services d’urgence après la vaccination.

 

La réaction de Holly n’était pas de nature allergique. L’information sur le ROR précise : «  des réactions allergiques graves se produisent dans (moins d’un cas par million de doses), «  cependant l’information précise «  les convulsions (crises) provoquées par la fièvre se produisent dans un cas sur 3000 (doses reçues) ».

 

Les partisans des vaccins aiment aussi dire que même si la famille a reçu un dédommagement, cela ne prouve rien bien que le gouvernement fédéral ait admis que le décès de Holly était indemnisable en raison d’une vaccination.

 

Le « Vaccine Injury compensation Program » (VICP) a déjà, à ce jour payé plus de 3,18 milliards de dollars de dédommagements

5 octobre 2015

Des professionnels de santé réputés viennent de faire paraître ce jour une tribune dans le journal québécois Le Devoir pour faire cesser ce dramatique fiasco vaccinal. Vos filles sont en danger et d’ailleurs, peut-être sont-elles déjà touchées/victimes sans le savoir? Parlez largement autour de vous et relayez enfin les bonnes informations car elles sauveront des vies. De nos jours, oeuvrer dans le secteur de l’humanitaire ne se résume plus à offrir des boîtes de conserves, parrainer un enfant du Tiers-Monde ou aider à construire des puits, mais cela inclut aussi le fait d’oser réinformer ses proches pour éviter des drames sanitaires et sociaux épouvantables qui coûteront à l’ensemble de la communauté. Car hélas, il ne faudra pas vraiment compter sur l’honnêteté et/ou l’efficacité des personnalités politiques (Touraine, De Block etc.) ni sur celle des parlementaires ou des journalistes….

 

Appel urgent à un moratoire sur la vaccination contre les VPH

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir. Les campagnes de vaccination actuelles sont telles que ni les jeunes ni les parents ne peuvent donner de consentement éclairé.

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir. Les campagnes de vaccination actuelles sont telles que ni les jeunes ni les parents ne peuvent donner de consentement éclairé.

5 octobre 2015.

 

Geneviève Rail, Luisa Molino et Abby Lippman – Chercheures à l’Université Concordia et chercheure et professeure émérite à l’Université McGill.

 

Depuis 2008, le ministère québécois de la Santé finance des campagnes de vaccination contre les infections par les virus du papillome humain (VPH). Dès la 4e année du primaire, les jeunes Québécoises reçoivent gratuitement ce vaccin. Compte tenu des études en cours (dont la nôtre) et des événements actuels à l’échelle de la planète, nous croyons qu’il faut de toute urgence cesser d’administrer ce vaccin. Voici les raisons qui motivent notre demande d’un moratoire.

 

Une vaccination sans consentement éclairé : les campagnes de vaccination actuelles sont telles que ni les jeunes ni les parents ne peuvent donner de consentement éclairé puisqu’ils ne sont pas mis au courant des véritables bénéfices (s’ils existent) et des effets indésirables possibles du vaccin Gardasil©, énumérés par la compagnie Merck Frosst elle-même : anémie hémolytique auto-immune, purpura, embolie pulmonaire, pancréatite, asthénie, maladies auto-immunes, réactions d’hypersensibilité, réactions anaphylactiques, bronchospasmes, urticaire, arthralgie, myalgie, thrombose veineuse, encéphalomyélite aiguë, vertiges, syndrome de Guillain-Barré, maladies des motoneurones, paralysie, convulsions, syncopes, pseudo-épilepsie, myélite, mort.

 

Des effets indésirables : il n’existe pas de recherche longitudinale fiable sur l’innocuité du vaccin anti-VPH, mais les effets secondaires graves semblent présents pour un pourcentage non négligeable de jeunes filles vaccinées (par exemple, au Japon, 3200 pour 100 000 filles/année). Des articles scientifiques et des rapports sur les dangers du vaccin sont apparus un peu partout dans le monde à la suite d’un nombre disproportionné de problèmes graves. Aux États-Unis, le système gouvernemental qui permet de rapporter les effets indésirables des vaccins (VAERS) a répertorié, en date de juillet 2015, plus de 40 000 cas de filles et de femmes gravement affectées après avoir reçu le vaccin anti-VPH (dont 232 morts, plus de 1300 qui sont restées handicapées et près de 8000 qui n’ont pas récupéré). Le Danemark a récemment ouvert cinq Centres régionaux d’évaluation des effets indésirables sérieux liés au vaccin anti-VPH (1200 jeunes filles se sont déjà inscrites), tandis qu’au Japon, en Israël et en Italie, la recommandation pour le vaccin anti-VPH a été retirée.

 

Un système de pharmacovigilance déficient : au Québec et au Canada, lorsque des jeunes filles ont été gravement affectées par le vaccin anti-VPH, le système de pharmacovigilance a été déficient. Notre étude en cours (subventionnée par les Instituts de recherche en santé du Canada) fait état de parents qui, à la suite du décès ou des graves problèmes de santé de leur fille, n’ont eu aucune écoute de la part des professionnels de la santé, tous convaincus de l’innocuité du vaccin et donc refusant de rapporter les effets indésirables.

 

Ces trois raisons à elles seules devraient suffire pour convaincre notre ministère de la santé de l’urgence d’un moratoire. Mais il y a plus.

 

Une fausse priorité en santé publique : à l’aide d’un battage publicitaire, Merck Frosst a convaincu les professionnels de la santé et le public que le cancer du col de l’utérus constituait une priorité alors qu’il n’est pas dans la liste des 50 causes les plus importantes de décès chez les femmes au Québec (Statistique Canada, 2015), ou des 10 premières dans le monde (OMS, 2011). Grâce au dépistage à l’aide du test Pap, l’incidence du cancer du col de l’utérus et la mortalité due à ce cancer sont clairement en recul en Occident, y compris au Canada où seulement 1,6 femme pour 100 000/année décède de ce cancer (Statistique Canada, 2015) ;

 

Un mécanisme méconnu : le cancer du col de l’utérus prend de 20 à 40 ans pour se développer. Il existe plus de 100 types de VPH et 12 types ont été recensés comme étant à « haut risque » puisqu’ils sont associés au cancer du col de l’utérus. Cependant, la très grande majorité des filles et des femmes qui ont des VPH à haut risque ne développent pas de cancer puisque ces VPH ne peuvent pas, à eux seuls, causer le cancer. D’ailleurs, dans 90 % des cas, les VPH disparaissent naturellement du corps dans les deux ans qui suivent l’infection.

 

Une efficacité vaccinale non prouvée : puisque le cancer du col de l’utérus prend des décennies à se développer, il n’y a pas encore d’étude sur l’efficacité du vaccin. Jusqu’à maintenant, on a plutôt examiné l’impact du vaccin sur l’incidence des lésions précancéreuses. Or, selon ces études, le vaccin Gardasil n’est pas efficace pour réduire l’incidence globale des lésions précancéreuses du col de l’utérus. Pire, des essais cliniques indiquent que lorsque les variantes 16 et 18 des VPH sont déjà installées chez les filles ou les femmes, la vaccination au Gardasil pourrait augmenter leur risque d’avoir des lésions précancéreuses.

 

Un marketing frauduleux : l’approbation accélérée du Gardasil est le résultat du marketing frauduleux de la compagnie Merck Frosst qui a créé de toutes pièces un marché pour son vaccin, présenté comme étant « anticancer », en engendrant la peur d’une crise en santé publique.

 

Une approbation précipitée : le vaccin Gardasil a reçu une approbation précipitée de Santé Canada puisqu’il a été approuvé avant que ne soient terminées les études sur l’innocuité et l’efficacité du vaccin.

 

Partout sur la planète, les jeunes filles vaccinées sont les protagonistes au coeur d’un drame dont seules les compagnies pharmaceutiques ont le secret. À tout le moins, notre ministre de la santé devrait imposer un moratoire pour que des recherches indépendantes soient entreprises au sujet d’un vaccin soupçonné d’entraîner des effets secondaires extrêmement sérieux. Les recherches actuelles ne sont pas indépendantes ou encore utilisent des critères de temps (trop court) ou de symptômes (trop restreints) qui ne permettent pas de détecter la majorité des jeunes filles aux prises avec de sérieux effets indésirables.

 

Source: Le Devoir

9 octobre 2015
Initiative citoyenne :

Votre enfant à naître fait-il partie d’une expérimentation vaccinale ?

Votre enfant à naître fait-il partie d’une expérimentation vaccinale ?

Par Christina England, 8 octobre 2015, Health Impact News

 

Une femme enceinte fera naturellement tout pour protéger son enfant à naître. Par conséquent quand on lui proposera une série de vaccinations pour protéger son bébé à naître de la maladie au cours des quelques premières semaines de sa vie, elle n’hésitera probablement pas à accepter des vaccinations sans la moindre hésitation.

 

Cependant, marquerait-elle son accord aussi facilement si elle savait que son bébé à naître allait être utilisé dans le cadre d’une expérimentation vaccinale menée par les Centres de Contrôle des Maladies et de Prévention (CDC) et par les fabricants de vaccins ?

 

Le fœtus en croissance désigné pour être le dernier cobaye de Big Pharma ?

 

Selon les documents du CDC, tant le TDaP (Diphtérie-Tétanos-Coqueluche acellulaire) et le DtaP sont des vaccins qui sont offerts aux femmes enceintes pour soi-disant protéger leur bébé de la coqueluche au cours des premières semaines de vie.

