Vaccins, nouvelles octobre 2011

L’effet “Barrière”, est-ce que ça existe vraiment ?

PARLEMENT EUROPEEN – 5 oct. 2010

Intervention de Michèle RIVASI, Membre du Parlement Européen :

« Il va falloir aussi se poser la question de l’impact d’une vaccination massive. L’effet « Barrière », est-ce que ça existe vraiment ? »

L’Immunité de Groupe («Herd Immunity») : un seul médecin peut-il en apporter la preuve ?

Dr Ron Paul, 03/06/2010.

Je suis prêt à tout échange respectueux avec quiconque pourrait fournir la preuve que les vaccins permettent d’établir ce qu’on appelle « L’Immunité de groupe » – à savoir que 80% à 95% des enfants doivent être vaccinés pour pouvoir créer une large immunité de groupe.

Où se trouvent les études réalisées à ce sujet sur un plan concret ?

Je suis inquiet parce que les tambours résonnent de plus en plus fort par rapport à ceux qui ne veulent pas se faire vacciner – ces gens qui « détruisent » « l’immunité de groupe » et qui de ce fait mettent la société en danger !

Il m’est facile de citer des populations bien réelles d’Oregon, de Californie, de l’Illinois et de bien d’autres régions où il y a d’énormes trous dans les taux de vaccinations et où il n’existe aucune épidémie de ces maladies qui devraient forcément réapparaître si les taux de vaccinations tombaient en dessous de 80%.

Je puis aussi fournir des statistiques et des graphiques qui démontrent que ces maladies avaient régressé de 80% à 90% au moment où les vaccinations ont été introduites et ceci, grâce aux mesures de l’hygiène moderne.

Ce ne sont pas les vaccins qui nous ont sauvés – Deux siècles de statistiques le prouvent.

Ceux d’entre nous qui ne se font pas vacciner ne veulent pas non plus imposer leurs vues à qui que ce soit – nous voulons juste que l’on nous laisse tranquilles sans être accusés de répandre la maladie ou FORCES de nous faire vacciner.

http://www.dailypaul.com/node/136589

LA THEORIE DE « L’IMMUNITE DE GROUPE » ou « Herd Immunity »

Louise Kuo Habakus,

La validité de « l’Immunité de Groupe » sous-tend toutes les politiques de vaccinations obligatoires. La théorie de « l’Immunité de Groupe » pose en principe que, quand un nombre suffisamment élevé de personnes ont acquis une immunité par rapport à une maladie définie, une barrière de protection, un effet protecteur se trouvent ainsi créés.

Comme l’explique le pédiatre Larry Palevsky, la base originelle de « l’Immunité de

Groupe » n’a rien à voir avec les vaccinations.

Quand un nombre suffisamment élevé de personnes contractaient la forme sauvage d’une maladie et s’immunisaient naturellement pour la vie, on pouvait observer un effet protecteur pour la communauté.

C’est ici que les décideurs pressés de lancer leurs vaccins ont cherché des arguments pour pouvoir augmenter la prise de ceux-ci.

Les chercheurs ont considéré que l’immunité conférée par les vaccinations fonctionnait de la même manière que l’immunité naturelle et supposèrent que les vaccins créeraient également une « Immunité de Groupe ».

Pourtant l’immunité induite par un vaccin ne ressemble pas du tout, mais pas du tout à l’immunité naturelle.

Ce n’est pas du tout la même chose.

Nous avons un urgent besoin d’une recherche approfondie dans ce domaine particulièrement important. Il ne faut cependant pas être scientifique de haut niveau pour comprendre ce point crucial : si « l’Immunité de Groupe » était discréditée, le château de cartes qui fonde les obligations vaccinales s’effondrerait immédiatement.

Louise KUO HABAKUS, 27 septembre 2010.

http://www.whale.to/vaccine/observations.html

POURQUOI « L’IMMUNITE DE GROUPE » EST IMPARFAITE

Si la vaccination fonctionne vraiment, alors votre enfant sera immunisé et donc protégé contre la ou les maladies qu’un enfant non vacciné pourrait contribuer à répandre. Si ce n’est pas le cas, le vaccin est inefficace. Il nous faut examiner si les vaccins confèrent bien l’immunité, et vérifier dans quelles parties de population se produisent les épidémies. Ces dernières se produisent-elles parmi les personnes non vaccinées qui répandraient la maladie comme on tente de nous le faire croire ?

Jetons un coup d’oeil sur une série d’épidémies qui se sont produites dans des populations parfois hyper vaccinées. Y compris des épidémies de variole qui auraient d’après les médecins été éradiquées par la vaccination.

D’après :

http://www.vaccineriskawareness.com/The-Herd-Immunity-Theory-Treating-Our-Children-Like-Cattle

« Après avoir compulsé des milliers de pages de la littérature vaccinale, je n’ai pas trouvé une seule publication susceptible de démontrer qu’au cours d’épidémies seuls les non vaccinés étaient atteints par la maladie… »

Dr V. Scheibner : « Vaccination – 100 years of Orthodox Research shows that Vaccines Represent a Medical Assault on the immune System »

Dr G.BUCHWALD: “ La raison pour laquelle la publicité pour les vaccinations se fait si pressante est d’empêcher le public de réaliser que les vaccins ne protègent pas, comme aussi de prendre conscience qu’en cas d’épidémie les vaccinés courent autant de risques d’être infectés que les non vaccinés. La vérité peut rester cachée tant que les taux de vaccinations restent inconnus. Si tout le monde est vacciné, la comparaison avec les non vaccinés devient en fait impossible. C’est là aussi la véritable raison des pressions implacables qui sont exercées pour vacciner un maximum d’enfants. » Dr G.Buchwald, M.D. (The Decline of Tuberculosis despite « Protective » Vaccination, p.101)

DES EPIDEMIES, DES MALADIES SE SONT DECLAREES DANS DES POPULATIONS HYPER VACCINEES

La littérature scientifique et médicale nous apprend que:

Les maladies infectieuses qui décimaient les populations d’Europe il y a un siècle ont régressé jusqu’à 90% avant que les vaccins soient utilisés à grande échelle.

– A égalité de niveau de vie, les maladies évoluent selon des courbes parallèles dans les pays vaccinés et dans les pays non vaccinés.

– En l’absence de vaccinations, les épidémies régressent dans tous les pays dont le niveau de vie s’élève.

– En dépit des vaccinations, les épidémies ne régressent pas dans les pays où les conditions d’hygiène ou de niveau de vie s’y opposent.

– Rien ne permet d’affirmer que les vaccinations ont fait disparaître ou régresser les épidémies.

– Présenter les chiffres de régression des maladies à partir des dates où l’on a vacciné et omettre ceux qui précédaient celles-ci est une astuce publicitaire indigne de la Science. F.Delarue (47)

– Extrait d’une lettre de George BERNARD SHAW au Dr Pabst :

« J’ai été vacciné dans l’enfance contre la variole et en porte toujours les marques. Au cours de l’épidémie de 1881 (Je suis né en 1856) j’ai attrapé la variole…

Je n’ai plus le moindre doute que la vaccination est une abomination qui n’a rien à voir avec la science. Elle devrait être considérée comme une pratique criminelle. »

http://www.imcv.info:80/fr/vaccination/articles/smallpox-vaccine-origins-of-vaccine-madness.html

L’immunité qu’est-ce que c’est ?

Une belle petite histoire de souris :

Au cours d’une expérience, un scientifique remarqua un jour que 50% de ses souris étaient mortes de maladies infectieuses. Le scientifique se décida à améliorer progressivement la qualité de la nourriture qu’il donnait à ses animaux. A chaque amélioration apportée à la nourriture correspondait une diminution des décès dus aux maladies infectieuses. En fin de compte le scientifique parvint à mettre au point une alimentation des souris qui réduisait le taux de décès par maladies infectieuses à zéro.

Voilà en quoi consiste une véritable immunité de groupe (Herd Immunity) sans danger et efficace. Qu’est-ce que cette histoire de souris peut nous apprendre au sujet de l’immunité chez les êtres humains ?