 

Cependant, malgré que ces vaccins soient recommandés pour toutes les femmes enceintes, le CDC admet dans sa propre documentation qu’aucun de ces vaccins n’a jamais été testé pour sa sécurité au cours de grossesses. Le CDC ajoute qu’ils n’ont aucune idée si ces vaccins pourraient nuire au fœtus en croissance.

 

En d’autres mots, en recommandant ces vaccins aux femmes enceintes, le CDC est tout à fait prêt à se servir de ces enfants à naître dans le cadre d’une vaste expérimentation vaccinale. Ce qui est plus inquiétant encore, c’est qu’en faisant cela, ils mettent potentiellement en péril la vie de millions d’enfants à naître.

 

Pourquoi le CDC ferait-il une chose pareille ?

 

Health Impact News a décidé d’enquêter plus profondément sur la question. Ce que nous avons découvert pourrait vous choquer et vous horrifier.

 

Trois années peuvent faire une fameuse différence

 

En 2008, comme recommandé par le Comité Consultatif sur les Pratiques d’Immunisation (ACIP), le CDC a précisé ce qui suit au début du rapport MMWR intitulé : Prévention de la coqueluche, du tétanos et de la diphtérie chez les femmes enceintes, les femmes qui ont accouché et leurs nourrissons – Recommandations du Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation (ACIP)

 

« Les preuves disponibles ne traitent pas suffisamment de la sécurité du TDaP pour les femmes enceintes, leurs fœtus ou des résultats de la grossesse. Les données disponibles n’indiquent pas non plus si les anticorps maternels transplacentaires induits par le TDaP peuvent fournir une protection précoce contre la coqueluche des nourrissons ou interférer avec les réponses immunitaires du nourrisson à l’administration des vaccins pédiatriques de routine. »

 

Ces quelques phrases indiquent que ce vaccin est clairement dangereux pour les femmes enceintes et qu’il n’existe pas de données qui pourraient faire penser que ce vaccin serait susceptible d’offrir une protection précoce.

 

Le CDC soutient également cette perspective en fournissant les informations suivantes dans l’introduction de son rapport :

 

« La sécurité et l’efficacité du TDaP n’ont pas été démontrées chez les femmes enceintes et le TDaP n’est recommandé chez les femmes enceintes dans aucun pays. Il n’existe aucune preuve de surmorbidité ou de décès parmi les femmes enceintes qui seraient dus à la coqueluche. Il n’existe aucune preuve que :

 

– Le TDaP peut endommager le fœtus chez les femmes enceintes ou augmenter le risque de problèmes durant la grossesse;

 

– les anticorps maternels transplacentaires induits par le TDaP administré pendant la grossesse protégeront les nourrissons de la coqueluche, ou

 

– que les anticorps maternels transplacentaires induits par le DTaP auront un impact négatif sur la réponse immunitaire protectrice du nourrisson à l’administration ultérieure d’un vaccin DTaP pédiatrique de routine, comme à l’administration de vaccins multiples contenant l’anatoxine tétanique ou l’anatoxine diphtérique. »

Votre enfant à naître fait-il partie d’une expérimentation vaccinale ?

Ayant cette information à l’esprit, nous devons nous demander comment il se fait que trois années plus tard, le TDaP, un vaccin non testé et non recommandé puisse brusquement être recommandé comme, non seulement sûr, mais aussi nécessaire par le CDC pour être offert à toutes les femmes enceintes pour protéger leur nouveau-né de la coqueluche.

 

Ceci est particulièrement inquiétant si l’on considère le fait que les fabricants de vaccins eux-mêmes ne peuvent fournir quelque preuve que ce soit qui pourrait suggérer que le vaccin est  sûr ou efficace.

 

Les fabricants de vaccins admettent que ces vaccins n’ont pas été testés pour les cas de grossesse

 

Commençons d’abord par étudier les fiches d’information qui accompagnent les deux vaccins que le CDC recommande pour les femmes enceintes, l’Adacel et le Boostrix, deux vaccins destinés à assurer une protection contre le tétanos, la diphtérie et la coqueluche.

 

L’Adacel, un vaccin fabriqué par Sanofi Pasteur

 

Dans la section 8 de la notice du vaccin intitulée Utilisation dans des populations particulières, Sanofi Pasteur déclare :

 

« 8.1. Catégorie grossesse C

 

On n’a pas réalisé d’études sur la reproduction animale avec le vaccin Adacel. On ne sait pas non plus si le vaccin Adacel peut provoquer des dommages au fœtus quand il est administré à des femmes enceintes ou affecter la capacité de la reproduction. Le vaccin Adacel ne devrait être administré à une femme enceinte que si la chose est clairement nécessaire(souligné par l’auteur de l’article).

 

Dans sa fiche d’information, Sanofi Pasteur fait référence au fait qu’ils ont effectué des tests limités sur des animaux en gestation ; ils ont cependant très clairement indiqué qu’Adacel n’avait jamais été testé pour sa sécurité chez les femmes enceintes et dès lors ne savent pas si le vaccin serait susceptible de nuire à la croissance du fœtus.

 

Il est aussi intéressant de remarquer que le fabricant a stipulé que le vaccin Adacel ne devrait être administré à une femme enceinte que si celui-ci est « clairement nécessaire ». Ils ne précisent cependant pas ce que suppose ou veut dire « clairement nécessaire ».

 

Comment un vaccin quel qu’il soit pourrait-il JAMAIS être « clairement nécessaire » chez des femmes enceintes ?

 

Nous allons ensuite jeter un coup d’œil à la notice de Boostrix, fabriqué par GlaxoSmithKline et destiné une fois de plus à protéger du tétanos, de la diphtérie et de la coqueluche.

 

Boostrix, un vaccin fabriqué par GlaxoSmithKline

 

Une fois de plus, dans la section 8 intitulée utilisation pour des populations spécifiques, le fabricant a précisé :

 

« 8.1 Grossesse

 

Grossesse Catégorie B

 

Une étude de toxicité sur le développement a été effectuée sur des rats femelles à une dose approximativement 40 fois la dose administrée à des humains (sur base de poids ajusté). Cette étude n’a révélé aucune preuve que le Boostrix ait causé des dommages aux fœtus. On n’a pas réalisé d’études avec Boostrix sur la fertilité animale. Il n’existe aucune étude adéquate et bien contrôlée chez les femmes enceintes. Du fait que les études de reproduction animales ne sont pas toujours prophétiques par rapport aux réponses que l’on pourrait attendre d’êtres humains,Boostrix ne devrait être administré à une femme enceinte que si le vaccin est clairement nécessaire. (souligné par l’auteur de l’article)

 

Une fois de plus, le fabricant de Boostrix a également mentionné que le vaccin avait été testé sur des animaux gestants. Cependant, GlaxoSmithKline avait déclaré qu’aucune étude adéquate ou parfaitement contrôlée n’avait été réalisée chez les femmes enceintes. En d’autres mots, ils n’avaient non plus aucune idée si leur vaccin pouvait être sûr pendant la grossesse ou aurait pu nuire aux fœtus en croissance.

 

GlaxoSmithKline avait également déclaré que ce vaccin ne devait seulement être administré à une femme enceinte que si la chose était clairement nécessaire.

 

Le CDC est prêt à mettre les bébés à naître en péril

 

Malgré l’absence de preuves que ces vaccinations étaient sans danger pour les femmes enceintes, le CDC décida en 2011 d’effectuer un revirement complet. Ils décidèrent donc d’aller de l’avant et de recommander le vaccin de toute manière.

 

Le CDC est-il une organisation qui se soucie de savoir si ces vaccins sont sûrs pour être injectés à des femmes enceintes ? Comme nous l’avons déjà signalé dans Health Impact News, le CDC est le plus grand  acheteur de vaccins, dépensant plus de 4 milliards de dollars par an dans ce but, ce qui représente un grave conflit d’intérêts par rapport à la supervision de la sécurité des vaccins. (Voir : le CDC achète pour 4 milliards de vaccins, un conflit d’intérêts par rapport à la supervision de la sécurité des vaccins.)

 

L’année au cours de laquelle le CDC a recommandé des vaccins non testés à des femmes enceintes

 

En 2011, le CDC a commencé à mettre ses recommandations à jour en expliquant que la majorité des enfants hospitalisés qui mouraient de coqueluche et qui n’avaient pas encore atteint l’âge de deux mois étaient dès lors trop jeunes pour être vaccinés. C’est la raison pour laquelle, le CDC a pensé qu’il était nécessaire de mettre une nouvelle stratégie en place.

 

Pour rassurer le public, faire comprendre que tout était bien parce qu’ils avaient vérifié la sécurité des vaccins, le CDC a expliqué que, bien qu’ils étaient parfaitement conscients que les vaccins n’avaient pas été testés pour la sécurité au cours de la grossesse, ils ont néanmoins utilisé les registres de grossesse mis en place par les fabricants de vaccins, ainsi que de petites études pour recueillir des données de sécurité mises à jour.

 

Encore une fois, en utilisant le conseil qui lui avait été fourni par l’AICP, le CDC a déclaré :

 

« …L’ACIP a fait des recommandations pour l’utilisation du TDaP chez les femmes enceintes non vaccinées et mises à jour sur le cocooning et les situations spéciales. »

 

En faisant cette déclaration, le CDC a indiqué qu’il était d’accord avec l’ACIP et a recommandé que le TDaP soit offert aux femmes enceintes pour la protection de leur fœtus au cours des premières semaines de leurs vies.

 

Le CDC a précisé :

 

« Au cours des évaluations préalables à l’homologation, la sécurité de l’administration d’une dose de rappel du TDaP à des femmes enceintes n’avait pas été étudiée. »

 

Ils ont cependant tenté de rassurer les femmes enceintes en déclarant que :

 

« A la suite du manque d’information sur l’utilisation du TDaP chez les femmes enceintes, les deux fabricants du TDaP ont établi des registres pour récolter de l’information sur les grossesses de femmes vaccinées avec le TDaP. Les données concernant la sécurité de l’administration du TDaP à des femmes enceintes sont maintenant disponibles. L’ACIP a examiné les données des registres publiées et non publiées du VAERS, de Sanofi Pasteur (Adacel) et de GlaxoSmithKline (Boostrix), ainsi que les petites études auxquelles il a été fait allusion. L’ACIP a conclu que les données disponibles de ces études ne suggèrent aucune fréquence élevée ou des types d’effets indésirables inhabituels chez les femmes enceintes qui ont reçu le TDaP et que les quelques effets graves rapportés n’étaient vraisemblablement pas causés par le vaccin. (Souligné par l’auteur de l’article).

 

Le public est-il averti par les médecins des risques et des inconnues concernant la sécurité de ce vaccin qui est administré aux femmes enceintes ?

 

Qu’en est-il du protocole vaccinal ?

 

Avant que tout vaccin soit commercialisé comme étant sûr et efficace, il doit passer par une série d’essais cliniques. Ces essais comportent généralement trois phases. La phase 1 comprend des études de sécurité et d’immunogénicité réalisées sur un petit nombre de sujets suivis de très près. La phase 2 concerne des études ayant trait au problème des doses. Elles peuvent porter sur des centaines de sujets. Finalement, les essais de phase 3 portent sur des milliers d’individus et fournissent une documentation cruciale sur l’efficacité, ainsi que sur des données importantes de sécurité requises pour l’obtention des licences.

 

Cette procédure est généralement mise en place par la FDA

 

Si un vaccin doit être recommandé pour un groupe particulier d’individus, on pourrait s’attendre à ce que les fabricants aient préalablement réalisé des essais exhaustifs tout spécialement s’il s’agit de personnes vulnérables comme les femmes enceintes et leurs bébés à naître.

 

Le système VAERS (Rapports des effets secondaires des vaccins) et les registres des fabricants sont incapables de fournir les preuves scientifiques de la sécurité d’un vaccin. Cela s’explique parce qu’il n’y a pas de groupes de contrôle (non randomisés et en double aveugle). Dès lors, leurs données ne possèdent aucune validité pour établir des dossiers de sécurité en ce qui concerne leur utilisation pour l’indication du vaccin chez des femmes enceintes.

 

Deux études ont fourni des preuves insignifiantes pour déterminer la sécurité du vaccin

 

En lisant attentivement le document 2011 du CDC, vous pourrez remarquer qu’il fait référence à deux petites études qui ont été utilisées pour servir de preuves que les vaccins destinés aux femmes enceintes sont sûrs. Nous pensons cependant que le nombre de participants était beaucoup trop réduit pour fournir de la substance à leurs revendications.

 

La première étude référencée par le CDC était intitulée : Vaccination maternelle avec le vaccin tétanos-diphtérie-coqueluche : effet sur les niveaux d’anticorps sériques maternels et néonataux. L’étude a été réalisée par Stanley A.Gall,MD.,John Myers, PhD et Michael Pichichero, MD.

 

Les chercheurs ont étudié le cas de 104 femmes enceintes et ont vacciné 52 d’entre elles. Bien que les chercheurs aient affirmé qu’il n’y avait eu aucune réaction indésirable, aucune donnée de sécurité n’a été fournie ; nous ne disposons dès lors que de leur parole.

 

Les chercheurs ont conclu :

 

« L’administration du TDaP au cours de la grossesse augmente les titres d’anticorps contre la diphtérie et la coqueluche. Le TDaP peut prévenir l’infection néonatale de la coqueluche. (souligné par l’auteur de l’article)

 

Compte tenu que ces vaccins sont conseillés aux femmes enceintes pour protéger leurs nourrissons de la coqueluche au cours des huit premières semaines de vie, cette étude ne fournit aucune preuve substantielle qui confirmerait la sécurité ou l’efficacité de ces vaccins. Cette étude n’apporte non plus pas de preuves que ce vaccin puisse effectivement protéger les nourrissons de l’infection coquelucheuse.

 

Ceci est particulièrement inquiétant étant donné que les chercheurs ont déclaré que l’objectif de cette étude était de déterminer si oui ou non le fait d’offrir le TDaP au cours de la grossesse protégeait les nourrissons contre la coqueluche :

 

« Nous avons cherché à déterminer si le fait de vacciner contre le tétanos, la diphtérie et la coqueluche (TDaP) au cours de la grossesse fournissait aux nouveau-nés des anticorps contre la coqueluche si on les comparait aux bébés de mères mères qui n’avaient pas reçu le TDaP »

 

Il est également intéressant de signaler que le chercheur principal Stanley A.Gall, MD avait reçu des subventions  et du soutien pour la recherche de deux grands fabricants de vaccins, GlaxoSmithKline, le fabricant de Boostrix et Merck où il avait été consultant.

 

Le site Protect cme.org stipule que :

 

«  Le Dr Stanley Gall a reçu des subventions et du soutien pour le recherche de GalxoSmithKline et de Merck. »

 

Etant donné que le chercheur principal de l’étude avait des conflits d’intérêts, comment peut-on utiliser cette étude en guise de preuve ?

 

La deuxième étude citée a été réalisée par Elizabeth A. Talbot, Kristin H. Brown, Kathryn B. Kirkland, andrew L. Baughman, Scott. Elle est intitulée : Sécurité de la vaccination avec le vaccin contre le tétanos, la diphtérie et la coqueluche (acellulaire) (TDaP) moins de deux ans après une précédente vaccination antitétanique : expérience d’une campagne de vaccination de masse du personnel de santé au cours  de l’éclosion d’une maladie respiratoire.

 

Une fois de plus cette étude s’est montrée moins que convaincante du fait que les chercheurs n’ont vacciné que 16 femmes enceintes avec le TDaP. Et, bien que plusieurs effets indésirables aient été signalés tout au cours de l’étude, ils furent ignorés par le CDC dans son rapport comme n’ayant aucun lien avec le vaccin.

 

Conclusion : il n’est pas possible de faire confiance au CDC en ce qui concerne la sécurité du vaccin pour les enfants à naître

 

Selon notre enquête, il est clair que le CDC a décidé de recommander aux femmes enceintes une vaccination potentiellement dangereuse et inefficace, même s’il est dans l’impossibilité de fournir des données convaincantes qui pourraient rassurer les mères que le vaccin ne pourra nuire à la croissance de leur fœtus.

 

Les deux études utilisées par le CDC n’ont testé qu’un petit groupe de personnes ne pouvant fournir que des données insuffisantes qui permettraient de prouver la sûreté des vaccins. Tous les effets indésirables qui ont été rapportés par les chercheurs ont été ignorés par le CDC. Il a été précisé qu’il était peu plausible que ces problèmes aient été causés par le vaccin.

 

Comment les parents peuvent-ils avoir confiance dans la sûreté de ce vaccin vu que le CDC n’a pas présenté d’études longitudinales pour démontrer que ce vaccin était susceptible de nuire ou non à leurs enfants ?

 

Remerciements : l’aide d’un grand chercheur israélien qui préfère rester anonyme a été beaucoup appréciée.

Source : Health Impact News

LES VACCINATIONS,  UNE PRATIQUE DU PASSE !

 

Jean-Pierre Eudier

 

 

Dans ce monde où l’obéissance et la conformité sont plus simples que le courage et la volonté de faire des erreurs productives, je prends le risque de passer une nouvelle fois pour un hérétique et de rappeler que le Pr. Jean Dausset, lauréat du prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le système HLA démontrant l’unicité de l’identité biologique, déclarait dans une conférence tenue à Montréal en  octobre 1980 « La vaccination des enfants contre toute une série de maladies pourrait  bientôt  être  une  pratique  du  passé. »  Au départ, les travaux du Pr. Dausset étaient destinés à comprendre les mécanismes biologiques qui permettent à l’organisme d’accepter ou de rejeter des greffes de tissus ou d’organes. Ces travaux débouchent aujourd’hui sur des connaissances beaucoup plus vastes des mécanismes profonds de la réponse immunitaire chez l’homme et encore souvent incomprises.  35 ans après cette déclaration, la communauté médicale continue de ce déchirer vainement sur la pertinence d’une vaccination universelle et systématique alors que nous disposons des outils capables de mesurer et d’identifier les maladies pour lesquelles un individu pourrait se montrer particulièrement vulnérable, et celles pour lesquelles il possède une aptitude naturelle à les combattre.   Cette compréhension du système HLA aboutira peut-être un jour à l’inutilité de vacciner des individus contre une maladie qui ne risque pas de les atteindre. « Les vaccins ne seront alors administrés que pour des maladies à risque élevé », avait alors ajouté le professeur. « Nous sommes à la veille d’une nouvelle époque où chacun recevra un traitement personnalisé », a-t-il ajouté dans une autre conférence. Hélas le chemin à parcourir est encore long et aujourd’hui et il apparaît que les considérations financières l’emportent dangereusement sur les conditions sanitaires.

 

Livre : AUTISME, UNE FATALITE GENETIQUE ?

L’enquête d’une mère, les vérités qui dérangent.

Marie-Christine DEPREAUX  Testez Editions 2007.

Ce livre est préfacé par Michel GEORGET, un biologiste auteur de livres-clés sur le sujet des vaccinations.

 

Mère de trois enfants dont l’aîné est autiste, l’auteur a passé plus de huit années à chercher, analyser et traduire tout ce qui concerne les approches biomédicales de l’autisme.