Si les souris peuvent être immunisées par une bonne nourriture, de quoi les êtres humains ont-ils besoin pour leur immunité ?

Retournons mentalement 250 ans en arrière et essayons d’imaginer comment on vivait dans une grande ville.

Les immondices, les animaux morts, les déjections animales tout était jeté à la rue et y pourrissait.

Là où on avait placé des égouts, les tuyaux étaient fragiles, se brisaient facilement et laissaient s’écouler le liquide dans les arrivées d’eau potable sous faible pression.

La nourriture était la plupart du temps peu variée. Au cours de certaines saisons, aucune nourriture fraîche n’était disponible.

L’hygiène se résumait souvent à un bain annuel.

Les gens les plus pauvres vivaient dans des maisons surpeuplées et guère ventilées.

Ces conditions commencèrent à changer vers 1750 mais persistèrent jusqu’à un certain degré jusque dans les années 1900.

Qu’a-t-on réalisé ? Qu’avons-nous appris par rapport à l’immunité ?

* L’immunité s’est améliorée parce qu’on a commencé à nettoyer les étables.

* L’immunité s’est améliorée parce qu’on a commencé à nettoyer les rues.

* L’immunité s’est améliorée grâce à de l’air plus pur, ainsi qu’à la ventilation des maisons.

* L’immunité s’est améliorée grâce au perfectionnement de la plomberie qui a empêché que l’eau potable soit contaminée par les eaux usées.

* L’immunité s’est améliorée grâce à l’approvisionnement en nourriture fraîche tout au cours de l’année.

* L’immunité s’est améliorée grâce aux perfectionnements apportés à l’hygiène générale.

* L’immunité s’est améliorée grâce à un contrôle plus efficace des insectes.

Pour être très clair, nous disons que l’immunité naturelle existe bel et bien. Cette immunité naturelle est l’apanage de tous ceux qui s’arrangent pour maintenir l’équilibre chimique cellulaire de leur corps, sans qu’il soit nécessaire d’avoir fait telle ou telle maladie ou d’avoir subi telle ou telle vaccination.

Est-ce qu’un vaccin qui introduit des ordures dans le corps est susceptible d’améliorer l’immunité ?

La meilleure des immunités ne serait-elle pas celle que l’on peut obtenir sans vaccins ?

(D’après www.vaclib.com)

” Il y a tant de doutes, de confusions et d’incertitudes à propos des risques et des bienfaits des vaccinations, que, dans une démocratie fondée sur le droit, il est moralement, éthiquement et scientifiquement impossible de justifier la pratique de vaccinations obligatoires et systématiques.”

Australian Vaccination Network

« Ce sont les grandes firmes commerciales qui fournissent les cerveaux pour les médecins d’aujourd’hui. » Dr Walter

« J’ai cru un jour en Jenner ;

J’ai cru un jour en Pasteur ;

J’ai cru à la vaccination ;

J’ai cru à la vivisection ;

Mais j’ai changé d’avis

après une longue réflexion ».

Dr Hadwen, M.D.

« Un homme est éminent tant que ses vues sont orthodoxes. Quand il commence à penser par lui-même il devient un « excentrique et un fanatique ».

Dr W.R. Hadwen, M.D. (1925)

VACCINATIONS – GRAPHIQUES

DECLIN NATUREL DES MALADIES INFECTIEUSES

DANGERS DES VACCINATIONS

Raymond OBOMSAWIN, PhD, oct. 2009

(National Aboriginal Health Foundation)

LES MALADIES INFECTIEUSES ONT DECLINE NATURELLEMENT. CE DECLIN A PRECEDE LES CAMPAGNES DE VACCINATIONS

http://genesgreenbook.com/resources/Natural_Infectious_Disease_Declines_Immunization_Effectiveness

PREUVES DU MANQUE D’EFFICACITE ET DU DANGER DES VACCINATIONS

« QUICONQUE PREND CONNAISSANCE DE CETTE INFORMATION ET REFUSE D’ADMETTRE QUE LES VACCINATIONS SONT CONTESTABLES NE VEUT TOUT SIMPLEMENT PAS CONNAITRE LA VERITE »

« Dans ce document spectaculaire et accessible à tous, Raymond OBOMSAWIN, PhD démontre au moyen de graphiques le manque de preuves quant à l’efficacité des vaccinations. Il en montre aussi les dangers.

Comme il est important qu’un document aussi extraordinaire soit basé sur des faits et des sources sérieuses, j’ai personnellement vérifié la plupart des données pour pouvoir confirmer leur authenticité. Ces données proviennent en fait d’Agences comme l’OMS, le CDC américain qui poussent à la vaccination des enfants. Elles proviennent aussi de revues comme The Scientific American, la Collaboration Cochrane, The Lancet…

Heidi STEVENSON, 15 .11.2009.

http://www.gaia-health.com/articles101/000123-Vaccination-Facts-Tables.shtml

“La cupidité, l’invincible ignorance et la crédulité constituent les bases mêmes de la foi en la vaccination. »

Dr J.W. HODGE, M.D. (The Vaccination Superstition)

Le Dr Hodge poursuit:

« Après avoir scrupuleusement étudié l’histoire de la vaccination à partir des statistiques, des documents les plus sérieux et les plus complets provenant des sources les plus sûres ; après avoir tiré les conclusions au sujet des vaccinations que j’ai réalisées sur 31.000 personnes, je suis fermement convaincu que la vaccination ne peut être présentée comme ayant quelque relation logique que ce soit avec la diminution des cas de variole. La vaccination ne protège pas. Elle rend au contraire les sujets vaccinés plus sensibles en déprimant leur force vitale et leur résistance naturelle. Ce sont des millions de personnes qui sont mortes de la variole qu’ils ont contractée après avoir été vaccinés. »

Dr J.W. Hodge, M.D. The vaccine superstition SUBTERFUGES AND SYRINGES: THE REAL WORLD OF VACCINATIONS By Thomas Smith  http://www.whale.to/a/smith4.html

LIBERTE VACCINALE

DISCOURS HISTORIQUE DE FRANCOISE JOET 24/11/2009 (VIDEO)

http://expovaccins.over-blog.com/article-liberte-vaccinale-discours-historique-de-fran-oise-joet-a-la-mutualite-54060823.html

OU

http://www.youtube.com/watch?v=e29SCSTtIlA

50 raisons de protéger vos enfants des vaccins

par Jagannath Chetterjee

16-09-2011

Il est tout d’abord à noter que je me suis adressé par écrit au Ministre de la Santé, ainsi qu’à son département sur le sujet des vaccins et ce, depuis 2006. Sur les points que je soulevais, je n’ai reçu aucune réponse, ni du Ministre, ni de son département. Même l’intervention du Dr Abdul Kalam, alors président, et qui se basait sur les données que j’avais recueillies, ne put porter aucun fruit. De mon coté je n’ai cessé d’informer les médecins des problèmes qui se posaient. J’ai également écrit aux actuels Président, Vice-président, au NHRC, NCPCR, ICMR, les CM de différents Etats, aux députés de plusieurs partis, de même qu’à toutes les institutions médicales possibles.

J’ai également écrit à l’OMS au GAVI à l’UNICEF et à PATH les plus importantes institutions qui veulent promouvoir cette intervention médicale hautement controversée.

Les médecins qui sympathisaient avec notre démarche sont d’avis que tant que le public ne réalise pas les dangers que représentent les vaccins , il sera difficile d’arrêter la menace sponsorisée que représente cette industrie.

Je suppose que vous marquerez votre accord pour qu’il y ait un débat public sur les vaccins. Dans le cas contraire, de nombreux et malheureux enfants risquent de n’avoir aucune chance.

http://www.facebook.com/jagannath.chatterjee

http://www.facebook.com/pages/Information-on-Vaccine-Risks/211069518950053

Je considère la peine de mort contraire à l’Ahimsa (principe de non violence, du respect de la vie et de bienveillance). Seul celui qui donne la vie peut la reprendre. Toute punition est répugnante par rapport aux principes de l’Ahimsa. C’est la raison pour laquelle les meurtriers devraient être envoyés dans un pénitencier pour pouvoir y trouver toutes les chances de se corriger. Tout crime est une sorte de maladie et devrait être traité comme telle.