Sa démarche très scientifique est appuyée par de solides références médicales. Elle a étudié toutes les recherches faites dans les pays anglo-saxons qui montrent un lien incontournable entre l’autisme et les vaccins, les antibiotiques, les amalgames dentaires, les dysbioses intestinales et autres troubles gastro-intestinaux.

Le rôle des métaux lourds est clairement mis en évidence.

Ce livre remarquable montre que, aux Etats-Unis, des 4 autistes pour 10.000 naissances en 1970 on en est arrivé à 1 sur 50 de nos jours !!

On ne peut pas fermer le yeux et affirmer comme Claire Anne SIEGRIST, du haut de sa chaire de vaccinologie à Genève, qu’ « il n’y a aucune corrélation entre les vaccins et l’autisme ! » Les propos de cette femme professeur de médecine sont tout simplement hallucinants  !

Refuser de voir qu’il y a une corrélation entre l’augmentation du nombre des vaccins administrés aux nouveaux-nés et la fréquence accrue des cas d’autisme, c’est vraiment l’autruche qui met la tête dans le sable pour ne  pas voir la réalité en face !

Madame DESPREAUX affirme notamment : « La preuve ultime en matière médicale est l’étude en double aveugle contrôlée avec un placebo. Or, comme ce standard n’a jamais été utilisé pour comparer les personnes vaccinées avec les personnes non vaccinées, on peut dire que la pratique des vaccins reste scientifiquement non prouvée » !

Elle cite aussi des études qui disent : «  Le principe d’immunisation naturelle est un processus interactif complexe impliquant de nombreux organes et systèmes. Il semble difficile qu’il puisse être imité uniquement par la stimulation artificielle d’anticorps. »

Et aussi : « La recherche indique que la vaccination confère aux cellules une immunité particulière aux antigènes spécifiques de chaque vaccin, rendant ces cellules incapables de réagir aux autres infections. Les réserves immunologiques pourraient être réduites et causer une résistance générale amoindrie. »

Concluons avec Einstein : « Tout esprit progressiste se voit contrecarrer par 1000 esprits médiocres dont le seul but est de préserver le passé ! »

 

George Bernard Shaw, Prix Nobel de Littérature 1925, le disait déjà à son époque où il y avait encore beaucoup moins de vaccins qu’aujourd’hui: « Si l’on pouvait mettre à jour tous les décès par vaccination dans le monde entier, ces chiffres feraient frémir Hérode lui-même. »

 

France : des parents condamnés pour refus de vacciner !

http://initiativecitoyenne.be/2015/11/vaccination-condamner-les-larere-serait-une-provocation-sans-precedent-et-une-insulte-a-l-humanite-toute-entiere.html

 

;

 

 

APPEL URGENT A UN MORATOIRE SUR LA VACCINATION ANTI-HPV (GARDASIL ETC.)

Des professionnels de santé réputés viennent de faire paraître ce jour une tribune dans le journal québécois Le Devoir pour faire cesser ce dramatique fiasco vaccinal. Vos filles sont en danger et d’ailleurs, peut-être sont-elles déjà touchées/victimes sans le savoir? Parlez largement autour de vous et relayez enfin les bonnes informations car elles sauveront des vies. De nos jours, oeuvrer dans le secteur de l’humanitaire ne se résume plus à offrir des boîtes de conserves, parrainer un enfant du Tiers-Monde ou aider à construire des puits, mais cela inclut aussi le fait d’oser réinformer ses proches pour éviter des drames sanitaires et sociaux épouvantables qui coûteront à l’ensemble de la communauté. Car hélas, il ne faudra pas vraiment compter sur l’honnêteté et/ou l’efficacité des personnalités politiques (TouraineDe Block etc.) ni sur celle des parlementaires ou des journalistes…

Suite de l’article sur santeglobale.info, article «vaccins nouvelles 2015 ».

 

 

 

GARDASIL : LE SCANDALE REDHIBITOIRE !

Par Michel DOGNA

 

100% des échantillons contaminés avec le papillomavirus humain (Publié par wikistrike.com – 24 Septembre 2015) L e site «sanevax» organisme à but non lucratif recense des études et des publications scientifiques concernant les méfaits et dangers de la vaccination. Il a fait appel à des laboratoires privés pour tester le Gardasil de Merck, vaccin largement contesté quand à son efficacité, et surtout pour ses effets secondaires souvent dramatiques. Le compte-rendu alarmant de l’expertise explique que TOUS les échantillons testés de Gardasil étaient contaminés au HPV. La lettre qui suit devrait dans un pays normal entraîner le retrait immédiat de ce vaccin criminel qui contient – en plus de la liste classique des additifs que j’ai maintes fois signalés – du borate de sodium (mort aux rats). Voici la lettre du président de SANE Vax Inc à la Food and Drug Administration (FDA) : A la demande des consommateurs soucieux de la sécurité médicale et de l’efficacité du vaccin contre le VPH, SANE Vax Inc a fait appel à un laboratoire privé pour tester un certain nombre d’échantillons de VPH Gardasil ™ 4 (Merck) pour une possible contamination par l’ADN du papillomavirus humain (HPV) dans le lot de vaccins distribués aux médecins. Le laboratoire a informé SANE Vax Inc que 100% des treize échantillons de Gardasil ™

actuellement commercialisés aux Etats-Unis, en Australie, en Nouvelle Zélande, en Espagne, en France, et en Pologne ont été trouvés positifs pour l’ADN du VPH. Parce que 100% des échantillons testés étaient positifs pour la contamination ADN du VPH, SANE Vax Inc demande à la FDA d’enquêter sur l’étendue de la contamination dans l’ADN du VPH Gardasil HPV4, vaccin actuellement sur le marché, et de prendre les mesures appropriées pour assurer la sécurité du public concernant les fabrications futures.:

Arrêtez de suivre aveuglément les conseils des médecins et pédiatres sur les vaccinations. Ils ont suivi zéro heure de cours à la fac sur ce sujet pour lequel ils sont d’une ignorance crasse – volontaire ou non. Cette tentation du diable est d’autant plus impardonnable pour ceux qui ont Internet – il suffit de taper « Gardasil » sur Google. Rappelez vous que derrière chaque médecin plane l’ombre menaçante de l’Ordre – entre risquer de bousiller sa carrière ou votre enfant, quelle est à votre avis sa priorité ?

Je vous conseille de visiter régulièrement l’excellent site belge  « INITIATIVE CITOYENNE » : www.initiativecitoyenne.be

 

Le professeur Montagnier et les vaccins :

 

« …Le déni ! Ce qui est dommage, c’est que l’attitude des pouvoirs publics et des institutions dépendant du public ou de leurs représentants préfèrent faire un déni des problèmes plutôt que de les traiter. Il y a des exemples patents, le nôtre par exemple, mais il y en a d’autres. Il y a les rapports avec les effets secondaires des vaccinations. »

 

« Ce n’est pas en niant ces effets secondaires qu’on va aider la vaccination, au contraire. On va tuer les vaccinations qui sont peut-être très utiles.

 

Il faut reconnaître qu’il y a des personnes, des enfants qu’il ne faut pas vacciner dans certaines circonstances. Il ne faut pas que la vaccination soit une vaccination de masse. Les vaccinations de masse ont été désastreuses. On se souvient de l’hépatite B des enfants en âge scolaire par exemple, ou les vaccinations antipolio chez les enfants africains par exemple, sans discrimination.

 

Alors, ça demande davantage d’efforts médicaux, mais c’est très important qu’il n’y ait aucun mort par vaccination. Même une seule mort serait de trop ou une maladie grave, ou une maladie grave handicapant à vie l’enfant.

 

Si on fait un déni de ces événements, simplement parce qu’on veut éviter des problèmes, on recule devant la reconnaissance de la réalité, et ça c’est anti-scientifique, totalement anti-scientifique. ! »

Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents
Les vaccins pour enfants ont détruit le pancréas de l’un, rendu aveugle une autre, amoché leur système nerveux et immunitaire et maintenant, ces familles sont abandonnées par les autorités sanitaires à leur triste sort avec les effets tragiques de ces produits soi-disant sensés favoriser la santé du plus grand nombre! Réveillons-nous car après leurs enfants, ce sera inexorablement les vôtres… la vaccination est un terrorisme sanitaire car il y a une certitude scientifique qu’ils vont détruire très lourdement des individus mais personne ne sait dire quand et dans quelle famille ces effets irréversibles et parfois mortels surviendront…
“J’ai dû vacciner mon fils pour qu’il puisse rentrer en crèche. Malheureusement, suite à ses vaccins, il ne pourra plus jamais aller en crèche et à l’école. Si on m’avait prévenu des risques, je ne l’aurais pas fait vacciner.”
“J’ai dû vacciner mon fils pour qu’il puisse rentrer en crèche. Malheureusement, suite à ses vaccins, il ne pourra plus jamais aller en crèche et à l’école. Si on m’avait prévenu des risques, je ne l’aurais pas fait vacciner.”
Infanrix hexa, Prevenar, Priorix, etc., il est maintenant de votre devoir de parents de vous informer enfin sérieusement sur ces produits administrés à tout va, pas vraiment pour le meilleur mais surtout pour le pire. Ecoutez, voyez, lisez sur les composants, sur les effets secondaires et comparez le discours de votre médecin aux faits crus et bruts de la réalité de terrain, des documents confidentiels, des bases de données médicales,… il y a vraiment urgence!
“Ma fille est née en parfaite santé et suite à la vaccination, elle a perdu la vue à l’âge de deux mois, du jour au lendemain, avec un corps rigide au niveau des bras et une tête qui tombait. Je ne pouvais pas ne pas me poser de questions.”
“Ma fille est née en parfaite santé et suite à la vaccination, elle a perdu la vue à l’âge de deux mois, du jour au lendemain, avec un corps rigide au niveau des bras et une tête qui tombait. Je ne pouvais pas ne pas me poser de questions.”
Témoignages vidéos de plusieurs parents d’enfants victimes:

Entre-temps, nous avons appris le décès de Lolita, la fille de Karine qui témoigne dans la vidéo ci-dessus. Elle a été retrouvée morte dans son lit par son papa, bleue et raide, le 18 novembre au matin. Une autopsie a été demandée.