Mahatma GANDHI

http://www.rense.com/general94/50reasons.htm

Savez-vous qui finance l’Organisation Mondiale de la Santé ? L’OMS est présentée dans les grands médias comme une organisation digne de confiance animée d’intentions honorables pour s’occuper des problèmes ayant trait aux besoins de santé des citoyens du monde. Ce groupe familier qui est le département santé des Nations Unies est davantage financé par des organisations dont les objectifs sont cachés que par ses propres nations membres (http://en.wikipedia.org/wiki…)

Un bailleur de fonds, la Fondation Rockefeller, possède des liens puissants avec de nombreuses compagnies pharmaceutiques.

(http://vactruth.com/2010/03/16/dr-russel-blaylock… )

La fondation Bill et Melinda Gates est un autre donateur important de l’OMS.

Parmi les causes qu’elle défend, cette organisation, soit disant philanthropique, tente de réduire la population mondiale en ayant recours aux vaccins. (http://www.robertscottbell.com/blog/rsb-exclusive-bill-gates…)

Comment l’Organisation Mondiale de la Santé pourrait-elle fournir une information non biaisée au sujet des vaccins alors qu’elle est largement financée par des groupes qui sont essentiellement motivés par le profit et des intérêts personnels pour la promotion et l’utilisation généralisée des vaccins ?

http://vactruth.com/2010/12/18/take-off-the-billion-dollar-blindfold/

Les adjuvants des vaccins fonctionnent en tuant des cellules :

Serait-ce là la cause des maladies auto immunes ?

Heidi Stevenson, 29 juillet 2011

Il est connu que les adjuvants augmentent la possibilité des vaccins d’entraîner le système immunitaire à produire des anticorps. L’aluminium a été utilisé parce qu’il s’avérait particulièrement efficace. La manière dont l’aluminium agissait était inconnue jusqu’à ce qu’une étude soit récemment publiée dans Nature Medicine.

Ce que ces chercheurs ont découvert est particulièrement inquiétant. L’aluminium dans les vaccins provoque la mort cellulaire, mais pas une mort habituelle comme c’est le cas dans l’apoptose.

http://gaia-health.com/articles451/000498-aluminum-adjuvant-kills-cells.shtml

http://sanevax.org/vaccination-adjuvant-works-by-killing-cells-cause-of-autoimmunedisorders/

Comment le fait d’injecter dans le corps humain des vaccins avec des produits toxiques connus peut-il être considéré comme une pratique acceptable ? Où se trouvent la logique – la science – la protection – le principe “d’abord ne pas nuire” ?

Leslie Carol Botha, Sanevax

VACCINS : « LE SCANDALE HPV »

Dr Julian WHITAKER, M.D.

Fait n°1

Il y a pratiquement 100% de chances que la firme Merck va pour commencer réaliser un chiffre de 12 milliards de dollars, quand les 34 millions de jeunes filles de 9 à 26 ans recevront le vaccin HPV qui coûte la somme de 360 dollars pour la série des trois injections.

Fait n°2

Il y a pratiquement 100% de chances qu’il s’agisse ici d’un nouvel accord (deal) entre les compagnies pharmaceutiques et les législateurs. Ceci semble bien avoir commencé avec les politiciens du Texas où le vaccin a été rendu obligatoire par l’Etat. Merck aurait gratifié le gouverneur Rick Perry d’une somme rondelette et le même jour huit parlementaires ont donné des instructions au chef du personnel qui s’occupait des vaccins. Il est intéressant de noter que l’ancien chef de ce personnel fait actuellement du lobbying pour Merck. Les politiciens (VA) se préparent maintenant à voter pour rendre officiellement le vaccin HPV obligatoire.

Fait n°3

Il n’a jamais été démontré que le vaccin HPV pouvait véritablement prévenir le cancer du col de l’utérus, mais simplement qu’il pouvait réduire le risque de modifications précancéreuses dans le col de l’utérus.

Fait n°4

Seuls 2% des femmes Américaines sont porteuses des deux souches HPV pour lesquelles le vaccin peut s’avérer efficace.

Fait n°5

Alors que les frottis de routine détectent de manière précoce ce type de cancer à développement lent, les traitements traditionnels s’avèrent presque toujours parfaitement efficaces.

Fait n°6

La plupart des femmes qui ont été exposées au HPV peuvent en être débarrassées naturellement, même sans savoir qu’elles ont été infectées ; seul un faible pourcentage présente des problèmes. L’Etat exige que 100% des jeunes filles reçoivent le vaccin sans qu’elles puissent avoir la preuve qu’elle pourront en retirer quelque bénéfice. Mais ne risquent-elles pas de développer des problèmes de santé ?

Fait n°7

Les vaccins ne sont pas des produits bénins. Au cours des quelques derniers mois, des centaines de rapports concernant les effets secondaires du HPV sont parvenus au CDC. (Centre de Contrôle des Maladies). L’approbation du vaccin par la FDA a fait l’objet d’un processus accéléré. Il n’y a personne, je dis bien personne qui puisse avoir la moindre idée de ce que pourraient représenter les effets secondaires à long terme !

Nous devrions nous arrêter avant de refiler une nouvelle vaccination à nos jeunes filles. Merck a démontré qu’ils sont davantage prêts à jouer à la roulette russe avec la santé de nos enfants en utilisant un vaccin qui n’a pas fait ses preuves et cela en échange de gigantesques profits. Utiliser des enfants de pareille manière… l’étendue du mal est rare même pour une compagnie pharmaceutique. La santé de ces enfants pourrait s’en trouver endommagée sans qu’il y ait quelque bénéfice significatif en perspective.

Il y a moyen de s’en sortir. Si vous souhaitez que votre fille soit vaccinée contre la HPV, parfait. Nous vivons dans un pays libre. Mais si vous ne voulez pas que votre fille soit vaccinée vous n’avez pas à supplier l’état ou à demander l’asile pour échapper à cette obligation. Au pire, cette situation qui relève plutôt du roman orwéllien totalitaire doit tout simplement être arrêtée.

Ecrivez aux médias et à vos parlementaires !

http://whale.to/vaccine/hpv.html

VACCIN HPV

DR DAVID CLARK , neurologue

Les dommages causés par le Gardasil représentent une nouvelle forme d’autisme.

Il y a aujourd’hui dans ce pays littéralement des centaines de milliers de jeunes filles et de femmes dont la santé a irrévocablement été endommagée sur les plans neurologique, hormonal par le vaccin Gardasil…

[…] Les études, les articles médicaux se multiplient montrant de manière irréfutable qu’il existe un rapport entre ce vaccin, ce mauvais vaccin et les dommages probables sur le plan neurologique.

L’agression immunologique de ce vaccin est catastrophique. Ces jeunes filles et ces femmes vaccinées font des maladies auto immunes.

Leur système immunitaire est fourvoyé ; il commence à attaquer ses propres tissus : les muscles, le coeur, le cerveau…

J’ai une fille et, après tout ce que j’ai vu, il n’est nullement question qu’elle reçoive ce vaccin.

Ce vaccin est capable de faire à ces jeunes filles et à ces femmes ce que le vaccin ROR (Rougeole-Rubéole-Oreillons) a fait à des centaines de milliers d’enfants au cours de 10 ou 15 dernières années, provoquant des dommages neurologiques, endocriniens, métaboliques catastrophiques.

http://www.youtube.com/watch?v=EeICWwI-F_o

http://sanevax.org/videos/vaccine-safety.shtml

Tim O’ Shea (The doctorwithin)

Spizz Magazine, Juillet 2011

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi tant d’enfants sont allergiques aux arachides à l’heure actuelle?