Nous tenons à saluer le courage fantastique de ces parents et leur détermination, eux aussi n’ayant pu compter sur aucune aide de la part des pouvoirs publics de mauvaise foi… La famille ayant tellement dû dépenser en soins de santé non remboursés pour aider leur fille autant qu’ils le pouvaient, qu’une cagnotte a maintenant été ouverte pour aider la famille à payer les frais funéraires.
Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents

Voici maintenant les effets secondaires de vaccins comme Infanrix hexa, Prevenar et Priorix (ROR) listés dans la base de données médicales indépendante Thériaque, une base de données médicales indépendante, faite par des professionnels pour des professionnels, sous le contrôle du Centre National Hospitalier d’Information sur le Médicament:

INFANRIX HEXA PDR ET SUSP INJ
INFANRIX HEXA, POUDRE ET SUSPENSION POUR SUSPENSION INJECTABLE. VACCIN DIPHTERIQUE, TETANIQUE, COQUELUCHEUX (ACELLULAIRE, MULTICOMPOSE), DE L’HEPATITE B, POLIOMYELITIQUE (INACTIVE) ET DE L’HAEMOPHILUS INFLUENZAE TYPE B (HIB) CONJUGUE (ADSORBE)

Les effets indésirables de la base Theriaque incluent d’une part les effets indésirables du RCP de la spécialité consultée, d’autre part une compilation bibliographique des effets indésirables des médicaments appartenant à la même classe thérapeutique.
Déclaration des effets indésirables suspectés
La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration: Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance.
Site internet: www.ansm.sante.fr.

Effets indésirables à dose thérapeutique Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables

– Effets indésirables cliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL(3 fiches)
AGITATION
APPETIT PERTE (2 fiches)
ARTHRALGIE
ASTHENIE (2 fiches)
BRONCHITE
CEPHALEE (3 fiches)
CONVULSION
DIARRHEE (2 fiches)
DORSALGIE
DOULEUR ABDOMINALE (2 fiches)
FIEVRE (3 fiches)
FRISSON (2 fiches)
HYPOESTHESIE
HYPOTENSION ARTERIELLE
INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES (2 fiches)
INSOMNIE
IRRITABILITE
LYMPHADENOPATHIE (2 fiches)
MALAISE / LIPOTHYMIE (2 fiches)
MYALGIE
NAUSEE VOMISSEMENT (2 fiches)
NERVOSITE
PALEUR
PARESTHESIE (2 fiches)
RHINITE
RHINORRHEE
SOMMEIL TROUBLE
SOMNOLENCE DIURNE (2 fiches)
SYNCOPE (2 fiches)
SYNDROME GRIPPAL (2 fiches)
TOUX
VERTIGE / ETOURDISSEMENT (2 fiches)

TROUBLES MENTAUX ET DU COMPORTEMENT(2 fiches)
AGITATION
INSOMNIE
IRRITABILITE (2 fiches)
NERVOSITE
PLEURS INHABITUELS
SOMMEIL TROUBLE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX(5 fiches)
AGITATION
APATHIE
CEPHALEE
CONCENTRATION ALTERATION
CONCENTRATION BAISSE
CONFUSION MENTALE
CONVULSION (4 fiches)
CRIS PERSISTANTS SYNDROME
DEMYELINISATION
ENCEPHALITE (3 fiches)
ENCEPHALOPATHIE (3 fiches)
FIEVRE (2 fiches)
HYPOESTHESIE (2 fiches)
HYPOREFLEXIE
HYPOTONIE MUSCULAIRE
IRRITABILITE
MENINGITE
MYELITE AIGUE TRANSVERSE
NEUROMYELITE (2 fiches)
NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (3 fiches)
NEUROTOXICITE
NEVRITE (2 fiches)
NEVRITE OPTIQUE
OEDEME CEREBRAL
PARALYSIE (2 fiches)
PARALYSIE FACIALE (2 fiches)
PARESTHESIE (2 fiches)
PLEURS INHABITUELS
POLYRADICULONEVRITE
POLYRADICULONEVRITE / GUILLAIN BARRE (3 fiches)
SCLEROSE EN PLAQUE
SYNCOPE (2 fiches)
VERTIGE / ETOURDISSEMENT

TROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES(5 fiches)
ALOPECIE
ANOMALIE LABIALE
BRULURE LOCALE
CYANOSE
DEPIGMENTATION
DERMATITE
DOULEUR (2 fiches)
DOULEUR LOCALE AU POINT D’INJECTION
ECCHYMOSES
ECZEMA (2 fiches)
ERUPTION CUTANEE (3 fiches)
ERYTHEME
ERYTHEME NOUEUX
ERYTHEME POLYMORPHE (3 fiches)
FIEVRE
GRANULOME
HEMATOME
HYPERESTHESIE
HYPERPIGMENTATION
HYPOESTHESIE
INDURATION
INFLAMMATION LOCALE AU POINT D’INJECTION
LICHEN
OEDEME (2 fiches)
OEDEME CUTANE (2 fiches)
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME
OEDEME DES MEMBRES INFERIEURS
PARESTHESIE
PHLYCTENE / VESICULE
PLEURS INHABITUELS
PRURIT (3 fiches)
PURPURA
RAIDEUR ARTICULAIRE
RAIDEUR MUSCULAIRE
REACTION LOCALE AU POINT D’INJECTION
SAIGNEMENT LOCAL AU POINT D’INJECTION
TUMEFACTION PERIPHERIQUE
URTICAIRE (3 fiches)
VASCULARITE

TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE(4 fiches)
ANAPHYLAXIE (4 fiches)
ARTERIOPATHIE
ARTHRALGIE
CEPHALEE
CHOC ANAPHYLACTIQUE (2 fiches)
DIABETE
DYSPNEE
ERUPTION CUTANEE (2 fiches)
ERYTHEME (2 fiches)
FIEVRE
FRISSON
HYPERSUDATION
HYPOTENSION ARTERIELLE
MALADIE AUTOIMMUNE
MALADIE SERIQUE
MALAISE / LIPOTHYMIE
MYALGIE
OEDEME
OEDEME CUTANE
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME (3 fiches)
OEDEME FACIAL (3 fiches)
OEDEME LARYNGE AIGU
PALEUR
POLYARTHRITE
PRURIT (2 fiches)
REACTION ALLERGIQUE (4 fiches)
THYROIDITE
URTICAIRE (2 fiches)

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
LYMPHADENOPATHIE
PETECHIES
PURPURA

TROUBLES DES ORGANES DES SENS
AUDITION ALTERATION

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES
ARTHRALGIE
ARTHRITE
FAIBLESSE MUSCULAIRE
MYALGIE

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES
ATTEINTE HEPATIQUE
CYTOLYSE HEPATIQUE
HEPATITE

TROUBLES RENAUX ET GENITO-URINAIRES
GLOMERULONEPHRITE
SYNDROME NEPHROTIQUE

TROUBLES CARDIO-VASCULAIRES
HYPOTENSION ARTERIELLE
SYNCOPE
VASCULARITE

TROUBLES RESPIRATOIRES(4 fiches)
APNEE (3 fiches)
BRONCHITE
BRONCHOSPASME / ASTHME (2 fiches)
DYSPNEE
INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES
LARYNGITE
PHARYNGITE
RHINITE
SIFFLEMENT PULMONAIRE
TOUX

– Effets indésirables paracliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL
THROMBOCYTOPENIE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX
ELECTROENCEPHALOGRAMME MODIFICATION

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
ANEMIE
APLASIE MEDULLAIRE
THROMBOCYTOPENIE

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES
ALAT MODIFICATION
ASAT MODIFICATION
BILIRUBINE MODIFICATION
GAMMA GT MODIFICATION
LACTICO-DESHYDROGENASE MODIFICATION
PHOSPHATASE ALCALINE MODIFICATION

Effets indésirables en cas de surdosage Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables

– Effets indésirables cliniques
SANS INFO SUR EFFETS SURDOSAGE (2 fiches)
SANS OBJET
PREVENAR 13 SUSP INJ SER 0,5ML + AIG
PREVENAR 13 SUSPENSION INJECTABLE. VACCIN PNEUMOCOCCIQUE POLYOSIDIQUE CONJUGUE (13-VALENT, ADSORBE)

Effets indésirables à dose thérapeutique Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables
– Effets indésirables cliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL
ASTHENIE
BOUFFEE VASOMOTRICE
CAUCHEMAR
CONSCIENCE TROUBLE
FIEVRE
FRISSON
HYPOREFLEXIE
HYPOTONIE MUSCULAIRE
INSOMNIE
IRRITABILITE
PLEURS INHABITUELS
SOMMEIL TROUBLE
SOMNOLENCE DIURNE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX
CEPHALEE
CONVULSION
FIEVRE

TROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES
ANOMALIE LABIALE
BRULURE LOCALE
DEPIGMENTATION
DERMATITE
DOULEUR
DOULEUR LOCALE AU POINT D’INJECTION
ECCHYMOSES
ECZEMA
ERUPTION CUTANEE
ERYTHEME
ERYTHEME POLYMORPHE
GRANULOME
HEMATOME
HYPERESTHESIE
HYPERPIGMENTATION
HYPOESTHESIE
INDURATION
INFLAMMATION LOCALE AU POINT D’INJECTION
OEDEME
OEDEME CUTANE
PARESTHESIE
PRURIT
RAIDEUR ARTICULAIRE
RAIDEUR MUSCULAIRE
REACTION LOCALE AU POINT D’INJECTION
SAIGNEMENT LOCAL AU POINT D’INJECTION
TUMEFACTION PERIPHERIQUE
URTICAIRE

TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE
ANAPHYLAXIE
BRONCHOSPASME / ASTHME
CHOC ANAPHYLACTIQUE
DYSPNEE
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME
OEDEME FACIAL
REACTION ALLERGIQUE
SENSIBILISATION

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
LYMPHADENOPATHIE

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES
ARTHRALGIE
MYALGIE

TROUBLES GASTRO-INTESTINAUX
APPETIT PERTE
DIARRHEE
NAUSEE VOMISSEMENT

TROUBLES RESPIRATOIRES
APNEE

Effets indésirables en cas de surdosage Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables
– Effets indésirables cliniques
SANS INFO SUR EFFETS SURDOSAGE
PRIORIX PDR ET SOL INJ FL+SER +2AIG
PRIORIX, POUDRE ET SOLVANT POUR SOLUTION INJECTABLE EN SERINGUE PREREMPLIE. VACCIN ROUGEOLEUX, DES OREILLONS ET RUBEOLEUX (VIVANT)

Effets indésirables à dose thérapeutique Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables
– Effets indésirables cliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL(3 fiches)
AGITATION
APPETIT PERTE (2 fiches)
ARTHRALGIE
ASTHENIE (2 fiches)
BRONCHITE
CEPHALEE (3 fiches)
CONVULSION
DIARRHEE (2 fiches)
DORSALGIE
DOULEUR ABDOMINALE (2 fiches)
FIEVRE (3 fiches)
FRISSON (2 fiches)
HYPOESTHESIE
HYPOTENSION ARTERIELLE
INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES (2 fiches)
INSOMNIE
IRRITABILITE
LYMPHADENOPATHIE (2 fiches)
MALAISE / LIPOTHYMIE (2 fiches)
MYALGIE
NAUSEE VOMISSEMENT (2 fiches)
NERVOSITE
PALEUR
PARESTHESIE (2 fiches)
RHINITE
RHINORRHEE
SOMMEIL TROUBLE
SOMNOLENCE DIURNE (2 fiches)
SYNCOPE (2 fiches)
SYNDROME GRIPPAL (2 fiches)
TOUX
VERTIGE / ETOURDISSEMENT (2 fiches)

TROUBLES MENTAUX ET DU COMPORTEMENT(2 fiches)
AGITATION
INSOMNIE
IRRITABILITE (2 fiches)
NERVOSITE
PLEURS INHABITUELS
SOMMEIL TROUBLE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX(5 fiches)
AGITATION
APATHIE
CEPHALEE
CONCENTRATION ALTERATION
CONCENTRATION BAISSE
CONFUSION MENTALE
CONVULSION (4 fiches)
CRIS PERSISTANTS SYNDROME
DEMYELINISATION
ENCEPHALITE (3 fiches)
ENCEPHALOPATHIE (3 fiches)
FIEVRE (2 fiches)
HYPOESTHESIE (2 fiches)
HYPOREFLEXIE
HYPOTONIE MUSCULAIRE
IRRITABILITE
MENINGITE
MYELITE AIGUE TRANSVERSE
NEUROMYELITE (2 fiches)
NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (3 fiches)
NEUROTOXICITE
NEVRITE (2 fiches)
NEVRITE OPTIQUE
OEDEME CEREBRAL
PARALYSIE (2 fiches)
PARALYSIE FACIALE (2 fiches)
PARESTHESIE (2 fiches)
PLEURS INHABITUELS
POLYRADICULONEVRITE
POLYRADICULONEVRITE / GUILLAIN BARRE (3 fiches)
SCLEROSE EN PLAQUE
SYNCOPE (2 fiches)
VERTIGE / ETOURDISSEMENT

TROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES(5 fiches)
ALOPECIE
ANOMALIE LABIALE
BRULURE LOCALE
CYANOSE
DEPIGMENTATION
DERMATITE
DOULEUR (2 fiches)
DOULEUR LOCALE AU POINT D’INJECTION
ECCHYMOSES
ECZEMA (2 fiches)
ERUPTION CUTANEE (3 fiches)
ERYTHEME
ERYTHEME NOUEUX
ERYTHEME POLYMORPHE (3 fiches)
FIEVRE
GRANULOME
HEMATOME
HYPERESTHESIE
HYPERPIGMENTATION
HYPOESTHESIE
INDURATION
INFLAMMATION LOCALE AU POINT D’INJECTION
LICHEN
OEDEME (2 fiches)
OEDEME CUTANE (2 fiches)
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME
OEDEME DES MEMBRES INFERIEURS
PARESTHESIE
PHLYCTENE / VESICULE
PLEURS INHABITUELS
PRURIT (3 fiches)
PURPURA
RAIDEUR ARTICULAIRE
RAIDEUR MUSCULAIRE
REACTION LOCALE AU POINT D’INJECTION
SAIGNEMENT LOCAL AU POINT D’INJECTION
TUMEFACTION PERIPHERIQUE
URTICAIRE (3 fiches)
VASCULARITE

TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE(4 fiches)
ANAPHYLAXIE (4 fiches)
ARTERIOPATHIE
ARTHRALGIE
CEPHALEE
CHOC ANAPHYLACTIQUE (2 fiches)
DIABETE
DYSPNEE
ERUPTION CUTANEE (2 fiches)
ERYTHEME (2 fiches)
FIEVRE
FRISSON
HYPERSUDATION
HYPOTENSION ARTERIELLE
MALADIE AUTOIMMUNE
MALADIE SERIQUE
MALAISE / LIPOTHYMIE
MYALGIE
OEDEME
OEDEME CUTANE
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME (3 fiches)
OEDEME FACIAL (3 fiches)
OEDEME LARYNGE AIGU
PALEUR
POLYARTHRITE
PRURIT (2 fiches)
REACTION ALLERGIQUE (4 fiches)
THYROIDITE
URTICAIRE (2 fiches)

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
LYMPHADENOPATHIE
PETECHIES
PURPURA

TROUBLES DES ORGANES DES SENS
AUDITION ALTERATION

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES
ARTHRALGIE
ARTHRITE
FAIBLESSE MUSCULAIRE
MYALGIE

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES
ATTEINTE HEPATIQUE
CYTOLYSE HEPATIQUE
HEPATITE

TROUBLES RENAUX ET GENITO-URINAIRES
GLOMERULONEPHRITE
SYNDROME NEPHROTIQUE

TROUBLES CARDIO-VASCULAIRES
HYPOTENSION ARTERIELLE
SYNCOPE
VASCULARITE

TROUBLES RESPIRATOIRES(4 fiches)
APNEE (3 fiches)
BRONCHITE
BRONCHOSPASME / ASTHME (2 fiches)
DYSPNEE
INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES
LARYNGITE
PHARYNGITE
RHINITE
SIFFLEMENT PULMONAIRE
TOUX

– Effets indésirables paracliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL
THROMBOCYTOPENIE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX
ELECTROENCEPHALOGRAMME MODIFICATION

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
ANEMIE
APLASIE MEDULLAIRE
THROMBOCYTOPENIE

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES
ALAT MODIFICATION
ASAT MODIFICATION
BILIRUBINE MODIFICATION
GAMMA GT MODIFICATION
LACTICO-DESHYDROGENASE MODIFICATION
PHOSPHATASE ALCALINE MODIFICATION

Effets indésirables en cas de surdosage Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables

– Effets indésirables cliniques
SANS INFO SUR EFFETS SURDOSAGE (2 fiches)
SANS OBJET
“Je soutiens la famille Larère car si j’avais eu le courage de faire ce qu’ils ont fait, aujourd’hui mon enfant ne serait pas handicapé et après tout, qu’est-ce qu’une condamnation face à un handicap à vie.”
“Je soutiens la famille Larère car si j’avais eu le courage de faire ce qu’ils ont fait, aujourd’hui mon enfant ne serait pas handicapé et après tout, qu’est-ce qu’une condamnation face à un handicap à vie.”
Suggestions vous informer encore davantage:

* Informez-vous sur les composants précis des vaccins selon le nom commercial exact: ici (document du Dr Pilette) et ici (base de données américaine).

* Visiter la rubrique déjà très fournie “Effets secondaires/risques” de notre site

* Prenez connaissance des documents confidentiels des firmes elles-mêmes sur les effets gravissimes (neurologiques notamment) des vaccins Prevenar et Infanrix hexa.

* Faites le lien entre ces documents confidentiels et des cas tragiques concrets (beaucoup plus nombreux qu’on ne le croit en réalité): Ayana, Livio et tellement d’autres encore.