D’où provient cette hausse soudaine de ce type d’allergies ?

Avant 1900, les réactions violentes aux arachides étaient inconnues. Aujourd’hui, environ un million d’enfants sont allergiques aux arachides dans ce pays (USA).

Que s’est-il passé ? Pourquoi tout le monde est-il maintenant en train d’acheter Epipens ? (= auto-injecteurs d’épinéphrine = dispositifs personnels pour les personnes allergiques à utiliser pour pallier à une réaction anaphylactique grave)

Si on regarde tous les problèmes survenus avec les vaccins au cours de la précédente décennie [2], un simple survol superficiel suffit à lever le doute que les vaccins pourraient jouer un certain rôle dans l’apparition de la moindre allergie nouvelle chez les enfants.

Mais les réactions aux arachides ne sont pas juste une allergie supplémentaire. L’allergie aux arachides est soudainement apparue comme la première cause de mortalité par ingestion alimentaire. ([1] p114), figurant parmi la catégorie d’allergènes capables de provoquer une anaphylaxie. Cet état entraînant le risque de crise d’asthme, de choc, d’insuffisance respiratoire et même de décès. Principalement chez les enfants.

Avant 1900, le choc anaphylactique était virtuellement inconnu. L’état d’évanouissement soudain, de détresse respiratoire, de convulsions et de décès n’existait pas jusqu’à ce que les vaccinateurs échangent « la lancette » pour la seringue hypodermique. Ce changement fut essentiellement acquis au tournant du siècle passé, dans le monde occidental.

Juste à ce moment-là, une nouvelle maladie appelée “Maladie du Sérum” commença à faire des milliers de victimes parmi les enfants. Une variété de symptômes, incluant le choc et la mort, pouvaient soudain résulter de l’injection d’un vaccin. Au lieu de la dissimuler, la connexion a bel et bien été reconnue et documentée dans la littérature médicale de l’époque. « La maladie du Sérum » était le premier phénomène allergique de masse dans l’histoire. Ce qui était requis pour son émergence apparente était l’avènement de la seringue hypodermique.

Quand la seringue a remplacé la lancette à la fin du XIX° siècle, la maladie du sérum est devenue une cause fréquente d’affections infantiles. C’était une conséquence connue des vaccinations. En effet, le champ entier des allergies modernes a évolué depuis l’étude précoce de la maladie du Sérum découlant des vaccins. L’étape suivante a été la pénicilline qui est devenue populaire dans les années 40’. On venait de découvrir que des additifs appelés « excipients » étaient nécessaires pour prolonger l’effet de l’antibiotique injecté dans l’organisme. Les excipients agiraient comme « molécules porteuses ». Sans excipients, la pénicilline ne pourrait agir que 2 heures. Les huiles raffinées marchaient le mieux, agissant comme des capsules à « effet retard » pour l’antibiotique. L’huile d’arachide est devenue l’huile favorite, parce qu’elle fonctionnait bien et parce qu’elle était facilement disponible et bon marché.

Dans les années 50’, les antibiotiques étaient distribués à la manière de M&Ms. Les soldats, les enfants, n’importe qui avec la moindre maladie, pas seulement des maladies bactériennes en recevaient. Malgré les sérieux avertissements de Fleming au sujet de la prescription prophylactique d’antibiotiques, ces produits furent donnés sans discernement en tant que nouvelle médication étonnante. Dans tous les cas de maladies. Seulement alors, dans les années 1950’, l’allergie aux arachides a commencé à survenir, et cela même si les Américains mangeaient déjà des arachides depuis plus d’un siècle.

Souvenez-vous- manger seulement des arachides ne peut pas causer une allergie aux arachides. Sauf si on les laisse moisir bien entendu car dans ce cas, il y a libération d’aflatoxines. Mais ce n’est alors pas une allergie aux arachides à proprement parler.