* Comprenez en quoi et pourquoi aucun vaccin actuellement sur le marché ne peut être considéré comme sûr ou suffisamment évalué, tous étant expérimentaux avec un même dénominateur commun à leur insécurité. (Voir en outre aussi les aveux du Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur)

* Connaissez vos droits de patient (notamment le droit au consentement libre et éclairé), entre autres précisés dans les lois française et belge respectivement du 4 mars 2002 et du 22 août 2002. Sachez que des médecins qui ne respectent pas de telles lois ont déjà été condamnés…

* Informez-vous sur le double discours des médecins, le business que représente pour eux la vaccination et puisque vous les payez, soumettez-les à des questions précises pour qu’ils assument enfin les effets de “leurs bons conseils”!!
Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents
Voir aussi:

Vaccin Meningitec: 240 familles portent plainte

Meningitec: les vaccins trop dangereux, même non défectueux!

Méningite C: le vaccin plus risqué que la maladie (les chiffres sont là!)
Partager cet article

Les vaccins ont détruit leurs enfants: témoignages vidéos de parents voir sur le site d’initative citoyenne
Les vaccins pour enfants ont détruit le pancréas de l’un, rendu aveugle une autre, amoché leur système nerveux et immunitaire et maintenant, ces familles sont abandonnées par les autorités sanitaires à leur triste sort avec les effets tragiques de ces produits soi-disant sensés favoriser la santé du plus grand nombre! Réveillons-nous car après leurs enfants, ce sera inexorablement les vôtres… la vaccination est un terrorisme sanitaire car il y a une certitude scientifique qu’ils vont détruire très lourdement des individus mais personne ne sait dire quand et dans quelle famille ces effets irréversibles et parfois mortels surviendront…

Voici maintenant les effets secondaires de vaccins comme Infanrix hexa, Prevenar et Priorix (ROR) listés dans la base de données médicales indépendante Thériaque, une base de données médicales indépendante, faite par des professionnels pour des professionnels, sous le contrôle du Centre National Hospitalier d’Information sur le Médicament:

INFANRIX HEXA PDR ET SUSP INJ
INFANRIX HEXA, POUDRE ET SUSPENSION POUR SUSPENSION INJECTABLE. VACCIN DIPHTERIQUE, TETANIQUE, COQUELUCHEUX (ACELLULAIRE, MULTICOMPOSE), DE L’HEPATITE B, POLIOMYELITIQUE (INACTIVE) ET DE L’HAEMOPHILUS INFLUENZAE TYPE B (HIB) CONJUGUE (ADSORBE)

Les effets indésirables de la base Theriaque incluent d’une part les effets indésirables du RCP de la spécialité consultée, d’autre part une compilation bibliographique des effets indésirables des médicaments appartenant à la même classe thérapeutique.
Déclaration des effets indésirables suspectés
La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration: Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance.
Site internet: www.ansm.sante.fr.

Effets indésirables à dose thérapeutique Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables

– Effets indésirables cliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL(3 fiches)
AGITATION
APPETIT PERTE (2 fiches)
ARTHRALGIE
ASTHENIE (2 fiches)
BRONCHITE
CEPHALEE (3 fiches)
CONVULSION
DIARRHEE (2 fiches)
DORSALGIE
DOULEUR ABDOMINALE (2 fiches)
FIEVRE (3 fiches)
FRISSON (2 fiches)
HYPOESTHESIE
HYPOTENSION ARTERIELLE
INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES (2 fiches)
INSOMNIE
IRRITABILITE
LYMPHADENOPATHIE (2 fiches)
MALAISE / LIPOTHYMIE (2 fiches)
MYALGIE
NAUSEE VOMISSEMENT (2 fiches)
NERVOSITE
PALEUR
PARESTHESIE (2 fiches)
RHINITE
RHINORRHEE
SOMMEIL TROUBLE
SOMNOLENCE DIURNE (2 fiches)
SYNCOPE (2 fiches)
SYNDROME GRIPPAL (2 fiches)
TOUX
VERTIGE / ETOURDISSEMENT (2 fiches)

TROUBLES MENTAUX ET DU COMPORTEMENT(2 fiches)
AGITATION
INSOMNIE
IRRITABILITE (2 fiches)
NERVOSITE
PLEURS INHABITUELS
SOMMEIL TROUBLE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX(5 fiches)
AGITATION
APATHIE
CEPHALEE
CONCENTRATION ALTERATION
CONCENTRATION BAISSE
CONFUSION MENTALE
CONVULSION (4 fiches)
CRIS PERSISTANTS SYNDROME
DEMYELINISATION
ENCEPHALITE (3 fiches)
ENCEPHALOPATHIE (3 fiches)
FIEVRE (2 fiches)
HYPOESTHESIE (2 fiches)
HYPOREFLEXIE
HYPOTONIE MUSCULAIRE
IRRITABILITE
MENINGITE
MYELITE AIGUE TRANSVERSE
NEUROMYELITE (2 fiches)
NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (3 fiches)
NEUROTOXICITE
NEVRITE (2 fiches)
NEVRITE OPTIQUE
OEDEME CEREBRAL
PARALYSIE (2 fiches)
PARALYSIE FACIALE (2 fiches)
PARESTHESIE (2 fiches)
PLEURS INHABITUELS
POLYRADICULONEVRITE
POLYRADICULONEVRITE / GUILLAIN BARRE (3 fiches)
SCLEROSE EN PLAQUE
SYNCOPE (2 fiches)
VERTIGE / ETOURDISSEMENT

TROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES(5 fiches)
ALOPECIE
ANOMALIE LABIALE
BRULURE LOCALE
CYANOSE
DEPIGMENTATION
DERMATITE
DOULEUR (2 fiches)
DOULEUR LOCALE AU POINT D’INJECTION
ECCHYMOSES
ECZEMA (2 fiches)
ERUPTION CUTANEE (3 fiches)
ERYTHEME
ERYTHEME NOUEUX
ERYTHEME POLYMORPHE (3 fiches)
FIEVRE
GRANULOME
HEMATOME
HYPERESTHESIE
HYPERPIGMENTATION
HYPOESTHESIE
INDURATION
INFLAMMATION LOCALE AU POINT D’INJECTION
LICHEN
OEDEME (2 fiches)
OEDEME CUTANE (2 fiches)
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME
OEDEME DES MEMBRES INFERIEURS
PARESTHESIE
PHLYCTENE / VESICULE
PLEURS INHABITUELS
PRURIT (3 fiches)
PURPURA
RAIDEUR ARTICULAIRE
RAIDEUR MUSCULAIRE
REACTION LOCALE AU POINT D’INJECTION
SAIGNEMENT LOCAL AU POINT D’INJECTION
TUMEFACTION PERIPHERIQUE
URTICAIRE (3 fiches)
VASCULARITE

TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE(4 fiches)
ANAPHYLAXIE (4 fiches)
ARTERIOPATHIE
ARTHRALGIE
CEPHALEE
CHOC ANAPHYLACTIQUE (2 fiches)
DIABETE
DYSPNEE
ERUPTION CUTANEE (2 fiches)
ERYTHEME (2 fiches)
FIEVRE
FRISSON
HYPERSUDATION
HYPOTENSION ARTERIELLE
MALADIE AUTOIMMUNE
MALADIE SERIQUE
MALAISE / LIPOTHYMIE
MYALGIE
OEDEME
OEDEME CUTANE
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME (3 fiches)
OEDEME FACIAL (3 fiches)
OEDEME LARYNGE AIGU
PALEUR
POLYARTHRITE
PRURIT (2 fiches)
REACTION ALLERGIQUE (4 fiches)
THYROIDITE
URTICAIRE (2 fiches)

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
LYMPHADENOPATHIE
PETECHIES
PURPURA

TROUBLES DES ORGANES DES SENS
AUDITION ALTERATION

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES
ARTHRALGIE
ARTHRITE
FAIBLESSE MUSCULAIRE
MYALGIE

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES
ATTEINTE HEPATIQUE
CYTOLYSE HEPATIQUE
HEPATITE

TROUBLES RENAUX ET GENITO-URINAIRES
GLOMERULONEPHRITE
SYNDROME NEPHROTIQUE

TROUBLES CARDIO-VASCULAIRES
HYPOTENSION ARTERIELLE
SYNCOPE
VASCULARITE

TROUBLES RESPIRATOIRES(4 fiches)
APNEE (3 fiches)
BRONCHITE
BRONCHOSPASME / ASTHME (2 fiches)
DYSPNEE
INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES
LARYNGITE
PHARYNGITE
RHINITE
SIFFLEMENT PULMONAIRE
TOUX

– Effets indésirables paracliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL
THROMBOCYTOPENIE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX
ELECTROENCEPHALOGRAMME MODIFICATION

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
ANEMIE
APLASIE MEDULLAIRE
THROMBOCYTOPENIE

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES
ALAT MODIFICATION
ASAT MODIFICATION
BILIRUBINE MODIFICATION
GAMMA GT MODIFICATION
LACTICO-DESHYDROGENASE MODIFICATION
PHOSPHATASE ALCALINE MODIFICATION

– Effets indésirables cliniques
SANS INFO SUR EFFETS SURDOSAGE (2 fiches)
SANS OBJET
PREVENAR 13 SUSP INJ SER 0,5ML + AIG
PREVENAR 13 SUSPENSION INJECTABLE. VACCIN PNEUMOCOCCIQUE POLYOSIDIQUE CONJUGUE (13-VALENT, ADSORBE)

Effets indésirables à dose thérapeutique Cliquer ici pour obtenir tous les effets indésirables
– Effets indésirables cliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL
ASTHENIE
BOUFFEE VASOMOTRICE
CAUCHEMAR
CONSCIENCE TROUBLE
FIEVRE
FRISSON
HYPOREFLEXIE
HYPOTONIE MUSCULAIRE
INSOMNIE
IRRITABILITE
PLEURS INHABITUELS
SOMMEIL TROUBLE
SOMNOLENCE DIURNE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX
CEPHALEE
CONVULSION
FIEVRE

TROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES
ANOMALIE LABIALE
BRULURE LOCALE
DEPIGMENTATION
DERMATITE
DOULEUR
DOULEUR LOCALE AU POINT D’INJECTION
ECCHYMOSES
ECZEMA
ERUPTION CUTANEE
ERYTHEME
ERYTHEME POLYMORPHE
GRANULOME
HEMATOME
HYPERESTHESIE
HYPERPIGMENTATION
HYPOESTHESIE
INDURATION
INFLAMMATION LOCALE AU POINT D’INJECTION
OEDEME
OEDEME CUTANE
PARESTHESIE
PRURIT
RAIDEUR ARTICULAIRE
RAIDEUR MUSCULAIRE
REACTION LOCALE AU POINT D’INJECTION
SAIGNEMENT LOCAL AU POINT D’INJECTION
TUMEFACTION PERIPHERIQUE
URTICAIRE

TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE
ANAPHYLAXIE
BRONCHOSPASME / ASTHME
CHOC ANAPHYLACTIQUE
DYSPNEE
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME
OEDEME FACIAL
REACTION ALLERGIQUE
SENSIBILISATION

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
LYMPHADENOPATHIE

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES
ARTHRALGIE
MYALGIE

TROUBLES GASTRO-INTESTINAUX
APPETIT PERTE
DIARRHEE
NAUSEE VOMISSEMENT

TROUBLES RESPIRATOIRES
APNEE

– Effets indésirables cliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL(3 fiches)
AGITATION
APPETIT PERTE (2 fiches)
ARTHRALGIE
ASTHENIE (2 fiches)
BRONCHITE
CEPHALEE (3 fiches)
CONVULSION
DIARRHEE (2 fiches)
DORSALGIE
DOULEUR ABDOMINALE (2 fiches)
FIEVRE (3 fiches)
FRISSON (2 fiches)
HYPOESTHESIE
HYPOTENSION ARTERIELLE
INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES (2 fiches)
INSOMNIE
IRRITABILITE
LYMPHADENOPATHIE (2 fiches)
MALAISE / LIPOTHYMIE (2 fiches)
MYALGIE
NAUSEE VOMISSEMENT (2 fiches)
NERVOSITE
PALEUR
PARESTHESIE (2 fiches)
RHINITE
RHINORRHEE
SOMMEIL TROUBLE
SOMNOLENCE DIURNE (2 fiches)
SYNCOPE (2 fiches)
SYNDROME GRIPPAL (2 fiches)
TOUX
VERTIGE / ETOURDISSEMENT (2 fiches)

TROUBLES MENTAUX ET DU COMPORTEMENT(2 fiches)
AGITATION
INSOMNIE
IRRITABILITE (2 fiches)
NERVOSITE
PLEURS INHABITUELS
SOMMEIL TROUBLE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX(5 fiches)
AGITATION
APATHIE
CEPHALEE
CONCENTRATION ALTERATION
CONCENTRATION BAISSE
CONFUSION MENTALE
CONVULSION (4 fiches)
CRIS PERSISTANTS SYNDROME
DEMYELINISATION
ENCEPHALITE (3 fiches)
ENCEPHALOPATHIE (3 fiches)
FIEVRE (2 fiches)
HYPOESTHESIE (2 fiches)
HYPOREFLEXIE
HYPOTONIE MUSCULAIRE
IRRITABILITE
MENINGITE
MYELITE AIGUE TRANSVERSE
NEUROMYELITE (2 fiches)
NEUROPATHIE PERIPHERIQUE (3 fiches)
NEUROTOXICITE
NEVRITE (2 fiches)
NEVRITE OPTIQUE
OEDEME CEREBRAL
PARALYSIE (2 fiches)
PARALYSIE FACIALE (2 fiches)
PARESTHESIE (2 fiches)
PLEURS INHABITUELS
POLYRADICULONEVRITE
POLYRADICULONEVRITE / GUILLAIN BARRE (3 fiches)
SCLEROSE EN PLAQUE
SYNCOPE (2 fiches)
VERTIGE / ETOURDISSEMENT

TROUBLES DE LA PEAU ET DES APPENDICES(5 fiches)
ALOPECIE
ANOMALIE LABIALE
BRULURE LOCALE
CYANOSE
DEPIGMENTATION
DERMATITE
DOULEUR (2 fiches)
DOULEUR LOCALE AU POINT D’INJECTION
ECCHYMOSES
ECZEMA (2 fiches)
ERUPTION CUTANEE (3 fiches)
ERYTHEME
ERYTHEME NOUEUX
ERYTHEME POLYMORPHE (3 fiches)
FIEVRE
GRANULOME
HEMATOME
HYPERESTHESIE
HYPERPIGMENTATION
HYPOESTHESIE
INDURATION
INFLAMMATION LOCALE AU POINT D’INJECTION
LICHEN
OEDEME (2 fiches)
OEDEME CUTANE (2 fiches)
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME
OEDEME DES MEMBRES INFERIEURS
PARESTHESIE
PHLYCTENE / VESICULE
PLEURS INHABITUELS
PRURIT (3 fiches)
PURPURA
RAIDEUR ARTICULAIRE
RAIDEUR MUSCULAIRE
REACTION LOCALE AU POINT D’INJECTION
SAIGNEMENT LOCAL AU POINT D’INJECTION
TUMEFACTION PERIPHERIQUE
URTICAIRE (3 fiches)
VASCULARITE

TROUBLES DU SYSTEME IMMUNITAIRE(4 fiches)
ANAPHYLAXIE (4 fiches)
ARTERIOPATHIE
ARTHRALGIE
CEPHALEE
CHOC ANAPHYLACTIQUE (2 fiches)
DIABETE
DYSPNEE
ERUPTION CUTANEE (2 fiches)
ERYTHEME (2 fiches)
FIEVRE
FRISSON
HYPERSUDATION
HYPOTENSION ARTERIELLE
MALADIE AUTOIMMUNE
MALADIE SERIQUE
MALAISE / LIPOTHYMIE
MYALGIE
OEDEME
OEDEME CUTANE
OEDEME DE QUINCKE / ANGIOEDEME (3 fiches)
OEDEME FACIAL (3 fiches)
OEDEME LARYNGE AIGU
PALEUR
POLYARTHRITE
PRURIT (2 fiches)
REACTION ALLERGIQUE (4 fiches)
THYROIDITE
URTICAIRE (2 fiches)

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
LYMPHADENOPATHIE
PETECHIES
PURPURA

TROUBLES DES ORGANES DES SENS
AUDITION ALTERATION

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES
ARTHRALGIE
ARTHRITE
FAIBLESSE MUSCULAIRE
MYALGIE

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES
ATTEINTE HEPATIQUE
CYTOLYSE HEPATIQUE
HEPATITE

TROUBLES RENAUX ET GENITO-URINAIRES
GLOMERULONEPHRITE
SYNDROME NEPHROTIQUE

TROUBLES CARDIO-VASCULAIRES
HYPOTENSION ARTERIELLE
SYNCOPE
VASCULARITE

TROUBLES RESPIRATOIRES(4 fiches)
APNEE (3 fiches)
BRONCHITE
BRONCHOSPASME / ASTHME (2 fiches)
DYSPNEE
INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES
LARYNGITE
PHARYNGITE
RHINITE
SIFFLEMENT PULMONAIRE
TOUX

– Effets indésirables paracliniques

TROUBLES DE L’ETAT GENERAL
THROMBOCYTOPENIE

TROUBLES DU SYSTEME NERVEUX
ELECTROENCEPHALOGRAMME MODIFICATION

TROUBLES SYSTEMES SANGUIN ET LYMPHATIQUE
ANEMIE
APLASIE MEDULLAIRE
THROMBOCYTOPENIE

TROUBLES HEPATO-BILIAIRES
ALAT MODIFICATION
ASAT MODIFICATION
BILIRUBINE MODIFICATION
GAMMA GT MODIFICATION
LACTICO-DESHYDROGENASE MODIFICATION
PHOSPHATASE ALCALINE MODIFICATION

Suggestions vous informer encore davantage:

* Informez-vous sur les composants précis des vaccins selon le nom commercial exact: ici (document du Dr Pilette) et ici (base de données américaine).

* Visiter la rubrique déjà très fournie “Effets secondaires/risques” de notre site

* Prenez connaissance des documents confidentiels des firmes elles-mêmes sur les effets gravissimes (neurologiques notamment) des vaccins Prevenar et Infanrix hexa.

* Faites le lien entre ces documents confidentiels et des cas tragiques concrets (beaucoup plus nombreux qu’on ne le croit en réalité): Ayana, Livio et tellement d’autres encore.

* Comprenez en quoi et pourquoi aucun vaccin actuellement sur le marché ne peut être considéré comme sûr ou suffisamment évalué, tous étant expérimentaux avec un même dénominateur commun à leur insécurité. (Voir en outre aussi les aveux du Dr Saluzzo de Sanofi Pasteur)

* Connaissez vos droits de patient (notamment le droit au consentement libre et éclairé), entre autres précisés dans les lois française et belge respectivement du 4 mars 2002 et du 22 août 2002. Sachez que des médecins qui ne respectent pas de telles lois ont déjà été condamnés…

* Informez-vous sur le double discours des médecins, le business que représente pour eux la vaccination et puisque vous les payez, soumettez-les à des questions précises pour qu’ils assument enfin les effets de “leurs bons conseils”!!

top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info