Le changement se produisit avec les vaccins. Les huiles d’arachide furent introduites en tant qu’excipients des vaccins, au milieu des années 1960’. Dans les années 80’, elles sont devenues l’excipient préféré. Elles étaient considérées comme des adjuvants, des substances capables d’accroître la réactivité au vaccin. Ceci a renforcé le mythe des adjuvants : l’illusion que la réponse immunitaire induite correspondait à l’acquisition d’une immunité réelle [2] : le prétexte étant que plus forte est la réaction allergique au vaccin, plus grande sera l’immunité.

Bien que les allergies aux arachides devinrent assez banales durant les années 80’, elles ne l’étaient pas encore à ce point avant le début des années 90’, moment où la véritable épidémie apparut. Le schéma des vaccins recommandés/obligatoires (dépend des états) pour les enfants a doublé entre les années 80’ et les années 90’ :

1980- 20 vaccins

1995- 40 vaccins

2011- 68 vaccins

Il serait assez imprudent de nourrir un nouveau né avec des arachides puisque son système digestif est largement immature. Mais ceci est encore pire- injecter directement des protéines intactes dans le sang du bébé. Ces protéines se trouvant dans 36 vaccins que l’enfant reçoit avant l’âge de 18 mois.

Comme le nombre de vaccins a doublé entre les années 80’ et 90’, des milliers d’enfants se retrouvent maintenant avec une sensibilité aux arachides, avec beaucoup de réactions violentes qui sont parfois fatales.

Suite à l’énorme augmentation du nombre de vaccins dans le schéma des vaccins obligatoires après le 11 septembre (9/11), selon lequel le total des vaccins recommandés se monte à 68, les allergies aux arachides ont soudain atteint des proportions épidémiques : un million d’enfants : 1,5% d’entre eux. Ces chiffres correspondent à la définition réelle d’une épidémie, même si ce mot n’a jamais été utilisé dans la littérature grand public à propos de l’allergie aux arachides, excepté dans le livre de M. Fraser.

Beaucoup de chercheurs, pas seulement Helen Fraser peuvent voir très clairement que :

« L’épidémie d’allergies aux arachides chez les enfants a été précipitée par les injections infantiles. » ([1] , p 106)

Tout un fardeau toxique pour accueillir ainsi le nouveau-né non préparé à y faire face. Pas étonnant que la Cour Suprême américaine se réfère aux vaccins comme « inévitablement dangereux ».

Références

[1] Fraser, H, The Peanut allergy epidemic, Skyhorse 2011

[2] O’Shea, T, Vaccination is not immunization, thedoctorwithin 2010

[3] Wallace, AR, Vaccine delusion, 1898

[4] Richet, Nobel lecture, acceptance speech, 11 Dec 1913

NOUVELLE ENQUETE :

Les enfants non vaccinés sont nettement en meilleure santé – Leurs taux de maladies chroniques et d’autisme sont nettement plus faibles Childhealthsafety, 26 août 2011.

Une nouvelle enquête réalisée avec 7.724 participants a montré que les enfants non vaccinés sont nettement en meilleure santé et connaissent des taux nettement plus faibles de maladies chroniques que les enfants vaccinés. Cette étude est publiée ici

La santé des enfants non vaccinés, Résultats d’une Enquête. Les résultats ont été subdivisés en différents groupes d’âge. L’information porte sur le pays, le sexe, l’âge, le fait d’avoir ou non été nourris au sein, traitements choisis ici. L’enquête a été menée par www.impfschaden.info et la version anglaise www.vaccineinjury.info.

top

Recevez gratuitement notre livre : «Rire c’est la santé»

Pour que nous puissions tous avancer sur le chemin de la médecine holistique nous sommes heureux de vous offrir notre  livre (sous forme d’ebook) “Rire c’est la santé”. Afin de le recevoir inscrivez-vous si-dessous et un mail vous sera envoyé pour télécharger l’ebook :

Nous respectons votre privée : nous ne transmettrons votre email à aucun tiers et vous pouvez à tout moment vous désinscrire. En vous inscrivant vous acceptez de recevoir notre newsletter qui contient des offres informations  au sujet de nos activités et celles de nos amis. Nous collectons votre prénom afin de personnaliser nos emails. Pour tout renseignement contactez-nous à support@santeglobale.info